S+L logo
Surs Ses Traces - L'histoire de Kateri Tekakwitha
Béatifiée par le bienheureux Jean-Paul II en 1980, Kateri Tekakwitha a été proclamée première sainte autochtone nord-américaine par le pape Benoît XVI le 21 octobre 2012. Ce documentaire émouvant nous emmène du nord de l'état de New York à Montréal et Kahnawake; de l'état de Washington au Nouveau Mexique, où nous suivons l'incroyable itinéraire de sainte Kateri dans sa foi profonde, son sacrifice héroïque et son amour du Christ. Ce film présente de nombreuses personnes touchées par cette sainte: Mgr Charles Chaput, archevêque de Philadelphie, Sr Kateri Mitchell, ssa, directrice générale de la Tekakwitha conference et Jake Finkbonner, le petit garçon dont la guérison miraculeuse a conduit à la canonisation de Kateri. Personne n'est trop simple ou trop jeune pour suivre le Christ. Sur ses traces dresse le visage saisissant d'une jeune autochtone courageuse qui deviendra pour des millions de personnes, source de guérison, de bravoure et d'inspiration.

« Le lys des Mohawks »
Réflexion du Père Thomas Rosica, csb
Messe de la canonisation de Kateri Tekakwitha (KTO TV)


Sur Sainte Kateri Tekakwitha

MODÈLE DE LA NOUVELLE ÉVANGÉLISATION

Sainte Kateri Tekakwitha, connue sous le nom de « Lys des Agniers », naît en 1656, d'une mère algonquine et d'un père mohawk, dans le nord de l'état de New York. À quatre ans, une épidémie de variole s'empare du village de Kateri, causant la mort de ses parents et d'un frère bambin, laissant Kateri orpheline. La variole la défigure et détériore sérieusement sa vue. Bien que terriblement affaiblie, défigurée et presque aveugle, elle survit et est adoptée par un oncle, chef mohawk.

La famille de Kateri n'accepte pas qu'elle embrasse le christianisme. Après son baptême, elle devient le paria du village et elle est menacée de torture ou de mort, si elle ne renonce pas sa religion. Étant donné l'hostilité constante que son peuple lui manifeste et parce qu'elle désire vouer sa vie à Dieu, Kateri quitte son village en juillet 1677 et s'enfuit quelque 300 km à la mission catholique de Sault Saint-Louis, près de Montréal.

Le 25 mars 1679, Kateri fait voeu perpétuel de virginité, choisit de ne pas se marier et de se consacrer totalement au Christ pour le reste de sa vie.

L'année suivante, Kateri meurt à l'âge de 24 ans. Ces dernières paroles sont : « Jésus, je vous aime », et on rapporte que, après sa mort, ses cicatrices ont disparu sur-le-champ.

Kateri est la première sainte nord-américaine. Sa vie terrestre remonte au 17e siècle, pourtant son message se répand encore de nos jours.



Un « nuage de témoins »
Le pape Benoît XVI canonise trois nouveaux saints provenant de pays où sont présents les Chevaliers de Colomb
Par le père Thomas Rosica, c.s.b.

Le dimanche de la Journée mondiale des missions, le 21 octobre à Rome durant le synode sur la nouvelle évangélisation, le pape Benoît XVI a canonisé sept nouveaux saints et saintes. Parmi les élus se trouvaient deux martyrs (un jésuite français missionnaire à Madagascar et un jeune laïc des Phillipines); un prêtre italien, fondateur d'ordre et une religieuse française, fondatrice de communauté; deux femmes laïques (une autochtone d'Amérique du Nord et une Allemande); ainsi qu'une religieuse allemande qui a oeuvré dans une colonie de lépreux.... lire la suite