« Vérité, annonce et authenticité de vie à l’ère du numérique »

Aujourd’hui Fête de St François de Sales, le patron des journalistes, c’est le jour ou le Vatican publie le message de la Journée Mondiale des Communications Sociales.

Le voici dans son intégralité

Conseil Pontifical pour les Communications Sociales
45ème JOURNÉE MONDIALE DES COMMUNICATIONS SOCIALES
« Vérité, annonce et authenticité de vie à l’ère du numérique. »
le 5 juin 2011

Chers Frères et Soeurs,
A l’occasion de la XLV Journée Mondiale des Communications
Sociales, je désire partager quelques réflexions, suscitées par un
phénomène caractéristique de notre temps : l’expansion de la
communication à travers le réseau Internet. La conviction est
toujours plus répandue que, comme la révolution industrielle
produisit un profond changement dans la société à travers les
nouveautés introduites dans le cycle de production et dans la vie
des travailleurs, ainsi aujourd’hui la profonde transformation en acte
dans le champ des communications guide le flux de grands
changements culturels et sociaux. Les nouvelles technologies ne
changent pas seulement le mode de communiquer, mais la
communication en elle-même, on peut donc affirmer qu’on assiste à
une vaste transformation culturelle. Avec un tel système de
diffusion des informations et des connaissances, naît une nouvelle
façon d’apprendre et de penser, avec de nouvelles opportunités
inédites d’établir des relations et de construire la communion.
On explore des objectifs auparavant inimaginables, qui suscitent de
l’étonnement à cause des possibilités offertes par les nouveaux
moyens et, en même temps, exigent toujours plus impérativement
une sérieuse réflexion sur le sens de la communication dans l’ère
numérique. Cela est particulièrement évident face aux potentialités
extraordinaires du réseau Internet et la complexité de ses
applications. Comme tout autre fruit de l’ingéniosité humaine, les
nouvelles technologies de la communication doivent être mises au
service du bien intégral de la personne et de l’humanité entière.
Sagement employées, elles peuvent contribuer à satisfaire le désir
de sens, de vérité et d’unité qui reste l’aspiration plus profonde de
l’être humain.

Dans le monde numérique, transmettre des informations signifie
toujours plus souvent les introduire dans un réseau social, où la
connaissance est partagée dans le contexte d’échanges personnels.
La claire distinction entre producteur et consommateur de
l’information est relativisée et la communication tendrait à être non
seulement un échange de données, mais toujours plus encore un
partage. Cette dynamique a contribué à une appréciation
renouvelée de la communication, considérée avant tout comme
dialogue, échange, solidarité et création de relations positives.

D’autre part, cela se heurte à certaines limites typiques de la
communication numérique : la partialité de l’interaction, la tendance
à communiquer seulement quelques aspects de son monde
intérieur, le risque de tomber dans une sorte de construction de
l’image de soi qui peut conduire à l’auto complaisance.
Surtout les jeunes vivent ce changement de la communication, avec
toutes les angoisses, les contradictions et la créativité propre à ceux
qui s’ouvrent avec enthousiasme et curiosité aux nouvelles
expériences de la vie. L’implication toujours majeure dans l’arène
numérique publique, celle créée par ce qu’on appelle les social
network, conduit à établir des nouvelles formes de relations
interpersonnelles, influence la perception de soi et pose donc,
inévitablement, la question non seulement de l’honnêteté de l’agir
personnel, mais aussi de l’authenticité de l’être. La présence dans
ces espaces virtuels peut être le signe d’une recherche authentique
de rencontre personnelle avec l’autre si l’on est attentif à en éviter
les dangers, ceux de se réfugier dans une sorte de monde parallèle,
ou l’addiction au monde virtuel. Dans la recherche de partage,
d' »amitiés », on se trouve face au défi d’être authentique, fidèle à
soi-même, sans céder à l’illusion de construire artificiellement son
« profil » public.

