La sainteté dans la simplicité: béatification de Don Alvaro del Portillo

blog_1412101218

Le 27 septembre dernier, avait lieu à Madrid la célébration de béatification de Don Alvaro del Portillo à Madrid. En effet, plus de 300 000 personnes dont 150 évêques s’étaient rassemblés pour prier et manifester leur affection pour le bienheureux. Par ce geste, l’Église venait non seulement réaffirmer la sainteté de la vie terrestre de l’ancien Prélat de l’Opus Dei et reconnaître son pouvoir d’intercession auprès de Dieu mais également rendre son message accessible à l’Église universelle. Quel est donc ce message ?

Le cœur du message de Don Alvaro est, comme pour tous les saints, de présenter la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu en Jésus-Christ non comme un idéal impossible à atteindre mais comme une Grâce à accueillir avec sincérité. En effet, faire de la nouvelle vie apportée par Jésus un idéal inaccessible ou une utopie, revient à douter de son pouvoir salvifique. Au contraire, l’Église a, de tout temps affirmé que le ciel est accessible à tous puisqu’offert à tous. La sainteté n’est donc pas l’affaire « d’une élite spirituelle » réservée à un petit nombre (no 8) mais elle est une chose possible pour tous les hommes et les femmes de bonne volonté. Tel était le message central du bienheureux Don Alvaro del Portillo et de l’Institution dont il a été la tête de 1975 à 1994. Cet « appel universel à la sainteté » (no 40), le Concile Vatican II allait en faire l’une de ses doctrines principales. En ce sens, la béatification de Don Alvaro doit être vue comme un signe de Dieu que 1) le salut est accessible à tous et, ce, peut importe la vocation et 2) sa vie est un exemple universel et, donc, qu’il peut être une inspiration pour tous les hommes et femmes de notre temps. [Read more...]

Le Seigneur n’abandonnera jamais sa vigne

Vineyard-greenVingt-septième dimanche du temps ordinaire

Isaïe 5,1-7
Philippiens 4,6-9
Matthieu 21,33-43

Nous revoici, cette semaine encore, dans la vigne  : plongés dans une autre des paraboles complexes de Matthieu. Ces paraboles, Jésus les raconte pour répondre à la question  : à quoi ressemble le royaume de Dieu? Elles sont de courts récits qui allient des détails réalistes de la vie des petits villages palestiniens du premier siècle à des éléments complètement étrangers à ce qui se passe dans la vie quotidienne.

On donne souvent à la parabole de l’évangile d’aujourd’hui le titre de «  parabole des vignerons homicides  ». Comme celle des deux fils, la semaine dernière, et celle du festin nuptial (v. 33-46), la semaine prochaine, l’histoire d’aujourd’hui porte clairement sur le jugement et forme le cœur de la réaction de Jésus aux chefs religieux qui contestent son autorité (v. 23-27).

Dans l’Ancien Testament, le vignoble ou «  la vigne  » sert souvent de métaphore pour le peuple de Dieu. La vigne apparaît fréquemment dans les paraboles de Jésus  : elle prépare l’implantation du Royaume de Dieu et le déploiement du drame du salut.  Le travail dans le vignoble est éreintant; la patience est essentielle et le salaire imprévisible, comme nous l’avons vu dans une parabole antérieure (Matthieu 20). La vigne peut aussi être un endroit dangereux. Des conflits peuvent surgir entre les ouvriers (Marc 9,33), et la violence peut y éclater  : nous le voyons dans le récit d’aujourd’hui (Matthieu 21, 33-43). [Read more...]

Le secret de Thérèse

therese-610x343

Décédée à l’âge de 24 ans, Ste-Thérèse-de-Lisieux, nous a laissé trois manuscrits qui allaient devenir l’« Histoire d’une âme ». Bien plus qu’une simple autobiographie, son histoire a transformé des vies. Ce documentaire retrace les pas de cette jeune carmélite depuis Lisieux jusqu’à son passage dans le cœur de ceux qui croisent son histoire encore aujourd’hui. Écoutez ce documentaire émouvant sur Sel et Lumière ce lundi 29 septembre à 21 h.

