Homélie du pape François pour la Fête de la Présentation du Seigneur et pour la 22e Journée mondiale de la vie consacrée:

CNS/Paul Haring

Vous trouverez ci-dessous le texte complet de l’homélie du pape François tel que prononcé lors de la Messe de la Fête de la Présentation du Seigneur et de la XXII journée mondiale de la vie consacrée:

Quarante jours après Noël, nous célébrons le Seigneur qui, en entrant dans le temple, va à la rencontre de son peuple. Dans l’Orient chrétien, cette fête est précisément désignée comme la ‘‘Fête de la rencontre’’: c’est la rencontre entre le Divin Enfant, qui apporte la nouveauté, et l’humanité en attente, représentée par les anciens du temple.

Dans le temple se produit également une autre rencontre, celle entre deux couples : d’une part les jeunes gens Marie et Joseph, d’autre part les anciens Siméon et Anne. Les anciens reçoivent des jeunes gens, les jeunes gens se ressourcent auprès des anciens. Marie et Joseph retrouvent en effet dans le temple les racines du peuple, et c’est important, car la promesse de Dieu ne se réalise pas individuellement et d’un seul coup, mais ensemble et tout au long de l’histoire. Et ils trouvent aussi les racines de la foi, car la foi n’est pas une notion à apprendre dans un livre, mais l’art de vivre avec Dieu, qui s’apprend par l’expérience de ceux qui nous ont précédés sur le chemin. Ainsi, les deux jeunes, en rencontrant les anciens, se retrouvent eux-mêmes. Et les deux anciens, vers la fin de leurs jours, reçoivent Jésus, le sens de leur vie. Cet épisode accomplit ainsi la prophétie de Joël : « Vos anciens seront instruits par des songes, et vos jeunes gens par des visions » (3, 1). Dans cette rencontre, les jeunes voient leur mission et les anciens réalisent leurs rêves. Tout cela parce qu’au centre de la rencontre se trouve Jésus.

Regardons-nous, chers frères et sœurs consacrés. Tout a commencé par la rencontre avec le Seigneur. D’une rencontre et d’un appel, est né le chemin de consécration. Il faut en faire mémoire. Et si nous faisons bien mémoire, nous verrons que dans cette rencontre nous n’étions pas seuls avec Jésus : il y avait également le peuple de Dieu, l’Église, les jeunes et les anciens, comme dans l’Évangile. Il y a là un détail intéressant : tandis que les jeunes gens Marie et Joseph observent fidèlement les prescriptions de la Loi – l’Évangile le dit quatre fois – ils ne parlent jamais ; les anciens Siméon et Anne arrivent et prophétisent. Ce devrait être le contraire : en général, ce sont les jeunes qui parlent avec enthousiasme de l’avenir, tandis que les anciens gardent le passé. Dans l’Evangile c’est l’inverse qui se passe, car quand on rencontre le Seigneur, les surprises de Dieu arrivent à point nommé. Pour leur permettre d’avoir lieu dans la vie consacrée, il convient de se rappeler qu’on ne peut pas renouveler la rencontre avec le Seigneur sans l’autre : ne jamais laisser quelqu’un derrière, ne jamais faire de mise à l’écart générationnelle, mais s’accompagner chaque jour, mettant le Seigneur au centre. Car si les jeunes sont appelés à ouvrir de nouvelles portes, les anciens ont les clefs. Et la jeunesse d’un institut se trouve dans le ressourcement aux racines, en écoutant les anciens. Il n’y a pas d’avenir sans cette rencontre entre les anciens et les jeunes; il n’y a pas de croissance sans racines et il n’y a pas de floraison sans de nouveaux bourgeons. Jamais de prophétie sans mémoire, jamais de mémoire sans prophétie ; et il faut toujours se rencontrer.

