La totale pour le cardinal…

Le cardinal Turcotte et Edgar Fruitier à TLMEPVenu présenter le coffret des Grands classiques d’Edgar sur la musique sacrée, le cardinal Jean-Claude Turcotte s’attendait sûrement à quelques questions classiques de la part de gens qui croient que l’Église vit encore en 1950. Et il a eu la totale… le « mariage des prêtres, » la place des femmes, l’homosexualité, l’avortement… tout y est passé. Et notre éminence s’en est très bien tiré, surtout lorsque l’on sait que le bloc d’une quinzaine de minutes diffusé hier est un montage d’une entrevue qui a probablement durée le triple – ce qui est à peu près la règle. Il était un peu triste que l’on se serve de questions à M. Fruitier pour ensuite poser la question voulue au cardinal du genre: «M. Fruitier, quelle est la meilleure musique pour un mariage? (…) Parlant de mariage Mgr Turcotte…»

On reprochera au cardinal Turcotte de n’avoir rien dit de nouveau… ce fut bien difficile avec la cassette du Québécois libéré qui jouait à fond. Pourtant, l’archevêque de Montréal est parvenu a laisser un message d’amour et d’ouverture, celui que le Seigneur a apporté. Ce fut le cas lorsque le cardinal a parlé de toutes les oeuvres de charité, à Montréal et ailleurs, qui ont été fondées ou dans lesquelles sont impliquées des personnes de foi.

Quelques répliques de notre éminence ont pu rallier la foule: «Je reconnais que la religion catholique a des progrès à faire de ce côté-là [sur la place des femmes en Église ndlr]. On s’y emploie, mais c’est une grosse institution», admettait le cardinal avant de se tourner vers Guy A. Lepage et lancer: «Oui, l’église a beaucoup changé. Il faudrait peut-être sortir un peu pis y aller de temps en temps pour voir!»

Le cardinal Turcotte savait bien ce qui l’attendait. Il avait d’ailleurs dit à quel point il avait de la difficulté avec les médias qui cherchaient simplement la confrontation et le punch, lors de l’émission Témoin avec le père Thomas Rosica.

Le prétexte du coffret d’Edgar était certainement l’occasion idéale pour que notre éminence de Montréal accepte de participer à la ‘grand mess’ de la télé québécoise. C’est fait. L’excellent coffret de musique sacrée d’Edgar Fruitier se retrouvera sous bien des sapins de Noël et nos cardinaux recueilleront une petite redevance qui ira à leurs oeuvres. Puissent ces hymnes et ces morceaux de musique sacrés élever les âmes de tous ceux et celles qui l’écouteront.

« Voulez-vous partir, vous aussi? »

Réflexion biblique pour le 21e dimanche du temps ordinaire B

Dans l’évangile de ce dimanche (Jean 6, 60-69), nous entendons les diverses réactions des disciples au discours de Jésus entendu au cours des dernières semaines: le discours sur le Pain de vie.  Jésus offre du pain, mais ce pain n’est pas comme la manne que Dieu a donnée au peuple au désert; ce pain, c’est lui-même, sa vie même, et ceux qui en mangent « vivront éternellement. » Comme c’est souvent le cas dans l’évangile de Jean, des mots simples comme pain et vie débordent de sens théologique. Des siècles de théologie de l’eucharistie et de réflexions nous offrent une clé pour comprendre ces mots. Il faut toutefois savoir que ces paroles, prononcées à l’origine, ont causé bien des maux de tête et ont probablement offensé certaines gens. Saisissant bien l’humeur de son auditoire, Jésus dit : « Cela vous heurte? »

Le défi lancé par Jésus marque un point tournant du quatrième évangile. Non seulement nous dit-on que l’un de ceux qui suivaient Jésus allait le trahir, on apprend également que « beaucoup de ses disciples s’en allèrent et cessèrent de marcher avec lui. » Le groupe devient plus petit alors que les enjeux deviennent plus importants. Malgré l’explication de Jésus, certain choisissent de s’en aller et ainsi révoquent leur loyauté. Jean se sert ici du mot disciples  pour ceux qui tournent leur dos. Ceux-ci n’étaient pas que de simples auditeurs de Jésus : ils étaient des disciples qui le connaissaient et étaient, fort probablement, connus de lui.

« Voulez-vous partir, vous aussi? »

Alors Jésus appelle les Douze et leur lance directement la question : « Voulez-vous partir, vous aussi? » Pierre agit ici comme porte-parole, comme il le fait dans les autres évangiles: « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. » Bien que les paroles soient différentes, cet échange est pareil à la confession de Pierre à Césarée de Philippe. À cet endroit, Jésus demande: « Pour vous, qui suis-je? » – ce à quoi Pierre répond : « Tu es le Messie » (Marc 8, 27-30). Dans les deux cas, le miracle de la multiplication sert de toile de fond à la question cruciale : qui est vraiment Jésus? [Read more…]

Deux ans après le retour vers Dieu du Cardinal Lustiger

 

Le 5 août 2009 marque le 2e anniversaire du rappel à Dieu du Cardinal Jean-Marie-Lustiger. En mission à Paris au printemps 2009, j’ai eu la chance de poser quelques questions au Cardinal André Vingt-Trois, actuel archevêque de Paris, ‘fils spirituel’ du Cardinal Lustiger, à propos de l’héritage de son prédécesseur. L’entretien a eu lieu dans les studios de KTO à Paris.