La liberté d’expression selon le pape François

(photo: courtoisie Pixabay) Nos sociétés sont traversées par des bouleversements : globalisation politique, révolution des communications, transformation du monde du travail et pandémie mondiale.  Les défis auxquels nous faisons face demandent plus que jamais l’engagement de tous au processus démocratique. Or, la condition sine qua non à toute démocratie est la liberté d’expression. En effet, ce n’est qu’en permettant le débat ouvert, l’affrontement et le choc des idées que nous pourrons trouver des solutions aux problèmes auxquels nous sommes confrontés. L’encyclique « Fratelli tutti » du pape François est plus qu’éclairante à ce sujet.

Trop c’est comme pas assez

L’encyclique « Fratelli tutti » est d’abord très pertinente en ce qui a trait aux différents risques qui menacent aujourd’hui la liberté d’expression nécessaire à tout débat public fructueux. Le Pape manifeste un premier risque lorsqu’il écrit : « L’accumulation écrasante d’informations qui nous inondent n’est pas synonyme de plus de sagesse. La sagesse ne se forge pas avec des recherches anxieuses sur internet, ni avec une somme d’informations dont la véracité n’est pas assurée… » (no 50). Soyons clair : loin d’inciter à ne pas s’informer, le Pape invite plutôt à exercer un jugement critique face à notre propre appétit d’informations à la lumière d’une vision de la fraternité apte à distinguer le pertinent de ce qui ne l’est pas. C’est en gardant toujours à l’esprit, à la fois, le bien commun et ce qui relève de ma responsabilité que nous saurons consommer la juste quantité d’information.

Disqualifier n’est pas dialoguer

Lorsqu’on considère le climat politique de nos démocraties occidentales, il est difficile de ne pas voir que nous sommes face à plusieurs impasses. La crise de la covid-19 n’a pas manqué de révéler plusieurs lacunes dans nos délibérations démocratiques. Parmi celles-ci, on trouve une augmentation de la partisannerie. Loin d’être le lieu de mise en commun des idées au service de l’innovation et de la mise en marche de grands projets en faveur du bien commun, les débats se réduisent trop souvent à « Uniquement des recettes de marketing visant des résultats immédiats qui trouvent dans la destruction de l’autre le moyen le plus efficace. Dans ce jeu mesquin de disqualifications, le débat est détourné pour créer une situation permanente de controverse et d’opposition » (no 15).

Alors que nous aurions besoin de riches discussions puisées aux plus récentes découvertes de nos universités, au patrimoine local et aux apports et découvertes des autres pays, le dialogue social se perd trop souvent dans ce qui revient à la loi du plus fort. Pourtant, force politique n’équivaut que très rarement à sagesse sociale. Ainsi, l’appel du Pape à la fraternité pourrait nous inspirer une attitude d’ouverture au dialogue et, ainsi, renouveler notre démocratie.

Des interlocuteurs bien enracinés

Un autre risque menaçant le dialogue public est l’uniformisation constante des cultures, laissant de moins en moins de place à la diversité des histoires, des langues, des cultures, etc. On a souvent parlé de l’impérialisme culturel américain. Or aujourd’hui, et cela a aussi des effets positifs, la globalisation a multiplié les pays qui s’affrontent sur ce terrain. Dans ce contexte, les plus petits peuples et cultures qui ne disposent pas de grands moyens sont grandement menacés. Or, comme le dit le Pape :

« Tout comme il n’est pas de dialogue avec l’autre sans une identité personnelle, de même il n’y a d’ouverture entre les peuples qu’à partir de l’amour de sa terre, de son peuple, de ses traits culturels. Je ne rencontre pas l’autre si je ne possède pas un substrat dans lequel je suis ancré et enraciné (no 143).

Développer une meilleure connaissance et cultiver l’amour que nous avons pour notre propre identité est donc une priorité démocratique dont l’urgence ne devrait pas être sous-estimée.

Un Pape bien informé

Dans cette encyclique, le pape François fait preuve d’une très grande lucidité devant les enjeux qui nous concernent. À travers son diagnostic des logiques malsaines et néfastes qui éloignent nos démocraties de leurs fondements, nous sommes tous invités à redécouvrir les attitudes essentielles pour faire face aux défis qui sont les nôtres. Ainsi, par l’amitié sociale, nous pourrons continuer sur ce « chemin de fraternité, local et universel, [qui]ne peut être parcouru que par des esprits libres et prêts pour de vraies rencontres (no 50).

En toutes choses -Une histoire de la formation des maîtres au Québec avec Michel Allard

Dans ce premier épisode de la série « En toutes Choses », Francis Denis s’entretient avec l’historien et pédagogue Michel Allard autour de son plus récent ouvrage intitulé « Une histoire de la formation des maîtres au Québec ».

La vie et l’œuvre de Mgr Olivier-Elzéar Mathieu avec Jacques Mathieu

Cette semaine, dans le cadre de son balado « Parrêsia », Francis Denis discute de la vie et de l’œuvre de Mgr Olivier-Elzéar Mathieu avec Jacques Mathieu historien et auteur du livre intitulé « Mgr Olivier-Elzéar Mathieu : De Saint-Roch à archevêque de Régina » publié aux Éditions du Septentrion. Dans cet entretien sont abordés des thèmes tels que l’histoire du Québec, l’histoire de l’Université Laval, du Séminaire de Québec, la diplomatie canadienne ainsi que l’œuvre pastorale de celui qui deviendra l’archevêque de Régina.

