Témoignage de Rand Mittri, 26 ans d’Alep en Syrie lors de la Veillée de prière avec le pape François

blog_1469900137

Je m’appelle Rand Mittri. J’ai 26 ans et je viens d’Alep, en Syrie. Comme vous le savez peut-être, notre ville a été détruite, ruinée et brisée. Le sens de notre vie a été anéanti. Nous sommes la ville oubliée.

Cela peut être difficile pour une grande partie d’entre vous de comprendre l’étendue de ce qui se passe maintenant dans mon pays bien-aimé, en Syrie. Il va m’être très difficile de vous donner une image de la vie pleine de douleur en quelques phrases, mais je vais partager avec vous quelques aspects de notre réalité.

Chaque jour, nous vivons entourés de la mort. Mais comme vous, le matin, nous fermons la porte quand nous allons au travail ou à l’école. C’est à ce moment que nous sommes pris par la peur de ne pas pouvoir rentrer pour retrouver nos maisons et nos familles. Peut-être serons- nous tués ce jour. Peut-être nos familles ne seront plus en vie. C’est un sentiment dur et douloureux de savoir que tu es entouré de la mort et de la tuerie, et qu’il n’y a pas de possibilité de s’enfuir : il n’y a personne pour t’aider.

Est-il possible que ce soit la fin et que nous soyons nés pour mourir en souffrance ? Ou bien sommes-nous nés pour vivre, pour vivre la vie le plus pleinement possible ? Mon expérience de cette guerre a été rude et difficile. Mais tout ça a fait que j’ai mûri et j’ai grandi avant mon âge, que je vois les choses d’une perspective différente.

Je travaille dans le centre Don Bosco à Alep. Notre centre reçoit plus de 700 jeunes hommes et femmes qui s’y rendent en espérant de voir un sourire ou entendre un mot d’encouragement. Ils recherchent aussi quelque chose qui manque dans leurs vies : de vrais soins humanitaires. Mais il est très difficile pour moi de donner de la joie et de la foi aux autres quand moi-même je manque de ces choses dans ma vie.

A travers ma maigre expérience de vie, j’ai appris que ma foi en Jésus Christ l’emporte sur les circonstances de la vie. La vérité n’est pas conditionnée par une vie en paix, exempté de souffrance. De plus en plus je crois que Dieu existe malgré toute notre douleur. Je crois que parfois, à travers notre douleur, Il nous enseigne le vrai sens de l’amour. Ma foi en Jésus Christ est la raison de ma joie et de mon espoir. Personne ne sera jamais capable de me voler cette vraie joie.

Je vous remercie tous et je vous demande sincèrement de prier pour mon pays bien-aimé, la Syrie.

Trad. : Alicja Slowik

Saint Jean Bosco

A la découverte des Saints et Saintes…

Nous fêtons aujourd’hui, 31 janvier, Saint Jean Bosco.

bhbv_saint_jean_bosco

 

Giovanni Bosco, appelé également Don Bosco, est né en 1815 dans le Piémont (Italie) dans une famille paysanne. D’une grande intelligence d’esprit et de cœur, le jeune Jean Bosco joue d’une influence positive sur les adolescents de son entourage. Il organise des tours d’acrobatie pour occuper sainement les garçons du village !

 

BoscoGrâce à l’aide de bienfaiteurs et à force de travail pour payer ses études, il est ordonné prêtre en 1841 et se consacre d’emblée à l’éducation des jeunes défavorisés des faubourgs populaires de Turin. Il ouvre un centre d’accueil offrant le gîte et le couvert. Devant l’ampleur de la tâche et le succès de son foyer, Jean Bosco fonde en 1854 la Société de Saint François de Sales, Société de prêtres éducateurs plus connus sous le nom de Salésiens. Cette Congrégation a pour mission d’éduquer les jeunes défavorisés car l’éducation intellectuelle, spirituelle et professionnelle permet de les éloigner de la délinquance. La Société de Saint François de Sales sera approuvée en 1869 par le pape Pie IX.

En 1872, Don Bosco, infatigable, fonde l’Institut des filles de Marie-Auxiliatrice, dites les Salésiennes.

Ce grand éducateur meurt en janvier 1888 à Turin tandis que son œuvre rayonne dans le monde entier. Jean Bosco est le saint patron des apprentis, des éditeurs et des prestidigitateurs. Il est canonisé en 1934 par le pape Pie XI.