Éthique et culture des religions au Palais de Justice

Vendredi dernier, j’ai pour la première fois franchi les portes du Palais de justice de Montréal pour assister aux plaidoiries finales dans la cause opposant le Loyola High School, une école catholique privée de Montréal et le gouvernement du Québec représenté par l’entremise de la Ministre de l’éducation Michèle Courchesne.

Le collège jésuite conteste son obligation d’offrir le nouveau cours d’Éthique et culture des religions et demande que le ministère de l’éducation accepte un cours équivalent très similaire, mais qui présente son contenu selon une perspective catholique.

Le cours d’éthique et de culture des religions provient d’une longue réflexion et beaucoup de ses efforts sont louables. Je n’ai toutefois jamais saisi l’intransigeance du gouvernement dans son application, surtout lorsque l’on parle d’établissements confessionnels.

On leur demande de laisser de côté, l’instant d’un peu plus d’une heure par semaine, l’identité catholique de l’école pour un cours présentant les grandes religions et questions éthiques. Il n’y a jamais eu, à ce que je sache, de problématiques liées au « vivre ensemble » et à « la reconnaissance de l’autre » au Loyola High School sous le système précédent. C’est normal, l’éducation jésuite se fait un devoir de prôner une attitude d’ouverture si chère au cours d’ECR.

La neutralité demandée dans l’enseignement de ce cours est-elle conciliable avec l’identité religieuse d’une école ?

La liberté de religion au Québec et au Canada sera vraiment testée par cette action en justice. Il me faisait drôle de voir que tout se déroulait presque qu’en catimini, dans une petite salle du Palais de justice de Montréal. Après le premier jour d’audience, presque tous les médias ont quitté, ne laissant que peu d’options à tous ceux qui voulaient suivre le déroulement de la cause. À ce sujet, je dois souligner le travail de moine du blogue Pour une école libre, qui suit pas à pas toutes les questions entourant ce débat. Il n’existe malheureusement pas de lieu similaire du côté de ceux prônant le caractère obligatoire du cours.

Il faudra plusieurs mois avant que le juge Dugré de la Cour supérieure du Québec rende sa décision. Tout nous indique qu’importe le jugement, le tout se rendra jusqu’en Cour suprême. Non, on n’a vraiment pas fini d’en parler…