Église en Sortie 6 avril 2020

Cette semaine à Église en Sortie, Francis Denis reçoit l’auteur et théologien Jacques Gauthier pour parler de son plus récent livre « Devenir saint : petit mode d’emploi ». Dans la deuxième partie de l’émission, on parle de la vie et de l’œuvre de Mgr Olivier- Elzéar Mathieu avec l’historien et auteur Jacques Mathieu.

Le christianisme: religion de la sortie de la religion ? avec Martin Bellerose PhD.

Cette semaine, dans le cadre de son balado « Parrêsia », Francis Denis discute du thème du christianisme comme religion de la sortie avec Martin Bellerose, théologien et directeur de l’Institut de pastorale des Dominicains à Montréal. Dans cet entretien, sont abordés des thèmes tels que les religions primitives, la Révélation chrétienne, la sécularisation la Révolution Tranquille.

Église en Sortie 23 mars 2020

Cette semaine à Église en Sortie, Francis Denis interroge la réalisatrice Annabel Loyolaau sujet de son plus récent court métrage « Les âmes errantes ». On vous présente un reportage sur la plénière printanière de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec et on parle du livre « Vieillir, chemin de vérité » avec l’écrivain et professeur de littérature Roland Bourneuf.

Sur la route du diocèse de Nicolet (1ère partie)

Cette semaine à « Sur la route des diocèses », on part à la découverte de l’Église catholique à Nicolet. Fondé le 10 juillet 1885 par le pape Léon XIII, le diocèse de Nicolet s’étend entre la rive sud du fleuve Saint-Laurent et les Appalaches et dessert plusieurs villes importantes dont Nicolet, Dummondville et Victoriaville. Divisé en 27 paroisses disséminées aux quatre coins du diocèse, le Peuple de Dieu dans ce coin de pays reste fidèle à cette histoire de service qui continue de se déployer depuis maintenant 135 ans.

Sixième évêque du lieu, Mgr André Gazaille fut nommé en 2011 par le Pape Benoît XVI et a fait de l’annonce « de l’amour du Christ » le moteur de son action pastorale. Soucieux de se faire proche des préoccupations de l’ensemble du peuple de Dieu qui lui est confié, Mgr Gazaille et toute l’équipe du diocèse de Nicolet sont pleinement engagés dans le tournant missionnaire voulu par le pape François. Que ce soit par la vie de milliers de personnes consacrées à Dieu dans le service de l’éducation et de la santé, par sa proximité des milieux ouvriers et des jeunes en difficulté, par l’accueil des familles et personnes plus vulnérables ou par son souci d’offrir des milieux capables de susciter l’intérêt spirituel des hommes et femmes de notre temps, le Diocèse de Nicolet rayonne de son charisme à rejoindre les périphéries de l’existence.

Dans cet épisode de « Sur la route des diocèses » nous partons donc à la rencontre des différents visages qui forment le peuple de Dieu dans cette région du Centre-du-Québec.

Tous les épisodes de « Sur la route des diocèses » sont également disponibles ICI

Sainte Marie-de-l’Incarnation avec Thérèse Nadeau-Lacour (1/2)

Cette semaine à Parrêsia, Francis Denis reçoit la théologienne et auteur Thérèse Nadeau-Lacour pour un premier entretien sur la vie et l’œuvre de sainte Marie-de-l’Incarnation (1599-1672). Religieuse ursuline, fondatrice des Ursulines de la Nouvelle-France, cette mystique du « nouveau monde » est aujourd’hui considérée comme la mère de l’Église et de l’éducation au Québec. Dans cet épisode, sont abordés les différentes étapes de sa vie ainsi que la profondeur spirituelle d’une vie donnée au service de l’évangélisation et la construction de l’Église en Canada.

Les relations entre l’Église et l’État au Québec avec Alexandre Dumas

Cette semaine, dans le cadre de son balado « Parrêsia », Francis Denis discute des relations entre l’Église et l’État au Québec avec l’historien Alexandre Dumas. Auteur de deux ouvrages importants sur l’abbé Pierre Gravel et du livre « L’Église et la politique québécoise de Taschereau à Duplessis », Alexandre Dumas propose un regard neuf sur l’histoire du Québec. Sont abordés des thèmes tels que l’évolution des différentes tendances politiques et ecclésiales au cours de l’histoire du Québec pouvant éclairer les grands débats actuels.

Église en Sortie 20 janvier 2020

Cette semaine à Église en Sortie on parle de l’éducation et de la culture générale en 2020 avec le philosophe et auteur Louis-André Richard. On vous présente un reportage sur la célébration d’ouverture du 400e anniversaire de sainte Marguerite Bourgeoys. Dans la troisième partie de l’émission, Francis Denis s’entretient de la vie et de l’oeuvre de l’abbé Pierre Gravel avec l’historien et auteur Alexandre Dumas.