La vie frénétique d’aujourd’hui conduit à fermer de nombreuses portes à la rencontre, souvent par peur de l’autre. – Les portes des centres commerciaux et les connexions de réseau demeurent toujours ouvertes -. Mais que dans la vie consacrée ceci ne se produise pas : le frère et la sœur que Dieu me donne font partie de mon histoire, ils sont des dons à protéger. Qu’il n’arrive pas de regarder l’écran du cellulaire plus que les yeux du frère ou de s’attacher à nos programmes plus qu’au Seigneur. Car quand on place au centre les projets, les techniques et les structures, la vie consacrée cesse d’attirer et ne communique plus ; elle ne fleurit pas, parce qu’elle oublie ‘‘ce qu’elle a sous terre’’, c’est-à-dire les racines.

La vie consacrée naît et renaît de la rencontre avec Jésus tel qu’il est : pauvre, chaste et obéissant. Il y a une double voie qu’elle emprunte : d’une part l’initiative d’amour de Dieu, d’où tout part et à laquelle nous devons toujours retourner ; d’autre part, notre réponse, qui est la réponse d’un amour authentique quand il est sans si et sans mais, quand il imite Jésus pauvre, chaste et obéissant. Ainsi, tandis que la vie du monde cherche à accaparer, la vie consacrée renonce aux richesses qui passent pour embrasser Celui qui reste. La vie du monde poursuit les plaisirs et les aspirations personnelles, la vie consacrée libère l’affection de toute possession pour aimer pleinement Dieu et les autres. La vie du monde s’obstine à faire ce qu’elle veut, la vie consacrée choisit l’obéissance humble comme une liberté plus grande. Et tandis que la vie du monde laisse rapidement vides les mains et le cœur, la vie selon Jésus remplit de paix jusqu’à la fin, comme dans l’Évangile, où les anciens arrivent heureux au soir de leur vie, avec le Seigneur entre les mains et la joie dans le cœur.

Que de bien cela nous fait, comme à Siméon, de tenir le Seigneur « dans les bras » (Lc 2, 28) ! Non pas dans la tête et dans le cœur, mais dans les mains, en tout ce que nous faisons : dans la prière, au travail, à table, au téléphone, à l’école, auprès des pauvres, partout. Avoir le Seigneur dans les mains, c’est l’antidote contre le mysticisme isolé et l’activisme effréné, car la rencontre réelle avec Jésus redresse aussi bien les sentimentalistes dévots que les affairistes frénétiques. Vivre la rencontre avec Jésus, c’est aussi le remède à la paralysie de la normalité, c’est s’ouvrir au remue- ménage quotidien de la grâce. Se laisser rencontrer par Jésus, faire rencontrer Jésus : c’est le secret pour maintenir vivante la flamme de la vie spirituelle. C’est la manière de ne pas se faire absorber par une vie morne, où les plaintes, l’amertume et les inévitables déceptions prennent le dessus. Se rencontrer en Jésus comme frères et sœurs, comme jeunes et anciens, pour surmonter la rhétorique stérile des ‘‘beaux temps passés’’, pour faire taire le ‘‘ici plus rien ne va’’. Si on rencontre chaque jour Jésus et les frères, le cœur ne se polarise pas vers le passé ou vers l’avenir, mais il vit l’aujourd’hui de Dieu en paix avec tous.

À la fin des Évangiles, il y a une autre rencontre avec Jésus qui peut inspirer la vie consacrée : celle des femmes au tombeau. Elles étaient allées rencontrer un mort, leur chemin semblait inutile. Vous aussi, vous allez à contre-courant dans le monde : la vie du monde rejette facilement la pauvreté, la chasteté et l’obéissance. Mais, comme ces femmes, vous allez de l’avant, malgré les préoccupations concernant les lourdes pierres à enlever (cf. Mc 16, 3). Et comme ces femmes, les premiers, vous rencontrez le Seigneur ressuscité et vivant, vous l’étreignez (cf. Mt 28, 9) et vous l’annoncez immédiatement aux frères, les yeux pétillants d’une grande joie (cf. v. 8). Vous êtes aussi l’aube sans fin de l’Église. Je vous souhaite de raviver aujourd’hui même la rencontre avec Jésus, en marchant ensemble vers lui : cela donnera de la lumière à vos yeux et de la vigueur à vos pas.

