Australie terre d’accueil

par Marilena Berardinelli à Sydney

Notre pèlerinage à Sydney a débuté vendredi le 11 juillet par une messe dans la chapelle des studios de S+L, messe au cours de laquelle nous avons demandé à l’Esprit Saint de nous guider tout au long de cette JMJ. Nous avons passé les 24 heures suivantes en transit, travaillant un peu, dormant peu, mais profitant de ce temps libre pour partager nos souvenirs JMJ, ce que nous avons vécu lors des JMJ précédentes et ce que nous espérions vivre au cours des jours à venir.

Les jeunes veulent participer aux JMJ pour différentes raisons. Pour certains, il s’agit d’une vacance loin de la supervision des parents ou encore d’une curiosité attisée par des proches ou des amis qui ont vécu l’expérience dans le passé. Certains viennent aux JMJ parce qu’ils se sentent perdus, seuls alors qu’ils n’ont pas trouvé de réconfort dans les solutions bonbons ou passagères que le monde leur offre et ont une soif profonde pour quelque chose de vrai. D’autres y viennent pour être affermis dans leur foi et renouvelés par les temps de prières et les festivités qu’offrent l’événement.

Après avoir atterri à Sydney et avoir passé les méticuleux agents de douane, nous avons été accueillis par les chants et les danses de membres du Chemin du Néo-Catéchuménat de Sydney (www.camminoneocatecumenale.it), un mouvement qui a maintenant des racines dans plusieurs pays, dont le Canada. Alors que je regardais la scène, j’ai remarqué que d’autres pèlerins se joignaient à ce joyeux groupe et me suis rappelée d’une autre raison pour laquelle les jeunes vont aux JMJ : pour rencontrer l’autre, pour se faire des amis qui viennent de partout sur le globe et ainsi (et parfois sans même s’en apercevoir) de faire l’expérience d’une église universelle, notre Église.