Les attentats de Paris selon Rémi Brague

blog_1448028720

Cette semaine j’ai eu la chance de rencontrer monsieur Rémi Brague, de passage à Montréal où il donnait une conférence sur les fondements de la loi à la Faculté de Science religieuse de l’Université McGill. Professeur, historien de la philosophie, spécialiste de la philosophie médiévale arabe, juive et grecque, il est aujourd’hui professeur émérite de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne ainsi qu’à la Ludwig-Maximilian Universität de Munich. Il est également membre de l’Institut. En 2012, il recevait le prestigieux prix Ratzinger pour sa contribution à la théologie qu’il reçut des mains de Benoît XVI lui-même. Je vous présente ici l’intégrale de l’entrevue que j’ai réalisée avec lui sur les attentats de Paris et que vous pouvez visionner en partie ici. Vous reconnaîtrez sans doute le ton ironique de plusieurs des expressions utilisées.

Pouvez-vous nous donner vos réactions face aux attentats de Paris?

En gros je suis contre! Je trouve que c’est franchement mal élevé d’avoir fait cela. J’espère que ça ne se reproduira pas mais d’un autre côté, j’ai bien peur de ne pas avoir été surpris. Ça devait arriver et je suppose que ça va continuer! Les causes étant profondes et lointaines, il faudrait les traiter de manière moins anecdotique disons que simplement par des frappes aériennes ou par des opérations de police. Même si les deux sont sans doute utiles à court terme.

Vous venez d’affirmer que ces attentats étaient prévisibles… Qu’est-ce qui a pu mener à cela?

C’est vraiment une question qu’il faudrait traiter à différentes échelles. Il y a des causes assez proches qui sont, par exemple, le désarroi des jeunes de banlieue (comme on dit). Il y a les causes les plus lointaines qui remontent à 622 très exactement, c’est-à-dire aux origines de l’Islam et à la manière dont Mahomet n’a pas hésité à se débarrasser de ses adversaires par des procédés qui ressemblent étrangement à ceux qui sont mis en œuvre maintenant même si les moyens techniques ont, bien entendu, changé. En effet, il n’a pas hésité à envoyer des assassins le débarrasser de ses adversaires. Des gens qui s’étaient moqués de lui en particulier et qui avaient mis en doute sa mission prophétique. Le gros problème que je vois avec l’Islam en tant que tel c’est qu’il permet de légitimer ce qui de notre point de vue sont des crimes à savoir voler, violer et tuer. Il réussit à justifier ça par le « bel exemple ». C’est une expression qui est dans le Coran, c’est-à-dire « le bel exemple du prophète ». Je crois que c’est la seule religion qui fasse cela soit arriver à relier directement le crime à la « sainteté » puisque ces crimes sont supposés avoir été commandités en dernière analyse par ce qu’il y a de plus saint dans le monde à savoir Dieu Lui-même.

Pour les autres religions (qui ne sont pas non plus innocentes dont le christianisme), c’est plus difficile. On est obligé de se livrer à de multiples contorsions. Par exemple, on ne peut pas déduire les croisades ou l’Inquisition à partir du Sermon sur la montagne ou alors il faut vraiment faire preuve d’une perversité intellectuelle assez exceptionnelle. Alors entre les deux, l’Islam dont se réclament ces « charmants espiègles » qui le connaissent aussi bien que leurs adversaires et en particulier aussi bien que les musulmans que nous appelons « modérés » et la situation de délaissement, d’abandon, d’oubli presque de la situation dans laquelle se trouve nos banlieues, il y a toute une série de causes intermédiaires. La situation au Moyen-Orient étant l’une de celles-ci mais n’étant certainement pas la seule. Donc, il faudrait une médication à court, moyen et long terme, ce dernier étant la réflexion des musulmans eux-mêmes sur ce qu’implique leur Islam.

Capture d’écran 2015-11-20 à 09.17.07

Considérez-vous qu’en général l’Occident répond bien à la situation?

