Changer les choses: ça commence par nous!

J’ai envie de revenir sur un article que j’ai lu dans le Nouvel Informateur Catholique du 4 février dernier, intitulé: Coup d’oeil chrétien sur les changement climatiques par Martin Laflamme de la Famille Marie-Jeunesse. Il est vrai que les changements climatiques sont inquiétants et ceux-ci nous rappellent à quel point l’homme à une grande responsabilité envers la nature: ses comportements ont tellement d’influence sur ce qui se passe sur cette planète. Malheureusement, l’homme a souvent tendance à l’oublier, et l’homme, et bien, c’est nous tous n’est-ce pas! On ne peut décider pour les autres c’est vrai et on ne peut pas non plus leur dicter comment agir, mais nous pouvons au moins choisir pour nous-mêmes. Nos petits gestes, nos décisions et nos actions de tous les jours peuvent changer les choses, c’est aussi ce que rappel l’auteur dans son article en citant le slogan de la France face à la menace climatique:  »Il n’y a pas de petits gestes si nous sommes 60 millions à les faire! » Ceci peut être une belle motivation face au découragement qui nous habite parfois et c’est comme ça que nous devrions tous penser.
Nous nous en rendons pas toujours compte mais il y a tant de choses que nous pouvons faire nous-mêmes pour améliorer la condition de notre environnement. Recycler, écomomiser l’eau, réduire notre consommation en général, il s’agit juste d’y penser.

Je termine maintenant sur un point sur lequel l’auteur revient pour lutter contre les changements climatiques: la prière. On oublie parfois que l’on peut constamment prier afin que l’homme respecte son environnement, respecte la nature et s’adapte ainsi à elle au lieu d’exiger que celle-ci s’adapte à lui. Comme plusieurs chrétiens l’affirment:  »C’est à chacun de construire cette nouvelle Jérusalem, ce monde nouveau. » Chaque geste compte, il ne faut pas attendre après les autres, donnons l’exemple sans oublier que nous pouvons aussi proposer et prier pour le bien de l’humanité. Une bonne idée en se début de Carême : )
En toute fraternité, Marjorie

La planification naturelle des naissances : un cadeau à s’offrir!

Ce lundi 27 février, à Focus catholique, nous parlons des méthodes naturelles de planification des naissances. Moins connues dans le monde séculier, ces méthodes sont pourtant efficaces et avantageuses pour le couple.  Non seulement elles concordent avec le plan divin mais elles respectent également l’écologie du corps. Que ce soit pour la conception d’un nouveau né ou comme alternative naturelle de contraception, avec un peu de volonté et de constance, tous les couples peuvent arriver à les utiliser et à en bénéficier.

Je vous donne donc rendez-vous ce lundi à 19h30!

Marjorie

 

L’amour et la piété, se dépasser

Dans mon article la semaine dernière, je vous ai partagé les paroles de St-Vincent de Paul au sujet de la petite servante des pauvres:

Pour commencer, j’aimerais revenir sur cette phrase dans laquelle il mentionnait ceci: Plus ils seront repoussants et sales, injustes et grossiers, plus tu devras leur donner de ton amour.  

Qui a envie d’aimer quelqu’un qui au premier coup d’oeil ne semble pas mériter notre amour? Quelqu’un qui est grossier, injuste, a-t-on vraiment envie de lui donner de notre amour? La première réponse qui nous vient spontanément serait de dire non. On aime aime ceux qui nous aiment ou ceux qui sont gentils avec nous n’est-ce pas? Pourtant, nous savons que ceux qui sont malheureux, qui souffrent à l’intérieur ont besoin de notre amour. Leur manque d’amour pour la vie, pour eux-mêmes, pour les autres démontre leur grand trou à l’intérieur et leur manque de lumière. Très souvent il est même difficile pour eux d’aimer, de donner en retour, parfois ils ne savent même pas ou même plus. Quelques soient les raisons pour lesquelles ils manquent d’amour il ne faut pas avoir peur de les aimer en retour.

