« Des enfants affamés dans les camps et des fabricants d’armes à la fête »

1_0_776367Des enfants affamés dans les camps de réfugiés, alors que les fabricants d’armes font la fête dans les salons mondains. C’est l’image forte que le Pape François a évoquée lors de la messe célébrée ce mardi matin en la chapelle de la maison Sainte-Marthe. Toute l’homélie du Souverain Pontife était un appel fort pour la paix et contre toute guerre, dans le monde comme au sein des familles. Le Pape a répété que la paix ne peut pas être seulement « une parole » et a exhorté tous les chrétiens à ne pas « s’habituer » au scandale de la guerre.

D’où proviennent les guerres et les disputes entre vous ? Le Pape François s’est inspiré de la lettre de l’apôtre Jacques, dans la première lecture, pour condamner fortement toutes les guerres. Et en commentant les querelles entre les apôtres voulant savoir à tout prix lequel d’entre eux était le plus grand, le Pape a tout de suite mis en évidence que lorsque « les cœurs s’éloignent, la guerre naît ». « Chaque jour, sur les journaux, nous trouvons des guerres– a-t-il constaté avec amertume- à cet endroit, ils se sont divisés en deux, cinq morts », à un autre endroit, d’autres victimes :

Nous ne pouvons nous habituer à la guerre

« Et les morts semblent faire partie d’une comptabilité quotidienne. Nous sommes habitués à lire ces choses ! Et si nous avions la patience d’énumérer toutes les guerres qu’il y a en ce moment dans le monde, nous aurions sûrement des pages et des pages écrites. Il semble que l’esprit de la guerre se soit emparé de nous. On pose des actes pour commémorer le centenaire de la Grande Guerre, tant de millions de morts…Et nous sommes tous scandalisés ! Mais aujourd’hui, il se passe la même chose ! Au lieu d’une grande guerre, de petites guerres, partout, des peuples divisés…Et pour défendre leur propre intérêt, ils se tuent entre eux ». [Read more…]

Lettre du Pape François aux familles

Presentation Letter to FamiliesUne lettre du Pape François aux familles a été publiée ce mardi. La pastorale du mariage et de la famille est au cœur des réflexions et des débats ces jours-ci au Vatican, notamment à l’occasion de la réunion du Conseil du Synode des évêques qui se penche sur les réponses au questionnaire envoyé aux Conférences épiscopales et aux dicastères de la Curie. Ces réponses doivent permettre de préparer le document de travail du prochain synode sur la famille qui aura lieu en octobre prochain.

« Chères familles, Je me présente au seuil de votre maison » … Le ton est donné: intime, proche, affectueux. Le Pape veut parler aux familles, presque sur le ton de la confidence, d’un évènement majeur : le synode extraordinaire des évêques sur la famille qui se tiendra en octobre 2014, au Vatican. Ce rendez-vous important implique le Peuple de Dieu tout entier, insiste François. Par ses suggestions pratiques, concrètes, mais aussi et surtout par sa prière. La prière des familles : le Pape y tient. Il veut les mobiliser en vue de cet évènement qui les concerne directement, et qui leur est consacré.

Priez pour les pères synodaux, exhorte le Pape, pour qu’il soient guidés par le Saint Esprit dans leur tâche exigeante. Priez pour l’Eglise, afin qu’elle accomplisse un véritable chemin de discernement, et qu’elle prenne les moyens pastoraux adaptés pour aider les familles dans les défis auxquels elles sont confrontées. Des défis délicats, on le sait, et qui touchent à la vocation même de la famille, à sa mission dans l’Eglise et le monde, au rôle des parents, à l’éducation des enfants.

Les défis sont également nombreux pour l’Eglise, dont l’enseignement peine à rejoindre certaines familles dans leurs réalités ou leurs aspirations. On l’a bien compris, la Famille est plus que jamais au cœur des préoccupations de l’Eglise. La famille, cette cellule fondamentale que le Pape François décrit comme « dépréciée et maltraitée », est appelée à être le fer de lance de la nouvelle évangélisation. Il y a urgence à l’écouter et à l’accompagner. Cela, l’Eglise l’a bien compris.

