Chorale Anguelos

Hier, j’étais fatiguée par la chaleur. Je suis allée écouter les jeunes de la chorale Anguelos de l’École Chevreul à Marseille à la paroisse Sacré-Cœur de Toronto. Ces jeunes voix m’ont rafraichie et réjouie !!!
Un air de la Méditerranée souffle sur cette chorale de jeunes qui offre un répertoire varié avec notamment de magnifiques chants à Marie.

Donc en cet été , la Provence vient à vous par les voix magnifiques des jeunes de la chorale Anguelos. Ne les manquez pas lors de leur passage :
Pierrefonds-Roxboro
Mercredi 25 juillet
A 20h à l’église Marie-Reine de la Paix
Sherbrooke
Jeudi 26 juillet à l’église St François d’Assise à 19h
Trois Rivières
Vendredi 27 juillet à la cathédrale
Messe à 17h et concert à 19h
Québec
Samedi 28 juillet concert à 19h à la cathédrale

Rivière-du-Loup
29 juillet: concert à 19h à l’église St-Patrice
30 juillet: Concert à 19h à la cathédrale
Chicoutimi
31 juillet: concert à 19h à  la paroisse du Sacré-Coeur
Alma
1 août: Concert à 19h – paroisse St-Joseph
Charlesbourg
3 août: concert à 19h à l’église St-Charles-Borromée

Bon concert

Marie représente l’image et le modèle de l’Église

Ce soir, lors de la messe en la fête de l’Annonciation, Benoît XVI devant des milliers de cubains a rappelé le rôle essentiel de Marie dans l’incarnation du Fils de Dieu. Voici son homélie dans son intégralité »

 

