Rapports aux autres et communauté : deux éléments importants aux yeux de Dieu

Fête de la Sainte Trinité – dimanche 27 juin 2018

Une des plus importantes dimensions de notre Dieu Trinitaire est la communauté d’amour et de personnes modelées pour nous dans le mystère de la Sainte Trinité. Pour les chrétiens, la Trinité est le premier symbole d’une communauté qui se tient grâce à sa diversité interne. Si notre foi est fondée sur le mystère de la Trinité qui est fondamentalement un mystère de communauté, alors tous nos efforts humains, toutes nos activités, doivent contribuer à la construction de la communauté humaine, reflet de la vie trinitaire de Dieu.

Le passage d’aujourd’hui du Deutéronome (4, 32-34, 39-40) est un excellent point de départ pour sonder les profondeurs du mystère de la Trinité. Considérez un moment les paroles de Moïse encourageant et exhortant le peuple d’Israël :

Alors, de là-bas, vous rechercherez le SEIGNEUR ton Dieu ; tu le trouveras si tu le cherches de tout ton cœur, de tout ton être. Quand tu seras dans la détresse, quand tout cela t’arrivera, dans les jours à venir, tu reviendras jusqu’au Seigneur ton Dieu, et tu écouteras sa voix. Car le Seigneur ton Dieu est un Dieu miséricordieux ; il ne te délaissera pas, il ne te détruira pas, il n’oubliera pas l’alliance jurée à tes pères.

Le passage tout entier parle de la relation privilégiée  entre Dieu et Israël, liant l’unicité de la vocation d’Israël avec l’unicité du Dieu d’Israël.

Puis, dans une série de questions plus rhétoriques, Moïse, sachant très bien que le Seigneur seul est Dieu, met les habitants du peuple d’Israël «sur la sellette» et  demande au sujet de leur Dieu:

Interroge les temps anciens qui t’ont précédé, depuis le jour où Dieu créa l’homme sur la terre : d’un bout du monde à l’autre, est-il arrivé quelque chose d’aussi grand, a-t-on jamais connu rien de pareil ? Est-il un peuple qui ait entendu comme toi la voix de Dieu parlant du milieu de la flamme, et qui soit resté en vie ?  Est-il un dieu qui ait entrepris de se choisir une nation, de venir la prendre au milieu d’une autre, à travers des épreuves, des signes, des prodiges et des combats, par la force de sa main et la vigueur de son bras, et par des exploits terrifiants – comme tu as vu le Seigneur ton Dieu le faire pour toi en Égypte ?  Il t’a été donné de voir tout cela pour que tu saches que le Seigneur est Dieu, et qu’il n’y en a pas d’autre (4, 32-35).

Le grand ouvrage Trinitaire de Matthieu

A la fin de l’Évangile de Matthieu la scène majestueuse du départ (28,16-20) nous rapporte les derniers moments de Jésus sur terre et nous rappelle la grande tâche de l’Église : “Allez donc! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit et apprenez-leur tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. (v. 19-20).

L’envoie apostolique implique un service qui est pastoral: «Allez donc! De toutes les nations, faites des disciples…», liturgique: «baptisez-les» et prophétique: «apprenez-leur tous les commandements que je vous ai donnés,» garanti par la conclusion du Seigneur, jusqu’à la fin du monde. La scène donne un avant-goût de la venue ultime du Fils de l’Homme (Mt 26,64). Alors, son triomphe sera manifeste aux yeux de tous; mais pour l’heure, seuls les disciples reçoivent cette révélation, eux qui ont la tâche de l’annoncer à toutes les nations, amener le monde à croire en Jésus et à obéir à ses commandements. Depuis, le pouvoir universel appartient à Jésus ressuscité (Mt 28,18), il donne aux onze une mission qui est vraiment universelle: faire des disciples de toutes les nations.

Le baptême signifie l’entrée dans la communauté du ressuscité, l’Église. «Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit»: il s’agit peut-être de l’expression la plus claire de la foi Trinitaire dans le Nouveau Testament. Cela peut avoir été la formule baptismale de l’église de Matthieu, mais en premier lieu,  ces mots désignent l’effet du baptême, l’union des personnes baptisées dans le Père, le Fils et le Saint Esprit.

Le langage trinitaire

Le langage du Père et du Fils est un  langage de relation et nous rappelle que pour Dieu, comme pour nous créés à l’image de Dieu, les rapports aux autres et la communauté sont premiers. Dieu ne peut être défini par ce qu’il fait, il en est de même pour nous. Dieu est un Être et non un Faire, aussi sommes-nous des êtres humains et non des « faires » humains. C’est une question de théologie, mais aussi, comme avec toute bonne théologie, une question pratique. Définir la vie intérieure de Dieu dans la Trinité en termes d’activités de Dieu conduit à définir les humains, créés à l’image de Dieu, de la même façon. Ceux qui choisissent de dire: «Au nom du Créateur, du Rédempteur et du Supporteur» s’égarent en définissant Dieu en tant que fonction et non comme personne. Dieu est un être vivant qui existe dans une relation intime avec nous.

