Synode sur les jeunes: les vœux du pape François

(CNS photo/Paul Haring) See POPE-SYNOD-BEGINS Oct. 3, 2018.

Le synode sur les jeunes, la foi et le discernement s’est ouvert ce mercredi 3 octobre 2018, au Vatican. Pendant 3 semaines, des évêques, cardinaux, experts et jeunes du monde entier se rassemblent, autour du Saint-Père, pour échanger sur la manière dont l’Église aujourd’hui doit accompagner les jeunes dans leur vocation.

Jusqu’au 28 octobre prochain les 409 participants à cette Assemblée sont appelés à parler avec courage et franchise, en intégrant « liberté, vérité et charité ». C’est en ces termes que le Pape s’est adressé aux pères synodaux lors de son discours d’ouverture. Comme il l’avait déjà fait auparavant, le Pape François a insisté sur la nécessité de parler franc, car selon lui « une critique honnête et transparente est constructive », contrairement aux rumeurs et aux préjugés.

Si les participants sont invités à s’exprimer librement, ils sont aussi appelés à écouter humblement ; condition sine qua non à l’espace de dialogue. « C’est important pour le synode ! » a insisté le Pape qui demande que les travaux soient notamment rythmés par des moments de silence pour permettre à chacun d’intérioriser.

Mais « l’attitude de l’écoute ne peut pas se limiter aux paroles que nous échangerons » avertit François qui reconnait une Église en « déficit d’écoute » vis-à-vis des jeunes notamment qui ne se sentent ni compris ni accueillis, et parfois même rejetés par l’Église. Voilà pourquoi le Saint-Père invite ce synode à sortir des préjugés et des stéréotypes. Afin qu’il soit le signe d’une Église qui écoute, qui se laisse interpeler, sans toujours avoir une réponse toute faite, afin d’être plus crédible auprès des jeunes.

Le Saint-Père veut aussi mettre en garde contre les obstacles au dialogue et à la rencontre entre générations. Car « les jeunes sont tentés de considérer les adultes comme dépassés, et les adultes sont tentés de prendre les jeunes pour inexpérimentés. » Alors que les jeunes ne sont qu’une quarantaine au sein de cette Assemblée synodale, François veut éviter le risque de parler d’eux « à partir de catégories et de schémas mentaux désormais dépassés. » Voilà un des écueils à éviter lors de ce synode, afin de rendre possible une alliance entre générations.

L’autre risque auquel sont exposés les pères synodaux c’est le cléricalisme. Cette « perversion est la racine de nombreux maux dans l’Église », explique le Pape qui appelle les prélats à éviter ce fléaux en interprétant leur ministère non pas comme « un pouvoir à exercer », mais comme « un service gratuit et généreux à offrir. »

Si le présent, et notamment celui de l’Église, apparaît chargé d’ennuis, de problèmes, et de fardeaux, le Saint-Père exhorte toutefois à ne pas se laisser « tenter par les prophéties de malheur ». Au lieu de compter les échecs et ressasser les amertumes il invite plutôt à tourner le regard « sur le bien qui souvent ne fait pas de bruit, n’est pas le thème des blogs et ne fait pas la une des journaux. »

En conclusion de son discours le souverain pontife appelle de ses vœux « des propositions pastorales concrètes en mesure de réaliser la tâche du synode lui-même, c’est-à-dire de faire germer des rêves, susciter des prophéties et des visions, faire fleurir des espérances, stimuler la confiance, bander les blessures, tisser des relations, ressusciter une aube d’espérance, apprendre l’un de l’autre, et créer un imaginaire positif qui illumine les esprits, réchauffe les cœurs, redonne des forces aux mains, et inspire [à tous les jeunes] la vision d’un avenir rempli de la joie de l’Evangile. »