Les nouvelles technologies permettent aux personnes de se
rencontrer au-delà des frontières de l’espace et des cultures,
inaugurant ainsi un tout nouveau monde d’amitiés potentielles. Ceci
est une grande opportunité, mais comporte également une attention
plus grande et une prise de conscience par rapport aux risques
possibles. Qui est mon « prochain » dans ce nouveau monde? N’y a-t-
il pas le danger d’être moins présent à ceux que nous rencontrons
dans notre vie quotidienne ordinaire? N’y a-t-il pas le risque d’être
plus distrait, parce que notre attention est fragmentée et absorbée
dans un monde « différent » de celui dans lequel nous vivons? Avons-
nous le temps d’opérer un discernement critique sur nos choix et de
nourrir des rapports humains qui soient vraiment profonds et
durables? Il est important de se rappeler toujours que le contact
virtuel ne peut pas et ne doit pas se substituer au contact humain
direct avec les personnes à tous les niveaux de notre vie.

Même dans l’ère numérique, chacun est placé face à la nécessité
d’être une personne sincère et réfléchie. Du reste, les dynamiques
des social network montrent qu’une personne est toujours impliquée
dans ce qu’elle communique. Lorsque les personnes s’échangent des
informations, déjà elles partagent d’elles-mêmes, leur vision du
monde, leurs espoirs, leurs idéaux. Il en résulte qu’il existe un style
chrétien de présence également dans le monde numérique : il se
concrétise dans une forme de communication honnête et ouverte,
responsable et respectueuse de l’autre. Communiquer l’Évangile à
travers les nouveaux media signifie non seulement insérer des
contenus ouvertement religieux dans les plates-formes des divers
moyens, mais aussi témoigner avec cohérence, dans son profil
numérique et dans la manière de communiquer, choix, préférences,
jugements qui soient profondément cohérents avec l’Évangile,
même lorsqu’on n’en parle pas explicitement. Du reste, même dans
le monde numérique il ne peut y avoir d’annonce d’un message sans
un cohérent témoignage de la part de qui l’annonce. Dans les
nouveaux contextes et avec les nouvelles formes d’expression, le
chrétien est encore une fois appelé à offrir une réponse à qui
demande raison de l’espoir qui est en lui (cf. 1P 3,15).

L’engagement pour un témoignage de l’Évangile dans l’ère
numérique demande à tous d’être particulièrement attentif aux
aspects de ce message qui peuvent défier quelques-unes des
logiques typiques du web. Avant tout nous devons être conscients
que la vérité que nous cherchons à partager ne tire pas sa valeur de
sa « popularité » ou de la quantité d’attention reçue. Nous devons la
faire connaître dans son intégrité, plutôt que chercher à la rendre
acceptable, peut-être « en l’édulcorant ». Elle doit devenir un aliment
quotidien et non pas une attraction d’un instant. La vérité de
l’Évangile n’est pas quelque chose qui puisse être objet de
consommation, ou d’une jouissance superficielle, mais un don qui
requiert une libre réponse. Même proclamée dans l’espace virtuel du
réseau, elle exige toujours de s’incarner dans le monde réel et en
relation avec les visages concrets des frères et soeurs avec qui nous
partageons la vie quotidienne. Pour cela les relations humaines
directes restent toujours fondamentales dans la transmission de la
foi!

Je voudrais inviter, de toute façon, les chrétiens à s’unir avec
confiance et avec une créativité consciente et responsable dans le
réseau de relations que l’ère numérique a rendu possible. Non pas
simplement pour satisfaire le désir d’être présent, mais parce que ce
réseau est une partie intégrante de la vie humaine. Le web
contribue au développement de nouvelles et plus complexes formes
de conscience intellectuelle et spirituelle, de conviction partagée.
Même dans ce champ nous sommes appelés à annoncer notre foi
que le Christ est Dieu, le Sauveur de l’homme et de l’histoire, Celui
dans lequel toutes choses trouvent leur accomplissement (cf. Ep. 1,
10). La proclamation de l’Évangile demande une forme respectueuse
et discrète de communication, qui stimule le coeur et interpelle la
conscience; une forme qui rappelle le style de Jésus Ressuscité
lorsqu’il se fit compagnon sur le chemin des disciples d’Emmaüs (cf.
Lc 24,13-35), qui furent conduits graduellement à la compréhension
du mystère à travers la proximité et le dialogue avec eux, pour faire
émerger avec délicatesse ce qui il y avait dans leur coeur.

