Pourquoi les catholiques devraient-ils célébrer des anniversaires ?

Le 150e du Canada, le 375e de Montréal, le 409e du Québec… Voici des dates qui nous rappellent de nos racines, qui célèbrent nos réussites et qui remercient nos ancêtres. Ma mère me rappelle toujours lors de mon anniversaire qu’elle a souffert pendant plus de dix heures quand elle m’a donné naissance. Ces dix heures ont probablement été le moment le plus mémorable de sa vie. Ainsi, je suis venu dans ce monde.

Récemment, le mot pro-vie semble apparaitre de plus en plus dans l’actualité. Les gens l’associent souvent à l’avortement, à l’euthanasie ou aux moyens de contraception. En fait, pour les catholiques, tous les sujets qui peuvent être liés à la protection de la vie devraient être un enjeu pro-vie. Par exemple, la régulation de la circulation a été créée afin de protéger les vies sur la route, par conséquent, c’est aussi un sujet pro-vie.

Je pense définitivement que Dieu a créé le Canada, Montréal, le Québec, mes parents, la chaine de télévision « Sel et lumière » et toutes les choses qui m’entourent par amour. Il m’aime, non seulement moi, mais toutes les vies, parce qu’il est pro-vie !

UNE PETITE HISTOIRE DE LA NAISSANCE D’UNE COMMUNAUTÉ

L’année 2017 est non seulement le moment de célébrer le 150e anniversaire du Canada, mais également le temps de célébrer le 100e anniversaire de ma première paroisse, la Mission catholique chinoise de Montréal. Selon un manuscrit de feu du père Eugene Berichon, la communauté chinoise était présente à Montréal bien avant la création de la paroisse, soit en 1863. En 1902, un prêtre anglais très dévoué, le père Martin Gallagham, après avoir pris sa retreat, a commencé à jouer le violon sur un coin au quartier chinois de Montréal pour la communauté chinoise. Au fur et à mesure il a commencé à servir la communauté et en deux ans, il a baptisé 58 Chinois, selon le registre de baptême de la basilique Saint-Patrick. Tous les baptisés étaient entre les âges de 18 et 49 ans.

Le 1er juillet 1917, Romeo Caille a été ordonné prêtre dans la chapelle des Sœurs missionnaires de l’Immaculée-Conception et de nombreux leaders chinois ont été invités à la cérémonie. Juste après son ordination, le père Caille a été nommé desservant responsable de la communauté chinoise par l’archevêque. La mission de la communauté catholique chinoise de Montréal a décollé à ce moment-là.

Fr. Thomas Tou

Père. Thomas Tou – Le premier prêtre chinois envoyé à Rome pour servir la communauté chinoise au Canada

Par la Providence de Dieu, en 1956, l’archevêque de Montréal, Mgr P.-E. Léger, est allé à Rome pour faire une demande d’un prêtre chinois pour la communauté montréalaise. À cette époque, le père Thomas Tou venait de terminer sa thèse et attendait de retourner en Chine. Par conséquent, son nom a été donné à la Congrégation de Propagande Fide. Il avait été envoyé à Rome dans l’espérance qu’un jour la Chine deviendrait un pays libre et il pourrait servir en Chine immédiatement. (En 1949, le gouvernement chinois a préconisé l’athéisme et beaucoup de missionnaires en Chine ont été arrêtés, emprisonnés et ensuite expulsés). Rome a par la suite envoyé le père Thomas Tou au Canada. Il est devenu le premier prêtre chinois envoyé à Rome pour servir la communauté chinoise au Canada.

Quelques années plus tard je me suis engagé dans la communauté et y a servi pendant dix ans en tant que leader de la jeunesse. J’ai beaucoup appris dans cette communauté au niveau spirituel. Le 1er juillet 2017, la Mission catholique chinoise de Montréal a célébré son 100e anniversaire. Père Thomas Tou, âgé de 95 ans, est également venu à la célébration.

RENDRE GRÂCE

Quand je regarde le passé, je vois comment Dieu m’a offert un pays paisible pour vivre, comment il a préparé toute la communauté pour m’aider à grandir dans ma foi, et comment il a créé mes bons parents et m’a tant donné même avant ma naissance. Merci Dieu. Je voudrais également remercier notre pape Grégoire XIII qui a créé le calendrier grégorien. Grâce à lui, nous pouvons continuer à célébrer des dates importantes afin de nous rappeler nos racines et de remercier Dieu. Joyeux 150e anniversaire du Canada et joyeux 100e anniversaire de la MCCM !

Pour plus d’informations sur la Mission catholique chinoise de Montréal, consultez le lien suivant : montrealchinesecatholic.ca


Billy

Billy Chan, ancien animateur radio et orateur stimulant, a passé les dix dernier années en travaillant avec des jeunes à Montrèal. Il aime utiliser l’humour pour partager sa relation avec Dieu. Dans son blogue, vous trouverez des réflextions sur son expérience auprès des jeunes.