« Chers frères et soeurs,

Je rends grâce à Dieu qui m’a permis de venir jusqu’à vous et d’accomplir ce voyage tant désiré. Je salue Mgr Dionisio García Ibáñez, Archevêque de Santiago de Cuba, le remerciant de ses aimables paroles d’accueil au nom de vous tous ; je salue également les Évêques cubains et ceux venus d’ailleurs, ainsi que les prêtres, les religieux, les séminaristes et les fidèles laïcs présents lors de cette célébration. Je ne peux pas oublier ceux qui, pour cause de maladie, de leur âge avancé et pour d’autres raisons, n’ont pas pu être ici avec nous. Je salue aussi les autorités qui ont gentiment voulu nous accompagner.
Cette sainte messe, que j’ai la joie de présider pour la première fois durant ma visite pastorale dans ce pays, s’insère dans le contexte de l’Année mariale jubilaire, convoquée pour honorer et vénérer la Vierge de la Charité de Cobre (Virgen de la Caridad del Cobre), patronne de Cuba, à l’occasion du quatre centième anniversaire de la découverte et de la présence de sa vénérable image en ces terres bénies. Je n’ignore pas le sacrifice et le dévouement avec lesquels s’est préparé ce jubilé, spécialement du point de vue spirituel. Connaître la ferveur avec laquelle Marie, lors de son pèlerinage à travers tous les recoins et les lieux de l’Ile, a été saluée et invoquée par tant de Cubains m’a rempli d’émotion.
Ces événements importants pour l’Église à Cuba sont illuminés d’un éclat inhabituel par la fête que l’Église universelle célèbre aujourd’hui : l’Annonciation du Seigneur à la Vierge Marie. En effet, l’incarnation du Fils de Dieu est le mystère central de la foi chrétienne, et en lui, Marie occupe un rôle de premier ordre. Mais, que veut dire ce mystère ? et quelle importance a-t-il pour nos vies concrètes ?
Voyons avant tout ce que signifie l’Incarnation. Dans l’évangile de saint Luc, nous avons écouté les paroles de l’ange à Marie : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te prendra sous son ombre. C’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu » (Lc 1, 35). En Marie, le Fils de Dieu se fait homme, accomplissant ainsi la prophétie d’Isaïe : « Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d’Emmanuel, qui signifie ‘Dieu-avec-nous’ » (Is 7, 14). Oui, Jésus, le Verbe fait chair, est le Dieu-avec-nous, qui est venu habiter parmi nous et partager notre condition humaine elle-même. L’apôtre saint Jean l’exprime de la manière suivante : « Et le Verbe s’est fait chair, et il a habité parmi nous » (Jn 1, 14). L’expression « s’est fait chair » souligne la réalité humaine la plus concrète et la plus tangible. Dans le Christ, Dieu est venu réellement au monde, il est entré dans notre histoire, il a installé sa demeure parmi nous, accomplissant ainsi l’intime aspiration de l’être humain que le monde soit réellement un foyer pour l’homme. En revanche, quand Dieu est jeté dehors, le monde se transforme en un lieu inhospitalier pour l’homme, décevant en même temps la vraie vocation de la création d’être un espace pour l’alliance, pour le « oui » de l’amour entre Dieu et l’humanité qui lui répond. C’est ce que fit Marie, étant la prémisse des croyants par son « oui » sans réserve au Seigneur.
Pour cela, en contemplant le mystère de l’Incarnation, nous ne pouvons pas nous empêcher de tourner notre regard vers elle et nous remplir d’étonnement, de gratitude et d’amour en voyant comment notre Dieu, en entrant dans le monde, a voulu compter avec le consentement libre d’une de ses créatures. Ce n’est que quand la Vierge répondit à l’ange : « Voici la servante du Seigneur; que tout se passe pour moi selon ta parole » (Lc 1, 38), que le Verbe éternel du Père commença son existence humaine dans le temps. Il est émouvant de voir comment Dieu non seulement respecte la liberté humaine, mais semble en avoir besoin. Et nous voyons aussi comment le commencement de l’existence terrestre du Fils de Dieu est marqué par un double « oui » à la volonté salvatrice du Père : celui du Christ et celui de Marie. Cette obéissance à Dieu est celle qui ouvre les portes du monde à la vérité et au salut. En effet, Dieu nous a créés comme fruit de son amour infini, c’est pourquoi vivre conformément à sa volonté est la voie pour rencontrer notre authentique identité, la vérité de notre être, alors que s’éloigner de Dieu nous écarte de nous-mêmes et nous précipite dans le néant. L’obéissance dans la foi est la vraie liberté, l’authentique rédemption qui nous permet de nous unir à l’amour de Jésus en son effort pour se conformer à la volonté du Père. La rédemption est toujours ce processus de porter la volonté humaine à la pleine communion avec la volonté divine (cf. Lectio divina avec les séminaristes de Rome, 18 février 2010).
Chers frères, nous louons aujourd’hui la Très Sainte Vierge pour sa foi et nous lui disons aussi avec sainte Elisabeth : « Heureuse celle qui a cru » (Lc 1, 45). Comme dit saint Augustin, avant de concevoir le Christ dans son sein, Marie le conçut dans la foi de son cœur. Marie crut et s’accomplit dans ce qu’elle croyait (cf. Sermon 215, 4 : PL 38, 1074). Demandons au Seigneur de faire grandir notre foi, qu’il la rende vive et féconde dans l’amour. Demandons-lui de savoir accueillir en notre cœur comme elle la parole de Dieu et de l’appliquer avec docilité et constance.
La Vierge Marie, de par son rôle irremplaçable dans le mystère du Christ, représente l’image et le modèle de l’Église. L’Église aussi, de même que fit la Mère du Christ, est appelée à accueillir en soi le mystère de Dieu qui vient habiter en elle. Chers frères, je connais les efforts, l’audace et l’abnégation avec lesquels vous travaillez chaque jour pour que, dans les réalités concrètes de votre pays, et en cette période de l’histoire, l’Église reflète toujours plus son vrai visage comme un lieu où Dieu s’approche et rencontre les hommes. L’Église, corps vivant du Christ, a la mission de prolonger sur la terre la présence salvatrice de Dieu, d’ouvrir le monde à quelque chose de plus grand que lui-même, l’amour et la lumière de Dieu. Cela vaut la peine, chers frères, de dédier toute sa vie au Christ, de grandir chaque jour dans son amitié et de se sentir appelé à annoncer la beauté et la bonté de sa vie à tous les hommes, nos frères. Je vous encourage dans cette tâche de semer dans le monde la parole de Dieu et d’offrir à tous le vrai aliment du corps du Christ. Pâques s’approchant déjà, décidons-nous sans peur et sans complexe à suivre Jésus sur le chemin de la croix. Acceptons avec patience et foi n’importe quel contrariété ou affliction, avec la conviction que dans sa résurrection il a vaincu le pouvoir du mal qui obscurcit tout, et a fait se lever un monde nouveau, le monde de Dieu, de la lumière, de la vérité et de la joie. Le Seigneur n’arrêtera pas de bénir par des fruits abondants la générosité de votre dévouement.
Le mystère de l’incarnation, dans lequel Dieu se fait proche de nous, nous montre également la dignité incomparable de toute vie humaine. C’est pourquoi, dans son projet d’amour, depuis la création, Dieu a confié à la famille fondée sur le mariage, la très haute mission d’être la cellule fondamentale de la société et la vraie Église domestique. C’est avec cette certitude que, vous, chers époux, vous devez être spécialement pour vos enfants, le signe réel et visible de l’amour du Christ pour l’Église. Cuba a besoin du témoignage de votre fidélité, de votre unité, de votre capacité à accueillir la vie humaine, spécialement celle sans défense et dans le besoin.
Chers frères, devant le regard de la Vierge de la Charité de Cobre, je désire lancer un appel pour que vous donniez un nouvel élan à votre foi, pour que vous viviez du Christ et pour le Christ, et qu’avec les armes de la paix, le pardon et la compréhension, vous luttiez pour construire une société ouverte et rénovée, une société meilleure, plus digne de l’homme, qui reflète davantage la bonté de Dieu. Amen. »