La vérité qui est le Christ, en dernière analyse, est la réponse pleine
et authentique à ce désir humain de relation, de communion et de
sens qui émerge même dans la participation massive aux divers
réseaux sociaux – social network. Les croyants, en témoignant leurs
plus profondes convictions, offrent une précieuse contribution pour
que le web ne devienne pas un instrument qui réduise les personnes
à des catégories, qui cherche à les manipuler émotivement ou qui
permette à qui est puissant de monopoliser les opinions des autres.

Au contraire, les croyants encouragent tous à maintenir vivantes les
questions éternelles de l’homme, qui témoignent de son désir de
transcendance et de sa nostalgie pour des formes de vie
authentique, digne d’être vécue. C’est sûrement cette tension
spirituelle profondément humaine qui est derrière notre soif de
vérité et de communion et qui nous pousse à communiquer avec
intégrité et honnêteté.

J’invite surtout les jeunes à faire bon usage de leur présence dans
l’arène numérique. Je leurs renouvelle mon rendez-vous à la
prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse de Madrid dont la
préparation doit beaucoup aux avantages des nouvelles
technologies. Pour les opérateurs de la communication j’invoque de
Dieu, par l’intercession de leur saint Patron François de Sales, la
capacité d’effectuer toujours leur travail avec grande conscience et
avec un sens professionnel scrupuleux.

J’adresse à tous ma Bénédiction Apostolique.
du Vatican,

le 24 janvier 2011, en la fête de Saint François de Sales.

« Que cesse les persécutions contre les chrétiens » – BXVI

Benoît XVI lance un message clair et fort pour la liberté religieuse et pour que cesse les persécutions des chrétiens aux quatre coins du monde. Le Pape mentionne spécifiquement la situation des chrétiens en Irak, suite à la tuerie d’octobre dernier à la cathédrale Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours.

Le message pour la Journée mondiale pour la paix, qui se tient le 1er janvier, a été publié ce matin. « La société qui veut imposer, ou qui, au contraire, nie la religion par la violence, est injuste à l’égard de la personne et de Dieu, mais aussi envers elle-même », affirme le Pape.

Le message qui fait une vingtaine de page est disponible sur le site du Vatican.

Perspectives hebdo: BXVI à coeur ouvert


Invités:
Gilles Mongeau, sj, théologien et professeur à Regis College (Toronto)
Yvon Métras, directeur de l’’édition chez Novalis

Le livre Lumière du monde – le pape, l’Église et les signes des temps a défrayé la manchette même avant sa sortie officielle. Si les médias en ont retenu certains passages, tout l’ouvrage nous révèle la vision d’un pape qui connaît l’Église et le monde dans lequel elle se trouve. Nous découvrons les motivations profondes de celui qui dirige 1,2 milliard de fidèles.

D’ici quelques jours, le livre qui fait environ 300 pages sera disponible en français dans les librairies du Québec. Ce fait est assez exceptionnel. Un livre publié en France arrive normalement plusieurs semaines, sinon des mois, après sa parution chez nos cousins. C’est bien ce qui était prévu pour ce livre-entretien entre Benoît XVI et Peter Seewald. Fin janvier, février peut-être. Mais voilà que, suite au tapage médiatique, Novalis a fait appel à sa maison-mère, Bayard, pour accélérer le processus. Les livres vendus ici arrivent donc directement de France. Tout a un prix, et à 39,95$, ce n’est pas donné diront plusieurs. Qu’importe, la lecture en vaut la peine et constitue le coup de l’année dans le livre religieux. Parions donc que Benoît XVI se retrouvera sous bien des sapins cette année…

« L’incarnation révèle que toute vie humaine a une dignité incomparable. »

Le Pape a prié pour la vie ce samedi soir, dans la basilique Saint-Pierre. Pour la première fois la célébration des premières Vêpres de l’Avent, un rendez-vous cher à Benoît XVI, qui marque le début de l’année liturgique, s’est accompagnée cette année d’une veillée de prière pour la défense de la vie naissante, à l’initiative du Conseil pontifical pour la famille.

