Il y a 15 ans, Jean-Paul II s’en allait !

C’était il y a quinze ans, jour pour jour, le 2 avril 2005. Le saint pape Jean-Paul II rejoignait la maison du Père.

Après 26 ans de pontificat, le jour de sa mort, les fidèles réclamaient sa canonisation immédiate. Preuve s’il en est de l’importance de cet homme pour l’Église et pour le monde. Son héritage est gravé dans l’histoire, et sa mémoire dans les cœurs.

Son pontificat commence par un appel, ce 22 octobre 1978 lors de sa messe d’intronisation. « N’ayez pas peur ! » lance le nouveau souverain pontife à la foule réunie sur la place Saint-Pierre. « N’ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ. À sa puissance salvatrice, ouvrez les frontières des états, des systèmes politiques et économiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation et du développement. N’ayez pas peur ! Le Christ sait ce qu’il y a dans l’homme ! Et lui seul le sait ! » Le ton est donné. Sa première homélie est une clé de lecture de son pontificat : un appel à l’espérance, dans un monde marqué à l’époque par la guerre froide.

Cette espérance, Jean-Paul II la confie aux jeunes, avec insistance : « Vous êtes l’avenir du monde, l’espérance de l’Église, vous êtes mon espérance », leur dit-il. Et pour cause, en 1984 il crée les Journées Mondiales de la Jeunesse. Lors d’un de ces rassemblements il leur dit encore: « Vous êtes les hommes et les femmes de demain ; dans vos cœurs et dans vos mains est contenu l’avenir. À vous, Dieu confie la tâche, difficile mais exaltante, de collaborer avec Lui pour édifier la civilisation de l’amour. »

Jean-Paul II, ce « pèlerin de l’espérance », multiplie tout au long de son pontificat les voyages autour du globe. Il visite 127 pays, rencontrant quasiment tous les chefs d’Etats et dirigeants politiques. Il profite de ces déplacements pour faire entendre la voix de l’Église, militant pour la paix, prônant une culture de la vie, défendant les droits humains et notamment la liberté religieuse.

A ce propos, son pontificat est marqué par une intensification des échanges avec les autres religions, et la fameuse rencontre d’Assise est un des exemples les plus marquants. Pour la première fois dans l’histoire, à son initiative, en octobre 1986, toutes les religions sont réunies pour prier. Non pas pour trouver un consensus religieux, mais « pour que le monde puisse enfin devenir un lieu de paix véritable et permanente ».

D’un point de vue diplomatique et à l’échelle internationale le pape polonais joue un rôle des plus importants. La fin de la guerre froide et l’effondrement des régimes communistes sont en partie le fruit de ses efforts. C’est ce qu’admet le dernier leader soviétique, Mikhaïl Gorbatchev : « Rien de ce qui s’est passé en Europe de l’Est n’aurait été possible sans la présence de ce Pape, sans le grand rôle, également politique, qu’il a su tenir sur la scène mondiale ». En effet, plus largement, Jean-Paul II critique avec forces les dérives du capitalisme, dénonçant les inégalités de richesses dans le monde et la primauté des choses matérielles sur l’homme. En la matière il insiste notamment sur la nécessité d’une éthique dans l’économie.

Nombreux sont les enseignements du saint Pape. La dignité de l’homme est au cœur de son pontificat, et en ce sens il consacre une large part de ses catéchèses à la fameuse Théologie du corps. Une vaste réflexion qu’il développe sur plusieurs années à travers de nombreuses homélies. Il partage ainsi sa vision de la personne humaine, avec son corps, son âme, et son esprit, abordant, entre autre, la vocation de l’homme, l’union conjugale entre l’homme et la femme, et la sexualité. Parmi les actes majeurs de son pontificat on relève aussi la publication du catéchisme de l’Eglise catholique. Un ouvrage de référence qui résume la foi, l’enseignement et la morale de l’Eglise catholique.

Avec presque 27 ans de règne, le pontificat de Jean-Paul II est le troisième plus long de l’histoire de l’Église. En 9.665 jours sur le Siège apostolique, non seulement il parcourt plus d’un million de kilomètre, mais il fait tomber des murs entre les nations et construire des ponts entre les religions.

Au total il béatifie 1 340 personnes et canonise 483 saints, soit plus que pendant les cinq siècles précédents.

Incontestablement, saint Jean-Paul II est un des plus grands hommes du XXème siècle.

La Foi en temps de crise : Entrevue spéciale avec Mgr. Marc Pelchat sur la pandémie

Depuis l’éclosion du COVID-19, les canadiens ont été demandés d’adopter un nouveau mode de vie pour réduire sa propagation. On reste à la maison. Pour les catholiques, cela implique aussi une nouvelle façon de vivre sa foi. Partout au Canada, les messes ont été annulées. Les églises, fermées. Elles ne sont même plus ouvertes pour la prière personnelle. Ça nous bouscule. Que faire? Comment recevoir les sacrements? Et si on avait besoin d’un prêtre? Dans cette entrevue avec Mgr Marc Pelchat, évêque auxiliaire de Québec, nous nous arrêtons sur ces questions troublantes en ce temps de crise.