Négativement déjà, je dois quand même constater que la manière dont les autorités politiques, intellectuelles et même parfois, hélas, spirituelles de l’Occident répondent est, pour dire les choses gentiment « inadéquate » et pour le dire méchamment « ridicule ». Évoquer la « laïcité » comme un mantras, évoquer les « valeurs de la République » (dont personne ne sait exactement ce qu’elles sont !), sont des choses qui ne peuvent que susciter, chez un musulman un peu conscient de sa religion, que le mépris… un mépris de fer. En effet, que sont les lois de la République quand on les compare à ce que Dieu a dicté, à ce que Dieu a littéralement dicté à son prophète. Aucune décision émanant d’une instance humaine ne fait le poids contre la parole de Dieu. Donc parler de « laïcité », ce dont d’ailleurs personne ne sait très bien ce que ça veut dire… Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de traduire le mot « laïcité » dans une autre langue que le français (pas le français de ce côté de l’Atlantique mais le français hexagonale si je puis dire) ? Ça ne veut rien dire!

Le problème que nous pose notre ennemi si je puis dire, puisque nous sommes en guerre nous a-t-on expliqué, c’est le problème qui est posé par la célèbre épigraphe que Carl Schmitt avait choisie pour définir l’essence du politique en citant un vers du poète Theodor Däubler: « L’ennemi c’est notre propre question mais qui a pris une figure concrète » (« unsere eigene Frage als Gestalt » dit-il en allemand). Le problème qui est posé est que nous sommes d’une certaine manière notre propre ennemi par la façon dont notre culture (depuis déjà quelque temps, peut-être même quelques siècles en tout cas depuis quelques dizaines d’années puisqu’il semble que cela s’est accéléré depuis disons 30-40ans) scie, avec beaucoup de talent, la branche sur laquelle elle est assise. Je renvoie, si vous voulez, l’Occident à ses propres problèmes. J’ai eu d’ailleurs l’occasion de poser la question à la fin d’un entretien qui vient d’être publié dans Le Point de lundi dernier avec le romancier marocain et très talentueux Tahar Ben Jelloun dans lequel je dis à l’Occident :

« Vous avez peur d’être submergés par des vagues d’immigrés mais vous ne faites pas d’enfants donc de quoi vous plaignez-vous ? ». « Vous regardez avec un regard mélangé de haine et d’envie ces gens qui n’hésitent pas à se faire sauter pour leur religion et vous passez votre temps à cracher sur vos propres traditions religieuses alors de quoi vous plaignez-vous ? Balayez un petit peu devant votre porte au lieu de démoniser votre ennemi. Essayez de voir s’il n’y aurait peut-être pas des raisons de vous mépriser ? ».

Pour finir sur une note plus positive, à travers tout cela qu’elle est votre espérance ?

Je crois que vous avez tout à fait raison de parler d’espérance puisque c’est une vertu théologale qu’il ne faut pas confondre avec l’espoir et encore moins avec, comme le disait Bernanos, ce que « les imbéciles heureux appellent l’optimisme » (Les grands cimetières sous la lune, 1938). Ce que l’on peut peut-être attendre serait une prise de conscience de l’Occident, une manière de se «dessaouler» si je puis dire face, d’une part, aux problèmes internes qu’il connaît (je viens d’en nommer au moins deux) et puis, d’autre part, face à ce qu’est l’Islam, ce qu’est sa prétention, son message, son appel. C’est d’ailleurs un des sens de la lettre « D » qui commence le mot « DAECH ». Ce n’est pas simplement « Daoula » qui signifie « État » mais c’est aussi « Dawa » qui signifie « mission ».

Qu’est-ce que l’Islam propose vraiment ? Comment il se comprend vraiment lui-même ? Là où il est bien conscient de lui-même, là où il n’est pas simplement comme une vague culture ou de vagues mœurs ou de vagues habitudes d’une part. D’autre part, qu’est-ce que c’est vraiment que l’Occident ? Est-ce que c’est seulement le « fastfood » ? Est-ce que c’est seulement la musique rock ? Est-ce que c’est seulement la libéralisation des mœurs et tout ce que cela entraîne ? Est-ce que ce n’est que cela ? Ou est-ce que l’Occident n’aurait pas des sources plus profondes auxquelles il ne serait peut-être pas impossible de retourner et d’y puiser.

Libre

blog_1448028606

Un jour, un prêtre racontait à Henri Nouwen qu’il avait annulé son abonnement au New York Times. En effet, il ne voyait que du mal dans les articles qu’il lisait chaque jour. Les histoires le bouleversaient à tel point qu’il avait de la difficulté à prier et à trouver la paix. Le père Nouwen a écouté le témoignage de ce prêtre avec tristesse, « car cela suggère que ce n’est qu’en rejetant le monde que nous arrivons à vivre [dans le monde] » (Nouwen, Reaching Out).

