Le pape François, homme de l’année 2013

Le Pape élu « homme de l’année » par Time Magazine

Déclaration du Père Federico Lombardi – Cité du Vatican, 11 décembre 2013 (VIS).

Time2013Le Directeur de la Salle de Presse a réagi à la décision de Time Magazine (USA) de proclamer le pape François personnalité de l’année: « Ce n’est pas une surprise, a déclaré le Père Federico Lombardi, vu l’écho et l’attention créés par son élection et le début de son pontificat. Il est positif qu’un des plus prestigieux organes de presse internationale fasse le choix de saluer un homme qui parle au monde de valeurs spirituelles, religieuses et morales, et se bat en faveur de la paix et d’une plus grande justice. Sans rechercher ni réputation ni succès, le Pape annonce l’Evangile de l’amour de Dieu envers tous. Il est heureux si cela attire et donne espoir aux gens. Décerner au pape François cette reconnaissance journalistique signifie que beaucoup ont compris, même implicitement, son message. Et ceci est une raison de se réjouir. »

Réponse du Père Thomas Rosica, C.S.B. – Assistant du Bureau de presse du Saint-Siège pour les médias de langue anglaise

Je ne peux que faire écho de la réaction du Père Lombardi. La décision du Time Magazine n’est pas une surprise. Ce dont j’ai été personnellement témoin au cours des neuf derniers mois, particulièrement en travaillant en étroite collaboration avec les médias de langue anglaise du monde entier, c’est que nombreux d’entre vous n’ont pas seulement rapporté les faits et gestes du pape François, mais ont compris le grand cadeau que le monde avait reçu le 13 Mars 2013. La vie, les messages et les gestes du pape François ont clairement dépassé les clivages religieux. Il est un instrument de paix et d’espoir pour l’humanité. Il est évident qu’il se dépasse dans sa mission et avec joie. Le monde serait moins beau sans François, Evêque de Rome.

Interview de Mgr Richard Smith, président de la CECC

A Rome, Mgr Richard Smith, archevêque d’Edmonton, président de la CECC a accordé une entrevue à Charles Le Bourgeois sur les premiers moments qui ont suivi l’élection du pape François. Rediffusion ce soir à 20h45, 22h15

Habemus Franciscum

Pope Francis I appears for first time on balcony of St. Peter's Basilica« Annuntio vobis gaudium magnum: habemus papam ». Puis c’est l’effervescence, l’excitation, des cris de joies sur la place Saint-Pierre où sont rassemblés des milliers de personnes dans une ambiance très festive. Vient ensuite la surprise et la stupéfaction dans la foule lorsque le cardinal  Jean-Louis Tauran, depuis la loggia centrale de la basilique vaticane, annonce le nom du cardinal élu : « Cardinalem Bergoglio ». « Qui est-ce ? », s’interrogent très simplement les gens visiblement pris de court. Jorge Mario Bergoglio n’avait pas son nom dans la courte liste des « papabili », il a déjoué les pronostics des fidèles, des spécialistes et de la presse. C’est sûr, les critères dans l’Église ne sont pas ceux du monde. Et la surprise ne s’arrête pas là, car le nouveau pape choisit de prendre un nom encore jamais porté par ses prédécesseurs : Franciscum. C’est le prénom de Saint François d’Assises, un homme riche qui se fait pauvre, solidaire des plus démunis et des marginalisés, dénonçant les injustices. Celui qui dans un rêve voit l’Eglise s’effondrer, et à qui Jésus dit : « François, ma maison tombe en ruines et s’écroule. Va et reconstruis-là ».

