Déclaration du président de la CECC sur l’aide médicale à mourir

DurocherDéclaration sur l’aide médicale à mourir
de Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau et
président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

De par leur foi, les catholiques sont appelés à aider toute personne dans le besoin, surtout les pauvres, les souffrants et les mourants. Réconforter les personnes mourantes et les accompagner dans l’amour et la solidarité sont des expressions importantes de la miséricorde chrétienne reconnues par l’Église depuis ses débuts.

Toutefois, aider une personne à se suicider n’est ni un acte de justice ou de miséricorde, ni un soin palliatif. La décision prise aujourd’hui par la Cour suprême du Canada ne change pas l’enseignement catholique. «  Ainsi une action ou une omission qui, de soi ou dans l’intention, donne la mort afin de supprimer la douleur, constitue un meurtre gravement contraire à la dignité de la personne humaine et au respect du Dieu vivant, son Créateur.  » (Catéchisme de l’Église catholique, 2277)

Les évêques de notre pays invitent les Canadiens et les Canadiennes, surtout les catholiques, à faire tout en leur pouvoir pour apporter réconfort et appui à toutes les personnes qui sont mourantes et à celles qui leur sont chères, pour qu’aucune d’entre elles, pour des raisons de solitude, de vulnérabilité, de perte d’autonomie ou par peur de souffrir ou de ressentir de la douleur, sentent qu’elle n’a d’autre choix que d’avoir recours au suicide. La Conférence des évêques catholiques du Canada continuera de promouvoir les soins palliatifs et les soins à domicile, et d’encourager tous les fidèles à travailler à améliorer le mieux-être des personnes âgées, handicapées, malades et socialement isolées.

Mes frères évêques et moi exhortons les gouvernements et les cours à interpréter la décision d’aujourd’hui au sens le plus strict du terme, à résister aux pressions d’aller plus loin en approuvant de prétendus actes d’«  homicide par compassion  » et d’euthanasie. Nous faisons de nouveau appel aux gouvernements provinciaux et territoriaux pour qu’ils assurent des soins palliatifs de qualité dans toutes leurs juridictions. Nous implorons également les agences gouvernementales et professionnelles de mettre en place des politiques et des directives qui respectent la liberté de conscience de tous les travailleurs et administrateurs de la santé qui ne voudront pas et qui ne pourront pas accepter le suicide comme une solution médicale à la souffrance et à la douleur.

+ Paul-André Durocher
Archevêque de Gatineau
Président de la Conférence des évêques
catholiques du Canada
Le 6 février 2015

La dynamique missionnaire de la paroisse aujourd’hui

(CECC – Ottawa)… La Commission épiscopale pour la doctrine de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) a publié un nouveau document intitulé «  La dynamique missionnaire de la paroisse aujourd’hui  ». Rédigé à partir du contexte actuel au Canada, le texte met l’accent sur le fait que «  la diffusion de la foi au Christ, Rédempteur de l’humanité, est la mission première et fondamentale de l’Église  » (paragraphe 1). La réflexion s’adresse d’abord aux pasteurs et aux personnes qui travaillent dans les paroisses, mais également à tous les catholiques qui souhaitent mieux comprendre le rôle de la paroisse dans la mission de l’Église. La Commission note que «  c’est avant tout par la paroisse que la plupart de nos concitoyens peuvent découvrir l’Église catholique et en vivre le mystère.  »

Les évêques de la Commission sont conscients de la diversité des réalités des paroisses à travers le pays, de même que des défis communs qu’elles rencontrent. Cependant, la réponse requise pour ces divers défis est la même  : être des paroisses missionnaires et évangélisatrices. Le texte explique comment les paroisses au Canada peuvent vivre concrètement leur appel à évangéliser par les activités missionnaires, catéchétiques et pastorales.

Les évêques affirment que comme elles sont des «  signes concrets de la présence de l’Église dans la société, les paroisses devraient être le lieu d’un nouveau dialogue entre la culture contemporaine et l’Évangile du Christ : pour une rencontre en profondeur entre le Christ, la Parole vivante, et ceux et celles qui ne l’ont pas encore rencontré  » (paragraphe 9). Tout ceci exigera une profonde conversion des personnes et des communautés, qui relève de ce que le pape François appelle « le chemin d’une conversion pastorale et missionnaire, qui ne peut laisser les choses comme elles sont. »

Ce texte complète la publication récente de la Commission, Les composantes de l’évangélisation aujourd’hui, qui a été publiée en 2013.

Des exemplaires du document sont en vente aux Éditions de la CECC (par téléphone  au 1-800-769-1147 ou par courriel à publi@cecc.ca).

Lien au document (PDF)