Dieu n’est pas immobile. Dieu n’est pas seul. Dieu est communication entre le Père, le Fils et le Saint Esprit. C’est ce mystère profond que la liturgie de la fête de la Sainte Trinité nous rappelle: la réalité indicible de Dieu et la manière par laquelle le mystère nous est communiqué. La Trinité célèbre la paix et l’unité des personnes divines dans lesquelles la danse circulaire de l’amour, « perichoresis » en Grec, continue. Cette unité de vie et de relations est comme une danse, englobant tous les aspects de la vie humaine. Nous devons constamment tendre vers l’unité et la paix de Dieu, de Jésus et de l’Esprit donneur de vie, une paix que la controverse théologique ne peut donner. Bien que la théologie soit absolument nécessaire, nous ferions mieux de prier et d’aimer Dieu davantage que d’essayer d’expliquer notre Dieu Trinitaire! Voilà une belle consolation: il n’est pas nécessaire de tout comprendre pour aimer.

Lisons la prière bien connue de sainte Catherine de Sienne tirée de son Dialogue sur la Divine Providence:

Dieu, Trinité éternelle! Qui, par l’union de votre nature divine, avez donné un si grand prix au sang du Christ ! Vous êtes une mer profonde où plus je me plonge, plus je vous trouve, et plus je vous trouve, plus je vous cherche. Vous êtes inépuisable, et en rassasiant l’âme dans vos profondeurs, vous ne la rassasiez jamais; elle est toujours affamée de vous, éternelle Trinité ; elle désire vous voir avec la lumière dans votre lumière…

L’amour ne peut jamais empêcher la croissance de sa fascination avec les aspects séparés de l’aimé. C’est notre approche du mystère de la Trinité. Nous devons aimer Dieu davantage. En cette fête, prions pour que nous soyons entraînés dans le travail de l’Esprit de Dieu d’unification et de réconciliation de monde les uns avec les autres. La gloire croissante de Dieu est cette révélation progressive de la Trinité. Combien de fois durant nos vies, nous expérimentons cette révélation et la présence de Dieu Trinitaire à travers la profondeur de l’amour, la communication et l’amour pour tout le monde. Ce Dieu nous dit ce que la vie dynamisante trinitaire est: communication, relation et affection. L’imitation de la vie intérieure de la Trinité est la base de la qualité de notre vie chrétienne.

Le fondement de notre foi Trinitaire est dialogue, communication et «danse de la vie». Même si nous pouvons avoir des difficultés à comprendre la Sainte Trinité, nous pouvons néanmoins la prendre dans nos mains chaque fois que nous traçons sur nous-mêmes le signe de la croix. Les paroles prononcées une fois lors de notre baptême deviennent les paroles avec lesquelles nous nous bénissons nous-mêmes, au nom de la Trinité. C’est là que réside le sens de ce Dieu unique en Trois Personnes.

Je vous offre cette prière pour la fête d’aujourd’hui et la semaine qui vient :

Gloire à toi, Père,
Qui par le pouvoir de ton amour,
Créa le monde et nous forma à ta propre image et bonté.
Gloire à toi, Fils unique,
Qui dans ta sagesse a assumé notre condition humaine
Pour nous conduire au Royaume.
Gloire à toi, Saint-Esprit,
Qui dans ta miséricorde nous a sanctifiés par le baptême.
Tu travailles en faisant de nous une nouvelle création chaque jour.
Gloire à toi, Sainte Trinité,
Tu es de toujours, étais et sera également grande jusqu’à la fin des temps.
Nous t’adorons, te louons, te remercions
Parce que nous sommes heureux de révéler la profondeur de ton mystère aux humbles et aux tout-petits.
Donne-nous de pouvoir marcher dans la foi et l’espérance joyeuse jusqu’au jour ou ce sera nous qui vivrons dans la plénitude de ton amour et contemplerons pour toujours ce que nous croyons:
Dieu qui est Père, Fils et Esprit! Gloire à Toi!

Puisse la Sainte Trinité de Dieu – indicible bonté et mystère – nous apprendre et nous guider dans la vie qui est nôtre, et puissions-nous grandir dans «l’amour de Dieu répandu en nos cœurs par l’Esprit qui nous est donné (Rm 5,5).»