Le Pape s’apprête à visiter le Mozambique, Madagascar et Maurice.

(CNS photo/Vatican Press Office)

Du 4 au 10 septembre le pape François effectuera son 31ème voyage apostolique hors d’Italie. Le Saint-Père se rendra sur les bords de l’Océan Indien, au Mozambique d’abord, puis à Madagascar et à Maurice. Un voyage placé sous le signe de la paix dans ces pays qui font face à de nombreux défis.

Mozambique
Le Mozambique est un pays lusophone qui compte plus de 27 millions d’habitants, avec une majorité de chrétiens et 28% de catholiques.
Après son indépendance du Portugal en 1975, la guerre civile entraine le pays dans un chaos économique et sociale, causant la mort de centaines de milliers de personnes et plongeant le pays dans l’extrême pauvreté. En 1992 un accord de paix met fin à ces 17 années de guerre, et des élections libres en 1994 témoignent d’un processus de normalisation. Mais cette paix est interrompue en 2013 par des affrontements entre l’armée régulière et des combattants de la Renamo qui contestent des résultats électoraux. Un long processus de négociations s’en est suivi jusqu’à un accord de paix signé début août. C’est dans ce contexte qu’arrivera le pape François, en messager d’espérance, de paix, et de réconciliation.

Madagascar
Madagascar est une ancienne colonie française puis territoire d’outre-mer devenu indépendant en 1960. Ce pays de plus de 24 millions d’habitants compte 40% de chrétiens, avec autant de protestants que de catholiques.
En 2009 un coup d’état plonge le pays dans une crise politique qui appauvrit la population. Plus de deux habitants sur trois sont extrêmement pauvres. Malgré ses richesses naturelles et d’abondantes ressources minières la pauvreté persiste dans ce pays en proie par ailleurs aux aléas climatiques.
La visite à Madagascar du pape François comme « semeur de paix et d’espérance » intervient 30 ans après celle de Jean-Paul II.

Ile Maurice
Maurice est un pays multi-ethnique où l’hindouisme est la religion majoritaire, et où les chrétiens représentent 30% de la population. Son Église vivante et dynamique a profité de l’élan missionnaire du XIXème siècle.
Cette ancienne colonie française, puis britannique, est souvent citée comme exemple de réussite en Afrique grâce à sa croissance économique. Mais la pauvreté existe bel et bien à Maurice, et l’écart se creuse entre les plus pauvres et les plus riches.
Trente ans après Jean-Paul II, le pape François arrivera à Maurice en « pèlerin de paix ».