En choisissant son nom, le pape François annonce donc son programme : reconstruire le visage de l’Église entaché par de nombreux scandales. Autre mission : évangéliser par la simplicité et l’humilité. Et c’est ainsi qu’il est apparu mercredi soir à la loggia de la basilique Saint-Pierre, très simplement : sans mozette rouge ni croix pectorale dorée, en se présentant comme « l’évêque de Rome ». Avec une attention toute particulière pour son prédécesseur : « Avant tout je voudrais faire une prière pour notre évêque émérite Benoît XVI, prions ensemble pour que le Seigneur le bénisse et que la Madone le protège ». Après la récitation du Notre Père et de l’Ave Maria, le nouveau Souverain Pontife a souhaité un monde  de « fraternité », d’ « amour » et  de « confiance » : « Prions pour le monde entier, qu’il y ait une grande fraternité, je vous souhaite que ce chemin de l’ Église que nous commençons aujourd’hui soit pour l’évangélisation de la Ville ». « Maintenant, a-t-il poursuivit, je voudrais vous donner la bénédiction mais avant je vous demande une faveur, que vous priiez, que vous donniez la bénédiction à votre évêque ». Et en s’inclinant, dans un silence chargé d’émotion, le pape François demande à la foule de prier pour lui, avant qu’à son tour il ne donne sa bénédiction à l’Église et au monde. [Read more…]

22h30 émission spéciale sur notre nouveau Pape

Ne manquez pas ce soir à 22h30 notre émission spéciale avec des réactions de plusieurs prêtres et journalistes à l’annonce de l’élection du nouveau Pape Jorge Mario Bergoglio.

Le Conclave. Comment le Pape est-il élu?

blogue_conclave_pope_610x343

En cette période de transition pontificale dans l’Église, Sel + Lumière est fier de présenter un documentaire de Goya Producciones.

Tous les yeux sont rivés sur le Vatican. La démission de Benoît XVI marque une nouvelle ère pour l’Église catholique. Des millions de gens se demandent qui prendra la place de ce grand Pape allemand qui a prêché ici et dans tant d’autres lieux. Au cours des deux mille dernières années, 265 papes ont piloté la barque de saint Pierre, à travers une mer de difficultés. Mais c’est la première succession d’un pape vivant depuis sept siècles.

Comment un pape est-il élu? Est-ce comme les élections d’aujourd’hui? Les cardinaux peuvent-ils former des partis, des alliances ou des pactes électoraux? Y a-t-il quelque chose de surnaturel dans le conclave?

Benoît XVI a apporté un grand prestige à la papauté. Quelle surprise nous réserve son successeur?
Maintenir l’espoir et la foi dans un monde de plus en plus sécularisé fait partie du devoir colossal qui sera transmis au nouveau successeur de Saint-Pierre.

Ce dimanche 10 mars à 23h30, lundi 11 mars à 22h et mardi 12 mars à 13h.

Sel + Lumière diffusera aussi en direct du Vatican les cérémonies et des émissions spéciales, avant, pendant et après le conclave.

« Laissez-vous éclairer par la vérité du Christ »

[NDLR: Benoît XVI est arrivé à Compostelle ce matin pour un bref weekend en Espagne. 6 000 pèlerins l’attendaient sur la Place Obradorio. C’est aussi comme pèlerin que Benoît XVI est entré dans la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle. Le Pape est d’abord allé prier devant le tombeau de saint Jacques, patron de l’Espagne, comme l’ont fait des millions de pèlerins depuis le Moyen Âge. Il a ensuite adressé un message pressant aux personnes présentes dans la cathédrale, appelant à l’éveil de la conscience chrétienne de l’Espagne et de l’Europe. Tel est le cheval de bataille de Benoît XVI. Nous publions ici l’intégral de ce message.]

Messieurs les Cardinaux,
Chers frères dans l’Épiscopat,
Chères Autorités,
Chers prêtres, séminaristes, religieux et religieuses,
Chers frères et sœurs,
Chers amis.

[en galicien :]

butfumiero3-200x300Je remercie Monseigneur Julian Barrio Barrio, Archevêque de Saint-Jacques-de-Compostelle, pour les aimables paroles qu’il vient de m’adresser et auxquelles je réponds avec plaisir, en vous saluant tous avec affection dans le Seigneur et en vous remerciant pour votre présence en ce lieu très significatif.

