Coup d’envoi officiel des 28èmes JMJ

IMG_1244Ce mardi à Rio de Janeiro, les pèlerins étaient quasiment tous arrivés, mais le soleil lui n’a pas montré le bout de son nez. Dans la journée les pèlerins ont pu profiter de la ville. Visite de la cathédrale, découverte du Christ Rédempteur, rencontre entre les diocèses du même pays. En la cathédrale Saint Sébastien par exemple, les jeunes français se sont retrouvés pour un temps de prière autour du cardinal André Vingt-Trois, selon qui « le christianisme n’est pas une honte à cacher mais une fierté à montrer ».
Une fierté que l’on pouvait voir sur le visage de nombreux pèlerins dans les rues de Rio. Drapeau sur le dos, tee-shirt aux couleurs du Brésil, croix des JMJ autour du coup, en groupe ou entre amis, les pèlerins chantent fièrement leur foi et échangent des signes de fraternité avec des pèlerins inconnus venus d’ailleurs.
Bishops arrive for opening ceremony of World Youth Day in Rio Plus tard dans la journée, entre 500 et 600 000 jeunes se sont retrouvés sur la plage de Copacabana pour une cérémonie d’abord, puis pour la messe d’ouverture de ces 28 èmes Journées Mondiales de la Jeunesse. La célébration était présidée par l’archevêque de Rio de Janeiro, Mgr Orani João Tampesta, sous la pluie, mais avec un profond recueillement.
Dans son homélie, l’archevêque de la ville assure que la jeunesse est  « l’espérance d’une société qui attend de trouver une solution à sa crise de valeurs ». Il rappelle aux jeunes que nous sommes tous appelés à être des protagonistes d’un monde nouveau. « Nous sommes certains, dit-il, que vous accomplirez cela dans vos villes et vos pays. Le monde a besoin de jeunes comme vous », a-t-il enfin assuré.
Quant au pape François, cette journée était pour lui un moment de repos, bien mérité après un voyage mouvementé. Il est resté dans le calme et la verdure de la résidence du Sumaré, sur les hauteurs de Rio de Janeiro, avant de partir mercredi, visiter la sanctuaire d’Aparecida.

Programme provisoire de la JMJ RIgO 2013

JMJ 2013

PROGRAMME PROVISOIRE DE LA JMJ RIgO 2013

Pour infos : mission.jeunesse@diocesevalleyfield.org


Cette JMJ est une Fête de la foi qui veut permettre aux jeunes de 16-35 ans de découvrir ou d’approfondir leur foi par des temps de célébrations, de prières et des catéchèses et par la retransmission sur écran géant de la Veillée de prière avec le pape à Rio. Pour que les jeunes répondent à cette invitation mais aussi afin qu’ils y fassent l’expérience d’une rencontre personnelle avec le Christ, nous avons sollicité le support spirituel des Sœurs Clarisses de Valleyfield et de la Famille Myriam Beth’léhem.

L’événement aura lieu les 27 et 28 juillet.

Cliquez pour obtenir de plus renseignements:


Samedi 27 juillet

Rassemblement à l’église Saint-Thomas-d’Aquin d’Hudson (Stationnement disponible à l’église)

Accueil et remise de la trousse du pèlerin
Messe présidée par Mgr Noël Simard et catéchèse de Mgr Paul-André

Durocher sur le thème « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples » (Mt 28, 19)
Départ : Marche animée Hudson-Rigaud avec la croix de la JMJ Dîner en route

Arrivée au Collège Bourget de Rigaud en après-midi (Activités à l’intérieur, s’il pleut)

  • Musique, jeux, sports, détente, échanges, kiosques
  • Souper
  • Retransmission en direct de la Vigile avec le pape François à Rio
  • Soirée Taizé
  • Feu de camp
  • Tente d’adoration
  • Coucher au Collège Bourget à la belle étoile ou dans votre tente.

[Read more…]

Avant-première de la JMJ Rio ! Perspectives 1 juillet 2013

Bonne Fete du Canada! Aujourd’hui: emission speciale de Perspectives! Un prevue des evenements et l’esprit de JMJ Rio!

« On s’était dit rendez-vous dans 10 ans »


Article du père Serge Comeau, curé du diocèse de Bathurst, à paraître dans le journal « Acadie Nouvelle » le 28 juillet 2012. Le père Comeau fut directeur des Catéchèses pour les JMJ 2002 à Toronto.

