Saint Joseph, un modèle pour tous les pères

1_0_782769« Tous mes vœux à tous les pères » C’est en ces termes que le Pape François s’est adressé aux pères du monde entier, en ce jour de la Saint Joseph , époux de Marie. Des vœux exprimés devant plus de 80 000 personnes réunies Place Saint-Pierre au Vatican pour l’audience générale du mercredi. Le Pape a dès lors parlé durant sa catéchèse de la figure de Joseph comme modèle « d’éducateur » encore de nos jours.

« Regardons-le comme le modèle de l’éducateur qui garde et accompagne Jésus sur son chemin de croissance « en sagesse, en taille et en grâce » comme dit l’évangile de Luc (2, 52). Ce sont là trois dimensions de l’éducation de Jésus. La première, nous montre qu’avec Marie, Joseph a « élevé » Jésus de sorte que rien ne lui manque pour un sain développement. Une autre dimension est celle de la sagesse. Jésus en est rempli parce qu’il est le Fils de Dieu. Mais le Père céleste s’est servi de la collaboration de Joseph, afin que son Fils puisse grandir ‘rempli de sagesse ‘(Lc 2, 40). Enfin, la dimension de la grâce. L’action éducative de Joseph consistait ici à seconder l’action de l’Esprit dans le cœur et dans la vie de Jésus, en union avec Marie. Joseph a éduqué Jésus d’abord par l’exemple : l’exemple d’un « homme juste » qui se laisse guider par la foi et qui sait que le salut vient de Dieu, de son amour et de sa fidélité. »

Le Pape remerciait alors tous les pères pour tout ce qu’il font « pour les jeunes », demandant que « Saint Joseph les bénisse et les accompagne ». Le Pape a tenu ensuite de manière plus grave à souligner que ce serait « une grave erreur de penser qu’un père et une mère ne puissent rien faire pour éduquer leurs enfants à grandir dans la grâce de Dieu ». Ce n’est pas la première fois que le Pape François dénonce le fait que de nombreux enfants ne sont plus éduqués dans la foi. « Nous sommes nombreux, a ajouté alors le Pape, à avoir perdu notre père. Prions donc pour ceux qui sont encore vivants et ceux qui nous ont quitté. Pour nos pères, prions ensemble notre Père à tous ». Et le Pape a invité alors son auditoire à réciter ensemble le Notre-Père.

Radio Vatican

Le Carême peut transformer notre vie

1_0_782508Le Carême est une période pour « ajuster notre vie », « pour nous rapprocher du Seigneur ». C’est ce qu’a souligné le Pape François lors de l’homélie de la messe célébrée ce mardi matin à la chapelle de la maison Sainte-Marthe. Le Pape a mis en garde contre le fait de se sentir « meilleur que les autres ». Les hypocrites, a-t-il averti, « se déguisent en bonnes personnes » et ils ne comprennent pas que « personne n’est juste de par soi-même », tout le monde a besoin d’être justifié.

Conversion. Le Pape François a commencé son homélie en soulignant que c’est la parole clef du Carême, une période propice pour « se rapprocher » de Jésus. Et commentant la première lecture, tirée du Livre d’Isaïe, il a souligné que le Seigneur appelle à la conversion deux « villes pécheresses » comme Sodome et Gomorrhe. Ceci, a-t-il affirmé, met en évidence le fait que nous avons tous besoin de « changer notre vie », de bien regarder « dans notre âme » où nous trouverons toujours quelque chose. Donc, le Carême, a-t-il souligné, est une période idéale pour « ajuster sa vie », se rapprocher du Seigneur. Il nous veut « proche » et nous rassure sur le fait qu’il « nous attendra pour nous pardonner ». Cependant, a-t-il averti, le Seigneur veut « un rapprochement sincère » et nous met en garde sur le fait d’être hypocrite :

Ne soyons pas des chrétiens hypocrites

« Que font les hypocrites ? Ils se déguisent, ils se déguisent en bonnes personnes : ils font des têtes comme celles des images pieuses, ils prient en regardant le ciel en se faisant voir, ils se sentent plus justes que les autres, ils méprisent les autres.» « Mais- disent-ils, moi je suis très catholique car mon oncle était un grand bienfaiteur, ma famille est ainsi et moi, j’ai connu tel évêque, tel cardinal, tel père…Moi, je suis…Ils se sentent meilleurs que les autres. Ça, c’est l’hypocrisie. Le Seigneur dit « Non, pas celui-là ». « Personne n’est juste de soi-même. Nous avons tous besoin d’être justifiés. Et le seul qui nous justifie est Jésus Christ. » [Read more…]

