Audience générale du mercredi 4 février 2015


Le portrait d’un père sage et mature par le Pape François

Le Pape François a continué sa catéchèse autour de la figure du père, entamée la semaine dernière, lors de l’audience générale ce mercredi matin dans la salle Paul VI au Vatican. Le Pape est parti d’une phrase du Livre des Proverbes, qui illustre parfaitement selon lui « la valeur du rôle d’un père » et exprime la fierté et l’émotion d’un père qui se rend compte avoir transmis à son fils ce qui compte vraiment dans la vie  : « Mon fils, si ton cœur est sage, le mien sera aussi comblé de joie. J’exulterai en mon for intérieur, quand tes lèvres diront des paroles droites » (Pr 23,15-16).

Pour le Pape, la plus belle transmission paternelle est la bonne « attitude pour écouter et agir, parler et juger avec sagesse et droiture ». Se mettant à la place d’un père parlant à son fils, François a poursuivi ainsi sa catéchèse : « Je t’ai fait ressentir un sentiment profond et en même temps discret, que peut-être tu n’as pas reconnu pleinement quand tu étais jeune et incertain. Je t’ai donné un témoignage de rigueur et de fermeté que peut-être tu n’as pas compris, quand tu voulais seulement de la complicité et de la protection. J’ai dû moi-même, en premier lieu, me mettre à l’épreuve de la sagesse du cœur, et être vigilant sur les excès des sentiments et du ressentiment, pour porter le poids des inévitables incompréhensions et trouver les paroles justes pour me faire comprendre. Maintenant, quand je vois que tu essaies d’être comme ça avec tes enfants, et avec tout le monde, ça m’émeut. Je suis fier d’être ton père ». C’est ainsi que devrait parler un père sage et mature selon le Pape.

Un bon père sait attendre et pardonner

Pour parvenir à cette sagesse, un père doit avant tout être présent dans la famille pour François, il doit être « proche de sa femme, pour tout partager, les joies et les peines, la souffrance et l’espérance ». Proche de ses enfants également, « attentif à leur croissance et à ce qu’ils vivent, avec douceur et fermeté. Un bon père sait attendre et sait pardonner, a poursuivi François. Sans pour autant être faible ou sentimental, il doit savoir corriger sans humilier, protéger sans écraser. Les pères doivent être patients, a conseillé le Saint-Père. Tant de fois, il n’y a rien d’autre à faire qu’attendre, prier et attendre avec patience, douceur, magnanimité, miséricorde ». [Read more…]

Audience générale : l’absence du père, mal des sociétés occidentales


AFP3852866_ArticoloLors de l’audience générale de ce mercredi matin, le Pape a continué sa catéchèse sur le thème de la famille, en évoquant la figure du père. « Ce mot nous est cher, parce que c’est ce nom que Jésus nous a enseigné pour appeler Dieu, prenant alors une nouvelle profondeur. C’est un mot connu de tous. Il indique une relation fondamentale » a souligné le Pape.

François est ensuite parti du constat qu’aujourd’hui, « on en arrive à affirmer que nous sommes dans une « société sans père ». En d’autres termes, en particulier dans la culture occidentale, la figure du père serait symboliquement absente, perdue, refoulée ». Si dans un premier temps, cette évolution a d’abord été vécue « comme une libération du père-chef de famille, du père comme représentant de la loi imposée de l’extérieur, du père comme censeur du bonheur des enfants et obstacle à l’émancipation et l’autonomie des jeunes », le Pape déplore que nous soyons passés d’un extrême à l’autre, d’une présence envahissante menant dans certains cas à un « abus de pouvoir », à une « fuite » du père.

Le danger de la relation « au pair »

« Les pères sont parfois tellement concentrés sur eux-mêmes et sur leur relation individuelle, qu’ils en viennent à oublier même leur famille » s’inquiète François, quelquefois, il semble que les pères ne savent pas bien quelle est la place à tenir dans la famille et comment éduquer les enfants. Et alors, dans le doute, ils s’abstiennent, se retirent et négligent leurs responsabilités, parfois en se réfugiant dans une improbable relation « au pair » avec les enfants ».  [Read more…]

Audience générale du mercredi 21 janvier 2015

Pape François : « On ne peut faire la guerre au nom de Dieu. »

Le Pape l’a encore rappelé à l’audience de ce mercredi, « on ne peut faire la guerre au nom de Dieu. » Au cours de la catéchèse de la matinée de ce mercredi, le Saint Père François a notamment invité les pèlerins présents dans la salle Paul VI, à prier pour les victimes des violences au Niger, pays dévasté la semaine dernière par des manifestations violentes envers les chrétiens et les églises.