Dans son homélie, le Pape a dénoncé les tendances culturelles qui s’efforcent d’anesthésier les consciences. La science l’a démontré : l’embryon n’est pas un amas de matériel biologique, mais un nouvel être humain vivant, dynamique, merveilleusement ordonné. L’Église réaffirme les déclarations du Concile Vatican II contre l’avortement et contre toute violation de la vie naissante. Benoît XVI s’est adressé directement aux leaders politiques et économiques et aux responsables des médias pour leur demander de promouvoir une culture qui respecte la vie humaine, pour que se mettent en place des réseaux de soutien à l’accueil et au développement de la vie. Chaque être humain – a.-t-il martelé – mérite toujours d’être accueilli avec respect et amour, de ne pas être considéré comme un objet que l’on possède et que l’on peut manipuler à sa guise. C’est dans cette ligne – a-t-il dit – que se situe la sollicitude de l’Église pour la vie naissante, la plus fragile, la plus menacée par l’égoïsme des adultes et par l’obscurcissement des consciences. Benoît XVI n’a pas manqué de déplorer par ailleurs le mal infligé aux enfants après leur naissance : l’abandon, la faim, la misère, la maladie, les abus, la violence, l’exploitation, les multiples violations de droits qui blessent douloureusement la conscience de tout homme de bonne volonté. L’Incarnation nous révèle que toute vie humaine a une dignité incomparable – a ajouté le Pape en invitant les chrétiens à porter un regard nouveau sur l’homme, un regard de confiance et d’espérance.

Le Pape, qui portait une chape violette, a récité une prière composée pour l’occasion : pour que Dieu accompagne les choix des assemblées législatives, pour que les peuples et les nations reconnaissent et respectent le caractère sacré de toute vie humaine, pour les scientifiques et les médecins afin que le progrès contribue au bien intégral de la personne et qu’aucun être ne soit supprimé ou ne souffre de l’injustice, pour que les administrateurs aident les jeunes familles à s’ouvrir sereinement à la naissance de nouveaux enfants.

(Source: Radio Vatican)

Verbum Domini: le fruit du Synode sur la Parole de Dieu rendu public

Le document qui fait plus de 200 pages exhorte les catholiques à redécouvrir et à se ré-approprier les Écritures. Retour complet dans l’édition du 11 novembre de Perspectives, la capsule quotidienne.

EXHORTATION APOSTOLIQUE POST-SYNODALE

VERBUM DOMINI

DU PAPE

BENOÎT XVI

 AUX ÉVÊQUES, AU CLERGÉ,

AUX PERSONNES CONSACRÉES ET AUX FIDÈLES LAÏCS

SUR LA PAROLE DE DIEU DANS LA VIE ET DANS LA MISSION DE L’ÉGLISE

 

« L’Église ne tire pas sa consistance d’elle-même ; elle est appelée à être signe et instrument du Christ »

LA cathédrale de la Sainte-Famille à Barcelone. L'oeuvre de plus d'un siècle de travail.

La cathédrale de la Sainte-Famille à Barcelone. L'oeuvre de plus d'un siècle de travail.

Dimanche 7 novembre, Benoît XVI  a consacré l’autel de la cathédrale de la Sagrada Familia à Barcelone. Plus d’un siècle après le début de la construction de cette église, point culminant de l’oeuvre d’Antoni Gaudi, il revient au successeur de Pierre de procédé à la dédicace de ce monument inouï. C’était la deuxième visite de Benoît XVI en Espagne, après la Rencontre mondiale des familles en 2006. Il se rendra de nouveau dans ce pays d’Europe à l’été 2011 pour la Journée mondiale de la jeunesse. S+L diffusera la messe à 15h30 ce dimanche. Ci-dessous l’homélie du Saint-Père.

Frères et Sœurs bien-aimés dans le Seigneur,

« Ce jour est consacré au Seigneur, votre Dieu ! Ne soyez pas tristes, ne pleurez pas !… La joie du Seigneur est votre rempart ! » (Ne 8, 9-11). Par ces paroles de la première lecture que nous avons proclamée, je désire vous saluer, vous tous qui êtes ici présents pour participer à cette célébration.  (…)

(en espagnol)