La miséricorde est la voie de la paix dans le monde

1_0_782104Pardonner pour être miséricordieux, c’est le chemin qui porte la paix dans nos cœurs et dans le monde : voilà en résumé ce qu’a déclaré le Pape François ce lundi matin dans l’homélie de la messe qu’il a célébrée en la chapelle Sainte Marthe au Vatican. « Soyez miséricordieux comme Votre Père est miséricordieux ». Le Pape a commenté l’exhortation de Jésus, en affirmant d’emblée « qu’il n’est pas aisé de comprendre cette attitude de la miséricorde » parce que nous sommes habitués à juger : « nous ne donnons pas naturellement un peu d’espace à la compréhension et à la miséricorde ». « Pour être miséricordieux, a précisé le Pontife, deux attitudes sont nécessaires. »

La première c’est « la connaissance de soi-même ». « Savoir que nous avons fait un tas de mauvaises choses : nous sommes des pécheurs ! » Et face à la repentance, « la justice de Dieu se transforme en miséricorde et en pardon ». Mais pour le Pape, c’est bien clair qu’il faut avant tout se repentir, « avoir honte devant Dieu ». « Cela semble simple, mais c’est si difficile à dire : ‘J’ai péché’. » Le Pape a ensuite tenu à expliquer que souvent nous justifions nos péchés en reportant la faute sur les autres, comme l’ont fait Adam et Eve.

Elargir son coeur, avoir un coeur généreux

La deuxième attitude pour être miséricordieux, a affirmé le Pape, « c’est d’élargir son cœur », car « un cœur petit et égoïste est incapable de miséricorde ». « Qui suis-je pour juger cette personne? Qui suis-je pour mal parler de telle autre ? Qui suis-je pour ? Le Seigneur nous dit : ‘ Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés ! Ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnés ! Pardonnez et vous serez pardonnés ! Donnez et on vous donnera ! Cette générosité du coeur est essentielle. Si tu as le coeur large, grand, tu peux recevoir plus. » «

Le cœur grand, a ajouté le Pape, ne condamne pas, mais pardonne, oublie » parce que « Dieu a oublié mes péchés. Dieu a pardonné mes péchés. Il faut être miséricordieux ». « Si nous tous étions miséricordieux, a conclu le Pape, si les peuples, les personnes, les familles, les quartiers avaient cette attitude de la miséricorde, nous aurions tellement plus de paix dans le monde, dans nos cœurs ! Parce que la miséricorde nous porte à la paix. Rappelez-vous donc toujours de cette phrase : ‘Qui suis-je pour juger ?’ Et rappelons-nous d’avoir honte et d’élargir notre cœur. Que le Seigneur nous donne cette grâce ».

Radio Vatican

Le Pape et les cardinaux sont rentrés au Vatican

1_0_781414Fin des exercices spirituelles de Carême de la Curie romaine. Le Pape et les cardinaux qui l’ont accompagné à Arricia sont rentrés au Vatican en fin de matinée. Le Pape a pris la parole ce vendredi matin à l’issue de ces journées de méditation et de prière.

« Je voudrais vous remercier au nom de tous, pour votre aide ces jours-ci, votre accompagnement, votre écoute. A présent nous revenons à la maison avec une bonne semence, la semence de la Parole de Dieu. C’est une bonne semence. Le Seigneur enverra la pluie pour qu’elle croisse, qu’elle croisse et donne du fruit. Remercions le Seigneur pour la semence et pour la pluie qu’il enverra, mais nous voulons remercier aussi le semeur. Parce que vous savez être un semeur. Parce que vous avez jeté cette semence, sans vous en rendre compte, ou en feignant de vous en rendre compte (le Pape rit) elle marque, elle va au centre, elle laisse une trace. Merci pour cela. Et je vous demande de continuer de prier pour ce « syndicat des croyants » (il rit), nous sommes tous pécheurs, mais nous avons tous la volonté de suivre Jésus d’encore plus près, sans perdre l’espérance dans la promesse, mais aussi sans perdre le sens de l’humour. »

Ce vendredi matin, par ailleurs, dans la chapelle Redemptoris Mater du Vatican, le prédicateur de la Maison Pontificale, le père Cantalamessa, a tenu le premier prêche de Carême. Quatre autres suivront les quatre prochains vendredi. Et cette fois en présence du Pape François et de la Curie.

