Tout sur la bienheureuse Giuseppina (Joséphine) Vannini

Jeunesse

Giuseppina (Joséphine) Vannini est née le 7 juillet 1859 à Rome, Giuditta Vannini, deuxième enfant d’Angelo Vannini et d’Annunziata Papi. Son père mourut en 1863 et sa mère en 1866, alors Giuditta, âgée de sept ans, et ses deux frères et sœurs devinrent orphelins très jeunes. Les enfants ont été séparés après la mort de leurs parents et Giuditta s’est rendue à l’orphelinat de Torlonia sous la garde des Sœurs vincentiennes. Sa sœur est allée chez les Sœurs de Saint-Joseph et leur frère est allé chez un oncle maternel. À l’origine intéressée à devenir enseignante de maternelle, Giuditta a finalement choisi la vie religieuse.

Vocation à la vie religieuse

Elle a décidé d’entrer au noviciat des Filles de la Charité à Sienne, une Congrégation de Sœurs Vincentiennes. Malheureusement, elle dut rentrer à Rome pour des raisons de santé en 1887, mais décida de reprendre sa formation religieuse en 1888.

Toujours incertaine de son appartenance, c’est en décembre 1891 que Giuditta rencontra le père Luigi (Louis) Tezza lors d’une retraite spirituelle lorsqu’elle lui demanda conseil dans un confessionnal. Le père Tezza souhaitait former une congrégation religieuse composée exclusivement de femmes et dédiée aux soins des malades.

Après plusieurs semaines de discernement, Giuditta accepta l’offre du père Tezza et, en mars 1892, elle et ses deux compagnons reçurent l’habit scapulaire et religieux des Tertiaires Camilliens. Elle a pris le nom religieux « Giuseppina » et a été nommée Supérieure générale des Filles de Saint-Camille le 8 décembre 1895, la congrégation qu’elle a fondée avec le P. Tezza.

La congrégation a commencé à se développer malgré sa pauvreté, avec l’ouverture de nouvelles communautés à Crémone, Mesagne et Brindisi à la fin du XIXe siècle. Cependant, il était difficile d’obtenir l’approbation ecclésiastique des Filles de Saint-Camille, le pape Léon XIIIe ayant décidé de ne pas permettre la fondation de nouvelles communautés religieuses. Les relations du père Tezza avec les femmes de la communauté ont fait l’objet d’une interprétation malveillante ; mais il a refusé de se défendre contre les allégations. Il a quitté Rome et s’est rendu à Lima, au Pérou, où il est resté jusqu’à la fin de ses jours.

La Mère Giuseppina était maintenant responsable de la communauté des Filles de Saint-Camille, mais elle était dotée de force et avait confiance en l’aide de Dieu. La communauté s’est répandue dans le monde entier, avec des maisons en France, en Argentine et en Belgique. La congrégation a finalement obtenu l’approbation officielle en 1909.

En 1910, la santé de Mère Guiseppina commença à se détériorer lorsqu’elle fut frappée par une maladie cardiaque grave. En février 1911, elle mourut à l’âge de 51 ans. Son corps avait été inhumé dans le cimetière du Verano à Rome. En 1932, ses restes furent exhumés et enterrés dans l’église de la Maison mère des Filles de Saint-Camille. Ses restes ont de nouveau été transférés en 1976 à la chapelle de la nouvelle Maison généralice de Grottaferrata.

Les miracles

Olga Nuñez, du diocèse de Buenos Aires, souffrait d’un mélanome paralysant et les traitements médicaux se sont révélés inefficaces. Les Filles de Saint-Camille ont servi à l’hôpital où, elle était soignée et ont placé une relique de Mère Giuseppina sur son lit d’hôpital ; tout en priant une neuvaine pour demander l’intercession de leur fondatrice. Nuñez a commencé à s’améliorer jusqu’à ce qu’elle soit complètement guérie.

Le deuxième miracle a été produit par un ouvrier du bâtiment à Sinop, au Brésil, nommé Arno Celson Klauck, qui est tombé dans une cage d’ascenseur, sur trois étages, tout en plaçant des poutres en bois. Il a spontanément demandé l’aide de Mère Giuseppina lors de sa chute et il a été retrouvé indemne, à l’exception de quelques bleus.

Patronage – Protection

Parmi les domaines possibles où la bienheureuse Giuseppina pourrait avoir de la popularité, nous citons: les personnes souffrant de problèmes cardiaques, les orphelins, les malades, les parents malades, les enseignants, les jeunes enfants, les hôpitaux et les religieuses.