Homélie du pape François lors de la Messe de la Journée mondiale du migrant et du réfugié

CNS/Paul Haring

Vous trouverez ci-dessous le texte de l’homélie intégrale du Pape pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié telle que prononcée lors de la Messe du dimanche 14 janvier 2018 en la basilique Saint-Pierre de Rome. Étaient présent lors de la célébration en présence un bon nombre de migrants et de réfugiés originaires de 49 pays différents, ainsi qu’en présence d’environ 70 représentants diplomatiques accrédités auprès du Saint-Siège et de l’Italie.

Cette année, j’ai voulu célébrer la Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié par une messe à laquelle vous avez été invités, vous en particulier, migrants, réfugiés et demandeurs d’asile. Certains d’entre vous sont arrivés depuis peu en Italie, d’autres y résident et y travaillent depuis de nombreuses années, et d’autres encore constituent ce qu’on appelle les «deuxièmes générations».

Tous ont entendu résonner dans cette assemblée la Parole de Dieu, qui nous invite aujourd’hui à approfondir l’appel spécial que le Seigneur adresse à chacun de nous. Comme il l’a fait avec Samuel (cf. 1 S 3, 3b-10.19), il nous appelle par notre nom -à chacun de nous- et nous demande d’honorer le fait que nous avons été créés comme des êtres absolument uniques, tous différents entre nous et avec un rôle singulier dans l’histoire du monde. Dans l’Évangile (cf. Jn 1, 35-42), les deux disciples de Jean demandant à Jésus: «Où demeures-tu ?» (v. 38), laissant entendre que, de la réponse à cette question, dépend leur jugement sur le maître de Nazareth. La réponse de Jésus est claire: «Venez et voyez !» (v. 39), et ouvre à une rencontre personnelle, qui comporte un temps approprié pour accueillir, connaître et reconnaître l’autre.

Dans le Message pour la Journée d’aujourd’hui, j’ai écrit: «Tout immigré qui frappe à notre porte est une occasion de rencontre avec Jésus-Christ, qui s’identifie à l’étranger de toute époque accueilli ou rejeté (cf. Mt 25, 35.43)». Et, pour l’étranger, le migrant, le réfugié, l’exilé et le demandeur d’asile, chaque porte de la nouvelle terre est aussi une occasion de rencontre avec Jésus. Son invitation «Venez et voyez !» nous est aujourd’hui adressée à tous, communautés locales et nouveaux arrivés. C’est une invitation à surmonter nos peurs pour pouvoir aller à la rencontre de l’autre, pour l’accueillir, le connaître et le reconnaître. C’est une invitation qui offre l’opportunité de se faire le prochain de l’autre pour voir où et comment il vit. Dans le monde d’aujourd’hui, pour les nouveaux arrivés, accueillir, connaître et reconnaître signifie connaître et respecter les lois, la culture et les traditions des pays où ils sont accueillis. Cela signifie également comprendre leurs peurs et leurs appréhensions vis-à- vis de l’avenir. Et pour les communautés locales, accueillir, connaître et reconnaître signifie s’ouvrir à la richesse de la diversité sans préjugés, comprendre les potentialités et les espérances des nouveaux arrivés, de même que leur vulnérabilité et leurs craintes.

La vraie rencontre avec l’autre ne s’arrête pas à l’accueil, mais elle nous invite tous à nous engager dans les trois autres actions que j’ai mis en évidence dans le Message pour cette Journée: protéger, promouvoir et intégrer. Et, dans la rencontre vraie avec le prochain, serons-nous capables de reconnaître Jésus-Christ, qui demande d’être accueilli, protégé, promu et intégré ? Comme nous l’enseigne la parabole évangélique du jugement dernier : le Seigneur avait faim, il avait soif, il était assoiffé, malade, étranger et en prison et il a été secouru par certains, mais pas par d’autres (cf. Mt 25, 31-46). Cette vraie rencontre avec le Christ est source de salut, un salut qui doit être annoncé et apporté à tous, comme nous l’enseigne l’apôtre André. Après avoir révélé à son frère Simon: «Nous avons trouvé le Messie» (Jn 1, 41), André le conduit à Jésus, afin qu’il fasse, lui aussi, cette même expérience de la rencontre.

