† Cardinal Turcotte: un « prêtre de la Révolution Tranquille »

Cette semaine nous avons appris une triste nouvelle, celle du décès du † Cardinal Jean-Claude Turcotte. Un homme qui a laissé son empreinte, d’abord, dans le Diocèse de Montréal dont il était l’archevêque et sur l’ensemble du Québec puisque son influence s’étendait au-delà des frontières canoniques pour ainsi dire. Au moment de la perte d’une personne, spécialement d’une personnalité publique comme un archevêque, il est de mise de faire mémoire, de se rappeler que la vie d’une personne est l’écriture de Dieu. Moyen qu’Il a choisi pour déployer son « surplus » d’Amour à d’autres êtres que Lui-même. Faire mémoire du Cardinal Jean-Claude Turcotte signifie donc retracer dans sa vie ce que Dieu voulait nous communiquer personnellement à travers lui. Pour ce faire, j’ai pensé à un exercice que les nouvelles technologies rendent possible aujourd’hui et qui deviendra de plus en plus commun à mesure que nous avançons dans le XXIe siècle. En effet, nous pouvons désormais laisser les « morts » nous parler eux-mêmes d’eux-mêmes! Quoi de mieux pour faire le bilan de la vie d’une personne que de laisser cette même personne le faire devant nos yeux.

Le 25 août 2009, le père Thomas Rosica c.s.b. a eu la chance de s’entretenir avec le Cardinal Turcotte dans une entrevue de 30 minutes dans laquelle il offre à tous les fidèles une sorte de rétrospective personnelle de sa vie. Vous pouvez la visionner sur la chaîne Youtube de Sel + Lumière en cliquant sur le lien ci-dessus. Cette entrevue est extrêmement intéressante puisqu’elle fut l’occasion pour le Cardinal de nous confier, à la fois, les événements marquants de sa vie mais aussi sa perception de l’avenir de l’Église au Québec.

[Read more…]

La totale pour le cardinal…

Le cardinal Turcotte et Edgar Fruitier à TLMEPVenu présenter le coffret des Grands classiques d’Edgar sur la musique sacrée, le cardinal Jean-Claude Turcotte s’attendait sûrement à quelques questions classiques de la part de gens qui croient que l’Église vit encore en 1950. Et il a eu la totale… le « mariage des prêtres, » la place des femmes, l’homosexualité, l’avortement… tout y est passé. Et notre éminence s’en est très bien tiré, surtout lorsque l’on sait que le bloc d’une quinzaine de minutes diffusé hier est un montage d’une entrevue qui a probablement durée le triple – ce qui est à peu près la règle. Il était un peu triste que l’on se serve de questions à M. Fruitier pour ensuite poser la question voulue au cardinal du genre: «M. Fruitier, quelle est la meilleure musique pour un mariage? (…) Parlant de mariage Mgr Turcotte…»

On reprochera au cardinal Turcotte de n’avoir rien dit de nouveau… ce fut bien difficile avec la cassette du Québécois libéré qui jouait à fond. Pourtant, l’archevêque de Montréal est parvenu a laisser un message d’amour et d’ouverture, celui que le Seigneur a apporté. Ce fut le cas lorsque le cardinal a parlé de toutes les oeuvres de charité, à Montréal et ailleurs, qui ont été fondées ou dans lesquelles sont impliquées des personnes de foi.

Quelques répliques de notre éminence ont pu rallier la foule: «Je reconnais que la religion catholique a des progrès à faire de ce côté-là [sur la place des femmes en Église ndlr]. On s’y emploie, mais c’est une grosse institution», admettait le cardinal avant de se tourner vers Guy A. Lepage et lancer: «Oui, l’église a beaucoup changé. Il faudrait peut-être sortir un peu pis y aller de temps en temps pour voir!»

Le cardinal Turcotte savait bien ce qui l’attendait. Il avait d’ailleurs dit à quel point il avait de la difficulté avec les médias qui cherchaient simplement la confrontation et le punch, lors de l’émission Témoin avec le père Thomas Rosica.

Le prétexte du coffret d’Edgar était certainement l’occasion idéale pour que notre éminence de Montréal accepte de participer à la ‘grand mess’ de la télé québécoise. C’est fait. L’excellent coffret de musique sacrée d’Edgar Fruitier se retrouvera sous bien des sapins de Noël et nos cardinaux recueilleront une petite redevance qui ira à leurs oeuvres. Puissent ces hymnes et ces morceaux de musique sacrés élever les âmes de tous ceux et celles qui l’écouteront.

Sur l’éducation de la foi: le cardinal Turcotte

Le cardinal Jean-Claude Turcotte estime que le passage de l’éducation de la foi du milieu scolaire au milieu paroissial est l’une des plus grandes grâces qui soit arrivée à l’Église du Québec. Dans un entretien avec le père Thomas Rosica diffusé ce mercredi dans le cadre de l’émission Témoin, l’archevêque de Montréal croit difficile un retour en arrière sur cette question.

Celui qui est pasteur de l’Église catholique de Montréal depuis 1990 fait un retour sur son expérience en tant que prêtre et évêque en évoquant certaines figures qui ont marqué sa vie, dont le pape Jean-Paul II. Le cardinal se penche également sur le rôle des médias aujourd’hui et les défis qu’ils représentent pour l’Église.

L’émission de 30 minutes sera diffusée mercredi 18 et samedi 21 novembre à 19h30 et 23h30 et disponible sur le site de la chaîne dès jeudi.

Le cardinal Turcotte sur les médias


L’archevêque de Montréal s’entretient avec le père Thomas Rosica.

À voir ce mercredi 19h30 et 23h30.