Suite aux attentats à Paris, vendredi dernier, j’étais moi aussi profondément bouleversée et choquée. Je l’étais d’autant plus que cet événement vient s’ajouter aux multiples injustices qui arrivent dans le monde des mains de l’État Islamique. Leurs actes terroristes font les manchettes chaque jour. En voyant tant de violence et de barbarie, nous sommes parfois tentés de nous fermer les yeux devant le mal car s’y confronter apporte bien des douleurs et son lot de souffrances.

Cependant, une foi authentique exige que nous soyons conscients de ce qui nous entoure pour donner une réponse juste aux événements et pour réaffirmer notre propre liberté. Cette force, c’est dans une confiance totale en Dieu que nous la trouvons. L’explication chrétienne à la question du mal dans le monde n’offre toutefois pas de réponse facile. Elle donne lieu à la réflexion pour nous amener à traiter la source du problème, où la vraie bataille se livre c’est-à-dire dans le cœur humain.  

Le père Henri Nouwen nous dit que « tout ce qui est et tout ce qui arrive devient le fondement de notre contemplation et de notre méditation et nous invite à une réponse libre et courageuse » (Nouwen, Reaching Out). C’est ce que montre la lettre d’un père français aux meurtriers de son épouse qui se trouvait au Bataclan et qui fait le tour des réseaux sociaux en ce moment. Intitulée, « Vous n’aurez pas ma haine », elle nous offre une réaction émouvante aux attentats :

Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son cœur.

Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l’avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j’aie peur, que je regarde mes concitoyens avec un œil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu. Même joueur joue encore.

Je l’ai vue ce matin. Enfin, après des nuits et des jours d’attente. Elle était aussi belle que lorsqu’elle est partie ce vendredi soir, aussi belle que lorsque j’en suis tombé éperdument amoureux il y a plus de 12 ans. Bien sûr je suis dévasté par le chagrin, je vous concède cette petite victoire, mais elle sera de courte durée. Je sais qu’elle nous accompagnera chaque jour et que nous nous retrouverons dans ce paradis des âmes libres auquel vous n’aurez jamais accès.

Nous sommes deux, mon fils et moi, mais nous sommes plus forts que toutes les armées du monde. Je n’ai d’ailleurs pas plus de temps à vous consacrer, je dois rejoindre Melvil qui se réveille de sa sieste. Il a 17 mois à peine, il va manger son goûter comme tous les jours, puis nous allons jouer comme tous les jours et toute sa vie ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. Car non, vous n’aurez pas sa haine non plus.

« Tous les événements de notre vie doivent devenir un appel constant à la conversion du cœur et de l’esprit… tous [les événements] deviennent une invitation urgente… à un engagement personnel » (Nouwen, Reaching Out). Il n’y a pas de réponse facile à la question du mal, mais en choisissant de vivre dans la charité, d’être généreux dans nos relations, nous laissons Dieu vaincre l’emprise que le mal a sur nous.

Paris restera Paris

blog_1448028662

Vendredi 13 novembre d’innocentes victimes ont brutalement trouvé la mort, parce qu’elles profitaient de la vie, assises en terrasse d’un café ou d’un restaurant, pour fêter un anniversaire ou célébrer la fin de la semaine. Parce qu’elles chantaient la vie, dans une salle de concert, devenue champ de bataille. Parce qu’elles étaient là, anonymes, un vendredi soir, arpentant les rues de la capitale pour retrouver, un frère, une sœur, une épouse, un ami…

Ce soir-là, la nuit était encore plus sombre que d’habitude. Paris a saigné, la France a tremblé, nos cœurs ont pleuré. À nos larmes d’éteindre le feu qui consume nos cœurs !

Depuis cette horreur, Paris, sous le choc, se réveille avec une gueule de bois dont il a du mal à se remettre. Mais quand « Paris a la fièvre : Il la soigne à sa façon » chantait une des voix les plus emblématiques de la chanson française. Et pour cause !

À Paris, comme partout en France, on ne se laisse pas abattre ! On est fier mais pas austère. On aime vivre. On chante, on danse, on boit du vin, on fait la fête. On voit dans la rue, ces hommes et ces femmes, libres, qui nous rappellent qui nous sommes et où nous sommes. Dans la Ville lumière, cité de l’amour, celle qui s’est libérée du mal. Et si le sang versé peut changer son visage, son âme elle ne peut être prise en otage.

