Vidéo des intentions du pape: Témoigner de l’Évangile en Asie

Ce qui m’impressionne le plus au sujet de l’Asie, c’est la diversité de ses populations héritières d’anciennes cultures, religions et traditions . Sur ce continent où l’Eglise est une minorité , le défi à relever est passionnant. Nous devons promouvoir le dialogue entre les religions et les cultures . Le dialogue joue un rôle essentiel dans la mission de l’Eglise en Asie . Prions pour que les chrétiens d’Asie favorisent le dialogue, la paix et la compréhension réciproque, particulièrement avec ceux qui appartiennent à d’autres religions .

Nostra Aetate 50 ans plus tard

blog_1446842547

Photo: Courtoisie Catholic News Service

Le 28 octobre dernier marquait le cinquantième anniversaire de la déclaration Nostra Aetate du Concile Vatican II concernant les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes. Pour l’occasion, l’Organisme pour le dialogue judéo-chrétien de Montréal avait organisé une conférence pour faire le bilan de ces 50 ans de rapprochement. Se sont donc réunies plusieurs personnalités des différentes communautés chrétiennes et juives. Cette conférence fut également l’occasion pour tous les participants de comprendre l’importance de la Déclaration Nostra Aetate à travers cette rétrospective des relations judéo-chrétiennes durant les 50 dernières années.

Cette semaine d’activités a débuté le mardi 27 octobre à la bibliothèque publique juive de Montréal avec deux conférences la première de Jean Duhaime, professeur émérite d’interprétation biblique de l’Université de Montréal et la deuxième d’Armand Abécassis, professeur de philosophie de l’Université Michel-de-Montaigne de Bordeaux en France. Mgr Luigi Capture d’écran 2015-11-06 à 15.25.02Bonnazzi, présent à cette soirée, a affirmé l’importance de la déclaration Nostra Aetate en soulignant tout le chemin parcouru depuis sa publication. En effet, pour le Nonce apostolique au Canada, Nostra Aetate est « un point de non retour » en ce qu’elle a mis les bases d’une réconciliation qui allait se déployer par la suite. Surmonter le poids de l’histoire n’est jamais une mince tâche mais la bonne volonté des communautés chrétiennes et juives ont réellement porté beaucoup de fruits. Parmi ces derniers figure la redécouverte de l’immense patrimoine commun  manifesté dans l’étude conjointe des Saintes Écritures.

Pour Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal, le rapprochement entre juifs et chrétiens est un exemple pour le monde entier. En effet, le dialogue judéo-chrétien montre bien comment la paix n’est pas un simple vœu pieux mais une réalité qu’il est possible d’atteindre et à laquelle il vaut la peine de travailler. En ce sens, on peut noter à titre d’exemple, les nombreux gestes de réconciliation et les visites des différents papes en Terre Sainte. De plus, pour Mgr Lépine, un autre signe de cette paix rendue possible grâce à Nostra Aetate se trouve dans le fait qu’il est aujourd’hui manifeste que « le propre de la religion n’est pas d’être porteur de guerre et de conflit, le propre de la religion est de relier « . Ainsi, par ce dialogue judéo-chrétien, on manifeste, à la fois, que les religions et leurs institutions ont un rôle irremplaçable dans la société mais également que leur présence et leur rayonnement doivent être encouragés.

Un fait saillant de cette soirée fut ma rencontre avec l’une des organisatrices de la conférence, Myriam Azogui-Halbwax, qui m’a parlé de son expérience personnelle. Originaire de France, Mme Azogui-Halbwax baigne dans le dialogue judéo-chrétien depuis sa tendre enfance. Issue d’une famille juive, elle a toujours vécu dans un milieu séculier où la majorité de son entourage était catholique. Ce qu’elle retient de cette expérience c’est l’importance du respect du droit à la différence qui, pour elle, est la valeur principale du judaïsme. Souligner le 50e anniversaire de la déclaration Nostra Aetate était incontournable. On a souvent une vision institutionnelle du dialogue où les grandes déclarations et rencontres prennent la première place. On oublie souvent que des millions de personnes vivent ce dialogue au jour le jour. Cette expérience personnelle du dialogue et l’importance qu’a dû avoir ce pas de géant de Vatican II pour des millions de personnes est certainement pour moi la grande découverte de cette soirée mémorable. Espérons que les 50 ans prochaines années soient tout aussi porteuses de ces valeurs de paix et de fraternité.

La religion, porteuse d’espérance



Pourquoi les religions sont-elles un phénomène si universel à travers l’histoire des cultures? Ont-elles toujours une place au sein des sociétés sécularisées de l’Occident du XXIe siècle? Sont-elles en train de transformer dans un monde qui rapproche les religions les unes des autres?

Ces questions sont devenues préoccupantes dans les sociétés occidentales qui traversent une période de sécularisation et de globalisation. On découvre qu’il est difficile de trouver une place pour la pratique saine de la religion au sein des sociétés modernes. De plus en plus de personnes mettent en question le rôle et la place des religions dans les sociétés occidentales, disant que l’humanité est passée à un âge adulte qui rend inutiles les pratiques religieuses. D’autres personnes, parfois ébranlées dans leurs convictions, s’enfoncent dans leur religiosité et se sentent menacées par la diversité des croyances et par la présence croissante de non-croyants dans leurs pays.

Comprendre le but de la religion et reconnaître son rôle dans les sociétés sont donc des pistes de recherche essentielles dans un monde qui se transforme à l’aube du troisième millénaire.

Une exposition intitulée Dieu(x) : modes d’emploi, en cours présentement au Musée canadien des civilisations à Gatineau, inspire ce nouveau Focus catholique qui cherche à explorer les problématiques entourant la pratique religieuse aujourd’hui. Tourné au Musée des civilisations et présentant les avis de Louis Perron, professeur de philosophie à l’université Saint-Paul, et de Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau, ce Focus catholique montre les différents objets religieux de l’exposition et réfléchit sur le rôle des pratiques religieuses dans un monde en constante évolution.

Ce nouveau Focus catholique, intitulé « La religion, porteuse d’espérance », sera diffusé vendredi 30 mars à 19h30. Il sera disponible sur notre site web www.seletlumieretv.org/focuscatholique à partir du 30 mars.

 

Photo courtoisie de CNS