Le double bénéfice de l’aumône

CNS photo/Gregory A. Shemitz

Nous poursuivons aujourd’hui notre lecture du message du pape François pour le Carême 2018. Après la vérité et la prière, nous en sommes à l’analyse de l’aumône comme instrument privilégié de sanctification du temps liturgique.

À quoi ça sert de donner de l’argent ?

Plus qu’un simple bienfait économique pour celui qui en bénéficie, l’aumône est, d’abord et avant tout, un bénéfice pour celui qui partage. Comme l’enseignait la traditionnelle théologie morale, l’aumône est un acte de la vertu de libéralité c’est-à-dire, de cette vertu « par laquelle nous faisons un bon usage de tous les biens extérieurs qui nous ont été accordés pour soutenir notre existence » (Somme théologique, 2a, 2ae, art.1). Dans ce monde qui est le nôtre, où le péché laisse des traces économiques partout, il est un devoir pour le chrétien d’aider son prochain, victime d’injustice particulière ou sociale. Par contre, l’aumône, lorsqu’elle est exercée par amour pour le Christ, nous permet de « faire bon usage des biens extérieurs » en ce sens que nous les utilisons pour la plus noble des causes, celle, comme l’enseigne la Préface du temps du Carême, de nous « détacher des choses qui passent pour nous attacher à celle qui ne passe pas ».

Mais en plus d’orienter notre cœur « vers le Seigneur », l’aumône nous rend encore plus attentif au moment présent. En cette époque de médias sociaux, où nous sommes constamment bombardés de publicités et de sollicitations de tous genres, l’aumône nous permet de garder le regard fixé sur le véritable trésor qu’est le Christ Présent en toute personne et, spécialement en celle qui est dans le besoin. Ainsi, par ce détachement des richesses que nous exprimons concrètement lorsque nous donnons de l’argent, nous accumulons au ciel le trésor d’un cœur plus près et plus conforme à la tendresse du Dieu de toute miséricorde.

Un nécessaire discernement

Les bénéfices de l’exercice de l’aumône ne sont pas uniquement spirituels. En effet, donner de l’argent n’est pas une fin en soi. L’aumône doit être précédée d’un discernement pour que cette ressource soit utilisée à bon escient c’est-à-dire pour la plus grande gloire de Dieu. En ce temps de Carême, pourquoi ne pas réfléchir à nos priorités lorsque nous donnons. Sommes-nous véritablement conscients de l’urgence de la mission de l’Église aujourd’hui et des besoins qui en découlent ? Avons-nous, comme catholiques, la certitude que les véritables pauvres sont, comme Mère Thérésa le disait : « Les personnes qui sont dans les grandes villes des pays riches ». C’est-à-dire les personnes qui n’ont même plus conscience de leur propre fragilité et qui, plutôt que de s’en remettre à la Providence divine, préfèrent écraser leurs frères et sœurs afin d’avoir la première place ?

Que ce Carême 2018 soit pour nous l’occasion de méditer sur notre implication dans cette œuvre missionnaire de l’Église aujourd’hui et maintenant.