À Paris, comme partout en France, nous continuerons de boire des coups au bistrot du coin. Nous continuerons de rire, à la barbe ou pas. Sur les quais de Seine nous nous dirons « je t’aime », sur les Champs-Élysées nous nous dirons « je te hais », avant de nous pardonner.

« Que l’on touche à la liberté, et Paris se met en colère » dit encore cette icône française de la chanson populaire. Mais même en colère Paris ne perd pas espoir, et nos chansons montent au ciel, pour nos morts, en leur mémoire.

Paris, « où il fait bon même au cœur de l’orage ». Paris, « où il fait clair même au cœur de la nuit », écrivait le célèbre poète parisien, Louis Aragon.

Paris, Ville lumière, capitale insoumise et impétueuse, se relève doucement, mais sûrement. Paris est touché mais Paris ne coule pas, c’est la ville qui le dit : Fluctuat nec mergitur est !

Pour Ernest Hemingway, comme pour beaucoup d’autres, « Paris est une fête ». Il le restera !

Homélie du cardinal André Vingt-Trois lors de la Messe à l’intention des victimes des attentats de Paris

blog_1447683145

Vous trouverez ci-dessous l’homélie du cardinal André Vingt-Trois lors de la Messe à l’intention des victimes, de leurs proches et pour la France suite aux des attentats de Paris.

Les événements tragiques qui ont frappé notre pays ces jours-ci, -et particulièrement Paris et Saint-Denis-, plongent nos concitoyens dans l’effroi et la stupeur. Ils nous posent deux redoutables questions : en quoi notre mode de vie peut-il provoquer une agression aussi barbare ? A cette première question, nous répondons volontiers par l’affirmation de notre attachement aux valeurs de la République, mais l’événement nous oblige à nous interroger sur le prix à payer pour cet attachement et à un examen de ces valeurs. La deuxième question est encore plus redoutable car elle instille un soupçon dans beaucoup de familles : comment des jeunes formés dans nos écoles et nos cités peuvent-ils connaître une détresse telle que le fantasme du califat et de sa violence morale et sociale puissent représenter un idéal mobilisateur ? Nous savons que la réponse évidente des difficultés de l’intégration sociale ne suffit pas à expliquer l’adhésion d’un certain nombre au djihadisme bien qu’ils échappent apparemment à l’exclusion sociale. Comment ce chemin de la barbarie peut-il devenir un idéal ? Que dit ce basculement sur les valeurs que nous défendons ?

La foi chrétienne peut-elle nous être de quelque secours dans le désarroi qui s’est abattu sur nous ? A la lumière des lectures bibliques que nous venons d’entendre, je voudrais vous proposer trois éléments de réflexion.

1. « Dieu, mon seul espoir. » (Psaume15)

Le psaume 15, comme beaucoup d’autres psaumes, est un cri de foi et d’espérance. Pour le croyant dans la détresse, Dieu est le seul recours fiable : « Il est à ma droite, je suis inébranlable. »

C’est peu dire que les tueries sauvages de ce vendredi noir ont plongé dans la détresse des familles entières. Et cette détresse est d’autant plus profonde qu’il ne peut pas y avoir d’explications rationnelles qui justifieraient l’exécution aveugle de dizaines de personnes anonymes. Mais si la haine et la mort ont une logique, elles n’ont pas de rationalité. Bien sûr, nous avons besoin de dire des mots, nous avons besoin que des mots soient dits et que nous les entendions, mais nous sentons tous que ces paroles ne vont pas au-delà d’un réconfort immédiat. Avec l’irruption aveugle de la mort, c’est la situation de chacun d’entre nous qui devient incontournable.
Le croyant, comme tout un chacun, est confronté à cette réalité inéluctable, proche ou lointaine, mais certaine : notre existence est marquée par la mort. On peut essayer de l’oublier, de la contourner, de la vouloir douce et légère, mais elle est là. La foi, aucune foi, ne permet d’y échapper. Et nous sommes intimement acculés à répondre de nous-mêmes : vers qui nous tourner dans cette épreuve ? Faire confiance aux palliatifs, plus ou moins efficaces ou durables ou bien faire confiance à notre Dieu, qui est le Dieu de la vie. Le psalmiste nous soutient pour mettre sur nos lèvres la prière de la foi et de l’espérance : « Tu ne peux m’abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption. »

En ces jours d’épreuve, chacun de ceux qui croient au Christ est appelé au témoignage de l’espérance pour lui-même et tous ceux qu’il essaie d’accompagner et de soulager. Au moment où va s’ouvrir, dans quelques semaines, l’année de la miséricorde, nous voudrions, par nos paroles et nos actions, être des messagers de l’espérance au cœur de la souffrance humaine.