[00191-FR.01] [Texte original: Italien]

Prier pour aimer

http://www.annegoetze.com/#/france-nun-1/

Détail (taille originale: 40″x30″), Do You Have The Right Soul?, Anne Goetze, France Nun Series

Tante Helen, ou sœur Marguerite Marie, était moniale chez les Visitandines d’Annecy en France jusqu’à sa mort à l’âge de 84 ans. C’était une américaine qui a trouvé refuge dans les bras du monastère hissé sur une colline du village dans les Alpes françaises. Elle a vu sa destinée dès son adolescence. Sœur Marguerite Marie, un jour, s’est rendue compte « qu’elle faisait toujours partie du plan de Dieu… sans vraiment le vouloir – c’est Lui qui agissait tout ce temps ». C’est une parole que nous pouvons retrouver sous la plume du prophète Jérémie: « Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t’ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations » (Jérémie 1, 5).

Sœur Marguerite Marie était prophète pour son temps en ce sens qu’elle a fait connaitre à sa nièce, Anne Goetze, la vie intérieure non seulement des sœurs d’Annecy mais aussi de chaque être humain. « Ne Le cherche pas en-dehors de toi-même, mais à l’intérieur, car c’est là où tu Le trouveras » (soeur Marguerite Marie). Et c’est ce qui a inspiré Goetze, artiste de profession, à retracer la vie de sa tante au monastère dans une série de photographies documentaires, intitulée « Pray to love » (Prier pour aimer).

En treize canevas, Anne Goetze arrive à peindre les derniers jours de sa tante Helen au monastère et de cette vie, justement, qui l’a soutenu pendant plus de 60 ans. Les années sont passées dans une fidélité à la prière, à l’écriture, aux tâches ménagères, à l’accueil de pèlerins, ou encore des femmes en besoin de repos… Avant le décès de sa tante, Goetze a photographié les sœurs dans leur quotidien. Mais ses photographies, à elles seules, ne réussissaient pas à refléter son expérience plus profonde – même intime – du monastère. Ce n’est qu’après les funérailles de sœur Marguerite Marie, qu’elle a eu recourt à la peinture pour compléter ses tableaux en mêlant une variété de matériaux tactiles à ses photographies. Cette pratique a ralenti son processus de création mais lui a accordé le temps nécessaire pour faire le deuil du décès de sa tante et créer des œuvres qui pouvaient refléter son expérience des sœurs et du monastère.

La vie ne bouge pas si vite dans un monastère ; elle se limite aux activités du quotidien. Elle ne se soucie pas trop non plus du monde qui change à l’extérieur. Ce que nous voyons donc dans les tableaux de Goetze se limite aussi à ces petites occupations. Mais là se trouve le fil conducteur de sa série. La réalité du quotidien, banale et futile, animée par leur foi.

Toute la qualité des tableaux d’Anne Goetze est dans sa technique rapide, spontanée, même parfois accidentée. Elle dit elle-même que certaines de ses œuvres ont été le résultat d’heureuses surprises. Ses photographies, d’abord imprimées en sépia, ne lui servent que de canevas. On ne pourrait non plus qualifier ses canevas de dessins à colorier. Tous les matériaux sont des couches qui viennent s’ajouter aux photographies comme pour faire ressortir la profondeur de leur vie.

Ce qui frappe davantage est la qualité féminine de l’œuvre. Plusieurs éléments contribuent à lui donner cette teinte. À l’évidence, on ne trouve que des figures de femmes. Mais plus que ça, au cœur de leur quotidien, elles expriment des attitudes qui leurs sont propres (non pas que ces attitudes soient réservées uniquement aux femmes). On les surprend dans une conversation intime ou dans un fou rire ; certaines accomplissent des tâches manuelles ; une autre écrit une lettre ou tient un oiseau tendrement dans sa main. « Chacun des enfants de Dieu est comme un oiseau dans les mains tendres de Dieu » (soeur Marguerite Marie). Ces gestes font ressortir ce qui les habite dans ces instants. Elles sont des modèles d’écoute et d’attention, de réalisme, de la capacité à se réjouir avec d’autres, de générosité et de don.

