Une vie ancrée dans sa communauté, dans sa ville, dans sa nation

par Nathalie Dumas, rédactrice en chef de la revue L’Oratoire

La ministre Monique Gagnon Tremblay à Rome (Photo : DUMAS)

La ministre Monique Gagnon Tremblay à Rome (Photo : DUMAS)

ROME – « Le Québec a vécu hier l’émotion de la canonisation de l’un des siens, André Bessette. (…) Cet honneur, nous le recevons et nous l’apprécions. D’autant qu’il consacre une vie extraordinairement ancrée dans sa communauté, dans sa ville, dans sa nation », mentionnait la ministre Monique Gagnon Tremblay, lors de la réception offerte par le Gouvernement du Québec, le lundi 18 octobre, à l’Hôtel Columbus.

Dans cette allocution très sentie dont nous avons retenu quelques extraits, la ministre des relations internationales et ministre responsable de la francophonie a fait un survol de l’histoire du Québec à travers la vie de son nouveau saint.

Dans cette vie exemplaire, c’est une page de l’histoire d’un peuple que l’on lit. Sa misère, ses peurs, ses espoirs, sa foi, sa solidarité. Ses errements, parfois.(…) La ferveur dont il (frère André) est l’objet est née dans une société plus homogène qu’aujourd’hui, unie par le destin, par les valeurs et par la foi. Car la trajectoire du Québec s’est souvent confondue avec celle de L’Église.

Aujourd’hui ancrés dans une société laïque et plurielle, les québécois ressentent moins ce besoin de se distancer d’un passé religieux avec lequel ils ont eu, durant des années, un rapport difficile. Si ce Québec pluraliste ne reviendra pas à la société cléricale d’antan, il est en mesure de redécouvrir cette dimension de son histoire et de sa culture.

La religion de nos pères et de nos mères est un pan de notre héritage qui s’incarne dans un patrimoine bâti, dans une histoire et des références communes. Voilà pourquoi cette canonisation est, pour de nombreux québécois, quelles que soient leurs convictions, une occasion de célébration. Et, pourquoi pas, de recueillement », a conclu la ministre Gagnon Tremblay.

La déléguée du Québec à Rome, Madame Amalia Daniela Renosto, avait préalablement adressé un mot de bienvenue à ses invités: dignitaires civils et religieux, délégation de l’Oratoire Saint-Joseph, religieux et religieuses de Sainte-Croix, représentants des diocèses de Montréal et de Saint-Hyacinthe. L’allocution complète sera éventuellement disponible sur ce site.

S+L lance la diffusion de la messe quotidienne en français

Le 19 octobre 1904, une première messe était célébrée dans le petit oratoire dédié à saint Joseph, fondé par le frère André.

crypteinterieureUn siècle plus tard, le 19 octobre 2010, Télévision Sel + Lumière lance la diffusion de la messe quotidienne en direct de la crypte de l’Oratoire Saint-Joseph.

Le frère André incitait les gens à retrouver la voie de la guérison en prenant le chemin de la foi et de l’humilité, en accueillant les sacrements de l’Église.

Sel + Lumière est heureuse de permettre aux gens de partout de se joindre à la communauté de l’Oratoire Saint-Joseph et de vivre du Corps du Christ, Parole vivante donnée en partage.

La messe quotidienne sera diffusée en direct du lundi au samedi à 8h30 en rediffusion à 17h, sauf le samedi. Elle sera également disponible à chaque jour au www.seletlumieretv.org/messe

Ce projet est le fruit d’une heureuse collaboration avec l’Oratoire Saint-Joseph et la Congrégation de Sainte Croix au Canada ainsi que l’appui de la Fondation À Dieu Va et de son fondateur, M. J.-Robert Ouimet.

Les téléspectateurs sont invités à assurer la pérennité de ce grand projet en commanditant une messe au coût de 250$. Déjà plusieurs personnes ont fait un don et soumis la date de la messe qu’elles souhaitent commanditer.

Familles et jeunes célèbrent le frère André

procession frère André 1

Près de 500 personnes se sont rassemblées à l’église Saint-Benoît Abbé de Québec pour célébrer la canonisation du frère André samedi soir. L’accent a été mis sur l’accueil à l’exemple du frère André. D’ailleurs les adolescents nous ont montré par un sketch très significatif quatre manières d’accueillir l’autre. Se peut-il que nous n’ayons plus le temps d’accueillir avec joie et amour? Voilà la réflexion que Mgr Lemay nous a partagé afin d’être à notre tour des témoins de Jésus dans notre quotidien, à la manière du frère André. Le chant du chœur gospel Ad Vitam a favorisé la prière et en même temps le sens de la fête. La présence des familles et spécialement des adolescents nous a montré que la vie émerge encore dans nos paroisses.