Ce jour est un moment significatif dans une longue histoire d’aspirations, de travail et de générosité, qui dure depuis plus d’un siècle. Je voudrais maintenant faire mémoire de chacune des personnes qui ont permis la joie qui domine aujourd’hui en nous tous : des promoteurs jusqu’aux exécutants de cette œuvre ; de ses architectes et de ses maçons, jusqu’à tous ceux qui ont offert, d’une manière ou d’une autre, leur contribution irremplaçable pour rendre possible la construction progressive de cet édifice. Et nous nous souvenons surtout de celui qui fut l’âme et l’artisan de ce projet : Antoni Gaudí, architecte génial et chrétien cohérent, dont le flambeau de la foi brûla jusqu’à la fin de son existence, vécue avec une dignité et une austérité absolue. Cet événement est aussi, en quelque façon, le point culminant et l’aboutissement d’une histoire de cette terre catalane qui, surtout à partir de la fin du XIXème siècle, donna une multitude de saints et de fondateurs, de martyrs et de poètes chrétiens. Histoire de sainteté, de créations artistiques et poétiques, nées de la foi, qu’aujourd’hui nous recueillons et présentons en offrande à Dieu dans cette Eucharistie. [Read more…]

« Laissez-vous éclairer par la vérité du Christ »

[NDLR: Benoît XVI est arrivé à Compostelle ce matin pour un bref weekend en Espagne. 6 000 pèlerins l’attendaient sur la Place Obradorio. C’est aussi comme pèlerin que Benoît XVI est entré dans la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle. Le Pape est d’abord allé prier devant le tombeau de saint Jacques, patron de l’Espagne, comme l’ont fait des millions de pèlerins depuis le Moyen Âge. Il a ensuite adressé un message pressant aux personnes présentes dans la cathédrale, appelant à l’éveil de la conscience chrétienne de l’Espagne et de l’Europe. Tel est le cheval de bataille de Benoît XVI. Nous publions ici l’intégral de ce message.]

Messieurs les Cardinaux,
Chers frères dans l’Épiscopat,
Chères Autorités,
Chers prêtres, séminaristes, religieux et religieuses,
Chers frères et sœurs,
Chers amis.

[en galicien :]

butfumiero3-200x300Je remercie Monseigneur Julian Barrio Barrio, Archevêque de Saint-Jacques-de-Compostelle, pour les aimables paroles qu’il vient de m’adresser et auxquelles je réponds avec plaisir, en vous saluant tous avec affection dans le Seigneur et en vous remerciant pour votre présence en ce lieu très significatif.

[En espagnol :]

Faire un pèlerinage ne veut pas dire simplement visiter un lieu quelconque pour admirer ses trésors naturels, artistiques ou historiques. Faire un pèlerinage signifie plutôt sortir de soi-même pour aller à la rencontre de Dieu là où Il s’est manifesté, là où la grâce divine s’est montrée avec une splendeur particulière et a produit d’abondants fruits de conversion et de sainteté chez les croyants. Les chrétiens se rendirent en pèlerinage, surtout, sur les lieux liés à la passion, à la mort et à la résurrection du Seigneur, en Terre Sainte. Puis à Rome, ville où Pierre et Paul ont été martyrisés, et à Compostelle qui est liée à la mémoire de saint Jacques et qui a accueilli des pèlerins du monde entier, désireux de fortifier leur âme à travers le témoignage de foi et d’amour de l’Apôtre.

En cette Année Sainte compostellane, en tant que Successeur de Pierre, j’ai voulu moi-aussi venir en pèlerinage dans la Maison du Señor Santiago [de saint Jacques], dont on célèbre le 800ème anniversaire de la consécration, pour affermir votre foi et raviver votre espérance, et pour confier à l’intercession de l’Apôtre vos aspirations, vos efforts et votre travail pour l’Évangile. En embrassant sa statue vénérée, j’ai aussi prié pour tous les fils de l’Église, qui a son origine dans le mystère de communion qui est Dieu. La foi nous introduit dans le mystère d’amour qu’est la Sainte Trinité. Nous sommes, d’une certaine manière, embrassés par Dieu, transformés par son amour. L’Église est cette étreinte de Dieu dans laquelle les hommes apprennent aussi à étreindre leurs propres frères, découvrant en eux l’image et la ressemblance divine qui constituent la vérité la plus profonde de leur être et qui sont à l’origine de la vraie liberté.

