Claude Ryan ou le visage politique de la Foi

blog_1392649211

(Photo: Courtoisie Centre Newman McGill)

Les 13 et 14 février derniers se tenait un colloque sur la vie du journaliste et politicien Claude Ryan (1925–2004). Plusieurs collaborateurs, politiciens et journalistes, amis et membres de la famille se sont exprimés sur la personne qu’ils avaient eu la chance de côtoyer à un moment ou à un autre de leur vie. L’image qui s’en est dégagée est conforme à ce que l’on pourrait s’attendre d’un homme aussi diversifié dans ses activités que dans les thèmes sur lesquels il a dû s’exprimer ou même décider. J’utilise ici le verbe « devoir » puisque c’est un concept qui émerge de toutes les interventions qui se sont succédé durant ces deux journées de conférence.

Rigueur intellectuelle, civilité dans les débats, respect des autres, intégrité politique, engagement social ne sont que quelques-unes des qualités qui caractérisaient Claude Ryan selon John Parisella, ancien directeur général du Parti Libéral (1986-1988) et ancien chef de cabinet des premiers ministres Robert Bourassa et Daniel Johnson (1989-1994). Cet homme, parfois qualifié de bourreau de travail, a dû accompagner de sa plume, lorsqu’il était rédacteur en chef du journal Le Devoir, un Québec en pleine transformation; un peuple, pour ainsi dire, en pleine crise d’adolescence puisqu’en recherche de repères stables pour faire face à ce nouveau monde globalisé qui était en train de naître. En ce sens, nous pouvons nous demander ce qui a permis à cet homme de garder une telle crédibilité  « même de la part de ces opposants politiques » comme l’affirmait Guy Lachapelle, professeur de science politique à l’Université Concordia. Le secret derrière cette influence qui faisait dire à Bryan Mulroney qu’il était une « autorité morale et l’un des plus grands Québécois de l’histoire moderne » se trouve dans ce que Jean-Pierre Proulx, ancien président du Conseil supérieur de l’éducation, appelle « la théologie de Ryan ». [Read more…]

Message du Pape François pour la 29ème Journée Mondiale de la Jeunesse

Copa-croppedLe Message du Saint-Père aux jeunes, en préparation de la XXIXe Journée Mondiale de la Jeunesse 2014, qui sera célébrée le 13 avril au niveau diocésain, a pour thème : « Heureux les pauvres de cœur, car le Royaume des Cieux est à eux » (Mt 5,3). Il s’agit là du premier Message que le Pape François adresse aux jeunes, s’insérant ainsi dans la tradition inaugurée par le Bienheureux Jean-Paul II et poursuivie par Benoît XVI à l’occasion de chaque Journée Mondiale de la Jeunesse.

Après l’extraordinaire JMJ vécue à Rio de Janeiro en juillet 2013, le Pape continue le dialogue avec les jeunes du monde et leur présente les thèmes des trois prochaines éditions de l’évènement, pour lancer l’itinéraire de préparation spirituelle qui au long des trois prochaines années conduira à la célébration internationale à Cracovie, en juillet 2016.
Les thèmes des trois prochaines JMJ sont extraits des Béatitudes évangéliques et montrent combien le Saint-Père considère ce passage de l’Évangile selon Matthieu, comme un point fondamental de référence pour la vie des chrétiens, appelés à en faire un programme de vie concret.

Vivre les Béatitudes aujourd’hui, un vrai défi

Dans ce Message, le Saint-Père rappelle aux jeunes que Jésus lui-même nous a montrés la voie à parcourir, en incarnant les Béatitudes durant toute sa vie : vivre les Béatitudes aujourd’hui est, pour les jeunes, un véritable défi à suivre le Christ en allant à contre-courant et en témoignant de cette nouveauté révolutionnaire. Puisqu’il est impossible d’être chrétiens et avoir une idée de la vie « en miniature », le Pape exhorte les jeunes à refuser les offres de bonheur « à bas prix », mais à avoir le « courage du bonheur » authentique que seul Dieu peut nous donner.