2. « Tu m’apprends le chemin de la vie. » (Psaume 15)

Cette espérance définit une manière de vivre pour ceux qui la reçoivent. Elle nous apprend le chemin de la vie. Heureusement tous ne sont pas confrontés aux horreurs subies par les victimes du fanatisme comme celles de vendredi dernier. Mais tous, sans exception, chacun et chacune d’entre nous, nous devons affronter des événements et des périodes difficiles dans notre existence. À quoi reconnaît-on un homme ou une femme d’espérance ? À sa capacité à assumer des épreuves et à combattre contre les forces destructrices dans la confiance et la sérénité. Cette force intérieure permet à des hommes et à des femmes ordinaires, comme vous et moi, de refuser de plier, de faire des choix difficiles, parfois héroïques, bien au-delà de ses propres forces.

Après les périodes de dures épreuves, nous pouvons reconnaître que certaines et certains ont tenu sans faiblir parce que leur conviction intérieure était assez forte pour braver des dangers possibles ou réels. Pour nous, chrétiens, cette force vient de notre confiance en Dieu et de notre capacité à nous appuyer sur Lui. Mais nous pouvons aller plus loin dans notre interprétation : pour un certain nombre d’hommes et de femmes, leur foi en une réelle transcendance de l’être humain les motive. Même s’ils ne partagent pas notre foi en Dieu, ils partagent un de ses fruits qui est la reconnaissance de la valeur unique de chaque existence humaine et de sa liberté. Pouvons-nous voir dans le calme et le sang-froid dont nos compatriotes ont fait preuve un signe de cette conviction que notre société ne peut se justifier que par son respect indéfectible de la dignité de la personne humaine ?

Face à la barbarie aveugle, toute fissure dans ce socle de nos convictions serait une victoire de nos agresseurs. Nous ne pouvons répondre à la sauvagerie barbare que par un surcroît de confiance en nos semblables et en leur dignité. Ce n’est pas en décapitant que l’on montre la grandeur de Dieu, c’est en travaillant au respect de l’être humain jusque dans ses extrêmes faiblesses.

3. « Lorsque vous verrez arriver tout cela… » (Marc 13, 29)

Cette confiance en Dieu est une lumière sur le chemin de la vie, mais pas seulement pour chacun d’entre nous dans son existence personnelle. Elle est aussi une lumière pour comprendre l’histoire humaine, y compris dans son déroulement énigmatique. L’évangile de Marc que nous avons entendu annonce le retour du Fils de l’Homme, le Sauveur, à travers des signes terrifiants dans les cieux et sur la terre. Nous ne sommes plus accoutumés à cette façon de scruter les signes, encore que beaucoup fassent commerce de cet exercice. Mais il me semble que le plus important pour nous est de puiser dans cette lecture deux enseignements.

D’abord, nul ne sait ni le jour ni l’heure de la fin des temps. Seul, le Père les connaît. Nous savons aussi que nous ne connaissons ni le jour ni l’heure de notre propre fin et que cette ignorance taraude bien des gens. Mais nous voyons tous, -et l’événement de cette semaine nous le rappelle cruellement-, que l’œuvre de mort ne cesse jamais et frappe, parfois aveuglément.

Ensuite, les événements dramatiques ou terrifiants de l’histoire humaine peuvent être interprétés et compris comme des signes adressés à tous. « Lorsque vous verrez cela, sachez que le Fils de l’Homme est proche à votre porte » nous dit l’évangile (Marc 13,29). Cette capacité d’interpréter l’histoire n’est pas une façon de nier la réalité. Elle est une façon de découvrir que l’histoire a un sens. Elle annonce quelqu’un qui frappe à notre porte, à chacune de nos portes. Ce quelqu’un, c’est le Christ.