Il existe une relation étroite et nécessaire entre vérité et liberté. La recherche honnête de la vérité, l’aspiration à celle-ci, est la condition d’une authentique liberté. On ne peut vivre l’une sans l’autre. L’Église, qui désire servir de toutes ses forces la personne humaine et sa dignité, est au service des deux : de la vérité et de la liberté. Elle ne peut y renoncer, car c’est l’être humain qui est en jeu, car elle y est poussée par son amour pour l’homme, lui « qui est sur la terre la seule créature que Dieu ait voulue pour elle-même » (Gaudium et spes 24, 3), et parce que, sans cette aspiration à la vérité, à la justice et à la liberté, l’homme se perdrait lui-même.

Permettez-moi, depuis Compostelle, cœur spirituel de la Galice et, en même temps, école d’universalité sans frontières, d’exhorter tous les fidèles de ce cher Archidiocèse, et tous ceux de l’Église en Espagne, à vivre en se laissant éclairer par la vérité du Christ, en professant leur foi avec joie, cohérence et simplicité, à la maison, au travail et dans leur responsabilité de citoyens.

Que la joie de vous sentir fils aimés de Dieu vous incite à avoir un amour toujours plus profond pour l’Église, en collaborant avec elle dans sa tâche de porter le Christ à tous les hommes. Priez le Maître de la moisson, pour que de nombreux jeunes se consacrent à cette mission dans le ministère sacerdotal et dans la vie consacrée : aujourd’hui, comme toujours, cela vaut la peine de consacrer toute sa vie à proposer la nouveauté de l’Évangile !

Je ne veux pas terminer sans exprimer auparavant mes félicitations et mes remerciements à tous les catholiques espagnols pour la générosité avec laquelle ils soutiennent de nombreuses institutions de charité et de promotion humaine. Ne vous lassez pas de faire vivre ces œuvres, qui profitent à toute la société, et dont l’efficacité s’est manifestée de façon spéciale durant la crise économique actuelle, de même qu’à l’occasion des graves calamités naturelles qui ont affligé divers pays !

[En galicien :]

Avec ces sentiments, je prie le Très-Haut d’accorder à tous l’audace qui animait saint Jacques pour que vous soyez témoins du Christ Ressuscité, afin qu’ainsi vous restiez fidèles sur les chemins de la sainteté et que vous vous dépensiez pour la gloire de Dieu et pour le bien de vos frères les plus démunis. Merci beaucoup.

« L’Europe doit s’ouvrir à Dieu ! »

[NDLR: Benoît XVI a célébré une messe en plein air, Place de l’Oratoire devant la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle. À l’occasion de l’année compostellane, Benoît XVI en a profité pour s’adresser non seulement aux Espagnols, mais à tous les Européens. Ci-dessous l’homélie complète prononcée sur le parvis de la cathédrale.]

(En galicien) Chers frères et sœurs en Jésus-Christ,

Je rends grâce à Dieu pour le don qu’il me fait d’être ici, sur cette splendide place, haut-lieu de l’art, de la culture et riche de signification spirituelle. En cette Année Sainte, je viens en pèlerin parmi les pèlerins, accompagnant tous ceux qui viennent ici assoiffés de la foi dans le Christ ressuscité. Foi annoncée et transmise fidèlement par les Apôtres, comme saint Jacques le Majeur, qui est vénéré à Compostelle depuis des temps immémoriaux.

(En espagnol) Je suis reconnaissant pour les aimables paroles de bienvenue de Monseigneur Julien Barrio Barrio, Archevêque de cette église locale et pour la présence courtoise de Leurs Altesses Royales le Prince et la Princesse des Asturies, de Messieurs les Cardinaux, ainsi que des nombreux Frères dans l’épiscopat et dans le sacerdoce. Mon salut cordial rejoint également les Parlementaires européens, membres de l’intergroupe ‘Camino de Santiago’, et aussi les Autorités nationales, régionales et locales qui ont voulu être présentes à cette célébration. C’est là une marque de déférence envers le Successeur de Pierre et aussi un signe du profond sentiment que Saint-Jacques-de-Compostelle éveille en Galice et en d’autres lieux de l’Espagne, qui reconnaît l’Apôtre comme son Patron et Protecteur. J’adresse un chaleureux salut aussi aux personnes consacrées, aux séminaristes et aux fidèles qui participent à cette Eucharistie et, avec une émotion particulière, aux pèlerins, artisans de l’authentique esprit jacquin sans lequel on ne comprendrait pas grand-chose ou rien de ce qui se déroule en ce lieu.