Radio Vatican

Lettre au Saint Père de Mgr Durocher

Votre Sainteté,Copy of pope 

Il y a un an aujourd’hui, les évêques du Canada avec tous les fidèles de ce grand pays vous voyaient apparaître pour la première fois au balcon de la Basilique St-Pierre-de-Rome. La simplicité de votre manière et de vos paroles, l’humilité avec laquelle vous nous invitiez à prier pour vous et votre sourire chaleureux nous ont rapidement conquis. Dans les jours suivants, nous avons appris à vous connaître. Déjà, nous entendions certains mots-clés: miséricorde, pauvreté, périphérie, joie, rencontre… Jésus. Déjà, nous étions témoins de choix qui donnaient vie à ces mots: résidence avec vos collaborateurs, lavement des pieds des jeunes à la prison, visite des réfugiés à Lampedusa. En quelques mois, votre élection était devenue pour nous symbole d’un nouveau kairos dans l’Église, un moment décisif de renouvellement et d’engagement.

Aujourd’hui, nous voulons nous unir à vous dans une prière d’action de grâces pour l’œuvre de Dieu en vous et à travers vous. Nous prions que le Seigneur continue à vous assurer sagesse et force dans les grands projets que vous vous êtes donnés: synodes de la famille, année de la vie consacrée, réforme de la Curie, transparence administrative et économique, ouverture au monde, en particulier les victimes de guerre, d’abus et de pauvreté. Nous ressentons qu’à travers vous Dieu nous adresse une invitation pressante. Qu’il nous donne la grâce d’y répondre généreusement en nous engageant dans la conversion pastorale et missionnaire que vous proclamez sans cesse. Ainsi l’Église entière réalisera de plus en plus sa mission d’être, au cœur du monde et pour le monde, le sacrement universel du salut.

Soyez donc assuré de notre unité dans la foi, de notre solidarité dans la mission et de notre appui constant pour la nouvelle évangélisation. J’implore votre bénédiction paternelle pour mes frères évêques du Canada; pour les prêtres, les diacres et les agentes et agents de pastorale qui travaillent avec nous à la vigne du Seigneur; pour les personnes consacrées et tous les fidèles du Christ qui, au Canada, cherchent à vivre la vie trinitaire en Jésus Christ et transformer avec lui notre histoire; et enfin pour tous les habitants de notre pays afin qu’ensemble nous puissions bâtir ce monde plus fraternel et plus beau dont vous êtes devenu le héraut.

Dans la joie de l’Évangile, votre frère dans l’épiscopat,

+Paul-André Durocher
Archevêque de Gatineau
Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

Le pape François a initié les exercices spirituels

1167281_816103681737097_182508565_oLe Pape et les membres de la Curie se sont rendus, en bus, pour la première fois hors du Vatican pour les exercices spirituels de Carême. A compter de ce dimanche 9 mars jusqu’au vendredi 14 mars prochain, ils se trouvent dans la petite ville d’Ariccia, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Rome, non loin de la résidence d’été des papes de Castel Gandolfo.

Les exercices se déroulent à la Maison du Divin Maître qui est tenue par les pères Pauliniens. Situé au milieu des bois et dominant le lac d’Albano, ce lieu a été choisi par le Pape lui-même, car il est propice au silence et à la prière, loin des lieux de travail habituel, afin de favoriser le recueillement.

Une chambre sur le modèle d’une cellule de couvent

Un bureau, une petite armoire encastrée dans un mur blanc, un lit simple en bois recouvert d’un couvre-lit bleu et un crucifix le surplombant. Voilà le décor sobre et recentré sur l’essentiel de la chambre qui accueille le Pape.

