Suivre le Bon Berger…

Mercredi soir, Benoît XVI a rencontré les évêques des Etats-Unis au National Shrine of the Immaculate Conception. Le pape a voulu adresser un message fort, une feuille de route pour les années à venir aux évêques américains, et à travers eux à tous les catholiques de ce pays. Il n’a pas hésité non plus à aborder des questions plus politiques comme par exemple une invitation à poursuivre l’accueil des immigrés ou à réaffirmer  la nécessité de la cohérence entre la Foi professée le dimanche et les pratiques économiques ou les procédures médicales défendues durant la semaine.  Il s’oppose à l’idée que la religion doit être traitée comme une affaire privée.  « Les chrétiens deviennent ouverts au pouvoir transformant de l’Évangile seulement quand la foi imprègne tous les aspects de leurs vies. » Il s’agit là d’un soutien aux évêques qui ont pris la parole pour dénoncer les positions de politiciens catholiques qui séparaient leur foi et leurs choix éthiques. Dans la même ligne il a invité les évêques et tous les catholiques à participer aux échanges d’idées dans les débats publics. « En assurant que l’Évangile est clairement entendu (…), vous aidez la diffusion du message de l’espérance chrétienne à travers le monde » a-t-il déclaré.

Le pape a également mentionné l’assistance généreuse fournie par les catholiques américains pour nombre d’œuvres humanitaires, la construction d’un réseau de paroisses catholiques, d’hôpitaux, d’écoles et d’universités. Mais il a invité les évêques à se tourner vers l’avenir en posant la question :  « Comment l’évêque peut-il conduire son peuple à une rencontre avec le Dieu vivant ? »

Conscient que pour aborder sereinement l’avenir l’Église doit panser les blessures du passé, le pape n’a pas manqué d’aborder une nouvelle fois le scandale des abus sexuels. Il a reconnu, en reprenant les mots du président de la conférence épiscopale, que cette situation a été « parfois très mal gérée ». Il a aussi noté les mesures qui ont été adoptées pour y remédier et pour promouvoir un environnement sûr pour les jeunes.

« Que signifie de parler de protection de l’enfant quand la pornographie et la violence peuvent être regardées dans de nombreux foyers à travers les médias largement accessibles aujourd’hui? », a dit le pape.

« Tous ont leur rôle à jouer » pour offrir une « formation morale solide aux jeunes commes aux adultes », a-t-il dit: « pas seulement les parents, les dirigeants religieux, les enseignants et les catéchistes, mais aussi les médias et l’industrie des loisirs ».

Enfin, Benoît XVI a invité ses frères dans l’épiscopat à demeurer des modèles du Christ Bon Pasteur, pour aider les prêtres au service du ‘troupeau’ avec une générosité pareil au Christ. Il faut redonner confiance aux prêtres, les inspirer pour qu’ils soient à leur tour des modèles de sainteté.

En réponse à une question sur le déclin de vocations, Benoît XVI dit qu’il ne suffit pas de prier pour obtenir des vocations. Il faut apprendre aux jeunes à prier pour qu’ils découvrent le Seigneur dans leur vie. « S’ils savent prier, on peut avoir confiance que les jeunes sauront quoi faire de l’appel du Seigneur. »

Il y a plusieurs ‘responsables des vocations’ au sein de communautés religieuses et de diocèses, ici même au Canada, qui devraient relire les propos du pape et réfléchir à leurs ‘méthodes’…