Il n’est pas facile d’entrer dans la culture des autres, de se mettre à la place de personnes si différentes de nous, de comprendre leurs pensées et leurs expériences. Ainsi nous renonçons souvent à rencontrer l’autre et nous élevons des barrières pour nous défendre. Les communautés locales ont parfois peur que les nouveaux arrivés perturbent l’ordre établi, “volent” quelque chose de ce que l’on a construit péniblement. Les nouveaux arrivés aussi ont des peurs : ils craignent la confrontation, le jugement, la discrimination, l’échec. Ces peurs sont légitimes, elles se fondent sur des doutes parfaitement compréhensibles d’un point de vue humain. Ce n’est pas un péché d’avoir des doutes et des craintes. Le péché, c’est de laisser ces peurs déterminer nos réponses, conditionner nos choix, compromettre le respect et la générosité, alimenter la haine et le refus. Le péché, c’est de renoncer à la rencontre avec l’autre, à la rencontre avec celui qui est différent, à la rencontre avec le prochain, alors que cela constitue, de fait, une occasion privilégiée de rencontre avec le Seigneur.

C’est de cette rencontre avec Jésus présent dans le pauvre, dans celui qui est rejeté, dans le réfugié, dans le demandeur d’asile, que jaillit notre prière d’aujourd’hui. C’est une prière réciproque: migrants et réfugiés prient pour les communautés locales, et les communautés locales prient pour les nouveaux arrivés et pour les migrants de long séjour. Nous confions à l’intercession maternelle de la Très Sainte Vierge Marie les espérances de tous les migrants et de tous les réfugiés du monde, ainsi que les aspirations des communautés qui les accueillent pour que, conformément au commandement divin le plus élevé de la charité et de l’amour du prochain, nous apprenions tous à aimer l’autre, l’étranger, comme nous nous aimons nous-mêmes.

Source: http://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2018-01/messe-

Dives et Lazare: une histoire de relation personnelle

lazarus-poor-cropped

Vingt-sixième dimanche du Temps ordinaire, Année C – 25 septembre 2016

Amos 6,1a.4-7
1 Timothée 6,11-16
Luc 16,19-31

Dans la première lecture d’aujourd’hui [Am 6,1a.4-7], le prophète Amos est extrêmement sérieux au sujet des gens complaisants qui se choient au dépens des autres et qui ont perdu l’intérêt aux souffrances de leur prochains. Amos est un grand champion des pauvres. Les riches désœuvrés constituent la cible de sa colère, principalement parce que leur consommation ostensible de friandises s’effectue toujours aux dépens de ceux qui manquent même du strict minimum. Les « agneaux enlevés du troupeau, et les veaux de la stalle » desquels ils se régalent sont supposés être épargnés pour servir de sacrifice au Seigneur ; ainsi, ils ajoutent le sacrilège à leur péché de gloutonnerie. Ils ne lamentent pas l’écroulement de Joseph (c.à.d. de l’intégralité de la nation) ; En effet, ils y contribuent.

La scène entière de la lecture d’aujourd’hui capitalise sur les stéréotypes que l’on reconnait même de nos jours. Toutefois, il n’y a rien d’exagéré concernant la promesse de la rétribution divine – pas pour le simple excès et la complaisance envers soi-même mais la négligence des affamés et des pauvres. Quoique la révolution sociale inhérente au christianisme est prévue pour l’au-delà, elle commence ici : « Dieu abaisse les puissants et exalte les humbles » Cette inversion est déclenchée par Dieu : les humbles seront exaltés ; les exaltés seront abaissés.

