Une nouvelle Pentecôte pour l’Église d’Australie

par le père Thomas Rosica, c.s.b.
11490996400f8b8fc1fb405a2323.jpg

Foules, excitation, brouhaha, nouveau commencement: ces impressions viennent à l’esprit quand nous réfléchissons à la Pentecôte, événement momentané où les nations de la terre ont interrompu leurs disputes habituelles et ont expérimenté l’amour de Dieu qui les unit… Mais la Pentecôte n’est-elle qu’un événement survenu à Jérusalem au premier siècle?

En juillet 2002, la JMJ 2002 ayant lieu dans notre pays, l’Eglise du Canada a fait l’expérience d’une nouvelle Pentecôte sur les bords du lac Ontario. Autant de visages, de langues, de races, de cultures, de façons de prier, et une joie sans bornes, autant de signes vivants que l’Esprit de Dieu a été répandu à nouveau sur les jeunes du monde et sur l’Église. Notre pays, et particulièrement Toronto, est devenu un nouveau cénacle. « chambre haute ».

Pourquoi les jeunes ont-ils répondu à l’invitation de Jean-Paul II?
Pourquoi sont-ils venus célébrer la 17e Journée mondiale de la Jeunesse à Toronto? Pourquoi la croix de la JMJ a-t-elle touché des centaines de milliers de personnes au cours de l’année qui précédait la JMJ? Comment expliquer le profond sentiment d’unité et de paix qui a habité les jeunes et les personnes au coeur jeune? Il me semble que, comme l’Esprit Saint nous a préparés de 5 manières à la Journée mondiale de la Jeunesse au cours de l’année avant juillet 2002, de même nous nous préparons à célébrer la JMJ 2008 cette semaine à Sydney, en Australie.

Premièrement, par la proclamation claire et sans ambiguïté de la personne qui était au coeur de la Journée mondiale de la Jeunesse 2002: Jésus-Christ. Le Christ, éternellement jeune et rayonnant, qui se révèle à ses jeunes disciples et à toute l’Église comme le Christ Seigneur, Rédempteur, Maître, Sauveur et Ami exigeant. Tel est le Christ que cherchent les jeunes maintenant qu’ils arrivent à Sydney.

Deuxièmement, la présence de l’Esprit à la Journée mondiale de la
Jeunesse 2002 ici et aussi à Cologne en Allemagne en 2005, s’est manifestée par une invitation: de grands rassemblements, de grandes foules, un grand appel. Tous et toutes ont été invités à la fête. Dans le Nouveau Testament, au mont des Béatitudes, Jésus se fait présent aux foules par la multiplication des pains. Il parle de noces et de banquets dans les paraboles pour expliquer le salut offert à tous.

Troisièmement, le Saint-Esprit agit au milieu de nous par un phénomène d’attraction. Bien avant d’envoyer des missionnaires, la première communauté de Jérusalem a vu des foules des villes voisines converger vers Jérusalem parce que la Bonne Nouvelle s’était rendue jusqu’à elles. Les gens de cette communauté avaient quelque chose d’unique: ils s’aimaient les uns les autres, réellement. Ils étaient heureux. La bonté, l’authenticité et la joie ne peuvent pas aider mais elles ne peuvent qu’inspirer et attirer les autres. En 2002, les jeunes du monde entier ont, par exemple, invité le peuple canadien à avoir un autre regard sur Jésus, l’Evangile, l’Eglise et à dire: “Voyez ces chrétiens comme ils s’aiment les uns les autres”.

En quatrième lieu, l’Esprit agit par contagion. Cela ressemble au point précédent, c’est l’attraction. Un sourire en engendre un autre. Une petite bougie dissipe la nuit. Un geste d’accueil et de gentillesse en suscite d’autres. La nouvelle se répand, et nous n’y pouvons rien! Jésus-Christ est venu allumer un grand feu sur la terre; la Journée mondiale de la Jeunesse en témoigne aujourd’hui.

La cinquième façon dont, l’Esprit était à l’œuvre à la JMJ, c’est par germination. C’est à long terme, c’est plus difficile car cela demande de la patience et du temps. Tout au long de la JMJ, nous avons semé des graines, nous avons planté des désirs, nous avons permis à des personnes de rêver, nous avons aidé des jeunes à rencontrer le Seigneur, à l’aimer et à le servir chaque jour de leur vie.

La Journée mondiale de la Jeunesse a été une expérience de Pentecôte vraiment catholique, une expérience d’ouverture sur le monde – non seulement ici, en Amérique du Nord, en Allemagne, en Australie ou dans un petit secteur de la société, mais une expérience d’ouverture à chaque personne.

Comme Église, nous devenons porteurs d’Évangile remplis de l’Esprit quand nous permettons à l’Esprit de mettre en nous la joie, la paix, la sainteté. Je suis convaincu que l’Église du Canada, vivifiée par l’Esprit et par l’expérience de la Journée mondiale de la Jeunesse 2002, ne sera plus jamais la même.

Quand l’Esprit nous habite, nous devenons créatifs, imaginatifs. Il y a longtemps, le prophète Joël le disait de façon éloquente: «Je répandrai mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles seront prophètes, vos vieillards auront des songes, vos jeunes gens auront des visions» (Joël 2, 28; Actes 2, 17).

Quels mots pourraient mieux exprimer ce que nous avons vécu profondément en juillet 2002, quand l’Esprit a été répandu si abondamment durant la Journée mondiale de la Jeunesse 2002?
Ensemble, joignons nos prières à celles des centaines de milliers de personnes de par le monde afin que les dons de l’Esprit Saint se répandent sur Sydney cet été en Australie, et afin que cette extraordinaire expérience de Pentecôte se vive une fois de plus dans cette “Great Southern Land of The Holy Spirit”.

« Image courtesy of WYD 2008 ACN 118 060 987 as Trustee for the World Youth Day 2008 Trust ABN 73 422 698 032 ».