S+L logo
« Sans peur et sans préjugé l’Église doit se retrousser les manches et ne pas regarder passivement la souffrance du monde » — pape François
Cette souffrance dont parle le Pape est présente partout autour de nous. Parmi les pauvres, les malades, ceux qui sont dans la tristesse et la solitude. Pour eux, le Pape appelle l’Eglise à sortir d’elle-même. Elle doit aller aux périphéries pour atteindre les oubliés de l’existence, touchés par la souffrance, l’injustice, la misère et l’ignorance. Cette exhortation n’est pas nouvelle, puisqu’elle est le message de l’Église depuis 2000 ans, et le cœur même de l’Évangile : « chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». Dont acte.

L’Église aujourd’hui comme hier est largement engagée auprès des plus fragiles sur tous les continents. Pour montrer comment elle agit quotidiennement et concrètement sur le terrain, notre journaliste et reporter Charles Le Bourgeois s’envole au bout du monde, « aux périphéries », réaliser une série de reportages à la rencontre de ces populations souffrantes, aidées par l’Église locale.

Thaïlande

Au plus près des Karens
Ce documentaire vous emmène dans le Nord-Ouest de la Thaïlande, à quelques kilomètres seulement de la Birmanie. Dans cette région du pays, des centaines de villages sont perdus dans la montagne, sur des terres arides brulées par le soleil. C’est là que vit le peuple Karen, que nous rencontrons grâce au père Nicolas Lefebure, un prêtre des Mission étrangères de Paris, envoyé en mission auprès des Karens.

Le peuple Karen est une ethnie minoritaire, de tradition nomade, qui vit aujourd’hui encore en marge de la société. Dispersés dans les villages de montagnes, ils vivent dans des conditions très sommaires. A l’écart des développements économiques, bien souvent sans eau courante, ni électricité.

La minorité Karen a été évangélisée il y a près de 50 ans, et elle est aujourd’hui confrontée à plusieurs défis : transmettre la foi chrétienne dans un pays où le bouddhisme est majoritaire, et conserver sa culture et ses traditions alors que la mondialisation s’étend jusque dans les montagnes. Dans les villages également, les familles sont confrontées à l’exode rural. Car de plus en plus de jeunes décident de quitter leur terre, pour tenter leur chance dans la capitale.

Dans ce reportage, vous découvrirez un peuple atypique, attachant et chaleureux, dont les sourires contrastent avec la rigueur de son mode de vie. Vous découvrirez également le travail de ce missionnaire, qui humblement, consacre sa vie pour améliorer le quotidien de ce peuple délaissé, mais toujours très hospitalier.

Brésil

Une dignité retrouvée
Dans la région amazonienne au Brésil, sur ces "terres sans hommes où sont venus s'installer des hommes sans terres", nous rencontrons des jeunes filles de 12 à 17 ans, en situation à risque, c'est à dire confrontées à la prostitution, mais aussi, bien souvent, victimes d'alcool et de drogue. D'autres, légèrement plus âgées, attendent un bébé alors qu'elles sont en situation de précarité, et la plupart du temps rejetées par leur compagnon.

C'est précisément pour les tirer de cette misère que Mgr Dominique You, évêque du diocèse de Conceição do Araguaia, dans l'état du Para, a lancé des projets, afin de permettre à ces jeunes filles de retrouver leur dignité.

Le projet Bernadette accueille les fillettes confrontées à la prostitution et leur propose des activités professionnalisantes dans le but de leur trouver du travail. Le projet Sonho de Mâe permet quant à lui de soutenir et réconforter les jeunes mamans désoeuvrées, pendant la grossesse et après la naissance.

Face à ces expériences et ces témoignages bouleversants , "je découvre mes propres prostitutions" témoigne Mgr You qui admet avec émotion : "elles ont autant besoin de moi, que j'ai besoin d'elles".

Philippines

Au secours des petits coeurs de Manille
Dans la capitale philippine, la misère fait souvent partie du décor. Touchées par la précarité, de nombreuses familles trouvent refuge dans des bidonvilles, alors que des enfants seuls vivent sur les trottoirs de la ville. Leurs blessures sont profondes : abandonnés par leurs parents, parfois violés par leur père ou battu par leur mère, de nombreux enfants élisent domicile sous les ponts et dans les caniveaux, et deviennent ainsi victimes de drogue et de prostitution. Blessés par l’injustice et meurtris par la violence de la rue, ces jeunes, livrés eux-mêmes, n’ont accès ni aux soins ni à l’éducation. Dans les bidonvilles, la situation est à peine plus reluisante. Des milliers de familles s’entassent dans des logements de fortune dressés au beau milieu des ordures, sous des bâches trouées et des plaques de tôles. Leur environnement est insalubre, leur avenir est incertain.

