Vivre les JMJ autrement

Il faut un certain courage pour participer aux Journées Mondiales de la Jeunesse, surtout dans un pays comme l’Espagne : il fait très chaud, on peut manquer de l’eau, et on est loin de chez nous. Même les gens en bonne santé pourraient avoir des doutes face à l’idée de passer quelques semaines dans un pays chaud pour un évènement rassemblant plus d’un million de personnes.

Il y a un petit nombre de pèlerins pour lesquels vivre les JMJ en Espagne exige encore plus de courage : pour les pèlerins qui vivent avec des handicaps, la décision de participer aux JMJ cet été s’avère plus redoutable. Pourtant, malgré la chaleur et les immenses foules, quelques milliers de jeunes handicapés se sont inscrit aux JMJ.
La participation aux JMJ des jeunes handicapés révèle l’accueil de tout le monde manifesté par l’Église.
L’Évangile exige aux chrétiens une vie ouverte à tous : aux puissants et aux faibles, aux grands et aux petits. La présence des personnes vivant avec des handicaps n’est pas qu’un simple symbole ; elle découle de la logique même de l’Évangile, selon lequel Dieu offre sa vie à n’importe qui, peu importe son succès ou ses talents. Autrement dit, la valeur d’une personne n’est pas liée à son statut. Le plus les chrétiens accueillent les pauvres et les faibles, le plus ils se montrent vrais disciples du Christ. Ce n’est alors pas surprenant qu’il y aura des services spéciaux pour les jeunes handicapés pendant les JMJ.
À Madrid, par exemple, il y aura des catéchèses particulières pour des jeunes pèlerins sourds. Plusieurs diocèses et d’autres organismes charitables ont créé des groupes spécialisés pour adapter les activités des JMJ pour mieux répondre aux besoins des personnes handicapés.

Alors, quels que soient ses capacités ou ses talents, il y a une place cet été pour tout le monde à Madrid.