Saint Jean-Paul II: Pour une guérison de la mémoire

blog_1411729171

Le 13 septembre dernier, l’Observatoire Justice et paix, en collaboration avec télévision Sel et Lumière, organisait, à Québec, le Colloque Jean-Paul II : Pour une guérison de la mémoire afin de souligner le 30e anniversaire de sa visite en 1984. Pour l’occasion, plusieurs invités de marque se sont exprimés sur l’impact de cette visite sur les relations entre foi et culture au Québec. Le thème du Colloque  « Pour une guérison de la mémoire » faisait référence à ce que certains ont retenu comme étant un élément central du message de Jean-Paul II dans son homélie faite à l’Université Laval, il y a 30 ans. En effet, l’homélie en question exhortait les Québécois à « ne pas accepter le divorce entre foi et culture » (no6). Les différents conférenciers ont donc pu s’exprimer sur ce sujet délicat en l’éclairant de leur vision selon leur domaine d’expertise.

Ce divorce entre foi et culture au Québec est un phénomène récent qui remonte aux années 1960. C’est à ce moment que la forme que prenait alors le catholicisme au Québec a été rejetée en bloc par une grande partie de la population. Sans énumérer ici les causes de cet état de fait, nous pouvons toutefois examiner les différentes caractéristiques de l’image que les Québécois se font généralement de leur passé religieux. Dans son intervention, monsieur Gilles Routhier, doyen de la faculté de théologie de l’Université Laval, a bien montré comment l’imaginaire québécois actuel réduit souvent l’histoire catholique au Québec aux seules années 1940-1950. Durant cette période, l’institution ecclésiale a souvent dû suppléer au manque d’engagement de l’État. C’est ainsi que l’on reproche souvent à l’Église d’avoir été trop près du pouvoir politique. Cependant, l’histoire des relations entre foi et culture au Québec ne peut légitimement se réduire à cette période qui, comme le disait M. Routhier, porte avec elle son lot de misères mais également de grandeurs. Face à cela, deux questions se posent : 1) comment ouvrir de nouveau la mémoire québécoise à l’entièreté de l’histoire religieuse du Québec ? Et 2) comment transmettre ce riche patrimoine pour qu’il puisse faire sens aujourd’hui ? [Read more...]

Messe pour le 30e anniversaire de la Fondation du Grand Séminaire de Montréal

Cathédrale Marie-Reine-du-Monde de Montréal

Ce vendredi, 26 septembre 2014, en la fête des saints martyrs canadiens,  une messe solennelle sera célébrée en la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, pour le 30ème anniversaire de la fondation du Grand Séminaire de Montréal. La célébration sera présidée par l’archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, à 19h30, et diffusée en direct sur Sel et Lumière.

Sommes-nous des ouvriers fidèles et généreux dans la vigne du Seigneur?

Vineyard-croppedVingt-sixième dimanche du temps ordinaire

Ézékiel 18,25-28
Philippiens 2,1-11
Matthieu 21,28-32

Tout de suite avant le récit de l’évangile d’aujourd’hui, Jésus est retourné au Temple (v.  23a) et il a revendiqué cet espace sacré pour son ministère de guérison (v. 14), pour enseigner et pour interpeller ses adversaires. Les grands prêtres et les anciens du peuple continuent de le harceler  : «  Par quelle autorité fais-tu cela, et qui t’a donné cette autorité?  » (v. 23b).   C’est Dieu lui-même qui est la source de l’autorité de Jésus mais celui-ci ne saurait le dire sans se faire accuser de blasphème.   Au lieu de répondre directement à ses adversaires, Jésus leur oppose une question de son crû au sujet du baptême de Jean. Ceux qui sont rassemblés autour de Jésus refusent de voir Dieu à l’œuvre dans le baptême de Jean. Du même coup, ils rejettent Jésus. Cette réticence à croire en Dieu et en Jésus se manifeste dans la réaction des adversaires de Jésus face à Jean le Baptiste.