C’est dans ce contexte ignoble, mais empreint d’espérance, que la Fondation Anak-Tnk, dirigé par l’abbé Matthieu Dauchez, intervient jour et nuit auprès de ces enfants, « pour remettre leur petit cœur en marche ».

À travers des images bouleversantes et des témoignages poignants, ce documentaire nous plonge dans la misère des bidonvilles et des trottoirs de Manille, et nous laisse entrevoir aussi la joie et l’espérance de ces enfants qui offrent tout ce qu'ils n'ont jamais reçu.

Chili

Missionnaires de la miséricorde
Une vie donnée aux pauvres
A quelques kilomètres de la Cordillère des Andes, en périphérie de Santiago du Chili, La Pincoya est un des quartiers les plus dangereux et les plus pauvres du pays. Mais dans ce bidonville, marqué par la violence et les trafics de drogue, un couple « ordinaire » nous offre un exemple extraordinaire en apportant l’espérance à ceux qui souffrent.

En 2013 Romain et Rena de Chateauvieux, avec leurs quatre enfants, s’installent au cœur de cette misère et fondent l’Œuvre Misericordia. Une association dont le but est d’être « une présence aimante et active » auprès des plus démunis.

À travers les rayons de la Compassion et de l’Évangélisation Misericordia occupe un terrain à la fois humain et spirituel. Par la compassion, les missionnaires veulent servir les plus pauvres : ils visitent les personnes malades pour tenter de soulager leurs souffrances, ils rencontrent dans les rues les exclus pour partager leurs peines, ils accueillent et prennent soin des enfants délaissés. Par l’Évangélisation, les missionnaires veulent porter la Bonne Nouvelle de l’Évangile aux petits et aux humbles, « à ceux qui peinent et qui sont fatigués ».

Par ces actions concrètes de charité et d’apostolat dans les lieux de souffrance, Misericordia veut être comme le « cœur du Christ » qui accueille tous les hommes avec amour. Une expérience qui « ramène à l’essentiel »...

Cambodge

bientôt
Le périple continue au Cambodge à environ 80 km au sud de la capitale, dans la région de Takeo, au Village de la paix. Un village créé en 2011 par Mgr Olivier Schmitthaeusler, archevêque de Phnom Penh, où cohabitent des familles frappées par le virus du SIDA, et des enfants gravement handicapés. L’archevêque a fait de ce village un lieu de service et de charité, où se transmettent l'amour et l'espérance dans un esprit de famille. Sur place des religieux et volontaires offre une assistance morale, physique et spirituelle à une quarantaine d’enfants et une vingtaine d’adultes.

Argentine

bientôt
Dans le pays du pape François, nous nous arrêterons dans sa ville natale. À Buenos Aires nous rencontrerons ceux qui l’ont côtoyé : bénévoles de la Caritas, prêtres, séminaristes, ou simples fidèles, tous gardent en mémoire le souvenir de Jorge Mario Bergoglio, ancien archevêque de la capitale, proche des pauvres et des plus fragiles. Nous marcherons donc sur les traces de celui qui nous appelle aujourd’hui à sortir « aux périphéries » géographiques et existentielles.
Charles Le Bourgeois est diplômé en France d'une école de journalisme, avec une spécificité en radio et télévision. Après ses études, il travaille à Rome pour Radio Vatican, avant de décrocher un stage au Centre national d'Entrainement Commando, dans les Pyrénées-Orientales (France) pour se former, et se sensibiliser aux risques encourus en zones de conflits.

En 2012, ce jeune reporter s'envole pour le Canada et travaille pour la télévision Sel et Lumière comme rédacteur/présentateur. Envoyé spécial au Vatican pour les grands évènements de l'Église, il couvre le synode sur la Nouvelle Évangélisation, le conclave et l'élection du pape François, les Journées Mondiales de la Jeunesse à Rio de Janeiro, la canonisation de Jean XXIII et Jean-Paul II, les synodes des évêques sur la famille...

En plus de ces grands évènements, notre journaliste parcours les quatre coins du monde à la rencontre des populations souffrantes, touchées par la solitude, la misère ou la maladie. À travers une série de reportages « aux périphéries », il tente ainsi de montrer comment l’Église locale agit quotidiennement et concrètement sur le terrain auprès des plus fragiles.

En restant ouvert à l'information religieuse internationale, Charles Le Bourgeois présente chaque semaine les Échos du Vatican, une émission qui retrace l'actualité hebdomadaire de l'Église, du Pape et de la Curie romaine. En octobre 2015, il présentait personnellement au pape François un documentaire qu’il a réalisé à Buenos Aires, sur les traces de Bergoglio.