Attentat à la grande mosquée de Québec : les chrétiens au chevet des musulmans

« Les musulmans sont nos frères et sœurs. » C’est en ces termes que l’archevêque de Québec, Mgr Gérald Cyprien Lacroix, réagissait sur Twitter à l’attaque qui a fait 6 morts dimanche dernier à la grande mosquée de Québec. En déplacement à Rome, le Cardinal Lacroix s’est entretenu avec le pape François au lendemain de l’attaque.

Le Saint-Père, tout en condamnant fermement « la violence qui engendre tant de souffrances », a insisté sur l’importance de rester tous unis dans la prière, chrétiens et musulmans ensemble. Dans un message adressé au Cardinal Lacroix le Pape « confie à la miséricorde de Dieu les personnes qui ont perdu la vie et s’associe par la prière à la peine de leurs proches. Il invoque sur les familles éprouvées et sur les personnes touchées par ce drame, ainsi que sur tous les Québécois, le bienfait des Bénédictions divines

 « En me donnant l’accolade j’ai senti qu’il serrait sur son cœur toute la population de Québec », a réagi Mgr Lacroix qui est rentré en urgence dans son diocèse. Dès son retour, le primat du Canada a célébré une messe en communion avec la communauté musulmane, en présence notamment de l’imam de la mosquée de Québec.

Dans son homélie le cardinal a notamment rappelé l’importance de la parole de Dieu dans ces moments difficiles. Il a évoqué « tant d’hommes et de femmes » qui depuis la fondation du pays, il y a plus de 4 siècles, « ont puisé dans la parole de Dieu l’inspiration, l’amour, le courage, pour bâtir notre Nation dont nous sommes si fiers. »

Mgr Lacroix a poursuivi son homélie en reconnaissant que l’épreuve que vit la population québécoise en ce moment « nous ébranle, nous questionne et nous fait très mal. » Mais elle est aussi l’occasion, a-t-il poursuivi,  de nous engager davantage « au service de la vie, de la solidarité et de la fraternité. »

Et même si les responsables politiques et leaders religieux ont un rôle important à jouer dans la construction du vivre ensemble, « nous avons tous un mot à dire et des gestes à poser pour nous assurer que nous sommes du côté de la paix et de la justice, pour vivre ensemble en harmonie ».

En conclusion, l’archevêque de Québec appelle de ses vœux une communauté humaine empreinte « de paix sociale, de joie de vivre, de respect profond, de liberté de culte, et de respect de la conscience de chaque personne. »

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

*