Rassemblement des jeunes Canadiens – JMJ Madrid

Pour la première fois dans l’histoire de la participation du Canada à la Journée Mondiale de la Jeunesse, les pèlerins canadiens ont eu l’occasion de vivre un rassemblement national, au Pavillon Palacio de Deportes, qui a compris une prière spéciale du matin, de la musique et des témoignages de jeunes Canadiens. Mgr Terrence Prendergast, S.J., archevêque d’Ottawa, a présidé la célébration et Mgr Richard Smith, à titre de vice-président de la Conférence des évêques catholiques du Canada, a prononcé le mot de bienvenue aux jeunes au nom de la CECC.
Cyprien Fusco est notre envoyé spécial sur place et a recueilli les impressions de quelques jeunes présents à ce rendez-vous historique.

Les attentes de quelques jeunes du Québec avant leur départ pour les JMJ

Ça y est, les JMJ ont officiellement commencé à Madrid

La messe d’inauguration place de la Cibeles a rassemblé des centaines de milliers de jeunes, de 193 nations, plus de mille évêques, cent mille prêtres.

Dans son homélie l’archevêque de Madrid a évoqué le bienheureux Jean-Paul II, l’un des patrons des JMJ, bien présent dans tous les cœurs.

Le chant inspiré des paroles de Ste Thérèse d’Avila:
« Nada te turbe, nada te espante: sólo Dios basta! … Que rien ne te trouble, que rien ne t´effraie: Qui a Dieu ne manque de rien. … » résonne encore.

La nuit tombe sur Madrid en cette fin de messe d’inauguration, mais pas la chaleur des cœurs.

Le président du Conseil pontifical pour les laïcs, le cardinal Stanislas Rylko, ce soir, à Madrid, à la fin de la messe s’est adressé aux jeunes. Voici le texte intégral de son allocution

« Très chers jeunes,

Et voilà, le jour tant attendu est arrivé: l’inauguration de la XXVIème Journée Mondiale de la Jeunesse. Après un long cheminement de préparation vous êtes finalement arrivés ici, à Madrid, la belle métropole moderne qui deviendra ces jours-ci la capitale de la jeunesse catholique du monde entier…
« Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur!… » (Ps 118,26). C’est par ces mots du Psaume que je vous donne cordialement la bienvenue avec toutes les chaleureuses salutations de la part du Conseil Pontifical pour les Laïcs, le dicastère du Saint-Siège auquel le Pape a confié l’organisation des rencontres mondiales des jeunes. J’adresse une pensée reconnaissante à vos évêques, aux prêtres, aux religieux et aux religieuses, ainsi qu’aux formateurs laïcs qui vous ont accompagnés et vous ont guidés sur le parcours de préparation spirituelle à cette grande aventure de la foi que nous vivrons ensemble ces jours-ci.
À ce rendez-vous avec le Saint-Père Benoît XVI vous avez amené vos projets et vos espoirs, mais aussi vos inquiétudes, les préoccupations pour les choix qui vous attendent… Ce seront des jours inoubliables de découvertes importantes et de décisions déterminantes pour votre vie…
Les réflexions et les prières de ces journées seront guidées par les mots de Saint Paul que vous connaissez bien « Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi… » (Col 2,7). C’est une parole exigeante parce qu’elle contient un programme de vie précis pour chacun de nous! Ces jours-ci, au cœur de notre réflexion il y aura la foi. Parce que la foi est un facteur décisif dans la vie de tout homme. Tout change, selon le fait que Dieu existe ou qu’Il n’existe pas! La foi est la racine qui nous nourrit avec la lymphe vitale de la parole de Dieu et des sacrements; c’est le fondement, la roche sur laquelle construire notre vie, la boussole sûre qui guide nos choix et donne à notre vie son orientation décisive.
Aujourd’hui malheureusement, dans notre monde qui si souvent refuse Dieu et vit comme s’Il n’était pas là, beaucoup se demandent : la foi est-elle encore possible?…

Très chers jeunes! Vous êtes venus ici, à Madrid, des endroits les plus retirés de la planète, pour dire à voix haute au monde entier – et en particulier à cette Europe qui montre les signes d’un profond désarroi – votre « oui » convaincu! « Oui », la foi est possible! Plus encore, c’est même une aventure merveilleuse qui nous permet de découvrir toute la grandeur et la beauté de notre vie… Parce que Dieu, qui s’est révélé sous le visage du Christ, ne diminue pas l’homme, mais il l’exalte de façon démesurée, au-delà de toute imagination! … Ces jours-ci, nous voulons crier avec les Apôtres au Seigneur: « Augmente notre foi! » (Lc 17,5)… Nous voulons aussi prier avec Saint Anselme: Seigneur, «enseigne-moi à Te chercher, montre-toi à qui Te cherche, car je ne puis Te chercher si Tu ne m’enseignes, ni Te trouver si Tu ne te montres» (Proslogion 1,1).

