Le future de l’humanité passe par le mariage et la famille

Réflexion pour le 27e dimanche du temps ordinaire B

Marc Chagall

Marc Chagall - Les mariés de la Tour Eiffel (1938)

Au lieu de commenter en détail chacune des lectures de ce dimanche, j’aimerais offrir quelques réflexions générales au sujet du mariage et de la vie de famille, deux thèmes récurrents de ces textes. Dans l’évangile de ce dimanche (Mc 10, 2-16), les pharisiens confrontent une fois de plus Jésus avec la question délicate du divorce et sa légitimité : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme? »

« Que vous a prescrit Moïse? », demanda Jésus. Ils répondirent que Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’écrire un acte de répudiation. Jésus déclare que la loi de Moïse permettait le divorce (Dt 24, 1) seulement à cause de la dureté des cœur (Mc 10, 4-5). En citant Genèse 1, 27 et 2, 24, Jésus proclame que l’intention divine à l’endroit du mariage humain est la permanence (Mc 10, 6-8). Il réaffirme cela en déclarant : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas (v. 9). »

Jésus répond avec sagesse et prudence à la question piège en attirant l’attention sur le plan de Dieu pour l’unité et l’égalité complètes en attirant des hommes et des femmes à s’unir dans le mariage. Il affirme que le mari et la femme sont si intimement liés qu’ils deviennent un et indivisible.  En répondant à une question qui visait délibérément à le piéger, Jésus parlait de la nature du mariage et uniquement de cela. Il insiste sur la sainteté du mariage et la fidélité dans l’union et non sur l’illégitimité du divorce. L’objectif du mariage n’est pas le divorce ou l’annulation!

Divorce, annulation et remariage

Jésus n’a pas condamné des gens qui ont fait de leur mieux et ont fini divorcés. Il ne jugeait pas de telles personnes, les chassant de la communauté ou leur assignant une place en enfer. Il affirmait simplement la perspective des couples eux-mêmes lorsqu’ils sont devant le ministre de l’Église et prononcent leurs vœux de mariage. [Read more…]