L’entrevue avec le Père Thomas Tou

Messe du 375e anniversaire de Fondation de Montréal

Messe solennelle de l’anniversaire du 375e de la fondation de Montréal le 17 mai à 9h à la Basilique Notre-Dame.
Célébration présidée par l’archevêque de Montréal, Monseigneur Christian Lépine. – Captation gracieuseté Radio-Canada

Comme chaque année depuis 1917, une messe commémorative pour la fondation de Montréal est célébrée à la Basilique Notre-Dame, suivie d’une cérémonie civique et militaire exécutée par le Régiment de Maisonneuve, à la Place d’Armes.

Cette tradition fut instaurée lors du 275e anniversaire de la ville à l’instigation de Victor Morin, alors président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et de la Société historique de Montréal (SHM).

Montréal, une histoire à redécouvrir

fullsizerender_1

Le 11 décembre prochain, aura lieu le lancement du 375e anniversaire de la ville de Montréal. Cette année sera donc l’occasion de connaître davantage cette Ville-Marie qui allait naître il y a bientôt 375e ans. Outre les nombreuses activités organisées par la ville de Montréal pour célébrer cette riche histoire, tous sont invités à faire mémoire de ce passé pas si loin de nous afin de réfléchir aux grandes orientations qui détermineront les années à venir. En ce sens, la lettre pastorale de Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal, intitulée « Au nom de Jésus » nous offre une profonde réflexion qui peut nous aider à mieux comprendre la métropole du Québec.

Ville-Marie, une aventure mystique

Lorsqu’on côtoie trop souvent une réalité, nous avons tendance à nous y habituer, à ne plus y porter attention et même à la prendre pour acquise. Une ville ne fait pas exception à ce phénomène. Parlez-en à tous ces Parisiens qui ne sont jamais montés dans la tour Eiffel ou à tous ces Torontois qui ne sont jamais montés dans la Tour du CN ! De la même manière, trop peu souvent les Montréalais s’arrêtent et s’interrogent sur l’histoire de leur ville, spécialement son passé religieux, bien que sa fondation soit indissociablement « animée par un souffle d’évangélisation ».

Selon Mgr Lépine, Montréal est d’abord et avant tout un « projet inspiré par Dieu » fondé par des hommes et des femmes qui « au Nom de Jésus […] ont fondé la ville de Montréal le 17 mai 1642 ». Faire abstraction de cette dimension religieuse de la fondation de celle que l’on nommait à l’époque « Ville-Marie » participe, selon moi, de cette « mémoire blessée » selon les mots de l’historien Éric Bédard (19 :45min). Comment surmonter cette amnésie volontaire d’« un monde qui veut souvent se construire sans Dieu » ?

Pour une guérison de la mémoire

Ce monde « sans Dieu » correspond-t-il vraiment aux promesses telles que formulées par certains courants influents lors de la Révolution Tranquille ? Une « juste conception de la laïcité » est bien évidemment louable. Je ne connais aucun évêque ou prêtre désireux de gérer le boulevard Métropolitain. Cependant, faire comme si la forme la plus haute de l’expérience humaine s’exprimait dans la culture du divertissement m’apparaît être une des sources de la crise actuelle telle que décrite dans le document de l’AECQ « Des solidarités à reconstituer et à reconstruire ». Esquiver la tentation de réduire les citoyens à de simples « homo economicus » est l’une des tâches importantes des institutions aujourd’hui, et c’est à ce rendez-vous que nous convie Mgr Christian Lépine lors de ce 375e.

En ce sens, retrouver l’accès à l’inspiration de nos pères fondateurs « par le pardon et la confiance, le dialogue et la réconciliation » dépend d’un nouveau souffle évangélisateur selon les deux conseils du pape François lors de la Messe d’action de grâce pour la canonisation équipollente des saints François de Laval et Marie de l’Incarnation, à Rome, le 12 octobre 2014 :

Le premier est celui-ci : « Souvenez-vous de ceux qui vous ont dirigés : ils vous ont annoncé la parole de Dieu. La mémoire des missionnaires nous soutient au moment où nous faisons l’expérience de la rareté des ouvriers de l’Évangile.

Le second est celui-ci : Rendre hommage à qui a souffert pour nous apporter l’Évangile signifie livrer nous aussi la bonne bataille de la foi, avec humilité, douceur et miséricorde, dans la vie de chaque jour. Et cela porte du fruit.

 Mémoire de ceux qui nous ont précédés, de ceux qui ont fondé notre Église. Église féconde que celle du Québec ! Féconde de nombreux missionnaires qui sont allés partout. []

Maintenant un conseil : que cette mémoire ne nous conduise pas à abandonner la franchise et le courage. Le diable est jaloux et il ne tolère pas qu’une terre soit ainsi féconde de missionnaires. Prions le Seigneur pour que le Québec revienne sur ce chemin de la fécondité, pour donner au monde de nombreux missionnaires. [] Que le Québec redevienne cette source de bons et de saints missionnaires.