En attendant l’arrivée du Pape Benoît XVI, nous avons accueilli ce soir un invité spécial de la JMJ de Madrid: le Bienheureux Jean-Paul II qui revient au milieu de vous jeunes qu’il a tant aimés, et dont il a été aussi beaucoup aimé: il est revenu comme votre Patron Bienheureux et comme le Protecteur à qui vous pouvez vous confier; il est revenu comme un ami – un ami exigeant, comme il aimait à se décrire… Il est venu vous dire une fois de plus, avec tant de chaleur: N’ayez-pas peur! Choisir le Christ dans sa vie c’est acquérir la perle précieuse de l’Évangile pour laquelle cela vaut la peine de tout donner!
Très chers jeunes!
La JMJ de Madrid 2011 est commencée!
Je vous redis donc: Bienvenus à tous à Madrid!”

L’Histoire des Journées Mondiales de la Jeunesse

25 ans de Journées Mondiales de la Jeunesse. Toute une histoire !

Vivre les JMJ autrement

Il faut un certain courage pour participer aux Journées Mondiales de la Jeunesse, surtout dans un pays comme l’Espagne : il fait très chaud, on peut manquer de l’eau, et on est loin de chez nous. Même les gens en bonne santé pourraient avoir des doutes face à l’idée de passer quelques semaines dans un pays chaud pour un évènement rassemblant plus d’un million de personnes.

Il y a un petit nombre de pèlerins pour lesquels vivre les JMJ en Espagne exige encore plus de courage : pour les pèlerins qui vivent avec des handicaps, la décision de participer aux JMJ cet été s’avère plus redoutable. Pourtant, malgré la chaleur et les immenses foules, quelques milliers de jeunes handicapés se sont inscrit aux JMJ.
La participation aux JMJ des jeunes handicapés révèle l’accueil de tout le monde manifesté par l’Église.
L’Évangile exige aux chrétiens une vie ouverte à tous : aux puissants et aux faibles, aux grands et aux petits. La présence des personnes vivant avec des handicaps n’est pas qu’un simple symbole ; elle découle de la logique même de l’Évangile, selon lequel Dieu offre sa vie à n’importe qui, peu importe son succès ou ses talents. Autrement dit, la valeur d’une personne n’est pas liée à son statut. Le plus les chrétiens accueillent les pauvres et les faibles, le plus ils se montrent vrais disciples du Christ. Ce n’est alors pas surprenant qu’il y aura des services spéciaux pour les jeunes handicapés pendant les JMJ.
À Madrid, par exemple, il y aura des catéchèses particulières pour des jeunes pèlerins sourds. Plusieurs diocèses et d’autres organismes charitables ont créé des groupes spécialisés pour adapter les activités des JMJ pour mieux répondre aux besoins des personnes handicapés.

Alors, quels que soient ses capacités ou ses talents, il y a une place cet été pour tout le monde à Madrid.

Les JMJ, laboratoire de l’Eglise

A la veille des JMJ,  nous publions cet article du quotidien La Croix ; le père Thomas Rosica parle de l’importance du Chemin de Croix

« Les JMJ, laboratoire de l’Eglise

Du 16 au 21 août, un million et demi de jeunes sont attendus à Madrid, en Espagne, pour les 26es Journées mondiales de la jeunesse.

Dans un paysage catholique morose, marqué par la baisse de la pratique et des vocations, le succès de ce rassemblement autour du pape surprend.

Pour certains observateurs, le moment fut magique. Pour d’autres, incongru : en août 2008, sur l’immense pelouse aménagée dans la banlieue de Sydney, des centaines de milliers de jeunes se tiennent en silence.

Sur les écrans géants, disséminés un peu partout, une image fixe : le Saint Sacrement. Et devant, un homme âgé, Benoît XVI, recueilli. À l’écran, aucun autre mouvement. Pourtant, les jeunes se taisent, prient, ou regardent.

Mêler tradition et modernité

Cette scène s’était déjà produite trois ans plus tôt, à Cologne. Elle se répétera sans aucun doute à la fin de la veillée, samedi prochain, à Madrid. À elle seule, elle résume les JMJ, en même temps qu’elle livre l’une des clés de leur succès : ce curieux mélange de tradition (adoration du Saint Sacrement) et de modernité (un immense sit-in).

En somme, une forme de « religion postmoderne », pour reprendre l’expression de Michaela Pfadenhauer, professeur de sociologie au Karlsruhe Institute of Technology, qui a dirigé une étude sur les JMJ de Cologne (2005).