Ainsi nous ne pouvons pas nous arrêter aux malheurs de la vie ni aux souffrances que nous endurons, comme si cela n’avait aucun sens. À travers eux, nous pouvons découvrir que Dieu frappe à notre porte et veut nous appeler encore à la vie, nous ouvrir les chemins de la vie. Cette espérance, nous devons la porter et en témoigner comme un réconfort pour ceux qui souffrent et comme un appel pour tous à vérifier les vraies valeurs de sa vie.

Je vous propose maintenant de vous unir intensément à la prière des défunts qui va être chantée.

(Lectures: Dn 12, 1-3 ; Ps 15 ; He 10, 11-14.18 ; Mc 13, 24-32)

« Changer de cap ! » – Cardinal André VINGT-TROIS

blog_1434668536

Cardinal André VINGT-TROIS

Archevêque de Paris

Rarement une encyclique aura été aussi attendue. À six mois du grand rendez-vous de la COP 21 à Paris, le pape François adresse un appel solennel à toute l’humanité au sujet d’un immense défi : la dégradation globale de l’environnement naturel. Successeur de l’apôtre Pierre, et à ce titre, témoin du Christ ressuscité, François invite tous les hommes de bonne volonté à un changement de cap en resituant chacun devant sa responsabilité de prendre soin de la « maison commune » où Dieu a donné à tout être une place. Mais il se fait aussi le porte-parole de ceux qui, ensemble, gémissent sous le poids de la souffrance : les pauvres et la nature. Car, aux yeux du Pape, il n’existe pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale. Environnement naturel et environnement humain se dégradent ensemble. Sauvegarde de la terre comme « maison commune » et amour des pauvres vont de pair. Si François relaie ainsi le cri des plus fragiles, c’est que le défi environnemental ainsi que ses racines concernent la totalité des hommes et touchent chacun au plus profond de son humanité. Pour surmonter ensemble, par un dialogue multiforme, ce redoutable défi, nous avons d’abord à changer de regard, ce qui suppose que nous commencions par ouvrir les yeux.

Ouvrir les yeux. Le Pape n’ignore ni les débats scientifiques en cours, ni les divergences d’opinion, ni les résistances à la conversion écologique, y compris chez des catholiques convaincus. Il passe cependant en revue les symptômes majeurs qui affectent gravement notre terre. Sans entrer dans ce qui relève de l’expertise scientifique, François a voulu nommer les choses en prenant des exemples concrets, pour que nul ne puisse considérer avec mépris ou indifférence les alertes lancés par nombre d’experts. « Le rythme de consommation, de gaspillage et de détérioration de l’environnement a dépassé les possibilités de la planète, à tel point que le style de vie actuel, parce qu’il est insoutenable, peut seulement conduire à des catastrophes, comme, de fait, cela arrive déjà périodiquement dans diverses régions (n° 161). » Le pape espère, ce qui est loin d’être le cas pour tous, que chacun pourra prendre conscience de la situation et « oser transformer en souffrance personnelle ce qui se passe dans le monde » (n° 19).

Changer de regard. Le Pape replace le défi écologique à son niveau le plus radical, celui d’une conversion dans la manière d’appréhender la vie et l’activité humaines. Sans cette conversion, toutes les solutions, qu’elles soient techniques ou économiques ou juridico-politiques, seront insuffisantes et pourront au mieux retarder une échéance qui s’annonce catastrophique. Le changement de vision du monde concerne ici le rapport de l’homme à la technique moderne. Si celle-ci a considérablement amélioré les conditions de vie, elle place aujourd’hui les hommes devant une option abyssale en leur donnant un pouvoir sans mesure sur eux-mêmes et sur la terre tout entière.

C’est que l’immense essor des sciences et des techniques n’a pas été accompagné d’un progrès éthique et culturel équivalent. Pire encore, le modèle et les finalités des technosciences se sont étendus à la vie concrète des individus comme des sociétés. Il est devenu très difficile de s’abstraire des fabuleux moyens mis à notre disposition, ou même d’en faire usage, sans être asservi par leur logique qui exténue progressivement toute capacité de décision, de liberté et de créativité. Aussi la solution au défi environnemental ne peut-elle se réduire à des initiatives partielles et bricolées dans l’urgence. La racine du problème tient à l’emprise de la technique sur la vie, qu’elle soit humaine ou non.

