«Disciples avant de faire des disciples.. »

Valery GirishakaPlus de mille canadiens sont en route vers Rio de Janeiro. Certains écriront ce qu’ils attendent et découvrent. Pour commencer c’est le chef du groupe de la paroisse Saint Thomas d’Aquin à Edmonton en Alberta, Valéry qui partage comment ils se sont préparés:

« À l’automne 2012 mon groupe et moi avons commencé les préparatifs pour les JMJ (Journée Mondiale de la Jeunesse). Étant chef du groupe j’avais commencé quelques temps avant ça de préparer… ben la préparation!
De l’expérience de mes précédentes JMJ (Madrid 2011 et Sydney 2008), je savais que la préparation la plus difficile serait celle spirituelle. C’est tellement plus facile de se préparer financièrement, au moins on voit les résultats tout de suite et on sait s’ils sont négatifs ou positifs! Alors qu’avec le spirituel, il faut un peu plus (BEAUCOUP!) de patience. Je me dis que c’est un peu normal, d’un côté on essaie de changer un compte bancaire alors que de l’autre c’est tout un être que l’on transforme! Quoi qu’il en soit, mon groupe et moi… je devrais dire quelques mots sur les pèlerins qui m’accompagnent à Rio de Janeiro… Alors, on est un groupe de 14 jeunes, pour la plupart on est des étudiants d’université. On est paroissiens à la Paroisse Saint Thomas d’Aquin à Edmonton en Alberta. Pour la moitié du groupe, le pèlerinage au Brésil sera leur première expérience des JMJ, ils ont quand même vraiment hâte et je pense que l’enthousiasme des vétérans y est pour quelque chose…
Donc je disais qu’avec le groupe nous avons commencé notre préparation en établissant des thèmes de réflexions inspirés du thème des JMJ : « Allez, et de toutes les nations faites des disciples (Mt 28 :19) ». En examinant cette invitation du Christ, il me semblait vraiment important de comprendre ce que c’est qu’un disciple avant de tenter d’en « faire ». C’est ainsi qu’en regardant les disciples de Jésus et leur cheminement nous avons tenté de faire de nous des disciples ou plutôt nous nous sommes laissés transformer en disciples du Christ. Le thème des JMJ a un aspect fortement lié à l’action mais il est important d’y reconnaitre aussi un aspect passif, un moment où l’on prend un pas de recul et l’on observe l’action du Saint Esprit. Une action qui se fait à la fois en nous et dans notre interlocuteur. C’est cet aspect que comme groupe nous avons tenté de comprendre tout au long de ces mois de préparations. Avec les JMJ qui approchent à grand pas, on verra bien si cela aura été utile.

Je suis quand même confiant que les JMJ vont nous transformer d’une manière ou d’une autre. À travers mon expérience à Madrid et à Sydney j’ai remarqué que les JMJ ne sont semblables à aucun autre voyage. C’est pour cela que j’insiste à utiliser le terme de pèlerinage en parlant des JMJ. Parce que les JMJ ne sont pas un voyage de relaxation (loin de là !), ce n’est pas non plus un voyage missionnaire car on n’apporte pas vraiment quelque chose dans le pays on l’on va. Les JMJ sont plutôt semblables à un pèlerinage car on y va vraiment pour se laisser transformer par tout ce qu’on y rencontre; les bonnes comme les mauvaises expériences. Mais la transformation ne se fera que si l’on veut bien la laisser se produire.
Et comme tout pèlerinage, il commence par une messe d’envoi! C’est la prochaine étape pour notre groupe. Nous avons terminé notre collecte d’argent et maintenant on s’apprête à dire au revoir à notre communauté. Les membres de notre communauté ont été d’une grande aide. Ils nous ont appuyés par leurs prières et leurs généreux dons et nous sommes tous énormément reconnaissants de leur appui! Certains paroissiens ont inscrit leurs intentions de prière dans un carnet que nous emporterons avec nous au Brésil, de cette manière ils feront un peu partie du pèlerinage.
J’ai vraiment hâte d’y être !
Union de prières… »