Le texte d’aujourd’hui commence par la parabole bien connue du père qui demande à ses deux fils d’aller travailler dans son vignoble (Matthieu 21,28-32).   Pour un auditeur juif familier des récits des Écritures hébraïques, il y a déjà là un indice important  : il va y avoir des problèmes. Il suffit de penser que les récits bibliques qui mettent en scène des frères sont presque toujours des histoires de conflit, d’hostilité, d’incompréhension, de concurrence et de tensions. Pensons à Ésaü et Jacob, Isaac et Ismaël, Joseph et ses frères.   Jésus est un conteur de talent; il sait préparer son public à l’enseignement qu’il lui réserve.   Je me demande à quoi songeaient les auditeurs de Jésus en l’entendant commencer son histoire  : «  Que pensez-vous de ceci? Un homme avait deux fils…  »

Après leur avoir donné ses directives, le père attend de ses fils une réponse. Mais il ne se contentera pas de mots; il veut un engagement authentique. Le premier fils commence par dire non mais il se repent, vit une conversion et va travailler. Le second fils acquiesce en paroles à la demande de son père mais ne tient pas sa promesse. [Read more...]

Célébration eucharistique à l’occasion du 350e anniversaire de fondation de la paroisse Notre-Dame de Québec

Capture d’écran 2014-09-17 à 16.41.58

Homélie de Monsieur le Cardinal Jaime Lucas Ortega y Alamino
Archevêque de San Cristobal de La Havane
Envoyé spécial de Sa Sainteté le Pape François

Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, Québec, le 14 septembre 2014

Chers frères et sœurs, chers amis,

À la veille de la date qui commémore le 350e anniversaire de l’établissement de la première paroisse en Amérique du Nord, au nord des colonies espagnoles, l’Église célèbre la Fête de la Croix Glorieuse. La croix, comme instrument de torture, dans le temps où les vieux empires l’ont employée comme supplice des délinquants, ennemis ou pauvres déclassés, condamnés à mort, a toujours été signe d’ignominie, de cruauté et de haine. Quand on évoque, par contre, un événe- ment glorieux comme le triomphe d’un artiste ou la réussite d’un homme de science, dont ses découvertes bénéficient à l’humanité, nos sentiments sont de gratitude, de joie, de louange.

C’est seulement après que le Christ eut souffert sur la Croix, en nous montrant les côtés les plus nobles de l’être humain : l’amour sans limites, le pardon, le don de soi, l’abandon dans les mains de Dieu, la paix spirituelle que nous avons pu concilier Croix et Gloire. Parce que Jésus nous a montré comment, dans l’abîme de la solitude et de la souffrance, nous pouvons trouver la gloire, si on laisse de côté le désespoir, l’angoisse, les réactions violentes et inutiles, pour rencon- trer la paix, là où la douleur est plus profonde et lacérante, quand la réalité devient décevante ou inexplicable et que l’on s’abandonne entre les mains de Dieu.

Seule la Croix peut concilier les contraires. C’est seulement en regardant vers la Croix que nous pouvons guérir nos blessures et retrouver l’espérance, comme l’a fait le peuple de Dieu au désert, quand Moïse a dressé au sommet d’un mât un serpent de bronze. Alors, tous ceux qui étaient mordus par les serpents guérissaient de leurs morsures empoisonnées en regardant vers ce signe.

La Croix nous abîme et nous redresse ; la Croix nous guérit et nous sauve. Jésus, élevé sur la Croix, nous attire. Son amour sans limites nous réconcilie avec nous-mêmes et avec les autres. Quand notre regard se fixe sur la Croix, nous sommes sauvés du naufrage de la vie. Nous deve- nons capables de reprendre courage pour trouver des réponses à nos questions toujours nouvelles, toujours les mêmes.

Chers frères et sœurs, il y a plus de 400 ans, sur le paysage exubérant des lacs et des mon- tagnes, des bois et des prairies de cette terre merveilleuse du Canada, blanche ou verte, rouge et jaune, fût dressée la Croix du Christ. Sur cette Croix, mise en haut par les évangélisateurs de la première heure, les porteurs eux-mêmes de la Bonne Nouvelle furent immolés. Ils ont subi le martyre, des années avant la création de la paroisse Notre-Dame de Québec. Leur sang a fécondé cette terre canadienne qui a produit tant de fruits de sainteté et d’amour chrétien. Les bénéfi- ciaires de cette récolte ont été, en premier lieu, les fils et les filles du peuple laborieux, braves et renchéris de la Nouvelle-France, qui a su faire face à la dureté du climat et aux avatars d’une his- toire particulière et pleine de changements, dans laquelle la foi chrétienne a été la flamme pour réchauffer la froideur des cœurs, la lumière qui, à travers les ombres des longs hivers, a empêché qu’on perde de vue l’amour familial, la valeur personnelle et sociale du travail, la solidarité comme peuple désireux de garder sa culture, sa langue, ses belles traditions qui se sont toutes affermies sur la foi catholique.

