Faire le bilan de nos moments de silence

Demain, lors de la fête de saint François de Sales, patron des journalistes, le pape Benoît XVI publiera son message pour la Journée Mondiale des Communications sociales. C’est un moment opportun de revoir le thème de cette journée , Silence et Parole : chemin d’évangélisation.

Congresso-TorchiaEn mettant l’emphase sur le silence, l’Église a réussi un coup de maître. Comme elle le fait souvent, elle a saisi exactement ce dont a besoin une grande partie de la population. Certes, nous avons tous besoin d’une ample dose de silence dans nos vies quotidiennes ; mais c’est souvent ceux et celles d’entre nous qui œuvrent dans le monde des communications qui croulent le plus sous la pression de la vitesse des technologies et des nouvelles. En général, les communicateurs professionnels s’efforcent de sentir constamment le pouls de la culture, des nouvelles, des nouveautés, des courriels, des opinions etc. L’on peut dire que cela fait partie du métier. Pas facile de s’arrêter. .

Voilà ma vie depuis l’âge de 13 ans! – lorsque j’ai commencé à travailler les étés au centre de presse du Stade Jarry à Montréal. Il n’y a pas une semaine qui passe sans que je réalise à quel point j’ai une dépendance par rapport à la technologie et les médias : le téléphone, l’internet, l’iPhone, les « applications » des journaux sur mon iPhone etc. Le pire, c’est qu’emporté par le train-train quotidien, je ne me rends pas facilement compte du manque d’équilibre ou de communion avec le créateur. Ce n’est justement que dans les moments de silence que l’on s’aperçoit qu’il manque quelque chose de gros. Il manque cette communication vivante et inspirante avec Dieu le Père – un dialogue qui se fait principalement dans le silence et la quiétude. Cherchons nos meilleurs moments de silence. Est-ce à l’aube, dans nos prières, ou avant de se coucher? Pour trouver des réponses à ces questions n’hésitons pas à être créatifs! Prenons en considération de nombreuses opportunités et parlons-en aux amis, collègues, religieux, prêtres etc.

Pour moi, les médailles, le chapelet dans la poche, les expressions simples en arabe de mes ancêtres Incha’Allah et El Hamdu l’Allah, le signe de la croix et les chants me rappellent ce besoin de silence et de contemplation dans ma vie.

Aujourd’hui, prions pour tous les journalistes et les professionnels en communications – ceux et celles qui vivent au plein cœur de notre société hyper-connectée et qui continuent tant à influencer le monde par leurs articles, chroniques, blogues, reportages etc. Que le message du Saint-Père nous rejoigne cette année plus que jamais !

Lecture additionnelle :

http://www.pccs.va/pccs/documenti/gmcs/index_fra.htm