La jeunesse invitée à rêver

Ce soir d’été, il y a un mois jour pour jour, lors de la veillée finale des JMJ dans la campagne polonaise, le soleil se couche et offre à 2 millions de jeunes un spectacle éblouissant dans un ciel dégagé. À une quinzaine de kilomètres de Cracovie, sur ce campus Misericordiae, la foule immense reste silencieuse, attentive aux paroles du pape François.

Dans son allocution, après avoir exhorté la jeunesse d’aujourd’hui à construire le monde de demain, en y laissant « une empreinte », le Saint-Père invite cette même jeunesse « à rêver ». À ce moment-là, spontanément, je m’interroge en pensant à Saint-Exupéry. À quoi bon avoir des rêves s’ils ne deviennent pas réalité ? Mais la question en fait devrait plutôt se poser dans l’autre sens : pourquoi ne pas faire de ses rêves une réalité ? C’est peut-être une des plus belles choses que nous puissions faire lors de notre passage sur cette terre !

Cette réflexion ensuite m’a logiquement ramené à l’essentiel. Pourquoi existons-nous ? Probablement pas simplement pour travailler, pour payer ses factures ou attendre les prochaines vacances. Mais plutôt pour réaliser ce pour quoi nous sommes fait : le bonheur. Un bonheur qui ne se trouve pas dans le consumérisme ou dans le confort d’un canapé, mais, notamment, dans la réalisation de nos rêves.

Ne pas confondre « le bonheur avec un divan » insiste le Pape, avec passion, auprès des jeunes. Il est faux de croire,  « que pour être heureux nous avons besoin d’un bon divan. Un divan qui nous aide à nous sentir à l’aise, tranquilles, bien en sécurité […] qui nous garantit des heures de tranquillité pour nous transférer dans le monde des jeux vidéo ».

Le monde d’aujourd’hui n’a pas besoin de chasseurs de Pokémons, de jeunes endormis, vautrés dans cette « paralysie silencieuse ». Nous ne sommes pas venus au monde pour « végéter », pour rester passif et regarder faire les autres. Et encore moins pour les envier ou les jalouser.

N’attendons plus que le monde change et que nos rêves, « un jour peut-être », se réalisent. Ce monde, comme dit le Pape, n’accepte pas les « réservistes ». Nous devons être des « titulaires » sur le terrain de la vie. Des protagonistes de l’histoire, des bâtisseurs d’espérance, des vecteurs de joie, et des réalisateurs de rêves. Des rêves qui brillent dans nos vies comme les étoiles dans le ciel.

Refusons que les nuages de la vie obscurcissent nos étoiles, car c’est lorsqu’elles s’illuminent que nous pouvons avancer. Ne les laissons pas filer entre nos doigts. Et ne permettons pas non plus à nos rêves d’être étouffés par le doute ou la crainte. Accrochons-nous à eux jusqu’à ce qu’ils se réalisent tout au long de notre vie, et qu’au crépuscule de celle-ci, nous puissions contempler le spectacle éblouissant d’un ciel étincelant.