Cette foi a été vécue autour des églises paroissiales où les prêtres ont dû assumer alors, pour l’accompagnement pastoral de son peuple, beaucoup de rôles de suppléances. Ainsi, mon- sieur le curé était en même temps le médecin, le banquier, le juge et l’avocat. Dans des lieux voi- sins à l’église paroissiale, après la messe du dimanche, se réglaient entre chrétiens les problèmes des piquets de clôtures déplacés sur la propriété d’un autre cultivateur, ou se vendaient et s’achetaient des agneaux et des vaches. C’est le Canada français que j’ai encore connu dans les temps où mes confrères du Séminaire des Missions Étrangères de Pont-Viau m’invitaient chez- eux pour les vacances d’été et pour y « faire les foins » en famille. C’est sûrement un Québec merveilleux et dépassé, quand les familles étaient nombreuses et les soirées de famille inou- bliables. Là, on racontait des histoires et tous chantaient, les plus vieux avec nostalgie, et les plus jeunes avec espérance : «Le ciel est bleu, réveille-toi, c’est un jour nouveau qui commence ».

Chers frères et sœurs canadiens : 350 ans après l’établissement de la première paroisse du Québec, Mgr François de Laval, votre saint évêque fondateur, un missionnaire inlassable qui est mort en nous laissant le témoignage d’un grand pasteur, semble vous inviter à commencer un jour nouveau dans votre vie chrétienne. Avec lui, et avec le Pape François, je veux vous dire à chacun de vous, chers québécois, chers canadiens : « Réveille-toi, un jour nouveau commence » au vingt-et-unième siècle pour l’Église du Québec, pour l’Église du Canada. Cela ne veut pas dire que le passé doit être oublié et encore moins rejeté. Un peuple qui oublie ou rejette son passé peut se dissoudre dans les structures rigides et monotones d’un monde global sans visage, ni figure et perdre son identité.

Il y a des structures et des façons d’agir qui furent valables pour le temps passé, quoiqu’on y trouve aujourd’hui les ombres qui accompagnent toujours la lumière. Mais cela a été le moyen que les anciennes générations ont trouvés pour proposer et soutenir des valeurs personnelles, fa- miliales et sociales, pour développer des attitudes et comportements humains qui constituent au- jourd’hui le riche patrimoine de votre peuple, et pour cultiver chez les peuples les vertus chré- tiennes, vécues parfois de façon héroïque, comme en témoigne la vie lumineuse des premiers missionnaires, prêtres et religieuses, et d’autres chrétiens qui les ont suivis. Quelques-uns d’entre eux sont inscrits au catalogue des saints et saintes : Saint François de Laval, Sainte Marie de l’Incarnation et les bienheureuses Marie-Catherine de Saint-Augustin et Dina Bélanger.

Mais il y a aussi un bon nombre de prêtres, religieux, religieuses et laïcs, hommes et femmes, pères et mères de famille, qui se sont sanctifiés dans l’anonymat de la vie quotidienne. Ils ont dressé très haut la Croix glorieuse du Christ, et non pas seulement devant vous, Canadiens, car l’ombre de la Croix, portée par vos missionnaires, a couvert de vastes régions du monde. L’Amérique latine et les Caraïbes, l’Afrique et l’Asie ont connu l’ardeur missionnaire de l’Église du Québec à travers des prêtres, religieux et religieuses, qui sont venus partager la vie et la souf- france de ces peuples pour annoncer l’Évangile.

