Au revoir Brésil

Notre séjour au Brésil se termine, et nous quittons le pays plein de reconnaissance et d’admiration. À l’égard d’abord de l’évêque de Conceiçao, Dom Dominique You, un homme d’une grande simplicité et un pasteur attentif aux préoccupations de ses fidèles. Les projets « Bernadette » et « Sonho de Mâe » en sont d’ailleurs de bons exemples. Nous le remercions de nous avoir accueillis comme des amis, et de nous avoir consacré du temps. Nous avons aussi été touchés par le témoignage des volontaires dont le service auprès des plus pauvres est une belle réponse au message de l’Évangile. Enfin nos remerciements vont vers deux bénévoles Fidesco, Émilie et Émilienne, nos guides et interprètes, sans qui notre tournage aurait été bien difficile. Ce dernier nous permettra de partager le témoignage des jeunes femmes en situation difficile, et de montrer comment le diocèse répond à leurs besoins.

« Rêve de Maman », pour les jeunes mères en difficulté

Après avoir été initié à Salvador de Bahia, le projet « Sonho de Mâe » (Rêve de maman) existe depuis 2008 au diocèse de Conceiçao do Araguaia, grâce à son évêque  Dom Dominique You. Son objectif principal est d’accompagner les jeunes mères en situation de précarité, durant leur grossesse pas toujours désirée. Le projet garantit ainsi à ces femmes angoissées et rejetées un soutien psychologique et spirituel, il les prépare à accueillir la vie et à aimer leur enfant avant sa naissance. Pour en parler, nous rencontrons Émilie Peigné, volontaire Fidesco, coordinatrice du projet Sonho de Mâe.

Projet Bernadette, au service des prostituées

 

projet bernadette 2

Au diocèse de Conceiçao do Araguaia, le projet Bernadette accueille les jeunes filles prostituées des quartiers pauvres de la ville. Elles ont entre 12 et 17 ans et sont également victimes, la plupart du temps, de l’alcool et de la drogue. Nous les rencontrons dans le cadre de notre reportage, et de prime abord notre caméra ne les impressionne pas. Elles sont plutôt souriantes, pas vraiment timides, et parfois ont une gueule d’ange, si bien qu’on a du mal à imaginer qu’elles s’adonnent à la prostitution pour gagner un téléphone, ou un peu d’argent. Certaines fillettes acceptent de donner une interview. L’exercice pour elles n’est pas facile. Assises, face à la caméra, elles se livrent, en égrenant les épreuves qui ont émaillées leur vie, douloureuse et pourtant si jeune. Mais c’est toujours le même constat : elles parlent très difficilement de cette activité sexuelle dont elles ont honte. L’une d’elles, rejetée par ses parents, se prostitue pour ne pas dormir dans la rue avec les chiens errants. Une autre, se prostitute aujourd’hui après avoir été violée par son beau-père alors qu’elle n’avait pas dix ans. D’autres encore sont envoyées par leurs propres parents pour rapporter l’argent à la maison…C’est donc pour tenter de les sortir de cette misère que le projet Bernadette, encadré par des volontaires, propose à ces adolescentes des activités artistiques et professionnalisantes qui leur permettent de s’épanouir et de trouver du travail.

Aux côtés des jeunes femmes désoeuvrées

blog 1 Après un long voyage en avion, et en voiture sur les routes poussiéreuses du Brésil, notre reporter Charles Le Bourgeois et son cameraman Albéric Saint-Martin sont arrivés dans le Parà, « une terre sans hommes pour des hommes sans terre », dans le nord-ouest du pays. Accueillis par l’évêque du diocèse de Conceiçao do Araguaia, Don Dominique You, ils découvrent les initiatives de l’Église locale, au service des plus pauvres, et en particulier des femmes désœuvrées. Leur sujet les mènent d’abord jusqu’au « projet Bernadette » qui accueille des jeunes filles, de 12 à 17 ans, en « situation à risque », c’est à dire de prostitution. Puis le tournage les conduit auprès des jeunes mères du projet « rêve de maman », dont le but est de soutenir et réconforter ces femmes en situation difficile, pendant la grossesse, et après la naissance.