Lettre pastorale de ✠ Mgr Terrence Prendergast, s.j. pour l’Année de la Miséricorde 2015-2016

HolyDoorRome

En Jésus nous contemplons le mystère de la miséricorde du Père
Lettre pastorale pour l’Année de la Miséricorde 2015-2016

Chers frères et sœurs dans le Christ,

« Jésus-Christ est le visage de la miséricorde du Père ». C’est par ces mots que débute la lettre du pape François dans laquelle il nous invite à participer pleinement dans le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde. Cette Année sainte s’ouvrira en la solennité de l’Immaculée Conception le 8 décembre prochain et se terminera le 20 novembre 2016, en la solennité du Christ, Roi de l’Univers.

« La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché » nous dit le Saint-Père dans la bulle Misericordiae Vultus (Le Visage de la Miséricorde) par laquelle il a institué l’Année de la Miséricorde.

Durant cette Année sainte, le Pape nous demande deux choses : célébrer et expérimenter la miséricorde de Dieu dans le sacrement de Réconciliation par une confession personnelle bien préparée et s’engager à accomplir des œuvres de miséricorde.

Comment ces deux éléments sont-ils inter-reliés ? Il est important de faire l’expérience de l’amour miséricordieux de Dieu dans le sacrement de Réconciliation qui apporte guérison, paix et joie. En faisant nous-mêmes l’expérience de la tendresse du pardon de Dieu, nous serons amenés à vouloir partager ce cadeau avec les autres, avec ceux et celles qui connaissent des difficultés matérielles ou spirituelles.

J’invite tous les catholiques à célébrer le sacrement de Réconciliation – à aller se confesser – au moins une fois durant cette Année de la Miséricorde. Comme le pape François nous le rappelle souvent, parfois, nous nous lassons de lui demander pardon, mais Dieu ne se lasse jamais de pardonner.

Remplis de gratitude pour le pardon que Dieu nous accorde, soyons miséricordieux à notre tour envers ceux et celles qui sont dans le besoin. J’invite donc tous les catholiques de l’archidiocèse d’Ottawa qui le peuvent, à accomplir au cours de ce Jubilé extraordinaire, au moins une œuvre de miséricorde corporelle et une œuvre de miséricorde spirituelle.

Les œuvres de miséricorde corporelles sont bien connues : donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts. Le Christ nous appelle à le reconnaître dans toute personne qui est dans le besoin : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait” (Matthieu 25, 40).

Les œuvres de miséricorde spirituelles sont peut-être un peu moins connues mais elles demeurent très importantes car elles permettent d’insuffler une vitalité nouvelle dans nos communautés de foi : conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes que nous trouvons ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts. Accomplir les trois premières requiert autorité ou compétence et beaucoup de tact; les quatre autres sont autant de façons de témoigner chaque jour de notre vie de disciples de Jésus.

Le pape François accorde à chaque diocèse le privilège d’ouvrir une Porte de la Miséricorde dans sa cathédrale. Traditionnellement, ces Portes saintes sont signes du désir profond de conversion et de volonté de solliciter la miséricorde de Dieu qui nous habitent. Il y a sept Portes saintes en permanence dans le monde, dont une à la basilique Notre-Dame à Québec. Ces portes, habituellement scellées de l’intérieur, sont ouvertes durant les Années jubilaires afin de permettre aux pèlerins qui se rendent à une ou l’autre d’entre elles dans une démarche spirituelle, de passer par cette Porte et d’obtenir ainsi les indulgences jubilaires.

Le 8 décembre, le pape François inaugurera l’Année de la Miséricorde en ouvrant la Porte sainte à la basilique Saint-Pierre. Le dimanche suivant, le 13 décembre, des églises ouvriront des Portes de la Miséricorde à travers le monde.

Dans l’archidiocèse d’Ottawa, nous bénirons notre Porte de la Miséricorde à la cathédrale Notre-Dame le 8 décembre lors de la Célébration eucharistique de 19h30 et nous procéderons à son ouverture au début de la messe de 9h le dimanche 13 décembre.

Les pèlerins sont invités à venir passer par la Porte de la Miséricorde au moins une fois durant cette Année de la Miséricorde, en pensant non seulement au pardon que Dieu nous offre à chacun, chacune, d’entre nous mais aussi à ce que nous pouvons faire pour semer le bien autour de nous.

Après être passés par la Porte de la Miséricorde, les pèlerins sont invités à compléter leur pèlerinage en célébrant le sacrement de Réconciliation et en recevant la sainte Eucharistie, en faisant profession de foi par la récitation du Credo et en priant pour les intentions du Pape. Ils pourront faire cela afin d’obtenir des indulgences pour eux-mêmes ou pour une personne défunte. Il est possible de se renseigner davantage sur la richesse spirituelle des indulgences en s’informant auprès des paroisses ou en consultant le site web de l’archidiocèse (catholiqueottawa.ca).

J’espère que de nombreux catholiques, y compris ceux et celles qui se sont éloignées de l’Église, se rendront à la cathédrale en pèlerinage et passeront par la Porte de la Miséricorde, soit seul ou avec d’autres paroissiens, paroissiennes, ou encore avec des membres des diverses associations ou groupes paroissiaux (Groupes de prières, Cursillo, Chevaliers de Colomb, Filles d’Isabelle, etc.).

Que notre pensée se tourne vers Marie. Demandons-lui de faire en sorte que tous puissent redécouvrir la joie de la tendresse de Dieu et que, forts de ce pardon reçu, nous puissions, à notre tour, transmettre la miséricorde de Dieu aux autres en faisant le bien tout autour de nous en cette Année de la Miséricorde.

L’archevêque d’Ottawa,

✠ Terrence Prendergast, S.J.