« Ce qui a contribué au succès, c’est la combinaison passionnante entre la capacité d’unir le traditionnel, liturgique, ecclésial, avec le moderne, la culture de l’événement. »

« Méga-événement »

De fait, tous les ingrédients du « méga événement » sont là : les JMJ donnent lieu à une scénographie marquée par un grand professionnalisme, avec un sens certain du marketing.

« Pour les autres rassemblements catholiques, ce sont les participants qui organisent. Là, on invite des professionnels, de grandes agences de communication », note encore la sociologue allemande.

En témoigne le chemin de croix, un des temps forts des JMJ. À Toronto, en 2002, il s’est dressé grâce à un système d’écrans géants sur les gratte-ciel de la ville, dans les rues, faisant appel par des images, parfois à la limite du supportable, à l’émotion et l’univers des jeunes générations.

Pourtant, « ce chemin de croix est resté dans toutes les mémoires », comme le rappelle le P. Thomas Rosica, qui fut directeur national des JMJ canadiennes : « Il est parvenu à créer une vraie émotion dans une ville très froide comme Toronto. » [Read more…]

L’âme de Madrid

Présentation multilingue de Madrid et des JMJ 2011

L’Eglise en Espagne : Quelques chiffres

Puisque le regard des catholiques va se tourner vers l’Espagne pour les journées mondiales de la jeunesse en ce mois d’août, le Vatican vient de communiquer les statistiques pour l’Église en Espagne. Les Espagnols sont majoritairement catholiques et, à travers les écoles, les hôpitaux, et d’autres institutions sociales, l’Église se montre très engagée pour le bien-être de la société espagnole. Voici les statistiques :

Pour 505.992 km2 et 46.073.000 habitants, l’Espagne compte 42.470.000 catholiques (92,18 %). L’Église dispose de 70 circonscriptions, de 22.890 paroisses, 126 évêques, 24.778 prêtres, 1.866 séminaristes, 1.258 postulants, 54.184 religieux, 2.826 laïcs consacrés et 99.581 catéchistes.

L’éducation catholique, de la maternelle à l’université, compte 1.461.899 élèves et étudiants, en 5.535 structures. L’Église dirige 77 hôpitaux, 54 dispensaires, 1 léproserie, 803 maisons de retraite, 391 orphelinats et garderies, 293 centres pour la famille et la protection de la vie, 3.323 centres sociaux spécialisés et 632 autres structures variées.

–Source : Vatican Information Service

Les JMJ d’hier à aujourd’hui

Les Journées Mondiales de la Jeunesse approchent à grand pas! Bientôt, des jeunes du monde entier seront rassemblés en Espagne pour rencontrer Jésus Christ. Déjà les préparations sont en cours pour assurer que les JMJ à Madrid soient des jours profonds de prières, de catéchèse, et de fraternité. Sel+Lumière vous aidera à vous préparer pour ce grand évènement d’Église. Suivez l’horaire des JMJ, regardez des vidéos des JMJ précédents, et apprenez toutes les nouvelles sur Madrid 2011.

Que sont les JMJ?

Une initiative de Jean-Paul II, les Journées Mondiales de la Jeunesse ont été voulues comme des journées de rassemblement pour des jeunes du monde entier. Rassemblant principalement des jeunes catholiques, mais aussi des chrétiens d’autres confessions, ainsi que des personnes qui sont en quête spirituelle, les JMJ offrent aux gens de tous les coins du monde l’opportunité de prier ensemble, de recevoir une formation catéchétique, et de rencontrer le pape. Pendant deux semaines, les jeunes partagent les richesses de la culture et de la vie de l’Église dans le pays choisi comme lieu des JMJ, permettant aux pèlerins d’approfondir leur foi en rencontrant des jeunes catholiques provenant de plusieurs pays. Bref, les JMJ mettent les jeunes catholiques en contact avec la dimension globale de l’Église, ce qui les permet aussi de donner une plus grande vie à l’Église universelle.

L’histoire des JMJ

Deux grands événements ont déclenché les Journées Mondiales de la Jeunesse. Le premier est le fruit d’une invitation que Jean-Paul II a lancée en 1984 aux jeunes de se rassembler à Rome pour célébrer un jubilé spécial pour la jeunesse. Près de 300,000 jeunes ont répondu à cette invitation. Au cours de la célébration, Jean-Paul II a confié aux pèlerins la « Croix de l’Année Sainte », qui est devenue la croix portée par les jeunes pendant chaque JMJ.