« Je vous invite, a-t-il souligné, à prier pour les victimes de ces derniers jours au Niger. Les chrétiens, les enfants et les Eglises ont subi dans cette région, plusieurs actes de brutalité ». Demandons au Seigneur, le don de la réconciliation et de la paix, afin que plus jamais le sentiment religieux ne devienne une occasion de violence, de souffrance et de destruction. Comme il l’avait déjà affirmé aux journalistes à bord de l’avion vol qui l’emmenait de Colombo à Manille, le Pape a rappelé qu’« on ne peut pas faire la guerre au nom de Dieu ». François a aussi souhaité le rétablissement le plus tôt possible « d’un climat de paix et de respect réciproque pour le bien de tous ».

La Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples de son côté, a aussi adressé un message de réconfort à l’Eglise du Niger. Dans son message, Mgr Savio Hon Tai-Fai, Secrétaire de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, affirme notamment suivre avec attention la situation vécue la semaine dernière par les chrétiens du Niger,  et qui a causé « d’immenses pertes » et une grande désolation au sein de toute la population du pays. La Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples tient également à exprimer « sa proximité spirituelle, sa communion et sa solidarité ». [Read more…]

Audience générale : « Jésus est né et resté dans une périphérie »

Pour la dernière audience générale de l’année, présidée sous un beau soleil place Saint-Pierre, le Pape a poursuivi sa catéchèse sur la famille, en rappelant le chemin synodal en cours, qui mènera à la seconde assemblée du synode des évêques au mois d’octobre 2015. « La proximité de Noël jette une grande lumière sur le don de la famille que Dieu a fait au monde depuis les origines » a souligné François. A Nazareth, Dieu a choisi de naître dans une famille humaine. « Jésus aurait pu venir comme un empereur ou un guerrier, a expliqué le Pape, mais il est venu comme un fils, né dans une famille. Il n’est pas venu à Rome ou dans une grande ville, mais dans une périphérie, plutôt « malfamée » a-t-il précisé, c’est là qu’a commencé l’histoire de Jésus parmi les hommes. Et celui-ci est resté dans cette périphérie pendant trente ans ».

« Les Évangiles, dans leur sobriété, ne nous rapportent rien de l’adolescence de Jésus, laissant cette tâche à notre méditation affectueuse » a poursuivi François. Le Pape, qui a précisé qu’à Nazareth, « tout se passait comme dans n’importe quelle famille israélite pieuse et active de cette époque » où la maman cuisinait, s’occupait de toutes les choses de la maison, et où le père, menuisier, apprenait à son fils à travailler. Malgré cette « banalité », ils étaient de grands saints : Marie, l’immaculée, et Joseph l’homme le plus juste ! Ainsi, « il n’est pas difficile d’imaginer ce que les mamans pourraient apprendre des prévenances de Marie pour son fils ou ce que les papas pourraient tirer de l’exemple de Joseph qui a consacré sa vie à défendre sa famille dans les moments difficiles ». De même, a encore expliqué le Saint-Père, « les jeunes peuvent être encouragés par Jésus adolescent pour cultiver leur vocation profonde et de rêver en grand. Jésus est celui qui a cultivé la vocation pour laquelle le Père l’a envoyé. Jésus ne s’est jamais découragé, il a grandi pour aller de l’avant avec sa mission ».

Appel contre le terrorisme

« Chaque famille chrétienne peut ainsi accueillir Jésus a dit François,l’écouter, lui parler, grandir avec lui, et ainsi améliorer le monde. Faisons-lui une place dans notre cœur et dans nos journées ». La famille de Nazareth nous engage à redécouvrir la vocation et la mission de chaque famille. « Que le Seigneur nous donne cette grâce dans ces jours avant Noël ».

A l’issue de l’audience, le Pape a lancé un appel dénonçant les actes « terroristes inhumains » qui ont récemment frappé l’Autralie, le Yémen et surtout le Pakistan. « Que le Seigneur accueille dans sa paix les défunts, conforte leurs familles et convertisse les cœurs des violents, qui ne s’arrêtent même pas devant des enfants » a dénoncé le Saint-Père.