Avec un mobilier datant de l’inauguration de la Maison en 1959, les 128 chambres simples toutes plus ou moins les mêmes, faites sur le modèle des cellules de couvent, sans télévision mais avec, toutefois, le téléphone et un accès à internet.

La Maison du Divin Maître n’a pas reçu d’hôte ces deux dernières semaines pour se préparer à la venue du Pape et de ses collaborateurs, préfets, présidents et secrétaires de dicastères. Cardinaux et évêques devront payer leur séjour. La pension complète est de 50 à 55 euros par jour. [Read more…]

Mercredi des Cendres : le Pape invite à ouvrir les cœurs à la conversion

1900176_10152300923513055_433039917_nL’Église catholique entame ce mercredi, premier jour de Carême, l’un des moments forts de l’année liturgique, pour 40 jours de recueillement. Ce temps de conversion repose sur la prière, la pénitence et le partage.

Le Pape François, comme le veut la tradition, a célébré ce mercredi la messe du mercredi des Cendres depuis la basilique Sainte-Sabine sur la colline de l’Aventin, à Rome. Juste auparavant, il avait présidé, entouré des cardinaux, des évêques, des moines bénédictins et des pères dominicains, la procession pénitentielle au chant des litanies depuis l’église bénédictine Saint-Anselme, située à quelques pas de Sainte Sabine.

Dans son homélie, le Saint-Père a rappelé quel est le sens du Carême, en invitant à une ouverture des cœurs et non seulement de l’apparence. Pour François « la conversion ne se réduit pas à des formes extérieures, à de vagues propositions, mais doit transformer l’existence entière à partir du centre de la personne, de la conscience.»

Nous ne sommes pas Dieu

Le Pape le précise : « Nous vivons dans un monde toujours plus artificiel, dans une culture du faire, de l’utile, dans laquelle nous excluons Dieu de notre horizon. Le Carême nous appelle à nous souvenir que nous sommes de simples créatures, que nous ne sommes pas Dieu, a souligné François qui n’a alors pas hésité à sortir de son texte pour déclarer avec fermeté:
Quand je vois quelques luttes de pouvoir dans mon petit environnement quotidien, je me dis que ces personnes jouent à vouloir être Dieu alors qu’elles ne le sont pas! » [Read more…]

Le Carême, chemin de conversion et de redécouverte de notre Baptême

1_0_778702C’est sous un beau soleil que le Pape a tenu ce mercredi son audience générale place Saint-Pierre. En ce premier jour de Carême, le Saint-Père a rappelé le sens de cette montée vers Pâques, « un temps fort, a-t-il souligné, qui peut favoriser en chacun de nous le changement et la conversion, pour sortir des habitudes et de l’accoutumance paresseuse au mal qui nous piège »

« La conscience des merveilles que le Seigneur a opéré pour notre salut prépare notre esprit et notre cœur à une attitude de gratitude envers Dieu, pour tout ce qu’Il nous a donné, ce qu’il a accompli pour son peuple et pour l’humanité tout entière. C’est de là que part la conversion », a rappelé le Pape, qui est la réponse reconnaissante au superbe mystère de l’amour de Dieu »

Ne pas s’habituer aux comportements non chrétiens

Outre la conversion, la période de Carême nous adresse une autre invitation, celle de vivre notre Baptême de manière plus engagée, a poursuivi François. Ceci implique de ne pas s’habituer aux situations de dégradation et de misère que nous rencontrons, dans nos villes et dans nos pays. Il y a le risque, a averti le Pape, d’accepter certains comportements, de ne plus s’étonner de la triste réalité qui parfois nous entoure. Et de dénoncer la violence à laquelle nous nous sommes habitués, « celle de ne plus s’étonner de voir des gens dormir dans la rue, de voir que les réfugiés recherchent dignité et liberté. Nous nous habituons aussi à vivre dans une société qui prétend évacuer Dieu, dans laquelle les parents n’apprennent plus à leurs enfants à prier ni à faire le signe de croix. Cette accoutumance aux comportements non chrétiens et confortables nous anesthésie le cœur ! » a-t-il lancé à la foule.  [Read more…]

Ne pas condamner ceux qui font l’expérience de l’échec de leur propre amour

1_0_777369Derrière la casuistique, il y a toujours un piège dressé contre nous et contre Dieu. C’est ce qu’a affirmé ce vendredi matin le Pape François lors de la messe célébrée en la chapelle de la maison Sainte-Marthe. Le Pape, en commentant l’Évangile du jour, s’est arrêté sur la beauté du mariage et a prévenu qu’il faut accompagner et non pas condamner ceux qui connaissent l’échec de leur propre amour. Il a répété que le Christ est l’époux de l’Église et que donc, on ne peut pas comprendre l’un sans l’autre.