L’ONU a déclaré 1985 l’année internationale de la jeunesse. Une autre grande rencontre fut organisée le Dimanche des Rameaux, rassemblant 350 000 jeunes sur la place Saint Pierre. Suite au succès de ces deux événements, Jean-Paul II a institué les JMJ à tous les ans, avec des grands rassemblements planifiés tous les 2 ou 3 ans.

Les JMJ suivantes furent célébrées à Buenos Aires (1987), St-Jacques de Compostelle (1989), Czestochowa (1991), Denver (1993), Manille (1995), Paris (1997), Rome (2000), Toronto (2002), Cologne (2005), Sydney (2008).

Madrid 2011

Plus d’un million et demi de jeunes sont attendus à Madrid, la capitale nationale de l’Espagne. Benoît XVI a choisi comme thème un verset de la lettre de Saint Paul aux Colossiens : « Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi » (Col 2,7). Avec ce verset, le pape veut enseigner aux jeunes que Dieu offre à ses disciples la force et l’espérance; être disciple du Christ signifie avoir un sens à la vie et un compagnon de route.

Les jeunes vont commencer leur pèlerinage à Madrid le 10 août par les Journées en diocèses, qui permettront aux pèlerins de rencontrer les habitants de l’Espagne et de partager leur culture et leur foi dans les paroisses, les écoles et les familles. Après cinq jours dans les diocèses, les pèlerins vont se rassembler à Madrid le 16 août pour vivre des journées marquées par des liturgies, des catéchèses, le chemin de croix, et la présence du Saint Père. Les JMJ culmineront à la Veillée de prière et à la messe de clôture célébrées par Benoît XVI.

JMJ: 6000 jeunes canadiens à Madrid

La conférence des évêques catholiques du Canada vient de publier un communiqué de presse concernant les 6000 canadiens allant à la Journée Mondiale de la Jeunesse en Espagne.

6000 jeunes canadiens se rendront à Madrid pour la Journée Mondiale de la Jeunesse

24 évêques y participeront. 5 d’entre eux assureront des catéchèses

Le 16 août un temps de prière et d’échange rassemblera la délégation canadienne.

Télévision Sel + Lumière couvrira cet événement.

Voici le communiqué dans son intégralité :

«Affermis dans la foi!

Six mille jeunes Canadiens à la Journée mondiale de la jeunesse 2011 à Madrid

Plus de 500 000 jeunes pèlerins de partout à travers le monde, dont 6 000 du Canada, sont attendus à Madrid, en Espagne, afin de participer à la XXVIe Journée mondiale de la jeunesse (JMJ). Après Sydney en 2008 et à l’invitation du pape Benoît XVI, la jeunesse du monde entier descendra dans la capitale espagnole de Madrid, du 16 au 21 août 2011, pour vivre cette rencontre internationale qui sera sur le thème « Enracinés et fondés dans le Christ, affermis dans la foi ». Parmi les autres délégations importantes qui seront à la JMJ en Espagne, il y aura l’Italie avec 90 000, l’Espagne avec 83 000, la France avec 50 000, les États-Unis avec 30 000, l’Allemagne avec 16 000 et l’Australie avec 4 300 jeunes pèlerins.

Du côté de la délégation canadienne, il y aura, notamment, plus de 470 jeunes de l’archidiocèse d’Edmonton, 510 de l’archidiocèse de Vancouver, et plus de 1 000 jeunes provenant de différents diocèses du Québec qui voyageront avec le service de la pastorale jeunesse de l’archidiocèse de Montréal. Près de 100 prêtres et de 30 séminaristes seront également du nombre de la délégation canadienne en Espagne.

Du 11 au 15 août, 61 diocèses espagnols accueilleront des milliers de jeunes pèlerins, dont 2 500 de nos 6 000 jeunes pèlerins canadiens, leur donnant ainsi l’occasion de participer à diverses activités. Le programme des journées variera d’un diocèse à l’autre, mais intègrera toujours des activités culturelles, des visites touristiques, des moments de fêtes, et surtout la prière et des célébrations.

Le matin du 16 août, pour la première fois dans l’histoire de la participation du Canada à la JMJ, les pèlerins canadiens auront l’occasion de vivre un rassemblement national, au Pavillon Palacio de Deportes, qui comprendra une prière spéciale du matin, de la musique et des témoignages de jeunes Canadiens. Mgr Terrence Prendergast, S.J., archevêque d’Ottawa, présidera la célébration et Mgr Richard Smith, à titre de vice-président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), prononcera le mot de bienvenue au nom de la CECC. L’ambassadeur canadien en Espagne, M. Graham Shantz, de même que le Consul général de l’Espagne au Canada, M. Francisco Pascual de la Parte, participeront également au rassemblement. [Read more…]

Secured By miniOrange