Le Pape François explique ensuite aux jeunes ce que signifie être pauvres de cœur, entrant ainsi dans le vif du sujet de la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse. Jésus lui-même a choisi la voie du dépouillement et de la pauvreté et le Pape adresse aux jeunes une invitation pressante à l’imiter, en leur montrant l’exemple de Saint-François d’Assise. Les jeunes chrétiens sont appelés à une conversion, à embrasser un style de vie évangélique marqué per la sobriété, la recherche de l’essentiel et la solidarité concrète envers les pauvres. En effet, les pauvres, explique le Pape, d’un côté sont “la chair souffrante” du Christ que nous sommes tous interpelés à toucher personnellement, mais d’un autre côté ils peuvent devenir de vrais maîtres de vie, en ayant souvent beaucoup à offrir sur le plan humain et spirituel. [Read more…]

L’Évangélisation au Canada, réfléchissons avec les Évêques

blog_1390662189Il devenu maintenant évident que l’Église en occident, spécialement depuis l’élection du Pape François, est en train de vivre une véritablement révolution. Non que la nature de l’Église catholique soit en train de changer : elle restera toujours l’Épouse bien aimée du Christ sauveur de l’humanité. C’est plutôt l’attitude de ses enfants qui subit un tournant : une conversion missionnaire. Dans son exhortation apostolique Evangelii Gaudium, le Pape François parle de « transformation missionnaire de l’Église », un changement qui nous invite tous à « sortir de [notre] propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile »[1]. L’évangélisation a toujours été d’actualité puisque tous les cœurs ont le droit d’entendre la voix du Christ. Dans les sociétés fondées et développées sous l’influence du christianisme, ce mandat missionnaire a pu se dissoudre peu à peu devant des réflexions comme : « tout le monde est chrétien autour de moi, pourquoi devrais-je faire l’effort d’aller vers d’autres? Ils ne veulent pas entendre parler de Jésus, ils sont bien comme ils sont ! ». Pourquoi ce genre de réflexion n’a plus lieu d’être? Parce que nous ne sommes plus dans un monde chrétien et que nous voyons, puisque nous l’avons nous-mêmes expérimenté, combien le Christ pourrait faire une heureuse différence dans la vie des gens. Cette prise de conscience est le point de départ de notre appel à la mission. L’Église canadienne vit cette situation et elle prend l’interpellation du Pape François au sérieux. Voilà pourquoi la commission épiscopale pour la doctrine de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) a publié récemment un document pour proposer plusieurs changements que nous devons apporter à notre attitude pour qu’elle soit plus conforme à l’ardeur de l’Amour du Christ pour les âmes canadiennes qui nous entourent. Je vous propose donc une série de blogues dans les prochaines semaines consacrés à une lecture commentée du document : Les composantes de l’Évangélisation aujourd’hui.

Dans leur introduction, les Évêques canadiens  constatent : « nous vivons […] dans une société pluraliste où la foi chrétienne ne va pas de soi »[2]. Telle est aujourd’hui la réalité qui nous entoure. Ainsi, puisque l’Église n’est plus aujourd’hui l’unique référence morale mais demeure, néanmoins, orientée vers le salut de tous, elle se doit de mieux comprendre ce monde afin de mieux l’aimer. C’est donc cette volonté d’améliorer la qualité de son amour envers le monde que l’Église propose comme critère premier pour guider les diverses transformations à faire. Mieux connaître : « Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent »[3] nous aidera donc à accentuer, en un premier temps, ce qui dans notre Foi, correspond le mieux à ces besoins. Cette considération nous aide à comprendre pourquoi les évêques affirment que : « à bien des égards, notre situation est semblable à celle des premiers chrétiens qui devaient porter la Bonne Nouvelle dans un monde où s’affrontaient divers courants religieux et philosophiques »[4]. Tentons de voir qu’elles sont les similitudes entre notre époque et celle du premier siècle.

[Read more…]

Conférence de presse exceptionnelle donnée par le Pape

Conférence de presse exceptionnelle donnée par le Pape dimanche soir durant son retour en avion.

Durant 1h30, le Pape a répondu à toute sortes de questions, sur la réforme de la curie, la place des femmes dans l’église, l’accueil des divorcés remariés, et la future canonisation des papes Jean XXIII et Jean Paul II, notamment.
Merci à KTO de la diffuser dans sa version intégrale. A voir aussi sur notre site.

