Une série à l’image d’une Église missionnaire

(Photo: Jacinthe Lafrance) Mercredi soir dernier, j’ai eu la chance de me rendre au Diocèse de Nicolet pour un visionnement en avant-première des plus récents épisodes de la série « Sur la route des diocèses » consacrés à ce diocèse du Centre-du-Québec et qui seront diffusés sur nos ondes les mardis 3 et 10 mars à 20h00. Depuis quelques années, j’ai la bonne fortune de me rendre un peu partout au Québec et au Canada francophone pour visiter les communautés catholiques qui s’y trouvent. Chaque visite est l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes qui, sur le terrain, rayonnent d’une joie qui se fait malheureusement de plus en plus rare dans notre société.

Missionnaire parce que témoins

On le sait, l’atmosphère et le pouls de la société ne carburent plus aux vertus théologales. Cette perte de reconnaissance envers l’Église aurait tout pour décourager les artisans de n’importe quelle institution. Or, après avoir visité quatorze diocèses jusqu’à maintenant, je peux dire que c’est tout le contraire. Quelle que soit la région visitée, j’ai rencontré de nombreuses personnes qui s’étaient déjà laissé prendre corps et âme par l’esprit missionnaire.

Loin des clichés souvent véhiculés dans les médias ou la culture populaire, l’Église réelle c’est-à-dire celle que je rencontre sur le terrain a une profonde conscience que cette œuvre de Dieu qu’elle a faite sienne, en définitive, ne dépend pas de ses propres forces. Loin de tout volontarisme qui, lui, pourrait porter au découragement, les artisans de l’Église d’aujourd’hui cherchent plus à être transparents de la Personne qui les habite que de chercher à prendre la première place. S’en dégagent une profonde paix, une joie et une fierté de porter ce trésor aussi grand qu’invisible aux cœurs endurcis.

L’authenticité de personnes habitées

Lors de ce visionnement à Nicolet, quelqu’un m’a fait remarquer à quel point la série « Sur la route des diocèses » rend manifeste la sincérité et l’authenticité des personnes interviewées. Que ce soit les évêques qui nous présentent leur diocèse, les agent(es) de pastorale, les religieux (ses) et j’en passe, tous resplendissent d’une aisance devant la caméra qui ne serait possible sans une profonde authenticité et une foi en la Présence indéfectible de Dieu.

S’en dégage une atmosphère de communautés unies et orientées vers l’accueil de toute personne. Ce qui, par contraste avec notre monde, a tout le potentiel pour émerveiller les hommes et les femmes de notre temps, souvent emprisonnés dans une culture du cynisme et du désespoir. Nul ne pourra connaître l’ampleur de l’effet de ces témoignages mais, après réflexion, on peut dire que nos communautés sont véritablement missionnaires.

Une série qui s’inscrit dans l’élan missionnaire

Alors que l’Église de chez-nous continue d’évoluer dans un environnement social difficile et humainement décourageant, les portraits des églises particulières contenus dans la série « Sur la route des diocèses » sont le reflet d’une profonde santé spirituelle du Peuple de Dieu. Que ce soit par son profond attachement au Christ, sa souplesse requise pour se faire accueillante à toute personne cherchant le « regard miséricordieux du Père » ou cette authenticité nécessaire pour être crédible auprès des gens de notre époque, l’Église catholique envoyée aux quatre coins du pays est prête à faire face aux défis des décennies à venir.