Texte intégral de la Lettre du Pape aux Familles

Chères familles,
Je me présente au seuil de votre maison pour vous parler d’un évènement qui, comme cela est connu, se déroulera au mois d’octobre prochain au Vatican. Il s’agit de l’Assemblée générale extraordinaire du Synode des Évêques convoquée pour discuter sur le thème « Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation ». Aujourd’hui, en effet, l’Église est appelée à annoncer l’Évangile en affrontant aussi les nouvelles urgences pastorales qui concernent la famille.  [Read more…]

Motu Proprio Fidelis Dispensator et Prudens

Cité du Vatican, 24 février 2014 (VIS). Voici le Motu Proprio Fidelis Dispensator et Prudens du Saint-Père, en date de ce jour:

« La fidélité et la prudence étant nécessaires pour gérer les biens qui lui ont été confiés, l’Eglise se sait responsable face à sa mission évangélisatrice et son attention envers les pauvres. La gestion économique et financière du Saint-Siège est intimement liée à cette tâche apostolique, à l’accomplissement du ministère universel du Pape mais au delà à la cause du bien général et du développement de la personne. Ayant pris en considération des travaux de la Commission d’études et de proposition chargée de l’organisation économique et administrative du Saint-Siège, ayant consulté le Conseil des Cardinaux pour la réforme de la Curie Romaine ainsi que le Conseil des Cardinaux chargé de réfléchir aux questions structurelles du Saint-Siège, le présent Motu Proprio crée:

Un Conseil pour l’économie, chargé de faire des propositions quant à la gestion matérielle tout en surveillant les activités administratives et financières des dicastères et autres organismes du Saint-Siège et de l’Etat de la Cité du Vatican. Dirigé par un Cardinal Coordinateur, il sera composé de quinze membres: Huit cardinaux et évêques illustrant l’universalité de l’Eglise, et sept experts laïques au professionnalisme éprouvé.

Un Secrétariat pour l’économie, avec statut de dicastère de Curie selon la Constitution Pastor Bonus qui, selon les dispositions du Conseil pour l’économie, répondra directement au Pape. Il opérera un contrôle de tous les organismes ci-dessus évoqués, vérifiera les politiques et procédures relatives aux achats et aux ressources humaines, dans le respect des compétences particulières. Les compétences du Secrétariat s’étendra à tout ce qui touche à la matière. Il sera présidé par un Cardinal Préfet, assisté d’un prélat Secrétaire général, qui collaboreront avec le Secrétaire d’Etat. S’ajoutera un Réviseur général, lui aussi, désigné par le Pape, qui effectuera les audits des dicastères et autres organismes. Le Cardinal Préfet procédera au plus tôt à la rédaction des statuts du Conseil, du Secrétariat et du Bureau du Réviseur, lesquels seront soumis à l’approbation papale. Ces décisions doivent avoir effet immédiat, y compris si il appert nécessaire d’abroger des dispositions qui seraient incompatibles.

« Chaque pardon nous fait revenir vers notre famille, l’Eglise »

1_0_775987Dans l’Evangile « quand Jésus va au milieu des gens et guérit quelqu’un, il ne le laisse jamais seul. Jésus n’est pas un magicien, ni un sorcier, ni un guérisseur qui va et guérit, et puis poursuit son chemin : il fait retourner chacun à sa place, et ne laisse personne dans la rue. Ce sont de beaux gestes du Seigneur ».

C’est par ces mots que le Pape François a commenté, durant la messe de ce lundi à Sainte Marthe, l’épisode d’un garçon pris de convulsions qui se roule par terre, au milieu d’une foule bouleversée. Et son père qui s’agrippe à Jésus, en l’implorant de libérer son fils possédé par le diable.

Un drame que le Pape François analyse point par point : les jacasseries des gens présents, qui discutent sans intervenir, Jésus qui arrive et s’informe, le bruit qui diminue dès lors, le père angoissé qui émerge de la foule et décide contre toute espérance de croire en Jésus. Et Jésus, qui pris de pitié face à la foi si pure de ce père, chasse l’esprit et puis se penche avec douceur sur le jeune homme, qui semble mort, en l’aidant à se relever ». « Tout ce désordre, cette discussion, souligne le Pape, finit par un geste : Jésus qui se baisse, prend l’enfant. Ces gestes de Jésus nous font réfléchir ».

