Prendre sa croix avec générosité

Treizième dimanche du Temps ordinaire, Année A – 2 juillet 2017

2 Rois 4,8-12a.14-16
Romains 6,3-4.8-11
Matthieu 10,37-42

À la lumière de l’histoire imagée de la première lecture du deuxième livre des Rois, voici quelques réflexions sur la vertu de l’hospitalité. Quelles leçons d’hospitalité peut-on tirer de la femme sunamite et de son mari ? Plusieurs récits des livres des Rois parlent de l’hospitalité. Chacun des quatre récits du quatrième chapitre décrit d’une certaine manière la puissance de Dieu, à travers le prophète Élisée, qui fait face à des situations désespérées et les transforme par une parole de vie. L’un de ces récits concerne un couple du village de Sunem (une petite ville séparée par une colline de la ville de Naïm dans le nord d’Israël) qui, fournissant nourriture et logement au prophète Élisée, celui-ci leur promet un fils en retour, alors qu’ils étaient mariés depuis longtemps mais sans enfant. Le récit mentionne donc un couple prenant soin d’un étranger qui les impressionne par son attachement à Dieu, par sa prière et ses soucis pour la communauté. Ils interrompent leurs activités de la vie quotidienne, pour lui fournir la nourriture de leur table et lui aménager un abri pour la nuit. En donnant à Élisée, ils reçoivent beaucoup – la promesse d’une vie nouvelle, malgré leurs années amères de stérilité. Ils recevaient donc au-delà de leur compréhension et du don qu’ils avaient fait au prophète de Dieu !

Le mot grec pour hospitalité est philanthropia, ce qui signifie l’amour des êtres humains, la gentillesse. La vertu d’hospitalité est louée par le Nouveau Testament et compte parmi les œuvres de charité pour lesquelles nous serons jugés (Mt 25,35ff). Jésus en souligne l’importance dans ses paraboles. Il n’avait pas de maison et était donc fréquemment invité tout au long de son chemin. Il était dans l’habitude de Paul, aussi, sur la route, de visiter les Juifs et de rester chez eux, ou de rester chez les païens si les Juifs lui refusaient le gîte.

Avec la croissance rapide et l’expansion de l’Église, une certaine organisation est devenue nécessaire, et on nous dit qu’à Antioche au IV ième siècle, 3 000 veuves, malades et étrangers recevaient de l’aide quotidiennement. Les évêques et les veuves étaient particulièrement sollicités pour offrir l’hospitalité en privé et également officiellement. Les églises et sanctuaires plus grands ont éventuellement servi d’hospices où les soins principalement médicaux en faisaient de véritables hôpitaux.

Jusqu’ici nous avons considéré des aspects plutôt positifs, des éléments et des manifestations de l’hospitalité. Mais l’hospitalité a aussi un ennemi : l’égoïsme et l’orgueil. Lorsque nous sommes tellement préoccupés par nous-mêmes, nos propres problèmes, nos difficultés, ou que nous souhaitons préserver jalousement ce que nous avons en excluant des étrangers de nos vies et de nos richesses, nous ne sommes pas hospitaliers ! La femme sunamite nous donne une leçon importante pour notre époque ! Par la pratique de l’hospitalité, nous faisons de la place pour des invités, peu importe la grandeur ou la petitesse de notre maison ! N’oublions jamais que le Royaume que Jésus a proclamé donne une espérance particulière aux pauvres et aux affamés du monde, à ceux qui n’ont pas de chambre d’hôte dans leur maison car ils n’ont pas même de maison !

La générosité de Dieu

Dans la deuxième lecture de la lettre de Paul aux Romains (6,3-4.8-11), la générosité ou la grâce manifestée par Dieu n’est pas provoquée par le péché mais il est plutôt l’expression de l’amour de Dieu, de cet amour qui promet la vie éternelle à tous ceux qui croient. Par le baptême, les fidèles partagent la mort du Christ et ainsi échappent à l’emprise du péché. Par la résurrection du Christ, la puissance de la vie nouvelle devient une réalité pour eux ici et maintenant tout en gardant à l’esprit que la plénitude de la participation à la résurrection du Christ se trouve dans l’au-delà. Ainsi, la vie qui est consacrée à Dieu fait désormais partie de cet avenir. Quiconque donc s’intéresse sincèrement à cet avenir ne pourrait pas dire : « Péchons afin que la grâce puisse prospérer ».