Il y a 10 ans, jour pour jour, c’était la Journée Mondiale de la Jeunesse à Toronto. En y pensant, je sens encore le vent violent de ce matin du 28 juillet 2002. Avec une pluie torrentielle. Et je revois encore, du haut dupodium papal où la messe était célébrée, cette foule innombrable de pèlerins venus de partout pour se faire dire par un vieillard venu de l’Est : « Vous êtes le sel de la terre. Vous êtes la lumière du monde! »

Des centaines de milliers de jeunes s’étaient donnés rendez-vous chez-nous. Ils défiaient la peur au lendemain des attentats terroristes du World Trade Center. Cette rencontre des jeunes avec le pape s’inscrivait dans un mouvement historique non négligeable dans l’Église. Un mouvement qui dure depuis plus de 25 ans.

Fruits de la JMJ

Les JMJ permettent de donner un visage rafraîchissant de l’Église. Les reportages qui parlent des JMJ nous montrent des jeunes heureux, des jeunes qui font la fête, des jeunes épanouis! Cela est rafraîchissant alors que l’image de l’Église catholique dans l’imaginaire collectif est celle d’une vieille institution en agonie. Les JMJ montrent un autre côté de l’Église, tout aussi valable que celui qui crève l’écran.

Dans plusieurs pays, nous pouvons dire que les JMJ ont façonné le visage d’une nouvelle génération de catholiques. Lorsque les JMJ ont été créées, la toile ne reliait pas encore les jeunes entre eux. De telles rencontres ont permis aux jeunes de sortir de leur isolement et de prendre leur place dans la vie paroissiale et diocésaine.

En entendant le témoignage de jeunes engagés dans leur paroisse, il n’est pas rare de les entendre parler de telle ou telle JMJ qui a marqué un tournant dans leur vie spirituelle. La vie pastorale dans ces paroisses où les jeunes sont présents est articulée autour des piliers de toute JMJ : catéchèse, adoration eucharistique, fraternité et vie sacramentelle. [Read more…]

JMJ 2002 – Dix ans plus tard, bien plus que des souvenirs

Par Sébastien Lacroix
Collaboration spéciale

La vie nous tend parfois des perches, nous ouvre une porte ou une fenêtre. Certain l’appelle Providence, d’autres le destin. Vers la fin de l’an 2000, une perche m’avait été tendue, celle de travailler au sein de l’équipe qui allait organiser la 17e Journée mondiale de la jeunesse à Toronto. J’ai bien failli décliner l’offre et poursuivre mes études tranquillement. J’ai pris une chance. J’avais 22 ans, et ma vie en a été transformée.

Jean-Paul II et la confiance en la jeunesse

Le succès des JMJ est dû en grande partie à la relation qu’avait le bienheureux Jean-Paul II avec les jeunes. La ‘pastorale jeunesse’ selon Jean-Paul II se résumait par l’accueil et l’affection toute paternelle, et non paternaliste, d’un homme qui avait confiance en la jeunesse. Nous sentions que Jean-Paul II nous aimait et qu’il croyait en nous! C’est pourquoi il nous invita à être les « sentinelles du matin ».

Cette confiance du Pape en la jeunesse se vivait concrètement au sein de l’organisation des JMJ au QG de Toronto. Le directeur général des JMJ 2002, le père Thomas Rosica, avait embrassé cette vision de Jean-Paul II. Dans tous les départements : transports, programmation, inscription, hébergement, des jeunes au début de la vingtaine étaient responsables de divers dossiers qui, normalement, auraient été confiés à des gestionnaires compétents et qualifiés. Plusieurs de ces jeunes leaders ont continué de servir l’Église au niveau diocésain, dans les médias ou ailleurs. Certains sont médecins, musiciens, politiciens, enseignants, chargés de projets… L’expérience de vie et de travail vécue  ensemble nous a rendu conscients de l’héritage qui nous est confié, celui de la foi, et nous a permis de poursuivre notre chemin en sachant que nous sommes tous sous la lumière du Christ qui nous guide et nous unit.

Pour ma part, on m’avait confié la coordination du pèlerinage de la croix des JMJ à travers le Canada. Était-ce simplement à cause de mon nom de famille? En tous cas, le titre d’agent de la Croix m’aura collé à la peau plusieurs années après le passage de la croix des JMJ chez nous. [Read more…]

Batman : Un super héros de plus?

Image: Courtoisie de CNS

La sortie du dernier chapitre de la trilogie Batman The Dark Knight rises fut ternie par une tragédie indescriptible soulevant toutes sortes de questions de société. Mais le film comme tel pose lui aussi beaucoup de questions à la pensée contemporaine. Comment en effet, ce genre de film où l’on se projette dans un monde chaotique  où la violence semble la seule solution pour résoudre les conflits peut-il rapporter 160 millions au box office en une fin de semaine ?