Si nous arrivons à changer de regard sur la nature, si nous renonçons à considérer les autres êtres vivants comme des objets soumis arbitrairement à notre usage et notre domination, si nous allons jusqu’à ressentir combien nous sommes vitalement unis à tous les êtres de l’univers, « la sobriété et le souci de protection jailliront spontanément » (n° 11). C’est pourquoi, dans le sillage de saint François d’Assise qui appelait « frère » ou « sœur » la moindre créature, le Pape invite avec audace l’humanité à s’ouvrir au langage des relations intersubjectives, et plus précisément des relations familiales, pour nommer les choses de la nature et s’orienter ainsi vers une attitude plus humaine envers elles.

Dialoguer et s’unir pour trouver des solutions. Les problèmes environnementaux et sociaux sont enfin d’une telle complexité qu’aucune discipline scientifique ni aucune forme de sagesse, y compris religieuse, ne peuvent être négligées pour apporter des réponses durables. Le pape François propose non des solutions mais une méthode, celle d’un dialogue sérieux et sans préjugés entre toutes les parties concernées. S’il consacre un chapitre à « l’évangile de la création », c’est qu’il croit, comme le patriarche Bartholomée, à une nouvelle rencontre féconde entre science et religion, et qu’il veut également montrer combien les convictions de foi offrent aux chrétiens, comme à d’autres croyants, de puissantes motivations pour prendre soin de la terre.

Comme il le répète à plusieurs endroits, même si, selon les termes très forts de Jean-Paul II, « l’humanité a déçu l’attente divine », même si les symptômes d’un point de non-retour apparaissent, le pape François ne désespère pas de la capacité humaine à trouver une issue juste et durable. Certaines expériences en témoignent un peu partout dans le monde. Plus encore, à ses yeux, « la meilleure manière de mettre l’être humain à sa place, et de mettre fin à ses prétentions d’être un dominateur absolu de la terre, c’est de proposer la figure d’un Père créateur et unique maître du monde, parce qu’autrement l’être humain aura toujours tendance à vouloir imposer à la réalité ses propres lois et intérêts (n° 75) ». « Nous ne sommes pas Dieu. » (n°67). Quel défi pour l’humanité d’oser imiter le pauvre d’Assise dans son chant de louange : « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la terre… » !

Sainte Geneviève

A la découverte des Saints et Saintes…

Nous fêtons aujourd’hui, 3 janvier, Sainte Geneviève.

Blog - SaintGenevieveGeneviève est née en 422 dans les environs de Paris. Très jeune, elle se consacre à Dieu et mène une vie d’ascète. Elle est d’ailleurs remarquée par sa piété et sa force de caractère par Saint Germain, évêque d’Auxerre.

Lorsque ses parents meurent, elle part vivre à Paris et exerce la charge de membre du conseil municipal détenue par son père. Au début, les Parisiens sont hostiles à cette jeune femme, ses visions et prophéties. Mais elle gagne rapidement leur confiance notamment en 451, lorsqu’Attila envahit la Gaule. Geneviève exhorte les Parisiens à ne pas abandonner la ville, à jeûner et à prier. Les Barbares détournent finalement leur route. Sainte Geneviève devient alors bienfaitrice de la capitale.

Quelque temps plus tard, elle est à l’origine de la construction de la première basilique de la capitale, Saint-Denis.

sainte-GenevieveEn 486, elle témoigne à nouveau de sa fidélité pour la ville de Paris lorsque par son courage, elle sauve les Parisiens d’une terrible famine. Malgré le danger, elle longe la Seine pour quémander de la nourriture dans les campagnes. Elle revient avec onze bateaux chargés de vivres qu’elle distribue aux plus pauvres des Parisiens.

Elle devient ensuite la conseillère du roi Clovis et le convainc de construire une nouvelle église au cœur de Paris dédiée aux saints Pierre et Paul.

Elle meurt en 502. Elle a alors 89 ans. Elle est enterrée aux côtés du roi Clovis et de la reine Clotilde. Sainte Geneviève est la sainte patronne de Paris et des gendarmes.

Prêtre par amour, malgré ses faiblesses

[NDLR: dans l’intérêt de nos lecteurs, nous publions l’homélie du Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, prononcée le 26 juin à l’occasion de la messe d’ordination de nouveaux prêtres à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Plus de 10 000 personnes ont pris part à la célébration qui s’est déroulée à la fois sur le parvis et à l’intérieur de la basilique.]