[En espagnol :]

Faire un pèlerinage ne veut pas dire simplement visiter un lieu quelconque pour admirer ses trésors naturels, artistiques ou historiques. Faire un pèlerinage signifie plutôt sortir de soi-même pour aller à la rencontre de Dieu là où Il s’est manifesté, là où la grâce divine s’est montrée avec une splendeur particulière et a produit d’abondants fruits de conversion et de sainteté chez les croyants. Les chrétiens se rendirent en pèlerinage, surtout, sur les lieux liés à la passion, à la mort et à la résurrection du Seigneur, en Terre Sainte. Puis à Rome, ville où Pierre et Paul ont été martyrisés, et à Compostelle qui est liée à la mémoire de saint Jacques et qui a accueilli des pèlerins du monde entier, désireux de fortifier leur âme à travers le témoignage de foi et d’amour de l’Apôtre.

En cette Année Sainte compostellane, en tant que Successeur de Pierre, j’ai voulu moi-aussi venir en pèlerinage dans la Maison du Señor Santiago [de saint Jacques], dont on célèbre le 800ème anniversaire de la consécration, pour affermir votre foi et raviver votre espérance, et pour confier à l’intercession de l’Apôtre vos aspirations, vos efforts et votre travail pour l’Évangile. En embrassant sa statue vénérée, j’ai aussi prié pour tous les fils de l’Église, qui a son origine dans le mystère de communion qui est Dieu. La foi nous introduit dans le mystère d’amour qu’est la Sainte Trinité. Nous sommes, d’une certaine manière, embrassés par Dieu, transformés par son amour. L’Église est cette étreinte de Dieu dans laquelle les hommes apprennent aussi à étreindre leurs propres frères, découvrant en eux l’image et la ressemblance divine qui constituent la vérité la plus profonde de leur être et qui sont à l’origine de la vraie liberté.

Il existe une relation étroite et nécessaire entre vérité et liberté. La recherche honnête de la vérité, l’aspiration à celle-ci, est la condition d’une authentique liberté. On ne peut vivre l’une sans l’autre. L’Église, qui désire servir de toutes ses forces la personne humaine et sa dignité, est au service des deux : de la vérité et de la liberté. Elle ne peut y renoncer, car c’est l’être humain qui est en jeu, car elle y est poussée par son amour pour l’homme, lui « qui est sur la terre la seule créature que Dieu ait voulue pour elle-même » (Gaudium et spes 24, 3), et parce que, sans cette aspiration à la vérité, à la justice et à la liberté, l’homme se perdrait lui-même.

Permettez-moi, depuis Compostelle, cœur spirituel de la Galice et, en même temps, école d’universalité sans frontières, d’exhorter tous les fidèles de ce cher Archidiocèse, et tous ceux de l’Église en Espagne, à vivre en se laissant éclairer par la vérité du Christ, en professant leur foi avec joie, cohérence et simplicité, à la maison, au travail et dans leur responsabilité de citoyens.

Que la joie de vous sentir fils aimés de Dieu vous incite à avoir un amour toujours plus profond pour l’Église, en collaborant avec elle dans sa tâche de porter le Christ à tous les hommes. Priez le Maître de la moisson, pour que de nombreux jeunes se consacrent à cette mission dans le ministère sacerdotal et dans la vie consacrée : aujourd’hui, comme toujours, cela vaut la peine de consacrer toute sa vie à proposer la nouveauté de l’Évangile !

Je ne veux pas terminer sans exprimer auparavant mes félicitations et mes remerciements à tous les catholiques espagnols pour la générosité avec laquelle ils soutiennent de nombreuses institutions de charité et de promotion humaine. Ne vous lassez pas de faire vivre ces œuvres, qui profitent à toute la société, et dont l’efficacité s’est manifestée de façon spéciale durant la crise économique actuelle, de même qu’à l’occasion des graves calamités naturelles qui ont affligé divers pays !

[En galicien :]

Avec ces sentiments, je prie le Très-Haut d’accorder à tous l’audace qui animait saint Jacques pour que vous soyez témoins du Christ Ressuscité, afin qu’ainsi vous restiez fidèles sur les chemins de la sainteté et que vous vous dépensiez pour la gloire de Dieu et pour le bien de vos frères les plus démunis. Merci beaucoup.