Comment résoudre le problème de Maria?

Réflexion sur la Solennité de l’Annonciation

La comédie musicale « La mélodie du Bonheur » et moi avons le même âge : nous sommes tous deux de 1959, et cette adaptation au cinéma est le premier film que j’ai vu avec ma famille au milieu des années soixante. Dieu seul sait combien de fois je l’ai vue sur scène, au cinéma et à la télévision !

L’une des chansons les plus mémorables de la pièce est « Maria », parfois connue sous le titre « Comment résoudre un problème comme Maria ? » Elle est brillamment chantée par soeur Berthe, soeur Sophia, soeur Margaretta et la mère abbesse à l’abbaye des bénédictines de Nonnberg à Salzbourg en Autriche. Les sœurs sont exaspérées par la jeune Maria qu’elles jugent trop frivole et trop superficielle pour la vie austère d’un monastère.

Lorsque les Autrichiens d’un certain âge parlent de « Maria » à Salzbourg, ils pensent à la « Gottesmutter », la Mère du Seigneur ! Les étrangers, en particulier les nord-américains, qui débarquent à Salzbourg, parlent en général d’une autre Marie : Maria Augusta Kutschera, qui deviendra Maria Augusta von Trapp, enseignante à l’école abbatiale après la 1ère Guerre mondiale et sur la vie de laquelle est basé le film « La mélodie du bonheur ».

Cette Maria a conféré à l’abbaye une renommée internationale, à la grande consternation de certaines religieuses ! Je me suis rendu plusieurs fois à l’abbaye de Nonnberg quand j’étudiais l’allemand en Bavière et j’ai parlé avec quelques sœurs, parmi les plus anciennes, de l’impact de la « Mélodie du bonheur » sur leur vie. La prieure m’a dit qu’il n’y avait aucune plaque commémorative de Maria von Trapp et de ses escapades, ni au couvent, ni dans tout Salzbourg ! Une religieuse âgée m’a lancé, avec un sourire,  « Das ist nur Hollywood ! » (Tout ça n’est qu’Hollywood !).
Maria von Trapp a suivi le capitaine et sa petite famille de choristes à travers les Alpes autrichiennes. Ensemble, ils ont fui un régime néo-païen intrinsèquement mauvais qui voulait nier l’existence de Dieu et de son peuple élu. Certains diront que la famille von Trapp vécut heureuse dans le Vermont, aux Etats-Unis, et que sa réputation musicale est maintenue grâce au film et à une comédie musicale qui enchantent les spectateurs. Les collines continuent à vivre de leur musique.

Résoudre le problème de « Maria von Nazareth »

Le récit évangélique de l’Annonciation présente une autre Marie, la grande héroïne des récits de Noël, Marie de Nazareth, celle qui a accepté d’être le lien entre Dieu et l’humanité. Elle est le disciple par excellence qui fait découvrir la bonté et l’humanité de Dieu. Elle a reçu et accueilli la Parole de Dieu dans sa plénitude, sans savoir comment l’histoire allait se terminer. Elle ne comprenait pas toujours cette Parole tout au long de la vie de Jésus, mais elle avait confiance et revenait toujours à la réponse initiale qu’elle avait donnée à l’ange. Elle conservait toutes ses choses et les méditait dans son cœur, littéralement (Lc 2, 19). C’est au Calvaire qu’elle saisit l’ampleur de la responsabilité de son « oui ». Nous avons aussi appris, à travers les quelques passages de l’Écriture à son sujet, qu’elle était une femme de compassion, à la foi profonde, et qu’elle était attentive aux besoins des autres.

