Saint François de Sales

A la découverte des Saints et Saintes…

Nous fêtons aujourd’hui, 24 janvier, Saint François de Sales.

St_Francois_de_Sales_2GFrançois de Sales est né en août 1567 dans une grande famille savoyarde (France). Très jeune, il demande à ses parents de devenir prêtre, mais ces derniers le destinent plutôt à une brillante carrière juridique. C’est au cours de ses études à Paris que François découvre la théologie de la prédestination soulevée par Calvin. Au début de l’année 1587, il traverse alors une profonde crise spirituelle, se croyant prédestiné à l’enfer. A force de prière, il retrouve la paix intérieure et l’amour divin. Il poursuit ses études à Padoue : en Droit pour plaire à ses parents et en théologie pour son plaisir personnel.

 

SaintFrancoisDesSallesDe retour en Savoie, François est ordonné prêtre en 1593 contre la volonté de son père et devient évêque de Genève en 1602, bastion des calvinistes. C’est pourquoi, il est basé à Annecy. Le prélat se lance alors dans la reconquête de Genève. Grand prédicateur, il ramène à la religion catholique une partie des reformés et devient une grande figure de la Contre-Réforme. Prédications, catéchèses, voyages apostoliques, publications périodiques… François de Sales s’engage énergiquement dans l’annonce de l’Evangile et dans la conversion des calvinistes.

Devenu père spirituel de sainte Jeanne de Chantal, il aide celle-ci à la fondation de l’ordre de la Visitation en 1610. Un ordre contemplatif consacré à Dieu, au service des plus pauvres et à la dévotion.

Le prélat meurt à Lyon en 1622. Il est canonisé en 1665 par le pape Alexandre VII et est déclaré Docteur de l’Eglise en 1877, le seul de langue française. Saint François de Sales est le saint patron des écrivains et des journalistes ayant publié de nombreux écrits imprimés, sorte de gazettes placardées dans les lieux publics, à destination des calvinistes qu’il ne peut atteindre. Une innovation importante en terme de communication pour l’époque ! Une partie de ses sermons est regroupée sous le titre « Les controverses ». Ce Docteur de l’Eglise est souvent représenté en habits épiscopaux, chauve et barbu.

Saint Jean de la Croix

A la découverte des Saints et Saintes…

Nous fêtons aujourd’hui, 14 décembre, Saint Jean de la Croix.

Juan est né en Espagne en 1542 dans une famille pauvre. A 21 ans, il entre au noviciat des Pères Carmes. Pour poursuivre ses études, il est envoyé à l’Université de Salamanque. Il est ordonné prêtre en 1567.

st jeanRapidement Jean aspire à retrouver la règle primitive de l’Ordre, faite d’austérité et de prière. Devant les nombreux refus de réforme, il songe à changer d’ordre religieux lorsqu’il rencontre pour la première fois Sainte Thérèse d’Avila. Une rencontre décisive lors de la célébration de sa première messe. Réformatrice de l’Ordre du Carmel, Sainte Thérèse d’Avila demande au jeune prêtre de prendre en charge la réforme de l’Ordre masculin des Carmes. Avec trois autres compagnons, Jean fonde ainsi l’Ordre des Carmes déchaussés, première communauté masculine réformée. En renouvelant sa foi selon la Règle primitive, il prend le nom de Jean de la Croix.

Commence alors une grande complicité spirituelle entre Sainte Thérèse d’Avila et Saint Jean de la Croix.

Mais les autorités de l’Ordre refusent sa réforme, l’enlèvent en 1577 et le tiennent en captivité durant des mois, lui infligeant un traitement physique et moral très dur. Dans sa souffrance, il écrit de nombreux poèmes et notamment le Cantique spirituel qui deviendra un véritable traité spirituel.

Il s’enfuit en 1578 et de retour en Castille, poursuit sa mission de réforme et occupe d’importantes responsabilités au sein des carmes déchaussés.

1124jean1Quelques années plus tard, il est mis au ban de sa communauté et meurt en décembre 1591 en prononçant ces derniers mots « Aujourd’hui je vais chanter l’Office au ciel ».

Saint mystique, poète lyrique de la littérature espagnole, Saint Jean de la Croix est souvent nommé le « Saint du Carmel ». Il est canonisé en 1726 par le pape Benoît XIII et est proclamé « docteur de l’Église » en 1926.