Radio Vatican

Le Pape François nous explique ce que fut le Synode sur la famille

« Durant le Synode extraordinaire des évêques sur la famille, aucune censure préalable n’a été posée : chacun pouvait et devait dire ce qu’il avait sur le cœur, ce qu’il pensait sincèrement ». Voilà ce qu’a tenu à déclarer le Pape François ce mercredi matin lors de l’audience générale Place Saint-Pierre, alors que plusieurs thèmes abordés lors de cette assemblée continuent d’alimenter le débat et de donner lieu à des déclarations d’évêques et de cardinaux, provoquant parfois incompréhension et nouveaux questionnements sur des sujets épineux.

C’est ainsi que le Pape François a tenu, comme il vient de le faire dans un entretien récent sur un quotidien argentin, La Naciòn, a expliqué ce « qu’avait été ce Synode ».

« Avant tout, a tenu à préciser le Pape, j’ai demandé aux pères synodaux de parler avec franchise et courage, et d’écouter avec humilité ». Ce choix « pouvait-il prêter à discussions ? C’est vrai, ajoutait le Pape, mais toujours quand on cherche la volonté de Dieu, il y a différents points de vue et il y a la discussion. Ce n’est pas une vilaine chose, mais à condition qu’on le fasse avec un esprit de service. Cela aurait été une mauvaise chose que d’imposer une censure préalable. Et au contraire, chacun pouvait dire ce qu’il pensait », a rappelé le Pape.

Tous les documents du synode, trois jusqu’à présent, ont été publiés « dans la transparence », et on a fait le compte rendu du processus synodal mais aussi du travail en commissions. Tout s’est déroulé ‘ cum Petro et sub Petro’, càd le Pape garant de tous. Une autre précision du Pape durant l’audience générale. Et de rappeler par ailleurs que le Synode n’est pas « un parlement, il représente certe l’Eglise mais la structure n’est pas parlementaire ». «C’est un espace protégé afin que l’Esprit Saint puisse opérer, et il n’a pas été le lieu d’affrontements entre factions mais bien d’un échange entre évêques ».

Le Pape remerciait ensuite les médias pour le travail mené avec attention, et les si nombreux articles, mais soulignait que « souvent les médias adoptent le style des articles sportifs, opposant en ce cas conservateurs et progressistes.» Et c’est pour cela « que je vais vous raconter le Synode ». «Certains d’entre vous me demanderont si les pères synodaux se sont disputés. Je ne sais pas, mais ce qui est certain c’est qu’ils ont parlé fort, ça c’est vrai, et c’est cela la liberté dans l’Eglise.»

« Je peux vous assurer, a ajouté le Pape, qu’au Synode sur la famille personne n’a mis en doute la doctrine de l’Eglise sur la famille, l’indissolubilité, la fidélité, l’ouverture à la vie. Cela n’a pas été touché ».

Radio Vatican

Le Pape revient sur les moments forts de son voyage en Turquie

Ce mercredi matin, sur une Place Saint-Pierre battue par les vents et la pluie, et en présence de quelques 10 000 pèlerins, le Pape François est revenu longuement sur son tout récent voyage apostolique en Turquie, du 28 au 30 novembre. En demandant avant tout de « prier pour tous les migrants et réfugiés, et pour que disparaissent les causes de cette plaie douloureuse. » Un souhait émis par le Pape alors qu’il évoquait le dernier moment fort de son voyage, la rencontre à Istanbul avec un groupe de réfugiés irakiens et du Proche-Orient, aidés par des salésiens.

«La dernière rencontre, belle et douloureuse, a raconté le Pape, ce fut avec un groupe de jeunes réfugiés accueillis par les salésiens. C’était très important pour moi de rencontrer ces réfugiés des zones de guerre du Proche-Orient, tant pour exprimer ma proximité que celle de l’Eglise, que pour souligner la valeur de l’accueil, et sur ce point la Turquie s’est fortement engagée ». « Je remercie encore une fois la Turquie pour cet accueil, et je remercie les braves salésiens d’Istanbul, qui travaillent avec les réfugiés. J’ai rencontré d’autres prêtres, et notamment un jésuite allemand, qui travaillent aussi avec les réfugiés. »