Je dois dire que je suis de la génération qui a grandi aux côtés des super héros. J’ai vu tous les films de Batman à leur sortie au cinéma. Plusieurs personnes que je connais ont de la difficulté à comprendre pourquoi je suis attiré par ce genre de film. Il est certain que ces films d’action nous font vivre des sensations fortes et nous font sortir de notre vie quotidienne. Cependant, dans le cas du film The Dark Knight rises, je peux affirmer que cela va beaucoup plus loin. Cette trilogie nous met en face de l’une des angoisses les plus profondes de notre temps : tout homme est capable du pire. On a affaire à beaucoup plus qu’un simple film de super héros où les bons et les méchants s’affrontent dans un combat sans merci.

En effet, depuis des décennies déjà, les sciences humaines nous ont appris à ne plus diaboliser les êtres humains. La psychologie, la sociologie, l’économie, les sciences politiques, etc. n’ont cessé de nous rappeler que nos comportements sont fortement influencés par des agents extérieurs. Ce qui a pu porter beaucoup d’entre nous à douter de leur capacité même de choisir le bien c’est-à-dire d’être véritablement libre. Cela signifie que nous avons même parfois de la peine à identifier une personne méchante comme responsable de ses actes.  Ce qui m’a marqué dans ce film, c’est que les vilains semblent totalement libres et conscients de la gravité de leurs actes. Les bons comme les méchants sont à la recherche du même but : rétablir la justice, la loi et l’ordre. [Read more…]

Paroles faites chair : Réflexions bibliques pour l’Année B

Pour agrandir l’image, cliquez sur celle-ci.

Paroles faites chair, réflexions bibliques pour l’Année B. Volume II

Ce livre est le recueil de toutes les réflexions bibliques du Père Thomas Rosica, notre directeur et éminent spécialiste des Ecritures Saintes. Des lecteurs de partout à travers le monde ont répondu à son message positif de la foi catholique.

Cette publication est une excellente ressource pour les évêques, les prêtres et les diacres qui préparent des homélies.
Mais plus important encore, elle nourrira la foi de tous ceux qui participent à la messe, à l’église ou de la maison.
Une bonne ressource pour ceux et celles qui apportent la communion aux malades, ce livre explique la signification des lectures en utilisant souvent les écrits du pape et des saints. Un cadeau idéal !

Paroles faites chair : Réflexions bibliques pour l’Année B sera mis en vente en début d’année 2012 par le service des publications de la Conférence des évêques catholiques du Canada CECC: http://www.cccbpublications.ca/site/index.php?option=com_virtuemart&page=shop.product_details&flypage=&category_id=16&product_id=1772&Itemid=76&lang=eng

Vidéo du résumé des JMJ 2011 à Madrid

Enracinés et fondés dans le Christ, affermis dans la foi !

01 Syro-Phoenician womanChaque Journée Mondiale de la Jeunesse présente un thème particulier qui a comme but d’approfondir la foi des jeunes pèlerins. Il s’agit d’une réflexion sur les éléments importants de la vie chrétienne. Benoît XVI a choisi comme thème de la JMJ à Madrid un verset de la lettre de Saint Paul aux Colossiens : « Enracinés et fondés dans le Christ, affermis dans la foi » (Col 2,7). Par ce thème, le Saint Père veut poursuivre une catéchèse qui aidera les jeunes à devenir plus solide et confiant dans leur vie chrétienne, malgré les défis qui se présentent dans une société qui se montre souvent hostile au message de l’Évangile.

Dans son message pour les JMJ à Madrid, le Saint Père a essayé de montrer comment la foi en Christ donne la force aux chrétiens. Il rappelle les souvenirs de sa jeunesse, quand il a partagé les mêmes rêves de ses amis qui ont voulu réaliser un grand idéal dans leurs vies. Les jeunes, dit Benoît XVI, manifestent souvent un cœur insatisfait ; loin de condamner une telle insatisfaction, le Saint Père y voit l’appel de Dieu dans la vie de chacun : nous sommes tous insatisfaits tant que nous ne connaissons pas Dieu. Pour cette raison, il s’avère important d’être fondés dans le Christ et affermis dans la foi.

Les mots « enraciné » et « fondé » évoquent des images qui communiquent la force et la stabilité. « Enraciné » réfère aux racines qui maintiennent un arbre en place malgré les tempêtes qui le secouent. « Fondé » évoquent l’image d’une maison bâtie sur des fondations stables, une image forte pour les jeunes qui se demande souvent quelle vie ils bâtiront par leurs décisions.

