Prière d’intercession pour la réconciliation et la paix à Jérusalem

Une grande prière d’intercession pour la réconciliation aura lieu à Jérusalem, samedi prochain 28 janvier.

Cette année c’est l’église copte orthodoxe qui anime cette célébration.
Les chrétiens se réuniront pour une grande prière d’intercession pour notre temps, pour la réconciliation, l’unité et la paix, en commençant par Jérusalem.

Nous diffuserons cette prière en direct samedi 28 janvier à 10h

Pour plus de renseignement voir le site www.prayrup.info/fr

Diffusion du discours du Pape au corps diplomatique à 16h15

Aujourd’hui le pape Benoit XVI prononce son discours annuel au corps diplomatique près le Saint-Siège à l’occasion de la présentation des voeux pour 2012.

Diffusion de ce discours cet après-midi 16h 15

Benoît XVI en Terre Sainte – Jour 3: sous le signe de l’espérance et de la mémoire

Depuis 3 jours,  Benoît XVI foule les lieux Saints, en Jordanie et Israël, venant en pèlerin aux sources du christianisme, rencontrant des communautés chrétiennes très anciennes et très variées. Quoi de plus signifiant que l’assemblée des Vêpres de samedi soir en la cathédrale St Georges à Amman, avec les représentants, prêtres, religieux et fidèles des Eglises catholiques locales, maronite, syriaque, arménienne, chaldéenne et latine en présence de l’Archevêque orthodoxe Benediktos Tsikoras. Cela nous rappelle que l’évangile a été prêché, au tout début,  dans des régions désertiques, dans des petites communautés avec des distances très grandes. Ces communautés existent toujours et continuent à être des semences de vie.

Surprenante coïncidence, la liturgie suit le calendrier oriental, il y a donc cette année, une semaine de décalage avec le calendrier occidental, ce qui nous a valu de méditer à nouveau sur les textes du Bon Pasteur, quel signe d’espérance !  Les discours que le pape prononce sont marqués par son souci de paix et de dialogue. Il a interpellé les jeunes étudiants à Amman. «Vous êtes à être les bâtisseurs d’une société juste et pacifique composée de personnes de religions différentes et d’origines ethniques diverses. Ces réalités, je désire le souligner une fois de plus, doivent conduire, non à des oppositions, mais à un enrichissement mutuel.»

Au-delà des mots, le pape pose des gestes ; en peu de jours, il en a déjà eu plusieurs symboliquement forts : bénissant les premières pierres de deux nouvelles églises en Jordanie, près du Jourdain et de l’université du Patriarcat latin, à Madaba, près d’Amman. La culture et l’étude contribuent au dialogue et à la meilleure compréhension entre les différentes religions. Le pape a déclaré : « Je rends hommage aux promoteurs de cette nouvelle institution pour leur courageuse confiance qu’une bonne éducation est un point d’appui essentiel pour l’épanouissement personnel et pour la paix et le développement de la région.»

L’image de son voyage en Jordanie qui me reste est celle du lieu du baptême du Christ en plein désert où il a rappelé que le Christ s’est avancé dans la file des pêcheurs pour recevoir le baptême de Jean  et inviter les chrétiens à  suivre le Christ.

Au Moyen-Orient, marqué par des souffrances tragiques, par des années de violence et de tensions non résolues, les chrétiens sont appelés à offrir leur contribution, inspirée par l’exemple de Jésus, à la réconciliation et à la paix à travers le pardon et la générosité. Continuez à être reconnaissants envers ceux qui vous conduisent et vous servent fidèlement comme ministres du Christ. Vous faîtes bien d’accepter leur accompagnement dans la foi, sachant qu’en recevant l’enseignement des Apôtres qu’ils transmettent, vous accueillez le Christ et vous accueillez celui qui l’envoie.

bxviyv

A Jérusalem, aujourd’hui, dès son arrivée, Benoît XVI plantait un olivier en signe de paix dans le jardin de la paix du palais, en compagnie de Shimon Peres. Autant de gestes qui marqueront d’une manière indélébile son pèlerinage. Le point culminant de sa visite d’aujourd’hui fut ce matin à Yad Vashem, mémorial de l’holocauste ; célébration empreinte de silence, dans la pénombre du hall du mémorial où ne brûle que la flamme éternelle; discours très émouvant qu’il a terminé en disant «je suis reconnaissant de pouvoir être ici en silence pour me souvenir, pour prier et pour espérer.»

Cette journée fera date autant pour nous chrétiens que pour nos frères juifs. Elle est source de guérison. En fait, c’est l’ensemble de ce voyage de Benoît XVI qui devient un signe d’espérance fort pour tous ceux et celle qui croient en la paix.