Une phrase de la première lecture affirme avec une admirable simplicité : «  Avec beaucoup de puissance, les apôtres rendaient témoignage à la résurrection du Seigneur Jésus » (Ac 4, 33). En effet, au point de départ de tout ce que le christianisme a été et continue d’être ne se trouve pas une initiative ou un projet humain, mais Dieu, qui déclare Jésus juste et saint devant la sentence du tribunal humain qui le condamne comme blasphémateur et subversif ; Dieu, qui a arraché Jésus Christ à la mort ; Dieu qui fera justice à tous ceux qui sont injustement les humiliés de l’histoire. [Read more…]

BXVI en Espagne: une visite courte mais symbolique

Benoit XVI se rend en Espagne pour une courte visite de deux jours les 6 et 7 novembre. Il marque l’Année jacquaire en se rendant à Compostelle ce samedi. Le diocèse de Compostelle est en année jubilaire puisque la fête de la saint Jacques, le 25 juillet, était un dimanche.

Les pèlerins se font de plus en plus nombreux sur le Camino. S’il est facile de croire que le pèlerinage vers Saint-Jacques a perdu son sens chrétien, il est clair que Benoît XVI croit tout le contraire. Dans une Europe qui perd peu à peu ses racines chrétiennes, le Pape ira de nouveau rappeler ce qui a été, et devrait demeurer, le ciment de l’Europe. Le Camino transforme sur le plan spirituel ceux et celles qui l’entreprennent. L’histoire et la tradition nous montrent que le Dieu de Jésus-Christ a guidé les pas de milliers de pèlerins sur ce chemin.

la_sagrada_familia1Le Pape se rendra aussi à Barcelone pour consacrer l’église de la Sainte Famille (Sagrada Familia) monument religieux, inscrit au patrimoine mondial de l’humanité. Sel + Lumière diffusera en français les principaux événements de ce voyage.

Samedi 6 novembre
15h30 HE – Visite à la Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle
16h30 HE – Messe sur la Place de l’Obradoiro à Saint-Jacques-de-Compostelle

Dimanche 7 novembre
15h30 HE – Messe avec dédicace de l’église de la Sagrada Familia et de son autel à Barcelone.

La couverture en direct en anglais débute à 6h30 samedi matin. Pour cette raison, il n’y aura pas de diffusion de la messe de samedi depuis la crypte de l’Oratoire Saint-Joseph à Montréal.

Un Synode convoqué pour restaurer l’ordre dans la Tour de Babel

La Tour de Babel d’aujourd’hui Brueghel-tower-of-babel

L’histoire de la Tour de Babel, la ruine actuelle initialement construite de brique cuite et d’asphalte (utilisé comme mortier), sert don bon exemple pour ce qui a lieu encore aujourd’hui, même si elle n’est mentionnée qu’une seule fois dans les Écritures [Genèse 11, 1-9].

Lorsque les gens avaient commis l’erreur regrettable d’utiliser le « même langage et les mêmes mots » [Gn 11: 1] pour tenter de devenir Dieu, ils érigèrent un temple monumental croyant qu’il effleurerait les cieux et leur donnerait donc accès à la divinité absolue. À leur irrespect délibéré de l’invitation de Dieu à accepter ses grâces et de l’utilisation de leur communion à vivre pleinement leur partenariat avec Lui dans la Création, Dieu a semé la confusion entre eux et les a fait parler dans des langues différentes, sans se comprendre mutuellement. Cela a conduit à une dispersion de l’humanité à travers la Terre.

Si l’histoire se répète, il est certainement dans la reconstruction de nouvelles formes de la même Tour de Babel de confusion. Dès lors, l’humanité a maintes fois fait la même erreur. Ce n’est donc pas surprenant de voir le chaos que causent aujourd’hui le fondamentalisme, l’extrémisme et l’utilisation erronée de la religion aussi bien au Moyen-Orient qu’à travers le monde. C’est pourquoi l’ancien concept de dispersion babylonienne dans sa connotation négative est encore en vie. [Read more…]

Secured By miniOrange