Mise au point du Père Lombardi concernant les problèmes économiques du Saint-Siège

blog_1446673069

Cité du Vatican, 4 novembre 2015 (VIS). Voici des réflexions proposées par le Directeur de la Salle de Presse à propos de la reprise du débat médiatique sur les problèmes économiques du Saint-Siège:

La publication imminente de deux livres ayant pour sujet les institutions et les activités économico-financières du Saint-Siège attise la curiosité et provoque une multiplication de commentaires. Quelques observations sont nécessaires. D’abord, une bonne partie de ce qui est publié résulte d’une fuite d’informations et de documents confidentiels. Il s’agit donc d’une démarche illégale qui doit être punie avec détermination par les autorités judiciaires vaticanes. Mais ce n’est pas ce dont nous voulons parler aujourd’hui, d’autant que l’argument est déjà l’objet d’une excessive attention. Réfléchissons plutôt au contenu des fuites. On peut déjà dire que pour la plupart d’entre elles, il s’agit d’informations déjà connues, certes avec bien moins d’ampleur et de détails. La documentation exposée est principalement liée à une collecte de données mise en mouvement par le Saint- Père lui-même, en vue de lancer une réflexion sur l’amélioration ou la réforme des structures administratives de l’Etat du Vatican et du Saint-Siège. A cet effet, la Commission d’études et de propositions relatives aux structures économico-administratives avait été instituée par le Pape en juillet 2013. Son mandat rempli, la COSEA a été dissoute en février suivant. On ne peut parler d’informations obtenues contre la volonté du Pape ou des chefs des différents organismes et institutions, mais d’informations obtenues ou fournies avec la collaboration de ces institutions, afin de contribuer aux réflexions communes sur les réformes à projeter. Bien sûr, beaucoup d’informations de cette nature doivent être étudiées, perçues et interprétées avec prudence, équilibre et attention. D’autant que des lectures différentes sont souvent possibles à partir des mêmes données. Par exemple, la situation du Fonds des retraites, sur lequel ont été exprimées des évaluations très différentes, certains évoquant avec inquiétude un profond déficit, tandis que d’autres fournissaient une lecture rassurante (communiqués officiels publiés par la Salle de Presse du Saint-Siège).

Il y a aussi le débat relatif aux objectifs et à l’utilisation des biens du Saint-Siège. Bien qu’effectivement considérables, ils sont destinés à soutenir les services gérés par le Saint-Siège ou les institutions qui lui sont liées, à Rome comme de part le monde. La propriété de ces biens est très variée, et tout le monde dispose les outils permettant de connaître leur histoire et leur évolution. Il est par exemple utile se s’informer sur les accords économiques passés entre l’Italie et le Saint-Siège dans le cadre des Accords du Latran, mais aussi sur les efforts déployés par Pie XI avec le concours d’experts et collaborateurs remarquables, afin de disposer d’une administration efficace, au point que la gestion du Vatican fut reconnue comme un exemple de sagesse et de clairvoyante, y compris sous l’aspect des investissements à l’étranger. En ce qui concerne le Denier de saint Pierre, il est nécessaire de savoir qu’il est employé de manières variables, en fonction des situations et des priorités du Saint-Père, à qui les fidèles l’ont offert pour soutenir son ministère. Les œuvres de charité du Pape en faveur des pauvres sont certainement l’objectif essentiel. Mais les fidèles n’entendent pas contester au Pape la liberté d’évaluer par lui même les situations d’urgence ni la façon d’y répondre pour le bien de l’Eglise universelle. Or cela comprend également outre la charité du Pape, ses initiatives hors du diocèse de Rome, la diffusion de son enseignement pour les fidèles des parties du monde les plus pauvres, la Curie Romaine comme un instrument de son service, le soutien aux 180 missions diplomatiques pontificales, l’assistance aux Eglises locales dans le besoin, etc. L’histoire du Denier démontre tout cela avec clarté.

Régulièrement ces débats médiatiques refont surface, attisant curiosité ou polémique. Il faudrait faire preuve de sérieux pour approfondir ces situations délicates et les différents problèmes spécifiques. Cela permettrait de distinguer ce qui va bien, et qui est beaucoup plus courant que ce que disent les publications en cause: Des actions et démarches parfaitement licites et justifiées, des actes administratifs normaux, y compris le paiement des impôts dus. Il faudrait distinguer cela des problèmes à corriger, des points obscurs à dissiper, des véritables irrégularités ou illégalités à éliminier. C’est précisément le travail délicat et complexe entrepris à la demande du Pape avec la création de COSEA, dont les recommandations sont précisément suivies: La réorganisation des dicastères économiques, la création du poste de Réviseur général, le bon fonctionnement des institutions chargées de la surveillance des activités économiques et financières, etc. C’est là une réalité objective et incontestable. La publication en vrac d’une grande quantité d’informations de nature diverse, en grande partie liée à une phase du travail aujourd’hui dépassée, fait tendencieusement l’impasse sur l’évaluation objective des résultats atteints. Pire elle crée l’impression du contraire et fait croire que règne une confusion permanente, la non-transparence, voire même la poursuite d’intérêts individuels ou incorrects. En outre, cela ne rend pas justice au courage et à l’engagement avec lesquels le Pape et ses collaborateurs ont fait face et continuent à relever le défi que représente l’amélioration de l’utilisation des biens temporels au service du spirituel. C’est pourtant ce qui devrait être le plus apprécié et encouragé par un travail journalistique correct, capable de répondre adéquatement aux attentes de l’opinion et aux exigences de la vérité. L’objectif de la bonne administration, de l’équité et de la transparence n’a pas changé. Il progresse sans incertitudes et selon le voeu du Pape François. Il ne manque pas de personnes au Vatican pour collaborer loyalement et avec énergie.