Le monastère à Annecy ne serait rien sans ces vies de femmes pour lui donner son sens. Ce sont elles qui rendent l’œuvre de Goetze un témoignage de sainteté là où l’on ne s’y attendait peut-être pas, lorsqu’on ne pensait même pas le vouloir. La première réaction d’Anne Goetze, lorsqu’elle était jeune fille, à la vue de sa tante derrière les barreaux, en était une d’incompréhension. Comment pouvait-elle trouver son bonheur dans un tel endroit, seule et coupée du monde ? Alors que nous croyons que la plus grande expression d’amour se trouve dans le « faire », elles passent toute leur vie à prier… pour aimer. La soif de trouver une terre d’appartenance est inscrite dans l’âme de toute personne, explique Goetze dans la vidéo « Pray to Love ». Et pour cette artiste, l’arrimage s’est fait en plein cœur d’Annecy.

« D’ouvrir ton cœur est de te mettre dans un état vulnérable, mais ce qui [m’a donné] du courage et de l’audace avec cet énorme travail, c’est que ce n’est pas moi qui est au centre ; c’est l’histoire d’une merveilleuse communauté de femmes qui sont fortes et courageuses. » (Anne Goetze).

24 heures de prière pour un nouveau printemps de la vie consacrée

Le 31 janvier et 1er février dernier avait lieu au Sanctuaire du Très-Saint Sacrement de Montréal les 24 heures de prière pour un nouveau printemps de la vie consacrée, événement organisé conjointement par la Fraternité monastique de Jérusalem et l’Archidiocèse de Montréal. Ce véritable marathon spirituel a débuté le samedi par une Messe présidée par le Nonce apostolique au Canada, Mgr Luigi Bonazzi.

« Un témoin de Dieu qui est Amour, voilà ce qu’est la personne consacrée aujourd’hui! Comme il est important aujourd’hui dans une grande ville telle que Montréal, de pouvoir compter sur des personnes capables d’aider leurs prochains, à rencontrer ce Dieu qui est Amour. Le plus grand cadeau que nous pouvons faire à nos prochains est de les aider à faire cette rencontre avec ce Dieu qui est amour. »

La journée s’est ensuite poursuivie durant l’après-midi par une série de témoignages manifestant la diversité et les différents visages de la vie consacrée aujourd’hui. Se sont donc succédé de véritables témoins de la foi et de cette réponse à l’appel de Dieu à la vie consacrée :

  • Le Père Benoît Lacroix o.p. qui a prononcé une allocution sur le thème de la vie consacrée au Québec depuis 1965 : Une mission si féconde, variée et colorée.
  • Sœur Gilberte Bussière CND qui a donné un témoignage touchant sur sa vocation personnelle à la vie consacrée et qui s’est également exprimée pour la toute première fois publiquement sur l’épisode malheureux de ces 58 jours passés en captivité au Cameroun sous le regard de Dieu.
  • Le Frère Antoine-Emmanuel s’est exprimé sur le sens de la vie consacrée, ses nombreux visages et ses nouvelles formes.
  • Une consacrée de l’Institut Notre Dame de vie, Marie-Sophie De Bouville a parlé de l’évangile au quotidien.
  • Jean-François Pouliot fmj a livré un touchant témoignage sur son appel personnel à la vie consacrée.

[Read more…]

Vêpres en la fête de la Présentation du Seigneur

Samedi 2 février Fête de la Présentation du Seigneur
Journée mondiale de la vie consacrée

Le pape Benoit XVI présidera les Vêpres en présence des membres des communautés religieuses et des laïcs consacrés en la basilique St Pierre à Rome

Diffusion à 15h30

Le bonheur d’être moine

Le bonheur detre moineC’est la leçon tirée d’une expérience à l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Nazareth à Rougemont.
Une douzaine de moines, tous très différents, avec un passé unique. Mais une vie commune, centrée sur la contemplation du Christ. Ensemble ils forment une véritable famille, fondée sur l’amour divin et la charité fraternelle. Loin du cliché du moine austère, ceux que nous avons rencontrés à Rougemont sont des hommes simples, humbles, mais avant tout des hommes heureux. Et ce bonheur profond, ils ont voulu le partager…

Ne pas manquer ce nouveau focus réalisé par Khoi Vu et Charles Le Bourgeois

Diffusion vendredi 1er février 19h30, rediffusion 23h30