Les docteurs de la loi cherchent à piéger Jésus pour « lui enlever l’autorité morale ». Le Pape François a pris appui sur l’Évangile du jour pour offrir une catéchèse sur la beauté du mariage. Les pharisiens, a-t-il observé, se présentent chez Jésus avec le problème du divorce. Leur style, a-t-il relevé, est toujours le même : « La casuistique ». Est-ce licite ou pas ? »

Derrière la casuistique se trouve toujours un piège

« C’est toujours une petite affaire. Et c’est le piège : derrière la casuistique, derrière la pensée casuistique, il y a toujours un piège. Toujours ! Contre les gens, contre nous et contre Dieu, toujours ! Mais est-ce licite de faire ceci ? Répudier sa propre femme ? Et Jésus répondit, en leur demandant ce que disait la loi et en expliquant pourquoi Moise a établi cette loi ainsi. La référence au Seigneur est tellement belle : ‘depuis le début de la création, Dieu les fit homme et femme, pour cela, l’homme quittera son père et sa mère et s’unira à sa femme et ils deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne seront plus deux mais une seule chair ‘ ».  [Read more…]

« La mort et la maladie ne sont pas des tabous »

1_0_776600« Aujourd’hui les prévisions météo annonçaient de la pluie, et vous êtes venus quand même, vous avez eu du courage et je vous fais tous mes compliments ». C’est par ces quelques mots aux quelques 50 000 personnes présentes Place Saint-Pierre que le Pape François a entamé sa catéchèse sur les sacrements de l’Eglise, après avoir parcouru la place à bord de la jeep, saluant sans compter tous ceux qui le voulaient, et prenant notamment dans ses bras un petit garçon de 4 ans habillé en « petit pape », alors que d’autres enfants à l’approche du carnaval étaient déguisés en Robin des Bois, en papillons, en coccinelles et autres princesses.

Le Pape a abordé ce mercredi le sacrement des malades. « Chers frères et sœurs, a déclaré le Pape, le Sacrement des malades nous permet de toucher du doigt la compassion de Dieu pour l’homme. Jésus a demandé à ses disciples de manifester sa préférence pour les malades et les souffrants, et il leur a transmis la capacité, par la grâce du sacrement, de leur donner la paix et le soulagement, en son nom et selon son cœur. Aujourd’hui encore, chaque fois que l’on célèbre ce Sacrement, Jésus, en la personne du prêtre, se fait proche de celui qui souffre, de celui qui est âgé ou gravement malade. »

Appeler le prêtre ne porte pas malchance

« Ainsi, au moment de l’épreuve ou de la maladie, a ajouté le Pape François, nous ne sommes pas seuls. Toute la communauté est présente par la prière fraternelle, Jésus lui-même nous prend par la main et nous rappelle que rien ne peut nous séparer de lui. » « Je vous invite à ne pas oublier l’importance du Sacrement des malades. La mort et la maladie ne sont pas des tabous. N’hésitez pas à proposer ce sacrement aux personnes qui souffrent pour que Jésus leur donne sa consolation et sa paix. » Le Pape en a profité pour tordre le coup à certains préjugés ou superstitions. « Appeler le prêtre ne porte pas malchance. Certains imaginent que lorsqu’on appelle le prêtre pour le sacrement des malades, juste après débarque le service des pompes-funèbres. C’est tout sauf vrai ! »

Le Pape a salué un groupe d’une trentaine de personnes atteintes de maladies rares, accompagnées de leurs familles. A l’occasion de la Journée mondiale des maladies rares, vendredi, le Pape a demandé « que les patients et leurs familles soient soutenus de manière adéquate dans leur parcours tout sauf facile, tant au niveau médical que législatif ».

Radio Vatican