Le Pape est alors revenu sur les étapes clés de ses trois jours en Turquie, entre Ankara et Istanbul: « Frères et sœurs, je rends grâce au Seigneur pour mon récent pèlerinage en Turquie, a déclaré le Pape. Cette terre est chère aux chrétiens, puisque saint Paul y est né, les sept premiers conciles de l’Église y ont eu lieu, et que la « maison de Marie » s’y trouve.» « Lors de ma rencontre avec les Autorités du pays, a précisé François, j’ai rappelé qu’il est important que l’État assure aux citoyens et aux groupes religieux une réelle liberté de culte, en évitant toute déviance fondamentaliste. »

« Le lendemain, la messe a réuni les différents rites catholiques présents en Turquie. Les représentants orthodoxes et protestants y assistaient. Ensemble, nous avons invoqué le Saint Esprit qui fait l’unité de l’Eglise. « Dans notre dialogue œcuménique et sur le chemin d’unité dans notre Eglise catholique elle-même, c’est l’Esprit Saint qui fait tout, il suffit de le laisser faire, de l’accueillir et de suivre ses inspirations ». [Read more…]

Audience générale du mercredi 26 novembre 2014


AFP3724286_Articolo« L’Église, chemin et germe du Royaume »

Le Pape a poursuivi ce mercredi sa catéchèse sur l’Église, lors de l’audience générale place Saint-Pierre. L’Église est un pèlerinage vers le Royaume a-t-il expliqué. François a puisé dans le Concile Vatican II pour illustrer ses propos. « Le Concile nous a bien présenté une réalité qu’il ne faut jamais oublier : l’Eglise n’est pas une réalité statique mais est en chemin dans l’histoire, vers le but ultime et merveilleux du Royaume des Cieux, dont l’Église de la terre est le germe ». Les disciples de Jésus se posaient déjà la question de savoir quand aurait lieu cet avènement, une question que nous nous posons encore aujourd’hui a relevé le Pape.

« Nous ignorons le jour de la fin de l’humanité et la façon dont l’univers sera transformé. Mais nous savons que Dieu nous prépare une terre nouvelle où habitera la justice, et où tous nos désirs de paix et de bonheur seront comblés » a poursuivi le Saint-Père. Ainsi, il est beau de percevoir qu’il y a une continuité entre cette Église du Ciel et celle qui est encore en chemin sur la terre.

Toute la Création appelée à être sauvée de la mort

« L’élément déterminant pour notre salut et notre participation à ce bonheur est que nous appartenions au Christ », a encore souligné le Pape ; et tous ceux qui lui appartiennent, vivants ou défunts, sont déjà unis : les Saints, du Ciel, nous soutiennent, intercèdent pour nous, et nous-mêmes, nous prions pour soulager les âmes de ceux qui attendent la béatitude éternelle. De plus, comme le rappelle Saint-Paul, c’est toute la Création qui est appelée à être libérée du mal et de la mort, lorsque Dieu portera toute chose à sa plénitude d’être, de beauté et de vérité. [Read more…]

Le Pape : « La sainteté se vit par notre témoignage chrétien au quotidien »


AFP3704660_ArticoloEtre saint ne consiste pas à « fermer les yeux et prendre une tête comme sur les images pieuses ». Pour être saints « il ne faut pas obligatoirement être évêques, prêtres ou religieux », « la sainteté n’est pas seulement réservée à ceux qui ont la possibilité de se détacher des tâches quotidiennes pour se consacrer seulement à la prière ». Mais « c’est plutôt en offrant notre propre témoignage chrétien que nous sommes appelés à devenir des saints », et «être saints ne peut se faire sans la joie ». Voilà en résumé ce que le Pape François a souligné dans la catéchèse de l’audience générale de ce mercredi Place Sainte Pierre en présence de quelques 15 000 personnes.

« Et si l’on est parent ou grands-parents, être saints en enseignant la foi et la vie aux enfants et petits-enfants ». « Il faut tellement de patience pour cette tâche, pour être de bons parents, pour être de bons grands-parents, et c’est dans cette patience que naît la sainteté ». Le Pape recommandait encore la patience si « le soir ton fils ou ta fille te demande de discuter de ses problèmes, et que tu te sens fatigué, que tu n’as pas envie de l’écouter, au contraire, assieds-toi, prends le temps de l’écouter, et en l’écoutant tu auras fait un pas vers la sainteté ». Au nombre des petits pas vers la sainteté, le Pape François a également pris l’exemple d’une femme qui « va au marché faire les courses, rencontre ses amies, et puis voilà qu’on en arrive aux commérages ». Si « cette femme refuse alors de céder à la tentation de mal parler des autres, voilà encore un pas vers la sainteté ».