Ma présence ici est celle d’un bénéficiaire de cet esprit missionnaire de l’Église québécoise qui a amené à Cuba, aux années cinquante du siècle passé, presque une centaine de prêtres des Missions Étrangères de la Province de Québec et plus d’une centaine de religieuses de différentes congrégations de cette même Province. Les Prêtres des Missions Étrangères étaient responsables du Petit Séminaire de mon Diocèse où j’ai fait quatre ans d’études avant de venir à Montréal pour étudier la théologie chez-eux au Séminaire de Pont-Viau.

Tout cela a créé des liens d’amitié et de gratitude de ma part envers l’Église de la Province de Québec, et spécialement envers les chers prêtres missionnaires avec lesquels j’ai fait non pas seulement mes études, mais dont j’ai reçu, dans le climat missionnaire du Séminaire de Pont- Viau, l’esprit évangélisateur que j’ai conservé, grâce au Seigneur, jusqu’à mon cinquantième an- niversaire d’ordination sacerdotale.

C’est pourquoi le Pape François, connaisseur de ma relation spéciale à cette Église du Canada, a voulu me désigner son délégué pour cette célébration. Dans la lettre que le Saint-Père m’a adressée pour me confier cet honneur, il fait une référence concrète à la mission évangélisatrice de l’Église et me demande d’exhorter spécialement les prêtres à la mission. C’est ce que je fais en pensant plutôt à cette nouvelle évangélisation que vous devez déployer en votre pays. Le Québec, qui se trouve en Amérique et n’a pas beaucoup plus de 350 années de vie ecclésiale, est cepen- dant un pays de vieille chrétienté, parce qu’il fut fondé par des catholiques venus de la France, considérée en ce temps encore un pays catholique, car il n’avait pas subi les grands ébranlements produits dans d’autres régions de l’Europe par la réforme protestante. L’Église du Québec fut donc établie selon le modèle de vie ecclésiale existant en France. Mais plus tard, quand les mou- vements sociaux et la révolution ont agité la France et toute l’Europe continentale, l’Église du Québec fut protégée des effets de ces événements, car le Canada s’était détaché de la France avant qu’ils se produisent.

Donc, c’est le mouvement séculariste tardif du XXe siècle qui a secoué le Canada, et très spécialement le Québec, le responsable des conditions de déchristianisation qu’on y trouve. Celles-ci sont semblables à celles qu’on trouve dans d’autres parties du monde dans des pays de vieilles chrétientés, mais avec les particularités propres de votre histoire. C’est pourquoi, de façon semblable aux pays de vieille tradition chrétienne, il faut déployer ici un actif processus d’évangélisation. C’est cette seconde évangélisation à laquelle le Saint Père invite toute l’Église et très spécialement les prêtres qui doivent être les premiers évangélisateurs.

Chers prêtres : la mission commence aujourd’hui par les voisins du presbytère. Le Pape François emploie souvent la phrase : « il faut sortir », en référence aux prêtres et aux chrétiens qui intègrent les communautés catholiques. Oui, il faut sortir de l’église, il faut traverser la rue, il faut aller vers les quartiers éloignés pour rencontrer les gens, en commençant par les plus pauvres, les personnes âgées, les malades, les marginaux, les égarés, sans oublier évidemment les jeunes et les familles qui vous entourent.

Quand le Pape François nous envoie aux périphéries, il ne veut pas dire seulement les cein- tures de misère matérielle qui entourent les grandes villes. Le Saint Père parle aussi des périphé- ries culturelles, des périphéries de la foi, de l’incroyance, de l’addiction, du péché. Ces périphé- ries, on les découvre tout près de nous, quand nous « sortons de nous-mêmes » pour devenir ca- pables de voir, avec les yeux de la foi, les hommes et les femmes qui nous entourent. Nous com- prenons alors qu’ils nous attendent, sans même le savoir.

Chers frères et sœurs, la crise de l’Église dans le monde actuel est une crise de foi. La foi est en même temps don de Dieu et réponse de l’homme. Donc, nous devons la demander hum- blement : « Seigneur, je crois, mais augmente ma foi ». De notre part, nous devons nous propo- ser de vivre la foi, de cette foi en Jésus Christ, qui a vaincu la mort sur la Croix glorieuse qui se dresse devant nous en cette fête comme signe de salut et source d’espérance.