L’Evangile, rappelle François, « est parsemé de ces gestes : la résurrection de Lazare, la vie rendue à la fille de Jaïre et au fils d’une veuve. Mais aussi la brebis perdue ramenée à la bergerie ou la monnaie perdue et retrouvée par la femme ». Tout cela « parce que Jésus n’est pas seulement venu du Ciel, il est Fils d’un peuple. Jésus est la promesse faite à un peuple et son identité est aussi appartenance à ce peuple, qui depuis Abraham marche vers la promesse. Et ces gestes de Jésus nous enseignent que toute guérison, chaque pardon nous font toujours revenir à notre peuple, à notre famille, qui est l’Eglise ». [Read more…]

Angélus : « les cardinaux doivent être des serviteurs, pas des patrons ! »

1_0_775802Le Pape François est revenu lors de la prière de l’angélus de ce dimanche sur le rôle des nouveaux cardinaux, avec qui il venait de célébrer la messe en la basilique Saint-Pierre, au Vatican. « Le consistoire de samedi et la célébration de ce matin nous ont offert une occasion précieuse d’expérimenter la catholicité de l’Église, son universalité » a dit le Pape, en référence aux diverses origines des nouveaux cardinaux. Comme abordé dans son homélie lors de la messe, François a insisté sur la notion d’unité dans l’Église, « qui est plus importante que les conflits ».

Le Pape a une nouvelle fois demandé aux fidèles réunis place Saint-Pierre de prier pour lui et pour les nouveaux cardinaux : « il y a tant besoin de prière pour un évêque, pour un cardinal, pour un Pape, afin qu’il puisse aller de l’avant et guider le peuple de Dieu ! » s’est exclamé François. « La vocation d’un cardinal est d’être un serviteur au nom de Dieu. De bons serviteurs, pas de bons patrons ! » a-t-il précisé.

Ce thème de l’unité de l’Eglise a été évoqué par le Pape à partir de la seconde lecture de ce dimanche et l’épître de Saint Paul aux Corinthiens (1,3-23) : « Saint Paul se retrouve confronté aux divisions de la communauté de Corinthe, où des groupes s’étaient séparés en fonction de leur chef. Saint Paul explique que cette approche est mauvaise, parce que la communauté n’appartient pas aux apôtres mais ce sont eux qui appartiennent à la communauté, et la communauté toute entière appartient à Dieu ! ». Selon François, « les différences ne peuvent pas contredire le fait que tous, par le baptême, avons la même dignité. Nous sommes tous fils de DieuL’Eglise confie aujourd’hui le témoignage de ce mode de vie pastoral aux nouveaux cardinaux ».

Radio Vatican

Homélie du Pape : un cardinal « entre dans l’Église de Rome, il n’entre pas dans une cour »

1_0_775791Le Pape François a présidé ce dimanche matin la messe en la basilique Saint-Pierre, au Vatican, entouré des nouveaux cardinaux créés la veille. Dans son homélie, le Saint-Père a rappelé qu’ « être saints n’est pas un luxe, c’est nécessaire pour le salut du monde ». Il a également souligné qu’un cardinal « entre dans l’Église de Rome, il n’entre pas dans une cour ».

« Tous évitons et entraidons-nous pour éviter des habitudes et des comportements de cour : intrigues, bavardages, cercles, favoritismes, préférences ». Le Pape a ainsi invité à faire « un travail de conversion des cœurs ». Conversion a-t-il dit « que nous tous, en particulier vous les cardinaux et moi-même, nous devons faire ».

Traduction de l’homélie en français

« Que ton aide, Père miséricordieux, nous rende toujours attentifs à la voix de l’Esprit ». (Collecte)
Cette prière, prononcée au début de la Messe, nous appelle à une attitude fondamentale : l’écoute de l’Esprit Saint, qui vivifie l’Église et l’anime. Par sa force créatrice et rénovatrice, l’Esprit soutient toujours l’espérance du Peuple de Dieu en marche dans l’histoire, et soutient toujours, comme Paraclet, le témoignage des chrétiens.  [Read more…]

Homélie du Pape François pour le Consistoire

consistory1Un Consistoire ordinaire public présidé par le Pape François pour la création de 19 nouveaux cardinaux s’est déroulé ce samedi matin en la Basilique Saint-Pierre, en présence du Pape émérite Benoît XVI. L’un des nouveaux cardinaux, l’ancien secrétaire de Jean XXIII, Loris Capovilla, était absent à cause de son grand âge. Une cérémonie sera organisée le 1er mars prochain à Sotto il Monte, une église très symbolique puisque le « bon Pape » en posa la première pierre. Dans la basilique, étaient présentes les délégations officielles évidemment des 15 nations d’origine des cardinaux, en présence notamment des présidents du Brésil et d’Haïti, Dilma Rousseff et Michel Martelly.