Guylaine Morin

Marie-Ève porte

À la une

par François Gloutnay, rédacteur du blogue Nouvelles de l’ACPC

L’humble portier du Mont-Royal a obtenu plusieurs premières pages aujourd’hui. Voici quelques trouvailles.


– «Saint frère André, c’est à ton tour…» C’est le titre qui apparaît sur Le Soleil d’aujourd’hui. Une photo de pèlerins occupe toute la première page du quoditien québécois.

– Le Journal de Montréal propose une citation du cardinal Turcotte qui affirme que le frère André est «le Maurice Richard de la religion».

– La Presse affiche en grandes lettres blanches: «Ferveur et fierté». On annonce que les premières pages du journal sont consacrées au frère André: «au Vatican et à l’oratoire Saint-Joseph, la cérémonie de canonisation du frère André a attiré et subjugué les fidèles». 

– Dans La Tribune de Sherbrooke, on indique que le frère André est «élevé parmi les saints».

Une célébration dont on se souviendra

par Nathalie Dumas, rédactrice en chef de la revue L’Oratoire

(Photo : DUMAS)

(Photo : DUMAS)

ROME – Les pèlerins du Québec s’étaient levés tot hier matin, 17 octobre, pour se rendre à la cité du Vatican, afin d’assister au Rite de la canonisation du frère André. Mais les pèlerins Espagnols, Italiens, Polonais et Australiens ont fait encore plus vite puisqu’ils ont réussi à remplir les deux premières sections de sièges installés devant la basilique Saint-Pierre.

Des délégations nombreuses sont venues saluer les nouveaux élus: Stanislaw Soltys, Candida Maria de Jesus, Mary MacKillop, Giulia Salzano et Battista Camilla Da Varano. Les Australiens qui accueillaient leur première sainte, étaient probablement les plus démonstratifs de leur joie et de leur fierté.

A défaut d’être moins colorés qu’un groupe d’Italiens portant des casquettes jaunes, les Québécois voyageant avec l’Oratoire Saint-Joseph et l’agence Spiritours étaient bien reconnaissables avec leur foulard blanc arborant la figure du frère André.


Selon les données fournies par père Mario Lachapelle, c.s.c., vice-postulateur de la cause de canonisation du frère André et organisateur de l’événement à Rome, 5 300 personnes avaient confirmé leur présence pour célébrer saint André Bessette. De ce nombre, il y avait 1 500 pèlerins du Québec, des autres provinces du Canada, des Etats-Unis, de la France, de l’Inde dont plusieurs religieux et religieuses de Sainte-Croix.

« Mais je pourrais certainement dire que ce nombre a doublé », a affirmé père Lachapelle, faisant allusion aux personnes qui se sont rendues à Rome sans etre inscrites dans un groupe. « Pour cet événement des six canonisations du dimanche 17 octobre, 40 000 personnes étaient attendues mais la foule comptait plus de 150 000 pèlerins! » rapporte-t-il au lendemain de la messe, visiblement encore étonné.


La célébration a suivi son rite à la lettre, commençant par une entrée de Benoît XVI en véhicule ouvert, précédée d’une centaine de prêtres, évêques et cardinaux, défilant en procession. Parmi eux, père Claude Grou, recteur de l’Oratoire et père Jean-Pierre Aumont, supérieur de la Province canadienne de la Congrégation de Sainte-Croix, portaient la chasuble dorée des grandes occasions. Le cardinal Jean-Claude Turcotte, archevêque du diocèse de Montréal, fermait la marche.


De cette longue célébration de deux heures, soulignons quelques moments forts : la demande de procéder à la canonisation adressée au Saint-Père faite par Mgr Angelo Amato, S.D.B., préfet de la Congrégation pour la cause des saints; la présentation d’une relique de chacun des nouveaux saints; la procession des offrandes ainsi que l’homélie en quatre langues. Bref, une cérémonie grandiose qui rassemblait sur un même parvis des parcours de sainteté à la fois différents et semblables.