Une étude en contrastes

Dans l’évangile de ce dimanche, (Luc 16,19-31) la parabole provocatrice du riche et de Lazare illustre encore une fois la préoccupation de Luc avec l’attitude de Jésus envers les riches et les pauvres. La parabole présente une étude remarquable en contrastes. Le manuscrit grec de Luc qui date de 175– 225 ap. J.-C. inscrit le nom du riche sous une forme abrégée de « Ninive, » mais les récits qui étayent ce manuscrit sont presque inexistants. « Dives » du latin démotique est la traduction latine pour désigner « richard. »

La vie de Dives était consumée dans l’égocentrisme. Il est tiré à quatre épingles, mange bien, vit une vie de débauche chaque jour. Il est « in ». Sa vie est comblée par tout ce qu’une personne peut désirer et pourtant il n’avait pas éprouvé de compassion pour les pauvres ni pour personne excepté lui-même. Ses valeurs étaient fondées sur l’appât de gains terrestres et sur la fortune. Le richard n’éprouvait aucun désir de servir Dieu ni même le besoin de la direction de Dieu. L’unique besoin qu’il ressentait était uniquement celui de satisfaire ses désirs et ses vœux mondains. En réalité. le richard connaissait Lazare (nous le savons car il connaissait son nom au paradis) mais l’a toutefois ignoré. Le traitement de Lazare de son vivant a révélé la vraie relation du richard avec Dieu. Comme le richard s’intéressait uniquement à lui-même et n’était pas en bons termes avec Dieu, après sa mort, il s’était réveillé en enfer, tourmenté et frustré. Le riche n’était pas avec le père Abraham au paradis comme il avait espéré l’être.

Lazare, par ailleurs, a vécu toute sa vie dans la pauvreté, et pourtant il était en très bons termes avec Dieu car il n’avait jamais renoncé à sa foi en Dieu. Il est vêtu de chiffons, affamé, luttant pour survivre, son corps parsemé de plaies ouvertes – donc souillé, trop faible pour repousser les chines. Il est clairement dans la marge. Au moment de sa mort, les anges ont emmenés Lazare directement au Paradis pour demeurer avec Abraham et Dieu.

Désormais, demeurant avec Abraham – dans les cieux – Lazare est comblé de joie, allongé au grand banquet divin avec Abraham. Il est « in » ! Il n’existait pas de chasme entre Dives et Lazare pendant leur vie terrestre. En fait, Lazare mendiait au seuil même du portail de Dives. Le richard aurait pu sortir de sa demeure et aider Lazare à n’importe quel moment qu’il désirait. Toutefois, dans la vie éternelle un grand chasme sépare le Paradis de l’Enfer. Jésus utilise la notion d’espace pour accentuer l’écart infranchissable et permanent. « Envoyez Lazare pour m’aider ! » Plaidoie Dives ! Ce richard croit qu’il est toujours en mesure de commander et de contrôler la situation ! Certains chasmes sont infranchissables. Il y a un point de non-retour.

Le riche n’a pas observé les lois et les prophètes qui enseignaient comment s’occuper du prochain (Michée 6,8). Il n’a pas aimé son prochain. Les prophètes prêchaient aussi que le Messie naîtra à Bethlehem, se liera d’amitié avec les parias, etc. (Michée 5,2f ; 4,6 ; Isaïe 61,1-2) Le riche a aussi renié cette vérité. Il était trop important pour se lier d’amitié avec les exclus.

Une parabole sur les relations personnelles

Luc 16 ne parle pas uniquement d’argent et de richesse. Lorsque nous comprenons le chapitre à fond, l’élément clé dans les deux paraboles réside dans les relations personnelles. L’engagement est mieux que l’aumône. Pourvoir aux besoin des démunis et aux personnes spirituellement ruinées nous aide à développer notre potentiel afin d’enrichir les autres pendant que nous nous enrichissons en ce faisant. Nous devons avoir comme point focal le bien être des pauvres et des opprimés. C’est en donnant que l’on reçoit. Et Dieu aime les joyeux donateurs ! Sur quoi comptons-nous ? Pensons-nous qu’être riche signifie que nous sommes en bons termes avec Dieu ? Nous soucions-nous suffisamment de l’éternité ?

Jean Paul II et Benoît XVI à propos de la solidarité humaine

En méditant sur les lectures d’aujourd’hui, les enseignements de deux papes me viennent immédiatement à l’esprit. Durant sa visite pastorale historique au Canada en 1984, le pape Jean-Paul II avait prononcé une homélie à Edmonton, Alberta le 17 septembre. Dans une voix haute et claire qui a résonné à travers l’aéroport où la messe était célébrée, il a dit :

La personne humaine vit en communauté, en société. Et avec la communauté il partage la faim, la soif, la maladie, la malnutrition, la misère et toutes les déficiences qui en résultent. Dans sa propre personne l’être humain est sensé partager les besoins des autres. C’est ainsi que le Christ, le Juge, parle de « moindre des frères », et qu’il parle simultanément de chacun et de tous.