Discours du Pape aux cardinaux du Brésil et évêques de la région

Francis-bishops-croppedAujourd’hui au cours du déjeuner avec les cardinaux du Brésil et les évêques de la région, le Pape a fait ce discours dont voici la version intégrale:

Chers frères,

Comme il est bon et beau de me trouver ici avec vous, Évêques du Brésil !Merci d’être venus, et permettez-moi de vous parler comme à des amis, c’est pourquoi je préfère vous parler en espagnol pour pouvoir mieux exprimer ce j’ai dans mon coeur. Je vous prie de m’en excuser !
Nous sommes réunis un peu à l’écart, dans ce lieu préparé par notre frère Mgr Orani, pour demeurer seuls et pouvoir parler coeur à coeur, comme Pasteurs auxquels Dieu a confié son Troupeau. Dans les rues de Rio, des jeunes du monde entier et tant d’autres multitudes nous attendent, ayant besoin d’être rejoints par le regard miséricordieux du Christ Bon Pasteur, que nous sommes appelés à rendre présent. Réjouissons-nous donc de ce moment de repos, de partage, de vraie fraternité.
En commençant par la Présidence de la Conférence épiscopale et par l’Archevêque de Rio de Janeiro, je veux vous embrasser tous et chacun, spécialement les évêques émérites.
Plus qu’un discours formel, je veux partager avec vous quelques réflexions.
La première m’est venue à l’esprit quand j’ai visité le sanctuaire d’Aparecida. Là, aux pieds de la statue de l’Immaculée Conception, j’ai prié pour vous, pour vos Églises, pour vos prêtres, religieux et religieuses, pour vos séminaristes, pour les laïcs et leurs familles et, de manière particulière pour les jeunes et les anciens, les deux sont l’espérance d’un peuple ; les jeunes, parce qu’ils portent la force, l’illusion, l’espérance de l’avenir ; les anciens, parce qu’ils sont la mémoire, la sagesse d’un peuple. [Read more…]

«Disciples avant de faire des disciples.. »

Valery GirishakaPlus de mille canadiens sont en route vers Rio de Janeiro. Certains écriront ce qu’ils attendent et découvrent. Pour commencer c’est le chef du groupe de la paroisse Saint Thomas d’Aquin à Edmonton en Alberta, Valéry qui partage comment ils se sont préparés:

« À l’automne 2012 mon groupe et moi avons commencé les préparatifs pour les JMJ (Journée Mondiale de la Jeunesse). Étant chef du groupe j’avais commencé quelques temps avant ça de préparer… ben la préparation!
De l’expérience de mes précédentes JMJ (Madrid 2011 et Sydney 2008), je savais que la préparation la plus difficile serait celle spirituelle. C’est tellement plus facile de se préparer financièrement, au moins on voit les résultats tout de suite et on sait s’ils sont négatifs ou positifs! Alors qu’avec le spirituel, il faut un peu plus (BEAUCOUP!) de patience. Je me dis que c’est un peu normal, d’un côté on essaie de changer un compte bancaire alors que de l’autre c’est tout un être que l’on transforme! Quoi qu’il en soit, mon groupe et moi… je devrais dire quelques mots sur les pèlerins qui m’accompagnent à Rio de Janeiro… Alors, on est un groupe de 14 jeunes, pour la plupart on est des étudiants d’université. On est paroissiens à la Paroisse Saint Thomas d’Aquin à Edmonton en Alberta. Pour la moitié du groupe, le pèlerinage au Brésil sera leur première expérience des JMJ, ils ont quand même vraiment hâte et je pense que l’enthousiasme des vétérans y est pour quelque chose…
Donc je disais qu’avec le groupe nous avons commencé notre préparation en établissant des thèmes de réflexions inspirés du thème des JMJ : « Allez, et de toutes les nations faites des disciples (Mt 28 :19) ». En examinant cette invitation du Christ, il me semblait vraiment important de comprendre ce que c’est qu’un disciple avant de tenter d’en « faire ». C’est ainsi qu’en regardant les disciples de Jésus et leur cheminement nous avons tenté de faire de nous des disciples ou plutôt nous nous sommes laissés transformer en disciples du Christ. Le thème des JMJ a un aspect fortement lié à l’action mais il est important d’y reconnaitre aussi un aspect passif, un moment où l’on prend un pas de recul et l’on observe l’action du Saint Esprit. Une action qui se fait à la fois en nous et dans notre interlocuteur. C’est cet aspect que comme groupe nous avons tenté de comprendre tout au long de ces mois de préparations. Avec les JMJ qui approchent à grand pas, on verra bien si cela aura été utile.