Un message de renonciation

Dans l’Évangile d’aujourd’hui, nous entendons la première mention de la croix dans l’Évangile de Saint Matthieu – et c’est en référence à la croix qui sera portée par les disciples de Jésus. Ceux qui renient Jésus afin de sauver leur vie seront condamnés à la destruction éternelle, mais la perte de la vie pour l’amour de Jésus sera récompensée par la vie éternelle dans le Royaume de Dieu. Jésus prêchait un message de renonciation totale pour le Royaume. Rien et personne ne doit les dissuader de leur dévouement au Christ et à sa mission. Jésus savait parfaitement que tout le monde n’accepterait pas l’Évangile proclamée par ses disciples. Même les membres d’une même famille pourront devenir des adversaires. Ceux qui souhaitaient suivre les pas de Jésus devaient être prêts à mettre l’Évangile comme priorité dans leur propre vie. En contre partie, en choisissant ce chemin difficile, ils pouvaient être sûrs qu’ils partageraient le destin de Jésus : celui de la persécution et de la souffrance. Ceux qui refusent de « prendre leur croix » et de suivre le Christ ne sont pas « dignes » d’être ses disciples (Mt 10,28). Comme les prophètes de l’Ancien Testament, ils doivent être prêts à souffrir à cause de leur proclamation de la Parole de Dieu. Quiconque a offert l’hospitalité aux messagers de Dieu reçoit Jésus lui-même, et Dieu qui l’a envoyé, et il sera récompensé pour sa générosité.

Jésus nous dit que toutes les fois que nous faisons des œuvres de miséricorde, de pardon, d’hospitalité, nous faisons cela pour lui. Il s’identifie complètement à ceux qui sont dans le besoin, avec les marginalisés et les dépendants : ceux qui ont faim, ceux qui ont soif, les étrangers, les personnes nues, les malades et les prisonniers. Le règne de Jésus renverse complètement nos notions terrestres de la royauté. La royauté de Jésus consiste à servir sans compter, jusqu’à perdre sa vie pour autrui.

Lorsque je lis l’Évangile d’aujourd’hui (Mt10, 37-42) tirée de saint Mathieu et que je réfléchis au commandement de Jésus de porter sa croix, je me rappelle les paroles puissantes d’un grand prêtre et théologien jésuite canadien, le Père Bernard Lonergan. Dans une lettre aux jeunes Jésuites traitant de leur rôle comme « Prêtres et apôtres dans le monde moderne », P. Lonergan écrit :

« Si je suis correct dans mon interprétation que les Jésuites du XXe siècle, comme ceux du XVI ième, existent pour faire face aux crises, alors ils doivent accepter les gains de la modernité dans les sciences naturelles, dans la philosophie, dans la théologie, lorsqu’elles proposent également des stratégies pour répondre aux visions sécularistes de la religion et aux distorsions sur la notion de l’homme, de la connaissance humaine, dans sa compréhension de la réalité ou bien dans l’organisation des affaires humaines. Comment de telles stratégies seront-elles trouvées, est, bien sûr, une question énorme, et je dois me contenter d’offrir une proposition tout à fait brève.

« D’abord, une telle stratégie n’est pas une conclusion provenant de prémisses mais un projet créatif qui émerge d’une compréhension complète de la situation ainsi que d’une compréhension des éventuelles réponses possibles. Deuxièmement, ce n’est pas un projet statique, établi une fois pour toute, mais au contraire un projet continu, constamment révisé à la lumière du rétrocontrôle qui vient de son application. Troisièmement, ce n’est pas un seul projet, mais un ensemble des projets, sans cesse rapporté à un centre qui a deux fonctions : (i) de porter l’attention sur les conflits entre les parties séparées et (ii) de bien renseigner toutes les diverses parties de ce qui s’est achevé ailleurs et ce qui fut essayé et reconnu inefficace. Finalement, tous ces projets doivent être dans le Christ Jésus, l’œuvre de ceux qui prennent leur croix quotidiennement, qui vivent par l’Esprit de la Parole, qui se consacrent à l’amour, qui bannissent toute tendance à la haine, à la violence, à la destruction »[1]

Les paroles du P. Lonergan ne s’appliquent pas seulement aux membres de la Compagnie de Jésus, mais à chacun d’entre nous. Que toutes nos actions et nos stratégies soient dans le Christ Jésus, l’œuvre de ceux qui prennent leur croix quotidiennement, et vivent par l’Esprit de la Parole. Que nous aussi, nous nous consacrions à l’amour, et bannissions toute tendance à la haine, à la violence et à la destruction.

[1]  [Traduit de « The Response of the Jesuit, as Priest and Apostle, in the Modern World » par Bernard J. F. Lonergan, s.j. Publié par « American Assistancy Seminar on Jesuit Spirituality, especially for American Jesuits working out their aggiornamento in the spirit of Vatican Council II », vol. II, septembre 1970, no. 3.]