Oui. Il parle de toute la dimension universelle d’injustice et de mal. Il parle de la notion du contraste nord-sud à laquelle nous sommes accoutumés. Ainsi, non seulement est-ouest, mais aussi nord-sud : le nord de plus en plus enrichi, et le sud de plus en plus appauvri.

Oui, le sud – qui s’appauvrit davantage ; et le nord – qui s’enrichit davantage. Plus riche en ressources d’armes avec lesquelles les superpuissances et blocs peuvent se menacer mutuellement. Et ils se menacent – cet argument existe aussi – pour éviter de se détruire mutuellement.

C’est une dimension séparée/a part entière – et selon de nombreuses opinions c’est la dimension qui est au premier plan – de la menace mortelle, qui plane sur le monde moderne, et qui mérite une attention particulière.

Toutefois, dans la lumière des paroles du Christ, ce pauvre sud jugera le riche nord. Et les gens et nations pauvres – pauvre de maintes manières, non seulement manquant de nourriture, mais aussi dépravés de liberté et d’autres droits humains – jugera ces gens qui leur accaparent ces biens, en amassant pour eux même le monopole impérialiste de la suprématie économique et politique au dépens des autres.

Vingt-six ans après que le pape Jean-Paul II ait prononcé ces puissantes paroles a Edmonton au Canada, le pape Benoît XVI a prononcé ces paroles au gouvernement britannique assemblé dans le hall historique de Westminster à Londres le 17 septembre, 2010.

L’inaptitude des solutions pragmatiques, à court-terme, devant les problèmes sociaux et éthiques complexes a été amplement démontrée par la récente crise financière mondiale. Il existe un large consensus pour reconnaître que le manque d’un solide fondement éthique de l’activité économique a contribué aux graves difficultés qui éprouvent des millions de personnes à travers le monde entier. De même que « toute décision économique a une conséquence de caractère moral », ainsi, dans le domaine politique, la dimension éthique a des conséquences de longue portée qu’aucun gouvernement ne peut se permettre d’ignorer.

Mais pour que cette solidarité s’exprime en actions effectives, il est nécessaire de repenser les moyens qui amélioreront les conditions de vie dans de nombreux domaines, allant de la production alimentaire, à l’eau potable, à la création d’emplois, à l’éducation, au soutien des familles, spécialement les migrants, et aux soins médicaux de base. Là où des vies humaines sont en jeu, le temps est toujours court : toutefois le monde a été témoin des immenses ressources que les gouvernements peuvent mettre à disposition lorsqu’il s’agit de venir au secours d’institutions financières retenues comme « trop importantes pour être vouées à l’échec ». Il ne peut être mis en doute que le développement humain intégral des peuples du monde n’est pas moins important : voilà bien une entreprise qui mérite l’attention du monde, et qui est véritablement « trop importante pour être vouée à l’échec ».

L’humble ouverture à Dieu est difficile

Les riches, les puissants, et les « justes » trouvent le fait de s’ouvrir à Dieu très difficile; ils sont entièrement confiants dans leur propres trésors et titres. Le seul vrai titre est celui qui est basé sur l’amitié avec Dieu selon l’exemple de Jésus de Nazareth. S’exalter soi-même est une forme de autosuffisance, par opposition à la confiance en Dieu. Ceci explique clairement pourquoi être riche, prospère, satisfait implique presque naturellement être arrogant, fier et impie. En tant qu’êtres humains, nous sommes radicalement faibles et essayons constamment de camoufler nos faiblesses en trouvant une garantie dans le pouvoir, les richesses et les statuts. Cette déception sera ultimement masquée par l’action du jugement de Dieu. La seule voie vers le salut c’est de reconnaître ses propres faiblesses devant Dieu et de trouver sa garantie en Dieu seul. Se rabaisser n’est pas seulement synonyme de modestie et de misère, mais d’empressement à accepter la misère comme un acte de service.

(Image : La Parabole de Lazare par Fyodor Bronnikov)