Je suis quand même confiant que les JMJ vont nous transformer d’une manière ou d’une autre. À travers mon expérience à Madrid et à Sydney j’ai remarqué que les JMJ ne sont semblables à aucun autre voyage. C’est pour cela que j’insiste à utiliser le terme de pèlerinage en parlant des JMJ. Parce que les JMJ ne sont pas un voyage de relaxation (loin de là !), ce n’est pas non plus un voyage missionnaire car on n’apporte pas vraiment quelque chose dans le pays on l’on va. Les JMJ sont plutôt semblables à un pèlerinage car on y va vraiment pour se laisser transformer par tout ce qu’on y rencontre; les bonnes comme les mauvaises expériences. Mais la transformation ne se fera que si l’on veut bien la laisser se produire.
Et comme tout pèlerinage, il commence par une messe d’envoi! C’est la prochaine étape pour notre groupe. Nous avons terminé notre collecte d’argent et maintenant on s’apprête à dire au revoir à notre communauté. Les membres de notre communauté ont été d’une grande aide. Ils nous ont appuyés par leurs prières et leurs généreux dons et nous sommes tous énormément reconnaissants de leur appui! Certains paroissiens ont inscrit leurs intentions de prière dans un carnet que nous emporterons avec nous au Brésil, de cette manière ils feront un peu partie du pèlerinage.
J’ai vraiment hâte d’y être !
Union de prières… »

 

Avant-première de la JMJ Rio ! Perspectives 1 juillet 2013

Bonne Fete du Canada! Aujourd’hui: emission speciale de Perspectives! Un prevue des evenements et l’esprit de JMJ Rio!

« Témoin » avec Mgr Rino Fisichella

Ne manquez pas ce soir à 19h35, notre nouveau « Témoin ».
Le père Thomas Rosica, csb,  s’entretient avec Mgr Rino Fisichella, Président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation.
Ce dernier nous éclaire sur ce que l’on entend par « Nouvelle Evangélisation ».

Cérémonies de la Pentecôte à Rome

Dans le cadre de l’année de la Foi, plusieurs événements sont organisés par Mgr Salvatore Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation. Une veillée avec les mouvements ecclésiaux venant du monde entier que le pape présidera aura lieu samedi. Plus de 120.000 personnes sont attendues.
Nous la retransmettrons en direct 12h, 16h en français

Dimanche 19 mai en la solennité de la Pentecôte Place Saint Pierre la messe solennelle sera présidée par le pape François en présence des délégations et mouvements du monde entier. Cette messe sera retransmise à 10h30 en anglais 16h30 en français

Journée mondiale des communications sociales

« Réseaux Sociaux: portes de vérité et de foi; nouveaux espaces pour l’évangélisation. »

En cette 47ème journée des Communications sociales, ce message, l’un des derniers signés par Benoit XVI en la fête de St François de Sales, ouvre des pistes de réflexion sur les moyens de communications actuels.

Occasion de rejoindre tant de monde surtout des jeunes, de susciter le dialogue et le débat afin de faire connaitre le message de Jésus-Christ.

Voici le message « Réseaux Sociaux: portes de vérité et de foi; nouveaux espaces pour l’évangélisation. » dans son intégralité:

« Chers frères et sœurs,

A l’approche de la Journée mondiale des Communications sociales de 2013, je voudrais proposer quelques réflexions sur une réalité toujours plus importante concernant la manière dont les personnes communiquent entre elles aujourd’hui. Je voudrais examiner le développement des réseaux sociaux numériques qui contribuent à mettre en évidence une nouvelle « agora », un espace public ouvert où les personnes partagent des idées, des informations, des opinions, et où peuvent naître aussi de nouvelles relations et formes de communauté.

Ces espaces, quand ils sont bien valorisés et de manière équilibrée, contribuent à promouvoir des formes de dialogue et de débat qui, si elles sont effectuées avec respect, attention pour la vie privée, responsabilité et dévouement à la vérité, peuvent renforcer les liens d’unité entre les personnes et promouvoir efficacement l’harmonie de la famille humaine. L’échange d’informations peut devenir une réelle communication, les liens peuvent se développer en amitié, les connexions faciliter la communion. Si les réseaux sont appelés à réaliser ce grand potentiel, les personnes qui y participent doivent s’efforcer d’être authentiques, parce que dans ces espaces on ne partage pas seulement des idées et des informations mais en définitive on se communique soi-même.

Le développement des réseaux sociaux exige de l’engagement : les personnes participent à construire des relations et à trouver de l’amitié, dans la recherche de réponses à leurs questions, en se divertissant mais aussi en se stimulant intellectuellement et dans le souci du partage des compétences et des connaissances. En unissant les personnes en fonction de ces besoins fondamentaux, les réseaux font de plus en plus partie du tissu social même. Les réseaux sociaux sont donc alimentés par des aspirations enracinées dans le cœur humain. [Read more…]