Aimer oui, mais jusqu’où 

Aimer cependant, ne veut pas dire devenir l’esclave de l’autre: Aimes ton prochain comme toi-même, Lévitique 19:18. Et non, aimes ton prochain plus que toi-même, n’est-ce pas. On peut comprendre que personne n’ai envie d’aimer à ses dépens, d’aimer et de s’enfoncer en même temps par manque de discernement, aimer et se dégrader : on ne désire pas en arriver là et ce n’est pas le but de l’amour. C’est pourquoi ici le discernement spirituel est important, les exercices de St-Ignace sont idéals pour arriver à apprendre à discerner. Voici quelques exemples de questions à se poser: lorsque je pose un acte d’amour ou de piété, est-ce que cet acte me rapproche de Dieu? Est-ce que je me sens poussé par l’esprit saint? Est-ce que ce je grandis dans ma foi, dans ma relation avec Dieu ? Ou bien, est-ce que cet acte m’éloigne de Dieu? M’amène dans la noirceur? M’ennuage et éteint ma lumière? Est-ce que cet acte me trouble? Ces réponses peuvent nous aider à discerner. Vous pouvez en apprendre plus sur les exercices de St-Ignace, vous trouverez à la fin de cet article quelques ressources.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles nous sommes parfois incapables d’aimer, au-delà des défauts et des attitudes repoussantes des autres il y a nous. Parfois ça vient de notre intérieur et divers éléments sont à la source de nos comportements: l’éducation reçue, l’influence de notre entourage, de notre société, nos peurs, nos doutes, la timidité, la crainte d’être jugé, la peur de se tromper et bien encore. Nous ne sommes pas totalement des êtres libres, aimer librement ce n’est pas si facile, mais nous sommes appelés à le faire, car ce n’est seulement que lorsque les hommes arriveront à s’aimer librement, seulement là ils arriveront à vivre en paix et en harmonie.

Comment en arriver là 

Pour cela, pour que l’homme puisse se dépasser, l’homme a besoin d’une force supérieure, d’une aide suprême, et cette force c’est Dieu qui peut nous la donner. Vendredi dernier, Sébastien l’a bien expliqué en citant les paroles du Cardinal Barbarin prononcées lors des funérailles de l’Abbé Pierre:

“On ne peut pas s’engager dans le service des pauvres et aller au devant de toutes les misères avec un tel enthousiasme, jusqu’à quatre vingt quatorze ans, si l’on ne va pas chercher cette force venue d’ailleurs. »

Plus de ressources pour plus d’amour 

Voici maintenant quelques ressources pour vous aider à en apprendre davantage sur le véritable amour, vous dépasser et grandir dans la foi ainsi qu’à suivre les traces de Jésus-Christ. Et comme vous vous en doutez sûrement, cela ne vous aidera pas seulement qu’à aimer les pauvres et ceux qui sont dans la misère, mais à aimer davantage tous vos frères et vos soeurs du monde entier. Devenir un avec Dieu, devenir un avec les autres: c’est aussi cela la beauté d’aimer.

Livres:

Libres pour aimer, Guy Joyal chez Novalis

L’Imitation de Jésus-Christ, plusieurs éditions dont celle des Grands classiques du Christiannisme chez Médiaspaul

Marche en ma présence, Jean-Guy Saint-Arnaud

Les exercices de St-Ignace pour le discernement spirituel:

Sur le net: www.jesuit.ie/priere

En groupe ou avec un accompagnateur dans la région de Montréal:

Le Centre Léunis www.leunis.org

Bien sûr il y a d’autres ressources, vous en connaissez peut-être vous-mêmes?! N’hésitez pas à me faire parvenir l’une ou l’autre de vos suggestions là où que vous soyez afin que nous puissions les partager. 

Fraternellement, Marjorie

La petite servante des pauvres

Bonjour à tous, ça me fait plaisir de pouvoir partager davantage avec vous par l’intermédiaire d’Internet.

Pour commencer, je désire vous citer les paroles de St-Vincent de Paul dites à la fin de sa vie, pour l’envoi d’une jeune soeur en mission. Ses paroles m’ont frappées et encore aujourd’hui, je médite sur celles-ci :

¨La route sera longue, les marches raides et les pauvres bien ingrats. Tu verras bientôt que la charité est plus lourde à porter que le broc de soupe et le pain. Mais tu garderas ta douceur et ton sourire. Ce n’est pas tout de donner le bouillon et le pain. Cela, les riches peuvent le faire. Mais tu es la petite servante des pauvres. Ils sont tes maîtres, des maîtres parfois très exigents. Tu l’apprendras vite. Plus ils seront repoussants et sales, injustes et grossiers, plus tu devras leur donner de ton amour. Ce n’est que par ton amour, ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes.¨

Je vous laisse méditer ces paroles, je reviendrai sur celles-ci au cours des prochains jours.

Bonne semaine à tous, que Dieu vous bénisse.

Votre soeur,  Marjorie