Les JMJ 2008 avec des jeunes pèlerins ‘d’expérience’.

par Sébastien Lacroix à Sydney

En 1984, le pape Jean-Paul II invita les jeunes catholiques de partout à venir le retrouver à Rome. D’ici et d’ailleurs, les jeunes pèlerins ont voyagé à pied, en train, bus ou avion pour répondre à l’appel du Saint-Père. L’histoire qualifiera ce moment de première Journée mondiale de la jeunesse (JMJ). Vingt-quatre ans plus tard, c’est à Sydney, en Australie, que des milliers de jeunes se retrouveront, répondant ainsi à l’appel du successeur de Pierre. Les pèlerins qui ne peuvent se déplacer pour ce pèlerinage ont tout de même l’opportunité de se joindre virtuellement à leurs amis, leurs frères, leurs sœurs à l’autre bout du monde. Une équipe de Télévision Sel + Lumière est à Sydney afin que vous puissiez vivre cette expérience des JMJ qu’importe où vous êtes. Toutefois, il est bon de vous présenter ceux et celles avec qui vous allez vivre cette semaine en français.

Sœur Marie-Pierre Delorme a 32 ans. Elle est religieuse dans la communauté des Sœurs de Sainte-Marie-de-Namur depuis bientôt 10 ans. J’ai connu Marie-Pierre en 2000 à Ottawa à une adresse qui est désormais connue par les jeunes de cette région : le 101 Parent, maison qui joue un peu le rôle d’aumônerie universitaire hors campus. Avant de devenir religieuse, elle a fait un bacc. en génie mécanique au Collège royal militaire de Kingston. De tous les membres de notre groupe, elle est la doyenne des JMJ, j’espère d’ailleurs qu’elle aura la chance de vous en parler. Femme intelligente à la voix superbe, elle réalisera divers reportages tout au long de la scène.

Stefano Cascio est un tout jeune prêtre. Le parcours de Stefano a été fortement influencé par l’expérience des JMJ de Rome et par un vibrant appel de Jean-Paul II à cette occasion. Stefano a ainsi été ordonné prêtre par le pape Benoît XVI le 27 avril dernier à Rome. Certains d’entre vous le connaissez puisqu’il était de passage dans nos studios l’été dernier. Habité d’une foi profonde, Stefano a la verve et le charme pour annoncer un Message et attirer des jeunes qui autrement n’aurait rien à faire avec l’Église.

Marilena Berardinelli, nouvelle trentenaire, est enseignante au sein du Conseil scolaire catholique anglophone de Toronto. Originaire de Montréal, elle a quitté sa ville pour se vouer au service des jeunes à travers l’enseignement. Salésienne dans l’âme, elle a opté pour l’Ontario car elle croit fermement en la pertinence de l’éducation catholique et de la différence qu’elle peut faire dans la vie et la formation des jeunes. Nous nous sommes rencontrés en tant qu’étudiants à la maîtrise à la Faculté de théologie de l’Université de St. Michael’s College. Nous célébrerons notre premier anniversaire de mariage le mois prochain. Si tous les enseignants avaient la vocation comme cette jeune femme et les mots qu’il faut pour expliquer l’intelligence de la foi, l’éducation catholique ne serait pas en crise comme elle l’est présentement en Ontario ni ne serait quasi disparue du paysage québécois…

Vous aurez la chance de découvrir ces trois comparses alors qu’ils seront vos yeux pour cette JMJ. Il ne faut pas oublier non plus mes collègues de S+L qui sont avec nous dont plusieurs que vous connaissez : Mary Rose et Pedro qui sont nos reporters anglophones, Kris Dmytrenko qui s’est joint au groupe de liturgie international (ILG) et qui sera nos yeux dans les coulisses des diverses célébrations, Wally à la caméra avec Richard qui sera aussi au montage, sans compter sur Chris Valka, c.s.b., un proche de S+L qui travaille depuis plusieurs mois avec le comité organisateur de cette JMJ, d’autres jeunes basiliens aussi qui sont avec nous. Tout ce beau monde est sans compter sur notre père-directeur-général, le père Thomas Rosica, chef de notre délégation, que vous aurez la chance de lire et d’entendre.

À vous tous, bonne JMJ!