Nouvel An en compagnie de plus de 600 jeunes Catholiques Canadiens

Logo Rise Up

Pour mon premier article sur le blog (étant fraichement arrivé dans l’équipe de Sel et Lumière), je souhaite partager avec vous mes impressions sur le grand événement canadien qui a eu lieu pendant ces temps de fêtes.

Je parle bien entendu du rassemblement de plus de 600 jeunes, à Montréal, du 28 décembre au 1er janvier, lors du Congrès « Rise Up », organisé par le mouvement « Christian Catholic Outreach », (ou CCO – mouvement chargé de proclamer le message de Jésus-Christ au sein des campus universitaires), auquel j’ai eu la chance de participer en intégralité.

Ce Congrès était cette année, basé sur le thème de Frère André et sur sa fameuse phrase « Je ne suis qu’un homme, tout comme vous ».

Des temps de prières, de louanges, des conférences et ateliers ont eu lieu, animés par plusieurs représentants de l’Église Canadienne, notamment Mgr. Paul-André Durocher, évêque d’Alexandria-Cornwall, Mgr. Gérald Lacroix, Administrateur diocésain de l’Archidiocèse de Québec, le Père Thomas Rosica, Directeur de Television Sel et Lumière.

Mais ce qui a été vraiment remarquable lors de ce rassemblement, de mon point de vue, c’est le fait de voir plus de 600 jeunes adultes et étudiants, qui ont accepté de passer le nouvel an auprès de l’Église, dans les pas de St André.

En effet, le mot d’ordre « Rise up », qui signifie en français « Levez-vous! », a été suivi par de nombreux canadiens, anglophones et francophones, pour montrer l’importance que Jésus a dans leur vie.

Et c’est une chose admirable, que de voir autant de jeunes se rassembler, dans une ambiance bon enfant et pieuse.

Personnellement, ce congrès a réussi à me dynamiser en ce début d’année et je pense que nombreux seront les jeunes Canadiens qui se rendront à la JMJ, cet été, à Madrid, suite à l’appel du Pape. « Je vous attends chacun personnellement » a-t-il dit le 6 août dernier. Et nous serons au rendez-vous.

Une icône emblématique du saint frère André

MONTRÉAL – La beauté des icônes réside dans leur capacité à faire approcher du sacré et à mieux percevoir l’essentiel. Dans la foulée d’une longue tradition de l’Église orientale de consacrer des icônes aux saints, deux icônes officielles du nouveau saint canadien viennent d’être écrites.
Les nouvelles icônes du frère André, écrites par l’iconographe québécoise Élisabeth Bergeron, résument les aspects essentiels de la vie du saint et permettent de contempler l’amour au cœur de sa vocation. C’est le maître iconographe russe Alexandre Sobolev qui a réalisé le dessin.

MONTRÉAL – La beauté des icônes réside dans leur capacité à faire approcher du sacré et à mieux percevoir l’essentiel. Dans la foulée d’une longue tradition de l’Église orientale de consacrer des icônes aux saints, deux icônes officielles du nouveau saint canadien viennent d’être écrites.

Les nouvelles icônes du frère André, écrites par l’iconographe québécoise Élisabeth Bergeron, résument les aspects essentiels de la vie du saint et permettent de contempler l’amour au cœur de sa vocation. C’est le maître iconographe russe Alexandre Sobolev qui a réalisé le dessin.

Mme Bergeron est originaire de Charlevoix, tout en vivant dans le diocèse de Saint-Jean-Longueuil. Elle a présenté l’une des icônes au pape Benoit XVI à Rome lors de l’audience générale du mercredi suivant la canonisation.

L'icône officielle du saint frère André (Photo : Charles Mc Bride, c.s.c.

L'icône officielle du saint frère André (Photo : Charles Mc Bride, c.s.c.

La seconde icône a été bénie durant la messe du 17 octobre dernier à l’Oratoire St-Joseph du Mont-Royal. C’est de là que le 31 octobre, après la messe de 19h30, elle sera amenée en procession jusqu’à la chapelle d’origine bâtie par le frère André en l’honneur de Saint Joseph, lieu où elle demeurera de façon permanente.

L’icône met l’accent sur le ministère de guérison du frère André, ainsi que sur son amour et sa totale consécration au Christ Jésus. Elle le représente tenant en main une petite ampoule de l’huile de Saint-Joseph, utilisée pour les malades et les infirmes. Apparaît aussi un parchemin sur lequel on peut lire : ‟La porte du ciel c’est le cœur de Jésus. La clef de cette porte c’est la prière et l’amour.”

L’icône rappelle aussi la grande dévotion du frère André à la très humble Vierge Marie et à saint Joseph auxquels il s’est confié toute sa vie, c’est pourquoi ils sont représentés de chaque côté de lui.

La seule différence entre les deux icônes consiste dans l’appellation du nouveau saint. L’icône présentée au pape porte le nom par lequel le saint est officiellement identifié dans l’Église universelle : Saint André Bessette.

L’icône qui sera installée à l’oratoire portera le nom plus connu et utilisé dans son pays natal : Saint Frère André, appellation familière qui convient mieux à l’humble frère de Sainte-Croix.