Les fidèles qui avaient réussi à suivre la consigne de ne pas applaudir ni agiter de drapeaux tout au long de la célébration n’ont pu contenir leur joie. Les applaudissements et les cris ont jailli pour le plus grand bonheur de tous. Soixante-treize ans après la mort du frère André, décédé à Montréal, le 6 janvier 1937, à l’âge de 91ans, l’humble religieux est reçu en grandes pompes dans l’Église universelle. Voilà qui est maintenant fait: saint André Bessette est né.


Témoignages de pèlerins à Rome

Voici le premier reportage de l’équipe ECDQ.tv dans la Ville Éternelle, tourné lors de la vigile du 16 octobre.

Un grand « buzz » à Rome: première de Portier de Dieu – Saint André de Montréal

La veille de la canonisation du bienheureux frère André Bessette à Rome, Sel + Lumière a présenté la première du documentaire intitulé « Portier de Dieu: Saint André de Montréal. » Une audience de plus de 150 personnes s’est présentée au théâtre Maria Bambina, pour la diffusion de la première  du documentaire sur le frère André. C’est dans une ambiance d’enthousiasme que le père Thomas Rosica, directeur général de S+L, a souhaité la bienvenue à un public attentif.

Parmi les invités: le cardinal Marc Ouellet, Préfet de la Congrégation des évêques; le cardinal Bernard Law, Archevêque émérite de Boston et Archiprêtre de la Basilique de Santa Maria Maggiore à Rome; le cardinal Renato Martino, Président émérite du Conseil pontifical de justice et de paix; douze archevêques et évêques du Canada, parmi lesquels —- le Président de la conférence canadienne des évêques catholiques, le nouveau supérieur général de la Congrégation de Sainte-Croix ainsi que son conseil; les supérieurs provinciaux américains et canadiens de Sainte-Croix, le nouveau supérieur général des Oblates de Marie Immaculée ainsi que son conseil; le  député chevalier suprême des Chevaliers de Colomb et son épouse, et une délégation de vingt-cinq grands Chevaliers de Québec avec leurs épouses. Parmi les personnalités politiques étaient présents le Lieutenant Gouverneur du Québec et son épouse, des représentants de l’ambassade du Canada près le Saint-Siège, des membres de la Secrétairerie d’État du Vatican, ainsi que des membres du corps de presse internationale accredités par le Vatican. Enfin, et tout autant important, un grand nombre de jeunes de la délégation des étudiants universitaires de l’Université de Notre Dame d’Indiana étaient présents.

Un silence absolu qui a régné du début jusqu’a la fin du documentaire, était par moment interrompu par quelques soupirs d’émoi, parfois de brefs rires. Le documentaire a reçu une ovation. Toutefois, ce n’est qu’au moment où j’ai rallumé la lumière dans la salle que j’ai croisée des regards ravis, à travers des yeux larmoyants. ça y est! Le message du documentaire a touché les cœurs de l’audience. J’ai ressenti le Saint Frère André nous sourire du Ciel. [Read more…]

Saint Frère André: l’homélie de Mgr Gérald Cyprien Lacroix

Hier à 11h dans une basilique-cathédrale de Québec bondée, l’administrateur diocésain de l’archidiocèse de Québec, Mgr Gérald Cyprien Lacroix, y est allé d’une homélie fort inspirante au sujet de notre nouveau saint québécois. En voici un extrait:

Pourquoi la canonisation du Frère André arrive-t-elle à ce moment précis de notre his-toire ? Bien sûr, nous pourrions répondre que le long processus qui a été vécu est arrivé à terme ; que les étapes de recherches, de vérifications des témoignages, de la reconnaissance de miracles ont été complétées. C’est juste.
Mais je crois qu’au delà de tout cela, la canonisation de notre cher Frère André arrive maintenant car nous avons besoin plus que jamais de son témoignage de compassion envers les personnes les plus souffrantes, de sa foi solidement enracinée en Dieu, de son humilité et de sa profonde communion avec Dieu et l’humanité blessée, en quête de sens et d’espérance.

Pourquoi la canonisation du Frère André arrive-t-elle à ce moment précis de notre histoire ? Bien sûr, nous pourrions répondre que le long processus qui a été vécu est arrivé à terme ; que les étapes de recherches, de vérifications des témoignages, de la reconnaissance de miracles ont été complétées. C’est juste.