Tout près de la Croix était la Vierge Marie et le disciple que Jésus a tant aimé. Cette pre- mière paroisse du Québec a été mise sous la protection de Notre-Dame, la Vierge Marie. Jésus nous l’a donnée comme Mère du haut de la Croix. Marie est l’étoile qui, dans l’aube de l’évangélisation, précède toujours le Christ. Demandons à Notre-Dame d’ouvrir les chemins de l’Évangile aux disciples qui veulent s’engager ici, dans la foi, à cette nouvelle évangélisation, la deuxième annonce du Christ Sauveur que le peuple canadien attend de vous et dont il a besoin pour rencontrer le chemin de cette plénitude de vie et d’espérance qui peut venir seulement du Christ Sauveur.

À Lui tout honneur et toute gloire, dans les siècles des siècles.

Rencontre mondiale des familles Philadelphia 2015

wmof logo w fontsCe matin près la Salle de Presse, Mgr.Vincenzo Paglia, Président du Conseil pontifical pour la famille, et Mgr.Joseph Chaput, OFM.Cap, Archevêque de Philadelphia (USA), ont présenté la prochaine Journée mondiale des familles, qui se déroulera du 22 au 27 septembre 2015 à Philadelphie. Evoquant tout d’abord les profondes racines religieuses de sa ville, Mgr.Chaput, a dit espérer la présence du Pape à un évènement qui comptera de 10 à 15.000 personnes représentant les divers continents. Puis il a expliqué que le thème de la Journée (« L’amour est notre mission, la famille pleinement vive ») s’inspirait d’une phrase d’Irénée de Lyon pour qui la gloire des hommes et des femmes réside dans leur capacité à aimer comme Dieu aime: « La vie familiale est une invitation à incarner cet amour au quotidien ».

La Journée sera préparée au moyen d’un document catéchistique préparatoire destiné à aider les diocèses, les paroisses et les catéchistes. En dix points, il part de la création de l’homme pour aborder la sexualité, le mariage et les enfants, le sacerdoce et la vie consacrée, mais aussi la conscience écologique au sein de l’Eglise, le témoignage missionnaire des familles chrétiennes. Ce texte, qui inclut la prière spéciale, est à la base des différents programmes de la Rencontre 2015, conférences, sessions de travail et témoignages. Sa version anglaise, espagnole, française et portugaise sera successivement traduite en d’autres langues. Pendant toute la durée de l’évènement sera exposé dans la cathédrale un tableau de Neilson Carlin représentant la Sainte Famille entourée d’Anne et Joachim, qui veut rappeler que la famille chrétienne se compose de jeunes et d’anciens, des parents aux enfants, des grands parents à la parenté élargie.

Ensuite Mgr.Paglia a présenté l’activité annuelle de son dicastère, mais aussi le séminaire Famille et Pauvreté organisé avec la Caritas internationale le 18 septembre (150 experts), la Rencontre du Pape avec le troisième âge du 28 (« La longue vie est une bénédiction »), le congrès international du mouvement Famille et Vie (du 22 – 24 janvier prochain: « Relire ensemble le Synode sur la famille »), la commémoration le 24 mars 2015 de l’encyclique Evangelium Vitae par une veillée de prière à Ste.Marie Majeure. Enfin il a indiqué la mise en route du site www.familia.va à partir de l’ouverture du Synode le 5 octobre, et une édition spéciale de Jarà – Spectavle de la Vie, proposant des textes et des images relatives aux thèmes contenus dans l’Instrumentum Laboris. Pendant les assises synodales, une note hebdomadaire exposera les travaux des pères, accompagnés d’interviews d’évêques et d’experts.