La JMJ veut aussi « affermir » dans la foi les jeunes qui sont souvent déstabilisés par les doutes provenant d’une société qui s’opposent à la vie chrétienne. Comment être affermis dans la foi ? C’est une dynamique d’Église. Benoît XVI rappelle l’apôtre Thomas, qui refusait de croire en Christ ressuscité tant qu’il ne le voyait pas. Comme Thomas, nous voulons voir et toucher Jésus, surtout dans un monde où Dieu semble plus loin. Mais la proximité avec le Christ n’est pas une proximité comme nous la vivons avec nos amis ou nos familles ; elle est moins localisée et plus souple. Notre foi est née et soutenue dans et par l’Église. C’est par la liturgie, la prière, la catéchèse, et la fraternité que le Christ devient présent parmi nous. En rassemblant des jeunes provenant de tous les coins du monde, les JMJ manifestent l’universalité de l’Église : c’est dans l’Église que nos divisions sont brisées et nous manifestons la puissance créatrice de la grâce de Dieu. Ainsi, les JMJ ne sont pas que des célébrations pour les jeunes ; les JMJ sont également des célébrations pour toute l’Église, en nous montrant la réconciliation et la communion que Dieu veut opérer dans son peuple.

Benoît XVI foule le sol d’Espagne.

Voici son discours prononcé à l’aéroport de Barajas à son arrivée pour les 26es Journées mondiales de la jeunesse: 

“Majestés,
Monsieur le Cardinal Archevêque de Madrid,
Messieurs les Cardinaux,
Chers frères dans l’Épiscopat et dans le Sacerdoce,
Autorités nationales, des communautés autonomes et locales,
Cher peuple de Madrid et de l’Espagne toute entière

Merci, Majesté, pour votre présence ici avec la Reine, et pour les paroles si déférentes et affables que vous m’avez adressées en me souhaitant la bienvenue. Ces paroles me font revivre les inoubliables marques de sympathie reçues lors de mes visites apostoliques antérieures en Espagne, et plus particulièrement celles de mon récent voyage à Saint Jacques de Compostelle et à Barcelone. Je salue très cordialement ceux qui se trouvent présents à Barajas, et ceux qui suivent cet événement par la radio et la télévision. Je mentionne également avec grande reconnaissance tous ceux qui, instances ecclésiales et civiles, ont contribué par leurs efforts et leur travail, avec grand engagement et dévouement, pour que ces Journées Mondiales de la Jeunesse, de Madrid, puissent bien se dérouler et porter des fruits abondants.

Je désire aussi remercier de tout cœur pour l’hospitalité offerte par tant de familles, de paroisses, de collèges et d’autres institutions qui ont accueilli les jeunes venus du monde entier, d’abord dans différentes régions et villes d’Espagne, et maintenant dans cette grande ville de Madrid, cosmopolite et aux portes grandes ouvertes.
Je viens ici pour rencontrer des milliers de jeunes du monde entier, intéressés par le Christ ou en recherche de la vérité qui donne un sens authentique à leur existence. Je viens comme Successeur de Pierre pour les confirmer tous dans leur foi, en vivant quelques jours d’intense activité pastorale pour annoncer que Jésus-Christ est le Chemin, la Vérité et la Vie. Pour pousser à l’engagement de construire le Règne de Dieu dans le monde, et entre nous. Pour exhorter les jeunes à rencontrer personnellement le Christ-Ami et ainsi, enracinés dans sa Personne, se convertir en disciples fidèles et en témoins courageux.
Pour quoi et par quoi cette multitude de jeunes est-elle venue à Madrid ? Bien que la réponse devrait être donnée par eux, on peut bien penser qu’ils désirent écouter la Parole de Dieu, comme l’a proposé la devise de ces Journées Mondiales de la Jeunesse, de manière qu’enracinés dans le Christ et construits sur Lui, ils manifestent la fermeté de leur foi.