Durant la cérémonie, chaque nouveau cardinal s’est approché du pape, s’agenouillant devant lui pour recevoir la barrette (coiffe rouge à quatre bords), l’anneau cardinalice et son titre, chaque nouvel élu recevant en effet symboliquement la charge d’une des centaines d’églises de l’agglomération romaine. De Ouagadougou, d’Abidjan, des Cayes en Haïti, de Cotabato aux Philippines, de Managua, de Castries (Sainte-Lucie) aux Antilles, de Pérouse au centre de l’Italie, plusieurs des nouveaux cardinaux sont venus de villes des « périphéries », comme aime à le définir le pape François.

Seize nouveaux électeurs (moins de 80 ans, en cas de Conclave) entrent au Sacré collège, et trois autres sont des nouveaux cardinaux émérites sans droit de vote, à l’issue de ce premier consistoire du pape François, élu le 13 mars dernier.
Le Pape François avait auparavant tenu une très belle homélie sur la mission des cardinaux. En voici le texte intégral en français:

« Jésus marchait devant eux… » (Mc 10,32)

Jésus marche devant nous aussi, en ce moment. Il est toujours devant nous. Il nous précède et nous ouvre la voie… Et c’est notre confiance et notre joie : être ses disciples, demeurer avec lui, marcher derrière lui, le suivre… [Read more…]

« Pour suivre Jésus, connaître le catéchisme n’est pas suffisant »

1_0_774909Pour répondre à la question posée par le Christ lui-même sur ce qu’Il est pour chacun de nous « ce que nous avons appris et étudié dans le catéchisme n’est pas suffisant, même s’il reste important d’étudier et de savoir, mais ce n’est pas suffisant ». Le Pape François , ce jeudi matin, dans l’homélie de la messe célébrée à la Maison Sainte Marthe, rappelait ainsi l’importance du « cœur » dans le rapport des croyants avec Jésus.

Commentant la lecture de l’Evangile du jour, le Pape a souligné que « pour connaître Jésus il est nécessaire de parcourir le chemin de Pierre », qui « après l’humiliation que lui a fait subir Jésus qui le compare à Satan, à cause de sa manière de raisonner ‘selon les hommes’, « a suivi Jésus, a vu les miracles que Jésus accomplissait, a vu son pouvoir, puis a payé les taxes, comme Jésus le lui avait dit, a péché un poisson, et vu tellement de miracles de ce genre.» « Mais, à un certain moment, a ajouté le Pape François, Pierre a renié Jésus, il a trahi Jésus, et il a appris cette si difficile science, ou mieux, cette sagesse des larmes et des pleurs ».

Il faut adopter un parcours de disciple

« Cette première question : ‘Qui suis-je pour vous, pour toi ?’ adressée à Pierre, peut se comprendre seulement chemin faisant, après une longue route, faite de grâce et de péché, un parcours de disciple. Jésus à Pierre et à ses disciples n’a pas dit : ‘Fais ma connaissance’, non il a dit ‘Suis-moi’. C’est en suivant Jésus que l’on peut connaître Jésus. Pour suivre Jésus avec nos vertus, mais aussi nos péchés, mais suivre toujours Jésus, ce n’est pas étudier les choses que nous avons besoin mais bien d’une vie de disciple ».

« Connaître Jésus, a encore déclaré le Pape, est un don du Père. C’est Lui qui nous fait connaître Jésus ; c’est une œuvre de l’Esprit Saint, qui est un grand travailleur. Ce n’est pas un syndicaliste, c’est un grand travailleur et il travaille en nous, toujours. Il réalise ce travail de nous expliquer le mystère de Jésus, et de nous donner ce sens du Christ. Regardons Jésus, Pierre, les apôtres, et entendons dans notre cœur cette question :’Qui suis-je pour toi ? ‘ ».