Sur la route du diocèse de Trois-Rivières

Même s’il fut fondé le 8 juin 1852 par le bienheureux Pape Pie IX, le diocèse de Trois-Rivières a néanmoins une histoire qui remonte jusqu’au tout début de la Nouvelle-France. Présent sur l’ensemble du territoire de la Mauricie de la rive nord du fleuve Saint-Laurent, il s’étend de Maskinongé à Sainte-Anne-de-la-Pérade en passant par La Tuque, Shawinigan et Wemotaci. Neuvième évêque du lieu, Mgr Luc Bouchard nommé par le pape Benoît XVI en 2012 a fait du « Don de la Vie » le moteur de son action pastorale. Soucieux de répondre aux besoins spirituels et temporels des hommes et des femmes qui lui sont confiés, il accompagne une équipe à la hauteur des défis de l’annonce de l’Amour de Dieu au XXIe siècle. Dans cet épisode de « Sur la route des diocèses », nous partons donc à la rencontre des différents visages du Peuple de Dieu dans cette région du Québec.

« Espérance, gratitude et solidarité » Message aux Canadiens de la part de leaders religieux au Canada au sujet de la pandémie de COVID-19

Vous trouverez ci-dessous le texte complet du message « Espérance, gratitude et solidarité » – aux Canadiennes et Canadiens de la part de leaders religieux au Canada au sujet de la pandémie de COVID-19:

Message aux Canadiennes et Canadiens de leaders religieux au Canada au sujet de la pandémie de COVID-19 – final.

Préambule de la CECC – Aujourd’hui, plus de 80 leaders religieux de partout au Canada ont publié un message commun à l’adresse de toutes les personnes pour qui le Canada est leur foyer afin de souligner le besoin d’espérance, de gratitude et de solidarité face à la pandémie de COVID-19.

Ce message œcuménique et interreligieux qui traduit la réaction de leaders religieux de partout au Canada fait suite à une initiative de la Conférence des évêques catholiques du Canada et du Caucus rabbinique canadien avec l’appui et la coordination du Conseil canadien des Églises et de la Conversation interreligieuse canadienne. La traduction française a été subventionnée par l’Église de Jésus Christ des saints des derniers jours.

Le message dit : « En dépit des présentes souffrances, qui semblent parfois nous écraser, la flamme de l’espérance ne peut être éteinte. L’amour donne tout son sens à notre vie et continue de rechercher le bien commun en dépit de nos difficultés individuelles. »

Le message reflète une unité de pensée et une préoccupation commune entre les diverses communautés religieuses du Canada devant l’incertitude, la peur et l’anxiété qui entourent la COVID-19. Tout en reconnaissant l’impact considérable de la COVID-19, le message rappelle aux Canadiennes et aux Canadiens l’espérance que nous partageons, les motifs que nous avons de rendre grâce et les façons dont nous pouvons agir en solidarité pour le bien des uns et des autres.

L’info du 30 mars 2020

Dans l’info du jour, le Saint-Père continue de prier pour les victimes du Covid-19, en particulier pour ceux qui ne peuvent réagir, effrayés par le virus. Le pape François rencontrait aujourd’hui le premier ministre italien, pour échanger sur cette pandémie qui a fait de l’Italie le pays le plus touché avec près de 11000 morts. En Afrique, le Coronavirus est considéré comme une bombe à retardement, car de nombreux pays souffrent déjà de la pauvreté, de la sécheresse et de la maladie. Au Québec, les responsables religieux publient une déclaration commune, invitant les fidèles à continuer de prier sans quitter la maison.

La Victoire de l’Amour – Dimanche 29 mars 2020

Léanne Ouellette libérée de l’occultiste. – Collaborateurs : Sylvain Charron, Brigitte Bédard, Père Michel Marie, Miguel Padilla – Invitée : Léanne Ouellette

Réflexion du 5ème dimanche de carême

Voyez ici une réflexion sur le 5ème dimanche de carême, inspirée de l’évangile du jour selon saint Jean 11,1-45

L’info du 27 mars 2020

Dans l’info du jour, le souverain pontife offre une bénédiction Urbi et Orbi à titre exceptionnel, dans le contexte de pandémie de Coronavirus. Le pape François fait don d’une trentaine de respirateurs à des hôpitaux  dans des zones touchées par le Covid-19. La nuit des témoins est annulée mais l’Aide à l’Église en Détresse (AED) appelle à nous unir par la prière pour les martyrs de la foi. Les diocèses de Montréal et Québec feront sonner les cloches de leurs églises chaque dimanche à midi, jusqu’au jour de Pâques.

Le christianisme: religion de la sortie de la religion ? avec Martin Bellerose PhD.

Cette semaine, dans le cadre de son balado « Parrêsia », Francis Denis discute du thème du christianisme comme religion de la sortie avec Martin Bellerose, théologien et directeur de l’Institut de pastorale des Dominicains à Montréal. Dans cet entretien, sont abordés des thèmes tels que les religions primitives, la Révélation chrétienne, la sécularisation la Révolution Tranquille.

L’info du 26 mars 2020

Dans l’info du jour, plus de 22000 personnes à travers le monde sont mortes du Coronavirus. Le Saint-Père prie pour que nous surmontions nos craintes en ces temps difficiles de pandémie. Pour la deuxième fois, le pape François subit un dépistage du Coronavirus, un de ses proches collaborateurs a été testé positif. Le nombre de catholiques dans le monde est en augmentation, ils sont 1,3 milliards.