Beaucoup d’entre eux ont écouté la voix de Dieu, parfois uniquement comme un léger murmure, qui les a poussés à le chercher avec plus de diligence, et à partager avec les autres l’expérience de la force qu’ils tiennent dans leur vie. Cette découverte du Dieu vivant anime les jeunes et ouvre leurs yeux aux défis du monde où ils vivent, avec leurs possibilités et leurs limites. Ils voient la superficialité, la consommation et l’hédonisme régnants, tant de banalité au moment de vivre la sexualité, tant de manques de solidarité, tant de corruption. Et ils savent que sans Dieu il serait difficile d’affronter ces défis et d’être vraiment heureux, tournant vers lui leur enthousiasme pour l’obtention d’une vie authentique. Toutefois, avec Lui à leurs côtés, ils obtiendront la lumière pour marcher et des raisons pour espérer, ne se décourageant pas devant ces hauts idéaux qui motiveront leur engagement généreux pour construire une société où la dignité humaine et une vraie fraternité se respectent. Ici, durant ces Journées, ils ont une occasion privilégiée pour mettre en commun leurs aspirations, échanger entre eux les richesses de leurs cultures et de leurs expériences, s’encourager mutuellement dans leur cheminement de foi et de vie, où certains se croient isolés ou ignorés par leur entourage quotidien. Mais non, ils ne sont pas seuls ! Beaucoup de leurs contemporains partagent leurs projets et, se confiant entièrement au Christ, ils savent qu’ils ont vraiment un avenir devant eux et ils ne craignent pas les engagements décisifs qui demandent toute la vie. Pour cela, les écouter, prier ensemble et célébrer l’Eucharistie avec eux me causent une immense joie. Les Journées Mondiales de la Jeunesse nous apporte un message d’espérance, comme une brise d’air pur et juvénile, avec des parfums nouveaux qui nous remplissent de confiance pour le demain de l’Église et du monde.

Certes, les difficultés ne manquent pas. Des tensions et des confrontations existent en tant d’endroits du monde, avec même du sang qui coule. La justice et la haute valeur de la personne humaine se plient facilement à des intérêts égoïstes, matériels et idéologiques. L’environnement et la nature que Dieu a créés avec tant d’amour ne sont pas respectés comme il se doit. De plus, beaucoup de jeunes regardent avec préoccupation leur avenir face à la difficulté de trouver un emploi digne ou bien pour l’avoir perdu ou encore parce que celui qu’ils ont est précaire et n’est pas assuré. Il y en a d’autres qui ont besoin d’aide pour ne pas tomber dans les filets de la drogue, d’une aide efficace si par malheur ils y sont déjà tombés. À cause de leur foi dans le Christ, beaucoup souffrent en eux-mêmes la discrimination, qui conduit à la dépréciation et à la persécution ouverte ou larvée qui afflige des régions déterminées de certains pays. Ils sont aussi sollicités pour s’éloigner de Lui, en les privant des signes de sa présence dans la vie publique, et en réduisant au silence son Nom même. Pourtant aujourd’hui, je redis aux jeunes, avec toute la force de mon cœur, que rien ni personne ne vous prive de la paix ! N’ayez pas honte du Seigneur ! Il n’a rien objecté à se faire l’un de nous et à faire l’expérience de nos angoisses pour nous élever vers Dieu, et faisant ainsi il nous a sauvés.
Dans ce contexte, il est urgent d’aider les jeunes disciples de Jésus à demeurer fermes dans la foi et à assumer la belle aventure de l’annoncer et d’en témoigner ouvertement par leurs propres vies. Un témoignage courageux et plein d’amour au frère humain, à la fois décidé et prudent, sans cacher sa propre identité chrétienne, dans un climat de respectueuse connivence avec d’autres options légitimes et en même temps avec l’exigence du respect dû aux propres convictions.
Majesté, en vous remerciant de nouveau pour l’accueil déférent que vous m’avez réservé, je désire exprimer mon appréciation et ma proximité à tous les peuples d’Espagne, tout comme mon admiration pour un pays si riche en histoire et en culture, pour la vitalité de sa foi qui a fructifié en de nombreux saints et saintes de toutes les époques, en de nombreux hommes et femmes qui, laissant leur terre, ont apporté l’Évangile aux limites du monde, et en des personnes droites, solidaires et bonnes de votre pays. C’est là un grand trésor dont il convient certainement de prendre soin par une attitude constructive pour le bien commun d’aujourd’hui et pour offrir un horizon lumineux à l’avenir des nouvelles générations. Même s’il existe actuellement des motifs de préoccupations, plus grand est l’élan des Espagnols, avec l’ardeur qui les caractérise, pour les dépasser, et ce qui y contribue le plus ce sont leurs racines chrétiennes profondes, très fécondes au cours des siècles.

A partir d’ici, je salue très cordialement tous les amis espagnols et madrilènes, et tous ceux qui sont venus d’autres terres. Durant ces jours je vous serai proche, ayant très présent à l’esprit tous les jeunes du monde, en particulier ceux qui passent par toutes sortes d’épreuves. Confiant cette rencontre à la très sainte Vierge Marie, et à l’intercession des saints protecteurs de ces Journées, je demande à Dieu qu’il bénisse et protège toujours les fils et les filles d’Espagne. Merci beaucoup.”

Secured By miniOrange