Sel et Lumière, danse et musique

Une fois n’est pas coutume. L’équipe de Sel et Lumière s’est plongée le temps d’une soirée de l’autre côté de la scène. Loin des caméras, les journalistes sont devenus spectateurs à leur tour, en assistant à la comédie musicale Strictly Ballroom, actuellement en représentation au Princess of Wales Theatre de Toronto.

Le cadre est bien différent de nos plateaux TV. Il faut imaginer une orgie de couleurs vives, des danses envoûtantes, et des musiques qui vous entraînent dans une insondable quiétude. Une merveille, jouée, chantée, dansée par de brillants artistes qui font de ce spectacle un plaisir pour les yeux et les oreilles.

Pendant près de deux heures, dans un décor théâtral, les acteurs s’inspirent du film éponyme, réalisé en 1992 par l’australien Baz Luhrmann’s. L’histoire raconte le parcours de Scott Hastings, jeune champion de danse anticonformiste, qui se rebelle contre les règles traditionnelles de la Fédération, en introduisant ses propres figures.  Le spectateur pourrait y voir l’allégorie d’une opposition entre les normes conventionnelles tirées de la tradition, et les innovations inspirées des élans du cœur, une sorte de supériorité de la passion sur la convenance.

Si l’interprétation du message peut être discutée, on pourrait au moins s’accorder sur le talent des danseurs, qui par la maîtrise de leurs pas et l’élégance de leurs costumes  vous embarquent dans un gracieux spectacle où s’entremêlent l’humour, le talent artistique, et l’amour de la musique.

Strictly Ballroom est une comédie strictement recommandée, jusqu’au 25 juin à Toronto.

Laisser un commentaire

*