« Vas-tu regarder d’un œil mauvais parce que moi, je suis bon ? »

Red-Vineyard-croppedVingt-cinquième dimanche du temps ordinaire

Isaïe 55,6-9
Philippiens 1,20c-24.27a
Matthieu 20,1-16a

Quand Jésus enseigne en paraboles, il exprime de profondes vérités au moyen de récits et d’images toutes simples qui parlent à l’intelligence et au cœur. Dans l’Ancien Testament, l’emploi des paraboles correspond à une pédagogie très ancienne, ancrée dans la culture universelle et visant à donner un enseignement éthique qui s’applique à la vie de tous les jours à l’aide d’histoires symboliques qui mettent en scène des personnages et des situations concrètes. La plupart du temps, les premiers auditeurs de ces récits tiraient leurs propres conclusions. Parfois, les évangélistes ont ajouté une explication à l’histoire racontée par Jésus. Souvent, le caractère allusif de la parabole rend la sagesse de Jésus inaccessible aux auditeurs ou aux lecteurs mal disposés qui s’arrêtent à la lettre du texte.

Dans l’évangile d’aujourd’hui, la parabole des ouvriers envoyés à la vigne (Matthieu 20, 1-16a) sert à corriger les notions équivoques de droits acquis et de mérites. L’histoire reflète le contexte socio-économique de la Palestine au temps de Jésus. La parabole nous choque car elle heurte notre sens de la justice. Pour bien saisir la portée et l’impact du récit, il est essentiel de comprendre l’enchaînement des événements dans la parabole. Le maître du domaine engage des ouvriers pour sa vigne vers 6 heures du matin en convenant d’un salaire d’une pièce d’argent, ce qui est bien payé pour une journée de travail. On nous laisse deviner la générosité du maître qui engage des ouvriers à diverses heures de la journée. Se pourrait-il qu’au lieu d’avoir besoin de main-d’œuvre pour la vendange, le maître du domaine soit pris de compassion pour les ouvriers sans travail et pour leur famille?   La question reste ouverte.

Les travailleurs qui ont été engagés les premiers en appellent au bon sens, à l’équité, à la logique et à la raison. Ils ne se plaignent pas nécessairement de ce que les derniers engagés reçoivent un salaire mais ils estiment que si le maître du domaine se montre aussi généreux envers les derniers, il pourrait au moins leur accorder une prime, un bonus, à eux qui ont «  enduré le poids du jour et de la chaleur  ».   Certains interprètes ont tenté d’atténuer ce manque d’équité en expliquant que la qualité du travail accompli par les derniers pendant la dernière heure équivalait peut-être à la journée de travail des premiers. D’autres commentateurs font valoir qu’un contrat est un contrat et que les ouvriers engagés à la première heure n’ont aucune raison de contester le salaire qui leur est versé puisque c’est bien la somme convenue. Le fait est que, d’un point de vue purement humain et en stricte logique, ils ont de quoi se plaindre. Cependant, cette parabole n’est pas une leçon d’éthique sociale ou de relations industrielles  ; elle porte sur la radicalité de la générosité et de la compassion de Dieu et sur l’avènement du Royaume. [Read more...]

Audience générale : la « mère Eglise enseigne la miséricorde »

AFP3540143_ArticoloLors de l’audience générale mercredi, le Pape François a poursuivi son cycle de catéchèse centré sur l’Eglise. « L’Eglise est mère, a-t-il a souligné. Elle enseigne les œuvres de miséricorde. »

Cette catéchèse fait directement suite à la précédente, il y a une semaine. Le Souverain Pontife soulignait alors « comment l’Eglise nous fait grandir et, avec la lumière et la force de la Parole de Dieu, nous indique le chemin du salut et nous défend du mal ». C’est « l’action éducative » de l’Eglise qui est aujourd’hui souligné : « comment l’Eglise nous enseigne les œuvres de miséricorde ».

« Un bon éducateur vise l’essentiel, et pour l’Évangile l’essentiel, c’est la miséricorde, complète le François. L’Église fait comme Jésus : elle enseigne non par des discours, mais d’abord par des gestes, et ses paroles servent à en éclairer la signification. »

Cela s’observe à travers la vie de « tant de saints et de saints » et d’hommes et de femmes qui mettent leur œuvres de miséricorde chaque jour en pratique. Une pratique que détaille le Saint-Père : « donner à manger à celui qui a faim, vêtir celui qui est nu, assister celui qui est malade, être proche de celui qui est seul. » Car pour changer le monde, affirme François, « il faut faire du bien à qui ne peut pas nous le rendre, comme l’a fait le Père, en nous donnant Jésus. » [Read more...]