Radio Vatican

Audience générale du mercredi 19 février 2014

1_0_774552« Quand vous êtes-vous confessés la dernière fois ? »

N’ayons pas honte de nous confesser. À chaque fois, c’est « une étreinte de Dieu ».
Le sacrement de la Réconciliation « est un sacrement de guérison ». Et le pardon qui en découle ne peut être donné que par Dieu, qui fait la fête à chaque fois qu’un pécheur le lui demande. Il faut donc se rapprocher de ce sacrement sans « peur » et sans « honte ». Ce sont certaines des pensées exprimées ce mercredi matin lors de l’audience générale Place Saint-Pierre, devant plus de 20 mille personnes. Ci-dessous, des extraits de la catéchèse du Pape :

« À travers les sacrements de l’initiation chrétienne, le baptême, la confirmation et l’eucharistie, l’homme reçoit la nouvelle vie dans le Christ. Maintenant, nous le savons tous, nous portons cette vie ‘dans des vases d’argile’ (2 Cor 4,7) nous sommes encore soumis à la tentation, à la souffrance, à la mort et à cause du péché, nous pouvons même perdre notre nouvelle vie. C’est pour cela que le Seigneur Jésus a voulu que l’Église continue son œuvre de salut, même à ses propres membres, en particulier à travers le sacrement de la réconciliation et celui de l’union des infirmes qui peuvent être réunis sous le nom de « sacrement de guérison ». « Le sacrement de la réconciliation est un sacrement de guérison. Lorsque je vais me confesser et me guérir : me guérir l’âme, me guérir le cœur pour quelque chose que j’ai fait qui n’est pas bien. L’icône biblique qui les exprime au mieux, dans leur lien profond, c’est l’épisode du pardon et de la guérison du paralysé où le Seigneur Jésus se révèle en même temps médecin des âmes et médecin des corps. »

Le pardon se demande dans la confession

« Le sacrement de la pénitence et de la réconciliation – que nous appelons aussi de la confession-provient directement du mystère des Pâques. En effet, le soir-même de Pâques, le Seigneur est apparu à ses disciples, enfermés dans le cénacle et après les avoir salué par ‘ Que la paix soit avec vous ! ‘, il souffla sur eux et leur dit : ‘Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés ‘ (Jean 20,21-23). Ce passage nous révèle la dynamique plus profonde qui est contenue dans ce sacrement. Tout d’abord, le fait que le pardon de nos péchés n’est pas quelque chose qu’on puisse se donner : je ne peux pas dire « Je me pardonne les péchés ». Le pardon se demande, se demande à quelqu’un d’autre et dans la confession, nous demandons le pardon à Jésus. Le pardon n’est pas le fruit de nos efforts mais c’est un cadeau, un don de l’Esprit Saint qui nous remplit d’un bain de miséricorde et de grâce qui jaillit incessamment du cœur béant du Christ crucifié et ressuscité. En deuxième lieu, il nous rappelle que seulement si nous nous réconcilions avec le Seigneur Jésus , avec le Père et avec les frères, nous pouvons vraiment être en paix (…) » [Read more…]

« Dieu n’est pas un sorcier »

1_0_773844La patience du peuple de Dieu qui supporte avec foi les épreuves quotidiennes de la vie est ce qui fait aller de l’avant l’Église. C’est ce qu’a affirmé ce lundi matin le Pape François lors de la messe célébrée en la chapelle de la maison Sainte-Marthe au Vatican.

« Qui n’a pas de patience, veut tout, tout de suite, rapidement. Qui ne connait pas cette sagesse de la patience est une personne capricieuse comme les enfants qui sont capricieux. » « Une personne qui n’a pas de patience est une personne qui ne grandit pas, qui ne sait pas comment prendre la vie comme elle vient. Une autre tentation de ceux qui ne sont pas patients est l’omnipotence de vouloir quelque chose tout de suite, comme les pharisiens qui demandent à Jésus un signe du ciel : ils veulent un spectacle, un miracle. »

Suivre la musique de la patience

Or, a expliqué le Pape, « Dieu n’est pas un sorcier. Dieu a sa propre manière d’aller de l’avant. La vie chrétienne doit se dérouler sur cette musique de la patience, parce que c’est la musique de nos pères, du peuple de Dieu, de ceux qui ont cru la parole de Dieu, qui ont suivi le commandement que le Seigneur avait dit à notre père Abraham. »

« Combien est patient notre peuple. Quand nous allons dans les paroisses, nous trouvons ces personnes qui souffrent, qui ont des problèmes, qui ont un fils handicapé, ou qui ont une maladie et qui malgré tout vont de l’avant avec patience, sans demander des signes. »

Le Pape n’hésite pas ainsi à saluer ces personnes qui savent lire les signes et rencontrent ainsi Jésus, ces personnes qui « souffrent tant mais qui ne perdent pas le sourire de la foi. » « Ce sont ces gens qui font avancer l’Église, avec leur sainteté de tous les jours, de chaque jour, » a-t-il conclu.

Radio Vatican