Le « problème » de Marie de Nazareth a débuté lorsqu’elle accueillit un étrange visiteur céleste du nom de Gabriel. La jeune femme de Nazareth était extrêmement perturbée d’apprendre qu’elle porterait un fils qui serait Sauveur et Fils du Très-Haut.
« Comment cela sera-t-il, Marie demanda-t-elle à l’ange, puisque je ne connais pas d’homme ? »

L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu ».

Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. » L’ange la quitta et aussitôt, la mélodie commença : Magnificat anima mea Dominum, ce qui allait devenir le refrain d’une mélodie qui allait remplir le monde de bonheur d’âge en âge.

Marie a reçu un message qui l’a projetée sur une trajectoire qui va bien au-delà du petit village de Nazareth et cette petite bande de terre appelée Israël et Palestine au Moyen-Orient. Le « oui » de Marie allait avoir un impact sur le monde entier, et changer le cours de l’histoire.

Marie de Nazareth a accepté son « problème » et l’a résolu à travers son obéissance, sa fidélité, sa confiance, son espoir et sa joie silencieuse. Au moment de cette annonce à Nazareth, elle ne pouvait pas deviner la fin brutale qu’allait connaître l’enfant qu’elle portait. Ce n’est que sur une colline au Calvaire, bien des années plus tard, qu’elle ferait l’expérience de la pleine responsabilité de son « oui » qui changea l’histoire de l’humanité.

S’il n’y a pas de plaque pour commémorer la rencontre du destin avec Maria von Trapp à l’abbaye de Nonnberg, il existe une petite plaque pour commémorer la rencontre qui a changé la vie de Marie de Nazareth dans son village natal. Au cœur de ce qui est aujourd’hui la ville de Nazareth en Galilée se dresse l’énorme basilique de l’Annonciation, construite à l’endroit même où aurait habité Marie. Une petite plaque est fixée sur l’autel de la salle qui ressemble à une grotte pour commémorer le lieu où Marie reçut un message de l’ange Gabriel lui disant qu’elle allait concevoir et enfanter un fils et qu’elle lui donnerait le nom de Jésus (Lc 1, 31). L’inscription latine dit : Verbum caro hic factum est (Ici, le Verbe s’est fait chair).

Je me souviens encore de ce que j’ai ressenti lorsque je me suis agenouillé devant cet autel pour la première fois en 1988. Cette inscription dans la grotte de l’Annonciation est profonde, grandiose, et peut renouveler la face de la terre. La parole : Verbum caro hic factum est ne se trouve pas sur une plaque votive dans les caves de l’église de la Nativité à Bethléem, ni sur les ruines du Temple ou dans un bureau touristique du gouvernement, à Jérusalem. Elle est posée sur un autel au plus profond de l’imposante structure de l’église de l’Annonciation. C’est là que « le Verbe s’est fait chair… » C’est là que l’histoire a changé, parce que Marie a dit oui.

Ces mots peuvent-ils s’appliquer à nos propres vies, à nos familles, communautés et églises : « Ici le Verbe s’est fait chair » ? Savons-nous comment écouter la Parole de Dieu, la méditer et en vivre chaque jour ? Mettons-nous cette parole en pratique dans nos vies quotidiennes ? Sommes-nous remplis de foi, d’espérance et d’amour, témoignant par notre vie et nos paroles ? Que de mots forts pour parler des chrétiens : leurs paroles deviennent chair !
Aussi beaux et entraînants que soient les airs de Marie de Salzbourg, la musique d’une autre Marie, celle de Nazareth dépassera toujours tout ce que j’ai entendu.

Marie, demeure de l’Humanité et de la Divinité

Réflexion biblique pour la Solennité de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie

Francesco_Botticini_-_The_Assumption_of_the_Virgin

Ce n’est pas souvent que la Solennité de l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie tombe un dimanche. Je voudrais partager quelques réflexions sur la signification historique et pastorale de cette fête importante et de sa pertinence dans notre vie. L’Assomption de Marie, Mère du Seigneur, dans les cieux est un signe de consolation pour notre foi. En contemplant, enlevée au ciel, entourée d’anges en jubilation, la vie humaine s’ouvre à la dimension de la joie éternelle. Notre propre mort n’est pas la fin mais plutôt le passage à la vie éternelle.