Mais je crois qu’au delà de tout cela, la canonisation de notre cher Frère André arrive maintenant car nous avons besoin plus que jamais de son témoignage de compassion envers les personnes les plus souffrantes, de sa foi solidement enracinée en Dieu, de son humilité et de sa profonde communion avec Dieu et l’humanité blessée, en quête de sens et d’espérance.

« Il est devenu saint parce qu’il a intimement vécu avec Dieu »: cardinal Turcotte

[NDLR: Nous publions ici l’homélie du cardinal Jean-Claude Turcotte prononcée le 18 octobre au cours de la messe pour les Canadiens à l’église Sant’Andrea della Valle à Rome.]

L'émotion du cardinal était palpable lors de l'homélie qu'il a livré le 18 octobre à Rome. Photo: Steven Scardina

L'émotion du cardinal était palpable lors de l'homélie qu'il a livré le 18 octobre à Rome. Photo: Steven Scardina

Chers amis,

Le frère André, que Benoît XVI vient de canoniser, a été très célèbre plusieurs années avant sa mort.  Alors qu’il accueillait quotidiennement de nombreux visiteurs et pèlerins à la chapelle qu’il avait fait construire sur le Mont-Royal (à Montréal, province de Québec, au Canada), il recevait de 2 à 3 cents lettres par jour.  Quatre secrétaires étaient nécessaires pour y répondre. Quand il mourut, le mercredi 6 janvier 1937, à 91 ans, il y eut comme une onde de choc non seulement à Montréal, au Québec et au Canada, mais aussi dans le nord des États-Unis et jusqu’en Europe.  La nouvelle de sa mort fit la une dans de très nombreux journaux.  Près de mille articles ont alors rendu compte de l’événement et de la vie de ce frère qui fonda l’Oratoire Saint-Joseph de Montréal. Le journal français Le Figaro écrivit: «Un extraordinaire thaumaturge vient de mourir. Le frère André sera-t-il le premier saint canadien?» Beaucoup de Canadiens l’espéraient de tout leur cœur. Ils se sont donc réjouis quand le pape Paul VI a déclaré le frère André vénérable, le 12 juin 1978. Leur joie a été plus grande encore, le 23 mai 1982, lorsque Jean-Paul II l’a béatifié. Depuis le jour de cette béatification, les pèlerins, qui sont venus visiter l’Oratoire Saint-Joseph et y prier,  ont été invités à signer une pétition pour que le frère André soit canonisé. 10 millions de pèlerins ont signé cette pétition. Le pape Benoît XVI a entendu leur voix. Le frère André est maintenant officiellement reconnu comme le premier homme né au Canada à être déclaré saint. Nous en sommes très heureux.

Toute l’Église en est heureuse; particulièrement l’Église qui est à Montréal, et toutes les Églises implantées au Québec et au Canada. Les textes bibliques que nous venons d’entendre nous indiquent pour quelles raisons le frère André est devenu un saint. Il l’est devenu parce qu’il s’est laissé enseigner par Dieu et n’a jamais fait le prétentieux devant lui. Il est devenu saint parce qu’il s’est tenu devant Dieu comme un pauvre qui attend tout et espère tout de lui. Né dans une famille financièrement très démunie, ayant une santé fragile, n’ayant pas eu l’occasion de beaucoup s’instruire, le frère André, qui pouvait lire, n’écrivait guère plus que son nom. Mais il était tout tourné vers Dieu, tout attentif à lui, tout assoiffé de lui. C’est pourquoi Dieu a fixé son regard sur ce petit homme pauvre et humble, et lui a révélé ce qu’il cache «aux sages et aux savants».[1] Il l’a fait entrer dans son intimité, dans celle de Jésus, dans celle de l’Esprit Saint et dans celle de la Sainte Famille. [Read more…]

De Montréal à Rome: des ovations pour saint André Bessette

turcotteDe la crypte de l’Oratoire Saint-Joseph samedi et dimanche à l’église Sant’Andrea della Valle à Rome ce matin, la joie, la fierté et l’émotion des fidèles pour le nouveau saint étaient évidentes. Le cardinal Jean-Claude Turcotte dut interrompre son homélie après avoir parlé de la « médaille d’or » du frère André. Pèlerins, représentants des gouvernements, tous se sont levés pour applaudir celui qui a atteint la plus haute marche.

Sel + Lumière a diffusé la messe en direct ce matin, messe qui est désormais en ligne dans la section spéciale consacrée au frère André. Le père Thomas Rosica assurait l’animation de cette diffusion en français et en anglais.