Frères et Sœurs,

Le parvis de Notre-Dame de Paris le 26 juin 2010Cette année notre célébration de l’ordination des nouveaux prêtres du
 diocèse de Paris prend une dimension exceptionnelle. D’abord elle marque
 la clôture de l’année sacerdotale pour le cent cinquantième anniversaire
 de la mort de saint Jean-Marie Vianney, curé d’Ars. D’autre part, j’ai 
aussi souhaité que cette ordination soit l’occasion d’un rassemblement
 diocésain qui associe toutes les paroisses et les communautés au terme
 de notre première année de « Paroisses en mission ».
Bien sûr, nous savons que nous ne sommes ici qu’une petite partie de
 l’immense peuple de Dieu qui constitue le diocèse de Paris. Nous avons
 bien conscience de n’être que les représentants visibles de ces
 assemblées dominicales que j’ai appelées cette année à s’investir 
davantage dans la mission de l’Église.

Nous sommes d’autant plus heureux de nous retrouver dans et autour de la
cathédrale, l’église mère, représentant les différents quartiers de 
Paris et toutes les générations. Notre joie est encore accrue par la 
présence de Mgr Joseph Nguyen Chi Linh, évêque de Thanh-hoa au Vietnam
 qui vient participer à l’ordination de Joseph Nam, prêtre de son
 diocèse. Nous lui souhaitons cordialement la bienvenue à Paris et nous 
lui exprimons notre communion avec l’Église au Vietnam. 
Nous sommes aussi heureux d’accueillir Mgr Matthias N’Gartéri Mayadi,
 archevêque de N’Djaména au Tchad.

Thomas, Nicolas, Grégoire, Nathanaël, Thierry, Thierry, Joseph, Luc et 
Sébastien, 

célébrer votre ordination sacerdotale au cours de ce rassemblement
 diocésain n’est pas une manière de relativiser l’événement exceptionnel 
que vous vivez aujourd’hui, au contraire. C’est au cœur de ces 
communautés que votre vocation personnelle a pris corps, c’est pour le 
service de ces communautés que vous êtes ordonnés et que le Christ 
appelle chacun d’entre vous et vous consacre. La magnifique figure de 
notre Église assemblée vous donne visiblement le cadre de votre vie de 
prêtres qui commence aujourd’hui. [Read more…]

Deux ans après le retour vers Dieu du Cardinal Lustiger

 

Le 5 août 2009 marque le 2e anniversaire du rappel à Dieu du Cardinal Jean-Marie-Lustiger. En mission à Paris au printemps 2009, j’ai eu la chance de poser quelques questions au Cardinal André Vingt-Trois, actuel archevêque de Paris, ‘fils spirituel’ du Cardinal Lustiger, à propos de l’héritage de son prédécesseur. L’entretien a eu lieu dans les studios de KTO à Paris.

Suivre Marie à l’exemple de Catherine Labouré

 

Il y a un mois, la Chapelle de la médaille miraculeuse réouvrait ses portes aux visiteurs après quelques mois de travaux et de nettoyage. Ce lieu un peu caché derrière le Bon Marché à Paris, couvent des Soeurs de la charité de Saint-Vincent de Paul où la Vierge Marie apparut à Catherine Labouré. Quoi de mieux en ce mois de Marie…

Les trésors du Mont Athos au Petit Palais: à défaut de visiter l’île


Alors que mon séjour parisien tirait à sa fin, j’ai pu visiter l’exposition présentée au Petit Palais à Paris. Le Mont Athos et l’Empire byzantin, Trésors de la Sainte montagne. Seul crititque qui n’est pas mentionnée dans la vidéo: l’exposition omet d’expliquer le sens des icônes, ou du moins de certaines d’entre elles. Pourquoi la vierge est assise ainsi? Quel est le rouleau que tient l’enfant Jésus? Il est difficile d’apprécier ces trésors s’il nous est impossible de les lire comme il se doit. Je suis retourné voir l’exposition la semaine suivante, cette fois avec une personne qui avait suivi une formation en iconographie. Elle m’a beaucoup éclairé. Pour elle aussi, l’exposition ne donnait pas assez d’explications. Tout de même, à défaut de visiter cette île, il faut voir les trésors de la Sainte montagne au Petit Palais et découvrir son histoire fascinante.