« La sainteté n’est pas une chose qu’on se procure soi-même ; elle est avant tout un don que le Seigneur nous fait lorsqu’il nous prend avec lui et nous rend semblable à lui. Elle est un don offert à tous, qui constitue le caractère distinctif du chrétien. C’est en vivant les activités de tous les jours avec amour que nous sommes appelés à devenir saints, quelque soit notre condition : personne mariée ou célibataire, parents ou grand parents, personne consacrée… Tout état de vie nous porte à la sainteté si nous le vivons en communion avec le Seigneur et au service des frères. L’appel de Dieu à la sainteté est une invitation à vivre et à lui offrir chaque moment de notre existence avec joie, en en faisant un don d’amour pour les personnes qui nous entourent.»

Radio Vatican

Audience générale du mercredi 12 novembre 2014

AFP3685394_Articolo

« Prêtres et évêques, soyez accueillants, sobres, bons et patients »

Lors de l’audience générale de ce mercredi au Vatican, le Pape François s’est une nouvelle fois employé à définir les qualités que devraient avoir les évêques, les prêtres, les diacres, les invitant à être « accueillants, sobres, patients, fiables, bons ». Le Pape voit en ces qualités « typiquement humaines » « une grammaire de base » pour l’exercice du ministère pastoral. Exhortation qui s’inscrit dans le cycle de catéchèses consacrées à l’Eglise. L’avertissement du Pape a été à nouveau très clair, comme lors de récentes homélies du matin, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe : il faut à tout prix éviter tout comportement d’orgueil.

« Sans cette prédisposition belle et naturelle à ces qualités, ajoutait le Pape, il est impossible d’offrir un service et un témoignage joyeux et crédible ». Et de rappeler notamment aux évêques qu’ils ne le sont pas « parce que plus intelligents et plus capables mais seulement par le don d’amour de Dieu pour le bien de son peuple ». « Il faut avoir conscience que tout ce qui est autour est grâce », ajoutait-il encore en mettant en garde contre « la tentation de ne compter que sur ses propres forces ». « Comme il serait dangereux qu’un prêtre ou un évêque puisse penser tout savoir. Alors qu’au contraire, il doit tendre à l’humilité et à la compréhension envers les autres. A l’écoute des gens : conscient d’avoir toujours quelque chose à apprendre, même de ceux qui sont encore éloignés de la foi et de l’Eglise ».

Nouvel appel du Pape François pour les chrétiens persécutés

Le Pape François, au terme de l’audience générale de ce mercredi matin, a voulu aborder une fois encore la question des chrétiens persécutés dans le monde en raison de leur foi. En déclarant : « Je suis avec un grand effroi les situations dramatiques des chrétiens dans différentes parties du monde où ils sont persécutés et tués en raison de leur foi religieuse ». [Read more…]

Audience générale : la « mère Eglise enseigne la miséricorde »

AFP3540143_ArticoloLors de l’audience générale mercredi, le Pape François a poursuivi son cycle de catéchèse centré sur l’Eglise. « L’Eglise est mère, a-t-il a souligné. Elle enseigne les œuvres de miséricorde. »

Cette catéchèse fait directement suite à la précédente, il y a une semaine. Le Souverain Pontife soulignait alors « comment l’Eglise nous fait grandir et, avec la lumière et la force de la Parole de Dieu, nous indique le chemin du salut et nous défend du mal ». C’est « l’action éducative » de l’Eglise qui est aujourd’hui souligné : « comment l’Eglise nous enseigne les œuvres de miséricorde ».

« Un bon éducateur vise l’essentiel, et pour l’Évangile l’essentiel, c’est la miséricorde, complète le François. L’Église fait comme Jésus : elle enseigne non par des discours, mais d’abord par des gestes, et ses paroles servent à en éclairer la signification. »

Cela s’observe à travers la vie de « tant de saints et de saints » et d’hommes et de femmes qui mettent leur œuvres de miséricorde chaque jour en pratique. Une pratique que détaille le Saint-Père : « donner à manger à celui qui a faim, vêtir celui qui est nu, assister celui qui est malade, être proche de celui qui est seul. » Car pour changer le monde, affirme François, « il faut faire du bien à qui ne peut pas nous le rendre, comme l’a fait le Père, en nous donnant Jésus. » [Read more…]