Lien à l’Immaculée Conception

Pour les chrétiens catholiques, la croyance en l’Assomption de Marie émane de notre croyance et de notre compréhension de l’Immaculée Conception de Marie. Nous croyons que Marie a été épargnée du péché originel par la grâce de Dieu, elle ne vivra sûrement pas les conséquences du péché et de la mort comme nous les connaissons. Nous croyons que c’est grâce à l’obéissance et à la fidélité de la Vierge Marie, qu’à la fin de sa vie terrestre, elle fut élevée assumée corps et âme dans la gloire céleste.

Aperçu historique de la Fête

Au cours de plusieurs siècles de l’époque paléochrétienne, l’Église ne fait pas mention de l’Assomption corporelle de Marie. Irénée, Jérôme, Augustin, Ambroise et les autres patriarches de l’Église n’en mentionnent rien non plus. En 377 apr. J.-C. Épiphane, Père de l’Église, déclarait que personne ne connait la fin de la vie de Marie.

La Fête de l’Assomption était fêtée en Syrie déjà dès le Vème siècle. Aux Vème et VIème siècles, les évangiles apocryphes témoignaient de la réticence de l’Église d’accepter le fait que le corps de la Mère de Dieu doit reposer dans un tombeau. Au VIème siècle, on célébrait la Fête de l’Assomption à Jérusalem et peut-être même en Alexandrie. La première référence écrite « authentique » à l’Assomption provient des auteurs qui vivaient durant le VIème et jusqu’au VIIIème siècle. Parmi les sermons qui en font mention celui de St. André, St. Jean Damascène, St. Modeste de Jérusalem. En Occident, c’est St. Grégoire qui en fait la première référence. St. Grégoire vivait au cours du VIème siècle, alors que St. Jean Damascène vivait au VIIIème siècle.

En Espagne on célébrait la Fête de l’Assomption au IXème siècle. Du Xème aux XIIème siècles, il n’y avait aucun doute concernant la célébration de ladite fête dans l’Église occidentale. Au XIème siècle, on célébrait cette fête dans la ville de Rome ainsi qu’en France.

Du XIIIème siècle jusqu’à aujourd’hui, la croyance en l’Assomption de Marie est incontestée à travers l’Église universelle. En 1950, le pape Pie XII enseignait l’infaillibilité [Munificentissimus Deus]: “Marie, l’Immaculée Mère de Dieu toujours Vierge, à la fin du cours de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire céleste.”

[Read more…]

Marie des enfants

Focus Marie 1a

À l’approche de Noël, les devantures des magasins, les intérieurs des maisons se parent de décorations joyeuses et lumineuses.

C’est aussi le temps de sortir la crèche, d’y ajouter des éléments, des personnages ; tout ce rituel est accueilli par les enfants avec émerveillement et excitation. Dans les fêtes, la présence d’enfants crée une atmosphère différente et difficile à décrire. Vendredi dernier, lors de la fête de Noël de S+L, c’était tangible. De nombreux couples sont venus avec leurs enfants, âgés entre 13 ans et 11 mois. Chacun s’émerveillait des progrès, des ressemblances et faisait ainsi connaissance.
Le regard des enfants et leur joie de venir à une fête nous permettent de tisser des liens et de  nous dire notre amitié.
Les enfants ont un regard neuf sur la vie quotidienne et nous stimulent.
Les enfants nous rappellent que nous avons été enfants, que la vie continue.

C’est que nous découvrirons avec le prochain Focus Catholique « Marie des Enfants » grâce aux élèves de la classe de Marina à l’école Sacré Cœur de Toronto ; ils nous parlent de Marie, du chapelet et de ce que les qualités de Marie suscitent en eux.
De quoi nous préparer et nous renouveler pour vivre les fêtes de Noël et de la solennité de la Mère de Dieu le 1er janvier.

Lundi 21 décembre 19h (après Zoom)
Rediffusion 23h

Rediffusions
Vendredi 25 décembre à 19h 30 et 23h 30
Samedi 26 décembre 13h
Lundi 28 décembre 7h – 19h et 23h
Vendredi 1er janvier 19h 30 et 23h 30